Bannière

Mise à jour 4:30 AM UTC, Jan 29, 2022
Flash info
A+ A A-

L’honorable Kanigui Mamadou Soro analyse la causerie de Guillaume Soro du 31 décembre

VOUS AVEZ DIS GOUVERNER AUTREMENT ! UNE TURPITUDE NE PEUT BLANCHIR UNE AUTRE.

Bonsoir très chers tous ! Je n'ai pas voulu commenter la communication publique de Guillaume Soro le 31 Décembre 2021. Je voulais passer à autre chose pour essayer de porter ma concentration sur ma mission parlementaire et les nombreux projets de développement du Président de la république dans l'ensemble des régions de notre beau pays et singulièrement dans le Kafigue. 

Mais apparemment vous aimez bien que je m'intéresse à vous. Je vais donc vous aider à analyser votre causerie bilan

1. Je trouve honteux et ridicule que quelqu'un qui aspire à diriger notre pays tente de convaincre l'opinion publique qu'il était normal que le Président de la république de l'époque prenne deux milliards de l'argent public pour lui offrir une villa.

Comment peut on revendiquer, comme un syndicaliste vénal, un acte manifeste de corruption des élites politiques ?

Tantôt Guillaume Soro prétend que la maison n'a jamais porté son nom ; tantôt il dit que la maison était pour accomplir sa mission de premier ministre ; tantôt il explique que monsieur Gbagbo lui a donné une maison et que le Président de la république, Alassane Ouattara la lui a arrachée. Mais enfin !

Comme vous êtes alliés aujourd'hui à monsieur Gbagbo, la cohérence veut que vous lui demandiez de témoigner pour affirmer et confirmer que c'était un don gracieux. Surtout un don supplémentaire au chef de sa rébellion déjà milliardaire pour qui il avait exceptionnellement doublé le budget de souveraineté de la primature qui était passé des 15 milliards à plus de 35 milliards de FCFA; au moment où le même Gbagbo balançait dans le visage des fonctionnaires et je cite " je n'ajouterai aucun centime sur vos salaires "; au moment où des millions de jeunes ivoiriens attendaient de l'État une petite aide pour lancer leurs entreprises, l'État se montrant de plus en plus incapable de les embaucher, que Gbagbo vienne dire aux ivoiriens qu'il avait autorisé que le trésor public achète une maison de deux milliards gracieusement à Guillaume Soro après avoir doublé son budget de souveraineté récolté dans la moitié du territoire.

VOUS AVEZ DIS GOUVERNER AUTREMENT !

Je voudrais enfin vous rappeler qu'au moment des faits, nous étions en 2008. En 2008 , les éléments des forces nouvelles souffraient à obtenir leurs primes de savons qui n'étaient que de 5000 F CFA par personne. De nombreux éléments ont perdu la vie pour une modique ordonnance. Aujourd'hui, tous ces éléments, qu'ils soient dans l'armée ou bien démobilisés, découvrent, effarés que leur chef s'était fait offrir clandestinement une villa de deux milliards de Francs CFA par celui que nous combattions . Jamais il n'a informé qui que ce soit, pas même après la chute du régime, nous qui, naïvement, tenions des réunions dans ladite résidence pour le " porter au pouvoir ". Il est vrai que quand on est pris la main dans le sac public, s'expliquer, c'est s'enfoncer.

UNE TURPITUDE NE PEUT BLANCHIR UNE AUTRE.

2. Tout homme politique sérieux qui veut briguer un mandat électif ( je dis bien la conquête démocratique et loyale, surtout du pouvoir d'État) doit, c'est une invariance de la lutte partisane, savoir que , dès qu'il exprimera ses ambitions, l'appareil d'État ira fouiller dans chaque millimètre de sa vie. Ses adversaires politiques en feront autant. Et c'est normal parceque le peuple doit être protégé contre les voleurs et tous les corrompus en goguette pour les joutes électorales.

Aux États-unis, l'on se souvient des courriels de la candidate démocrate, madame Hillary Clinton ; en France, il y a aussi l'affaire DSK le putatif candidat socialiste contre dame Nafissatou Diallo de New York pour ne citer que ces deux cas emblématiques que les citoyens du monde ont appris.

