Bannière

Mise à jour 2:00 AM UTC, Dec 7, 2021
Flash info
A+ A A-

Gervais Boga Sako / Entre politique et défense des droits de l’Homme "Quand débute le procès de Laurent Gbagbo à la Haye, il est de ceux qui multiplient les marches autour de la prison, réclamant une liberté pour Laurent Gbagbo"

Spécial Gervais Boga Sako / Entre politique et défense des droits de l’Homme "Quand débute le procès de Laurent Gbagbo à la Haye, il est de ceux qui multiplient les marches autour de la prison, réclamant une liberté pour Laurent Gbagbo"

Rentré d’exil le 9 juillet 2020, Gervais Boga Sako a été réintégré à la fonction publique là où certains attendent encore. Figure politique lors de la crise postélectorale, il jure de n’être qu’un défenseur des droits humains.

Gervais Boga Sako est catégorique. S’il est allé en exil en 2011, c’est pour ses convictions, notamment son attachement aux valeurs des droits de l’homme, ainsi qu’au respect de la souveraineté et de la Constitution. Né en 1971, (51 ans), cet enseignant à l’université de Bouaké avait alors pris fait et cause pour Laurent Gbagbo après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle de 2010

Activiste Dès que la crise éclate après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle, il devient très actif aux cotés de Laurent Gbagbo et multiplie les sorties contre le camp d’Alassane Ouattara. Il se révèle au grand public à travers les émissions à la radio-télévision ivoirienne (RTI), Boga Sako accusait directement l’ONU et la France d’avoir violé la souveraineté de la Côte d’Ivoire en soutenant le candidat déclaré élu la commission électorale. Sous le couvert de son organisation des Droits de l’Homme, la FIDHOP, il multiplie ainsi les sorties. En mars 2011, quand le rapport de forces bascule au profit d’Alassane Ouattara, il choisit de s’exiler.

Quand débute le procès de Laurent Gbagbo à la Haye, il est de ceux qui multiplient les marches autour de la prison, réclamant une liberté pour Laurent Gbagbo. A juste titre, en 2018, il est membre fondateurs de la plateforme de l’opposition EDS, proche de Laurent Gbagbo. Il en sera désigné 5 ème vice-président. De retour au pays, il fait les yeux doux à l’administration ivoirienne afin d’être réintégré dans l’administration en sa qualité d’enseignant à l’université de Bouaké. C’est chose faite désormais depuis début novembre. Dr Sako reste tout de même sous contrôle judiciaire et la procédure suit son cours. Il a cependant, pris ses distances avec Laurent Gbagbo depuis que ce dernier a annoncé la création du PPA-CI, il décide de démissionner de son poste de 5e viceprésident chargé des questions de démocratie et des Droits de l’homme de la coalition Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (Eds) en août dernier.

D’ailleurs au mois d’août, devant Simone Gbagbo, il indiquait que « le retour de Laurent Gbagbo, pour nous, était le summum de l’espoir. J’étais convaincu que, rentré au pays, Laurent Gbagbo nous aiderait à réconcilier toute la Côte d’Ivoire. Hélas, le 17 juin, dès que son avion a atterrit, nos espoirs se sont envolés. » Une prise de position qui lui vaut aujourd’hui des envolées de bois verts de la part de ses anciens compagnons.

Source Le Journal D'Abidjan 

Numéro 280 du 11 au 17 novembre 2021  Par / Yvan AFDAL

Media

Dernière modification levendredi, 12 novembre 2021 13:11