Bannière

Mise à jour 4:30 AM UTC, Jan 29, 2022
Flash info
A+ A A-

« L’Afrique face aux défis de l’immigration et du djihadisme dans un contexte de pandémie mondiale: enjeux et perspectives ».

Spécial « L’Afrique face aux défis de l’immigration et du djihadisme dans un contexte de pandémie mondiale: enjeux et perspectives ».

C’est le thème du panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion (ECG) le 16 décembre dernier dans les jardins dudit établissement.

Ce thème a fait l’objet de deux communications sur le thème qui ont été dites par Mlle Tall Madina, analyste politique et géostratégique, diplômée en étude stratégique et politique de défense, et Mme Aminata Diallo, enseignante en intelligence économique.

Ces communications ont été suivies par un panel qui a été marqué par l’intervention du directeur général de ECG, Dr Adama Koné. 

Intervenant en premier sur le thème, Tall Madina, a exprimé son inquiétude pour la Côte d’Ivoire au regard de ce qui se passe dans le Nord. « La géopolitique de demain en Afrique, c’est d’abord les questions de défense et les questions de l’immigration. Malheureusement en Afrique, cette question n’est pas traitée dans tout son ensemble » s’est-elle indignée. 

Un panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion (ECG) sur l’immigration et le djihadisme en Afrique 

« L’Afrique face aux défis de l'immigration et du djihadisme dans un contexte de pandémie mondiale ; enjeux et perspectives » un panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion (ECG)

Pour elle, « Les enjeux de sécurité et de défense sont des questions auxquelles il faut poser des réflexions claires. Ce qui s’est passé à Kafolo traduit des problématiques claires. On passe d’un djihadisme qui est idéologique qui, je précise, est un projet politico religieux qui vise à instaurer un islamiste totalitaire dans un pays, c’est très différent du terrorisme qui est un mode d’action qui permet de mettre en œuvre le djihadisme » insiste Tall Madina.

Spécialiste des questions liées au terrorisme et à l’insécurité, elle a déploré la porosité des frontières qui constitue une faille pour le passage des mouvements et groupes qui sévissent sur la partie septentrionale de la Côte d’Ivoire.

« La porosité de nos frontières est l’une des causes principales des attaques.

Avec des billets, on peut passer d’une frontière à une autre, traverser le pays sans être inquiété » a-t-elle déploré. 

Un panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion sur l'immigration et le djihadisme en Afrique (Tall Madina)

« Il y a une cellule dormante djihadiste dans le Nord de la Côte d’Ivoire »

Très inquiète de la situation, notre spécialiste en géostratégie révèle « Aujourd’hui, il y a l’existence d’une cellule dormante djihadiste dans le Nord de la Côte d’Ivoire. Elle est la cellule Hamza qui est l’exemple parfaite du djihadisme en Côte d’Ivoire. C’est une cellule rattachée à la Katiba Massina qui est affiliée au groupe Etat islamique au niveau du Burkina, qui recrute, islamise et revendique une certaine nationalité qui n’a rien à avoir avec celle de la Côte d’Ivoire. Ce qui veut dire qu’ils viennent avec un nouveau courant, un islamisme très radical qui n’a pas été promu en Côte d’Ivoire » a-t-elle insisté. 

C’est pourquoi, pour lutter contre cette branche, elle estime que le tout militaire n’est pas la solution :

« Le tout militaire ne marche pas, il faut résoudre le problème à la base. Les causes sont socio-économiques. Il faut traiter le problème à la source, le faire c’est penser au développement socio-économique, lutter contre les disparités et les injustices, rendre les Etats forts, imposer l’autorité de l’Etat, lutter contre la mal gouvernance ; respecter et appliquer nos textes de lois et règles que nous nous sommes donnés » a suggéré Tall Madina.

Un panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion sur l’immigration et le djihadisme en Afrique

Un panel organisé par l’Ecole de commerce et de gestion (ECG) le 16 décembre dernier dans les jardins dudit établissement sur l'immigration et le djihadisme en Afrique Pour sa part, Dr Aminata Diallo a exhorté les étudiants à s’intéresser davantage à l’économie nationale, à avoir des modèles qui puissent être des sources d’inspiration dans leur décision de carrière.

Le dernier mot est revenu, au directeur général de l’ECG, Dr Koné Adama, qui a dépeint le triste tableau de l’enseignement supérieur, du secteur éducation-formation dans son ensemble, qui a laissé place à des hommes d’affaires, où l’Etat a démissionné et laissé prospérer des opérateurs qui ne pensent qu’aux profits sans penser à la qualité de l’enseignement.

« Il faut qu’on revienne aux valeurs essentielles de gestion d’un pays et qu’on initie des contrôles » a-t-il suggéré. C’est pourquoi, il a appelé les étudiants à croire en eux, et à se donner les moyens de leur réussite « Vous avez un potentiel. Ce potentiel-là, personne d’autre ne pourra le vendre mieux que vous-mêmes. C’est à vous de savoir ce que vous voulez, de vous fixer des objectifs et de vous donner les moyens d’y parvenir.

Prenez votre destin en mains et réussir là où certains de vos aînés ont échoué.

» Ce fut une rencontre très enrichissante qui a vu la présence de Koné Apolline, directrice générale de AIM Côte d’Ivoire, qui s’est dit très impressionnée par la qualité des intervenants et la pertinence du thème abordé.

Source / Nouveau Réveil

Dernière modification lemardi, 21 décembre 2021 04:45