3. Demandez à Guillaume si un seul jour il a informé un membre de son cercle restreint sur son bien mal acquis ou encore sur le fait que le Président Ouattara l'avait pris la main dans le sac maudit de ses entourloupes putschistes en 2017. Mieux, le Président de la république détenait une preuve irréfutable contre lui, nous incriminant tous, y compris plusieurs militaires. Une cassette audio contre lui, l'incriminant indéniablement et formellement avait permis aux sachant de l'époque de lancer la boutade " c'est bouclé, c'est géré " . Demandez à Guillaume Soro s'il avait informé son entourage restreint ne serait-ce que pour trouver une solution avant 2020.

Je me souviens qu'en 2017 , l'ancien Premier ministre feu Amadou Gon Coulibaly, avait effectué une visite fraternelle dans le Kafigue. Le jour même de son arrivée, Guillaume m'avait appelé très tôt le matin pour me dire qu'AGC y allait pour annoncer à mes parents que je préparais un coup d'État avec lui et que je recevais des militaires chez moi chaque fois que j'étais à Korhogo. Il me dit alors que ce n'était pas une bonne idée de me rendre à la cérémonie. Après le coup de fil, j'ai réfléchi . Je me suis dis que ce n'était pas possible parceque Guillaume, lui-même était toujours président de l'Assemblée nationale . Le Premier ministre ne pouvait pas le laisser à Abidjan et aller porter de telles accusations à Sirasso. J'ai donc décidé d'aller à la cérémonie. Ce jour là, en plein discours, le Premier ministre m'interpella sur le fait que je ne portais pas le pagne de la cérémonie. 

" Kanigui, je vais te parler, non pas en tant que Premier ministre parlant au Député, mais de grand frère à petit frère :

" Pourquoi tu ne veux pas porter mon pagne ?

Je t'ordonne de porter mon pagne avant le repas. On est senoufo et c'est ton grand frère qui te parle ". Se retournant vers les parents il leur dit : " Ne vous inquiétez pas pour ce qui se passe entre Kanigui et moi. Ce qui me fait mal, c'est qu'avec Kanigui, on a fait trop de choses au RDR et à Korhogo. Le voilà assis et il sait de quoi je parle ".

Ce jour là, je pris le repas avec le Premier ministre, le Ministre Touré Mamadou et le Président Amadou Soumahoro alors Président du groupe parlementaire RHDP. La question du fameux coup d'État ne fût pas abordée.

Comme la plupart des détenus du 23 décembre 2019, ce sera devant le doyen des juges d'instruction, deux mois après notre arrestation, que nous saurons réellement ce qui opposait Guillaume Soro au régime.

4. Sachez que je ne suis pas comme Guillaume Soro. Je suis Député pour la troisième fois élu de façon triomphale surtout après ma sortie de prison . Je ne suis donc pas chômeur. C'est Guillaume Soro qui se croyait chômeur parcequ'il n'était plus président de l'Assemblée nationale alors qu'il était député. Moi je suis fier d'être Député. Je n'ai jamais couru derrière une quelconque nomination et je ne le ferai jamais. Guillaume a été premier ministre pendant cinq ans. Il sait quels sont ceux pour lesquels il a négocié des profils de carrière et autres. Moi je suis aujourd'hui ce que j'ai toujours été, soutenu par le terrain politique. Pour moi le terrain politique est non négociable. Je suis donc fier et libre.

En définitive, on s'est, pour une fois, trompé de combat en suivant Guillaume Soro. On a parfois envie de se taire par humilité et laisser le temps nous blanchir. On est obligé malheureusement, par engagement républicain, de vous rappeler la vérité historique et démocratique.

En Côte d'ivoire, les gens qui, comme moi, marquent leur territoire chaque jour, soutiennent le Président Alassane Ouattara et vous laissent peu d'espace pour exister politiquement si ce n'est sur les réseaux sociaux.

Je vous reviens très très bientôt pour enfin vous donner ma version, avec preuve, de notre désaccord en 2020.

Vous voulez savoir qui a trahi qui ? 

Je vous le dirai. Pour l'instant voilà ce que je pense de votre 31 décembre.

Que Dieu bénisse la Côte d'ivoire.

Le Premier Ministre Achi au PR Ouattara . Je veillerai particulièrement à la cohérence d’ensemble de l’action gouvernementale, tout en restant, constamment et humblement, à l’écoute de nos populations pour mieux anticiper leurs besoins,

Mieux comprendre leurs attentes, mieux expliquer le sens de notre action, mieux partager la prospérité nouvelle que nous bâtissons pour elles, sous votre leadership éclairé.

RÉPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE CABINET DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT PREMIER CONSEIL DES MINISTRES DE L’ANNEE 2022, Mercredi 05 ja MOT DE S.E.M. PATRICK ACHI PREMIER MINISTRE, CHEF DE GOUVERNEMENT

• Excellence Monsieur le Président de la République ; • Madame et Messieurs les Ministres d’Etat ;

• Monsieur le Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République ;

• Monsieur le Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République ;

• Messieurs les Ministres auprès du Président de la République ;

• Mesdames et Messieurs les Ministres ;

• Monsieur le Ministre Délégué ; • Madame et Messieurs les Secrétaires d’Etat ;

• Madame le Secrétaire Général du Gouvernement ;

• Mesdames et messieurs, Excellence Monsieur le Président de la République, C’est animée d’une joie sincère, que l’équipe gouvernementale que j’ai l’honneur de conduire, se rassemble ce matin autour de vous, à ce premier Conseil des Ministres de l’année consacré aux échanges de vœux traditionnels et où chacune et chacun de nous devra, chaque jour, se montrer digne de la confiance accordée.

Permettez-moi ainsi, Excellence Monsieur le Président de la République, de vous adresser au nom du Gouvernement et en mon nom propre, nos vœux les meilleurs pour cette année 2022, des vœux de Santé, de Paix et de Bonheur pour vous, votre Epouse Madame la Première Dame Dominique OUATTARA, ainsi que pour toute votre famille et tous vos proches. Que Dieu tout-puissant puisse continuer de vous accorder sa faveur et sa protection pour l’œuvre de développement économique que vous accomplissez à la tête de notre chère patrie, la Côte d’Ivoire.

Excellence Monsieur le Président de la République, Après la perte douloureuse du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly en 2020, l’année qui vient de s’achever fut marquée par une autre soudaine et dure épreuve, pour vous-même comme pour nous tous, avec la perte du Premier Ministre Hamed Bakayoko, le 10 mars dernier.

Je veux ici saluer la mémoire de nos frères, ces serviteurs talentueux de l’État et de la nation, engagés à vos côtés pour servir la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens. Ils continuent chaque jour de guider nos pas, nous obligeant à nous dépasser, pour honorer leurs efforts.

Excellence Monsieur le Président de la République, Après la tenue d’élections législatives historiques, par leur inclusion, leur pluralisme et leur transparence, le 6 mars 2021, l’équipe Gouvernementale formée sous votre haute autorité a amorcé la mise en œuvre de la vision 2030 et de votre programme de société « La Côte d’Ivoire Solidaire », plébiscité par les Ivoiriens lors des dernières élections. En dépit de la conjoncture budgétaire difficile des deux dernières années, due principalement à la gestion de la pandémie, nous avons su maintenir les grands équilibres macroéconomiques et budgétaires.

L’action du Gouvernement a été soutenue par des réformes ambitieuses et multisectorielles. Elles ont touché les infrastructures sociales essentielles, la santé, l’éducation et la formation, mais aussi le transport et l’urbanisme, le logement, le renforcement du dialogue avec le secteur privé, le développement des ressources animales et halieutiques et l’adoption en Conseil des Ministres du projet de loi portant création et organisation du pôle pénal économique et financier et des trois derniers projets de loi qui parachèvent la réforme du Code de la Famille.

Elles n’ont pas oublié enfin l’avenir, avec la nouvelle politique forestière, l’innovation et l’économie numérique, la culture et les industries créatives, l’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes. 

Excellence Monsieur le Président de la République, Au cours de l’année écoulée, vos orientations éclairées et votre soutien constant ont également permis au Gouvernement de traverser des périodes exigeantes, en faisant face aux crises qui pouvaient se présenter et en y apportant, du mieux possible, des réponses adaptées et réactives. Je veux ici mentionner :

- La gestion de la crise sanitaire, avec l’accélération constante de la vaccination qui permet à la Côte d’Ivoire de présenter aujourd’hui l’un des meilleurs taux de vaccination de la sous- région, un succès qu’il nous faut encore amplifier face aux menaces des nouveaux variants, tout en poursuivant le respect strict des gestes barrières ; 

- La crise de l’électricité, qui a pu être surmontée en préservant un équilibre entre la desserte des ménages, des entreprises et de la demande extérieure ; tout en opérant le renforcement de nos capacités de production tant structurelles que d’urgence ; - L’eau potable, avec les efforts entrepris pour la desserte de plusieurs points critiques dans des sous-quartiers d’Abidjan et à l’intérieur du pays ; - L’assainissement, avec les efforts également entrepris pour prévenir les risques d’inondations et de glissements de terrain ; - La reprise attendue du dialogue politique ; - Enfin, les menaces terroristes face auxquelles nos forces de défense et de sécurité affichent une résistance remarquable, grâce à votre leadership et au renforcement constant de leurs moyens techniques et humains. Excellence Monsieur le Président de la République, Au-delà des grands enjeux de notre Nation, permettez-moi au nom des membres du Gouvernement, de saluer votre leadership puissant et constant, sur les grands enjeux sous-régions et internationaux, contribuant au nouveau rayonnement africain et mondial de la Côte d’Ivoire.

En guise d’illustration, je voudrais rappeler votre plaidoyer à l’occasion de la 20ème reconstitution des fonds de l’Association Internationale de Développement- IDA de la Banque Mondiale qui vient d’être bouclée sur un succès historique de 93 milliards de dollars US mais également votre apport inestimable aux solutions de crise dans certains pays frères de notre sous-région. 

Excellence Monsieur le Président de la République, Lors de votre adresse à la Nation le 31 décembre, vous avez donné les principales orientations de l’action gouvernementale pour cette année 2022, autour de trois priorités majeures, directement issues de votre vision 2030 et du PND 2021-25 la développant: la transformation de notre économie d’abord, l’emploi de notre jeunesse ensuite, la bonne gouvernance de notre État comme de notre société enfin. Ainsi, en ce qui concerne la transformation de notre économie, il s’agira en 2022 d’accélérer tous les projets de réforme et de modernisation en cours. Au premier chef desquels ceux concernant la modernisation de notre agriculture, mais aussi le développement de nos infrastructures économiques structurantes, en vue de toujours améliorer la compétitivité de notre économie comme la qualité des services délivrés aux usagers.

Nos efforts porteront également sur le développement des infrastructures industrielles, notamment les zones industrielles d’Abidjan et celles jouxtant les grandes villes de l’intérieur du pays, souvent dédiées aux secteurs de la transformation de nos matières premières, mais également les zones économiques spéciales et les zones économiques portuaires. Le développement de ces infrastructures industrielles, et des bassins d’emploi puissants qu’elles structureront durablement, s’intègre pleinement dans votre vision d’un développement régional toujours plus équilibré pour la Côte d’Ivoire, permettant de mieux structurer l’espace économique national comme l’aménagement du territoire, en promettant à chaque Ivoirienne et chaque Ivoirien, une même qualité de vie, quel que soit l’endroit où il naît, grandit et choisit de bâtir son foyer et son destin.

Pour soutenir la transformation de nos matières premières agricoles et minières au plus près des zones de production, nous veillerons à mettre en place un écosystème adapté et des systèmes publics d’amorçage du secteur privé, pour mieux favoriser une dynamique économique locale, créatrice d’emplois pour les jeunes comme pour les femmes. A cet effet, le Gouvernement entreprendra des réformes aux plans institutionnel, financier et opérationnel en vue de promouvoir et soutenir les PME nationales, via le programme dit des « champions nationaux », ainsi que des chaines de valeurs entières, parmi la dizaine de secteurs stratégiques identifiés pour le renforcement de notre économie et de ses capacités exportatrices.

Parallèlement, l’action du Gouvernement tendra à renforcer les bases structurelles des activités de production alimentaire, notamment le riz, le maïs, le soja, la banane plantain, les cultures maraichères, les produits d’élevage. L’objectif stratégique est clair : moderniser l’activité pour gagner en productivité, gagner en compétitivité, gagner en transformation locale, gagner en autosuffisance alimentaire nationale et enfin gagner à l’export ! 

Concernant votre deuxième priorité, l’emploi de notre jeunesse, elle sera au quotidien une préoccupation constante de ce gouvernement tant elle incarne la bataille la plus stratégique, la plus essentielle au regard de l’intensité de notre croissance démographique, du défi de l’inclusion de nos jeunes vers l’emploi et une vie décente, et donc in fine du caractère durable de notre stabilité nationale comme de notre prospérité commune. L’enjeu de la massification des emplois stables est indissociable de nos efforts pour le développement du secteur privé, et en particulier des PME ivoiriennes. A cet effet, nous renforcerons la synergie d’actions que nous menons aujourd’hui, entre le développement des formations techniques et professionnelles qualifiantes, l’école de la seconde chance, le service civique national et les mesures favorisant l’entreprenariat des jeunes.

 Par ailleurs, selon votre demande, le deuxième Programme Social du Gouvernement, prévu pour durer 3 ans jusqu’à fin 2024, sera déployé sur l’ensemble du territoire national, afin de poursuivre la réduction de la pauvreté, notamment à travers le financement des Activités Génératrices de Revenus au profit des communautés de personnes vulnérables, notamment dans le Nord du pays, agissant là comme un pilier complémentaire de lutte face à la menace terroriste, qui s’insère toujours plus facilement dans les zones fragiles. Excellence Monsieur le Président de la République,

Votre troisième priorité, la promotion de la Bonne Gouvernance et la Lutte contre la Corruption fut l’objet d’efforts soutenus de la part du Gouvernement au cours de l’année écoulée. Tous les ministres et moi-même avons bien noté la clarté et l’exigence de votre ambition et vos instructions pour amplifier en 2022 notre action dans ce domaine clé, où les attentes élevées de nos populations répondent légitimement à la hauteur des vôtres. L’exemplarité et la redevabilité seront plus que jamais au cœur de l’action administrative. Les contrôles et audits seront amplifiés, leurs conclusions mises en œuvre. La digitalisation de notre administration sera accélérée, pour faciliter et rendre plus efficients les services aux citoyens et accroitre les revenus de l’État.

Nous veillerons à ce que la célérité, la rigueur et la discipline dans la gestion guident la mise en œuvre des programmes de travail au niveau de chaque département ministériel. La recherche d’une meilleure performance opérationnelle, en particulier en termes de capacité de taux d’engagement et de décaissement des crédits budgétaires fera l’objet de notre attention constante.

Excellence Monsieur le Président de la République, Le Gouvernement a clairement compris le cap que vous avez bien voulu fixer lors de votre adresse à la Nation, pour une action administrative de qualité, en réponse aux attentes légitimes de nos concitoyens. C’est au nom de chacune et de chacun des Membres du Gouvernement ici présents, que je veux m’engager à ne ménager aucun effort en vue de mener avec dévouement, rigueur et efficacité ces actions stratégiques, pour la bonne marche en avant de notre Nation et la pleine réalisation de votre ambition.

Je veillerai particulièrement à la cohérence d’ensemble de l’action gouvernementale, tout en restant, constamment et humblement, à l’écoute de nos populations pour mieux anticiper leurs besoins, mieux comprendre leurs attentes, mieux expliquer le sens de notre action, mieux partager la prospérité nouvelle que nous bâtissons pour elles, sous votre leadership éclairé.

Enfin, pour continuer à faire grandir notre climat de concorde civile, de paix et les avancées démocratiques que vous avez su construire, la cinquième phase du dialogue politique que nous avons lancée selon vos vœux, sera poursuivie. Excellence Monsieur le Président de la République, Je ne saurais terminer mon propos, sans vous traduire, à nouveau, les vœux et les prières de chacune et de chacun des membres du Gouvernement de notre République. Que l’Éternel dans son infinie miséricorde puisse, en 2022 comme depuis une décennie, vous assister, vous protéger, vous éclairer, vous inspirer pour qu’avec vous, la Côte d’Ivoire continue de grandir et les Ivoiriens, de mieux vivre.

Je vous remercie.

Par / Idriss Dagnogo: " Nous pensons qu’il serait opportun d’épingler certains dangers que recèle un recours aux émotions dans la sphère politique, de soulever des procès semble-t-il à tord ou à raison.

RÉINTÉGRATION DES SÉDITIEUX PAR LE P.R OUATTARA / COLÈRES ET ÉMOTIONS DES MILITANTS RHDP

Par Idriss Dagnogo  /  La nomination de AMON Tanoh au Secrétariat Exécutif du conseil de l'entente, une organisation sous régionale a engendré une vive polémique au sein des militants des partis politiques. Avant lui, il y a eu AFFI N’Guessan qui fut envoyé après sa sortie de prison au Ghana en qualité de représentant du Chef de l'Etat aux funérailles de Jerry Rawlins.

En effet, ces personnalités politiques ont contribué de loin ou de près à la mise en place d'une organisation séditieuse criminelle en vue de faire tomber le pouvoir en place. Parmi ces leaders figuraient le Président BEDIÉ, Mabri TOIKEUSSE, Kakou GUIKAHUÉ etc. La mise en liberté de ces prévenus et leur réintégration à la vie politique sans passer par la case justice crée l’émoi et l’effroi chez les militants RHDP.

Nous pensons qu’il serait opportun d’épingler certains dangers que recèle un recours aux émotions dans la sphère politique, de soulever des procès semble-t-il à tord ou à raison. Mais également de s’interroger sur la stratégie à adopter à l’égard de toutes velléités fictives ou réelles, et de remettre un peu plus de nuances dans nos assertions. 

Et face à certaines mises en scène par notre classe politique, force est de constater que les militants se perdent en conjectures. La complexité du suivi et de compréhension des faits politiques conduit parfois à un recours aux émotions.

Ce recours aux émotions pourrait-il changer le cours du jeu politique enfreint de déceptions et colères ? Non, nous ne le croyons pas avec le Président Alassane OUATTARA. Sa politique à l'effet de réconcilier les ivoiriens lui tient tellement à cœur qu'il n’ose recourir ni prendre en compte les affects de ses adversaires et partisans qui risquent de nuire à son plan d'action. Ses appels à l'union et à la réconciliation furent des appels raisonnables depuis sa prise du pouvoir d'Etat.

En effet, les émotions doivent être utilisées comme déclencheurs, mais seuls les outils de la raison critique, en venant s’y arrimer, permettent de promouvoir et de mener à bien un projet émancipateur de cohésion sociale et politique. Il faut procéder à une reconfiguration politique autour d’un nouveau rêve républicain. 

Cependant, une amnistie éventuellement justifiée dans un contexte donné, ne relève en aucune façon du pardon, quand elle n’est pas un défi à la justice. Car il importe de rappeler que la sphère politique est d’abord structurée par l’exigence de la justice. Tel est le concept central. La justice permet de désigner le mal, de nommer le coupable, de sanctionner les délits, donc d’opérer des gestes indispensables pour les victimes et nécessaires en prélude à une réconciliation des parties en cause. Ainsi la justice a une place indispensable, et comme on dit, « il faut que justice passe » sous peine de perpétuer la violence ou des frustrations lourdes de conflits ultérieurs. 

En revanche si le Président de la République veut éventuellement la réintégration des criminels dans la société politique, il doit s’assurer de la bonne foi des instigateurs criminels, du pardon sincère avant de réinscrire les coupables dans le circuit de la vie sociale et économique. Le pardon n’aura de portée réelle que sur la base et la présupposition de l’exercice de la justice.

D’où l’importance d’instituer ou de fortifier les tribunaux qui puissent se saisir ou être saisis des crimes comme ceux qu’on a connus.

À lire aussi  N'douci Gbolouville ·

AMON-TANOH A PEUT-ÊTRE OBTENU UN POSTE POUR ASSURER SA POPOTE MAIS IL N'A PLUS DE CRÉDIBILITÉ POLITIQUE Il suffit de faire un petit retour en arrière pour se rendre compte que ce n'est pas la première fois que Alassane Ouattara procède à des NOMINATIONS AUSSI INATTENDUES que celles de dissidents à l'instar de Marcel Amon-Tanoh.

Mais que sont-ils devenus après, politiquement parlant ?

Souvenez-vous de Jacqueline Lohoues Oble. Elle a avait fait défection à la vielle d'un important congrès du RDR en 1999. Et plus tard c'est à dire en 2010, elle se signalera dans le gouvernement fantôche de Laurent Gbagbo en tant que ministre de l'Education. Malgré tout, elle siège au Conseil Constitutionnel sous la présidence de Alassane Ouattara. Quant à Professeur Ouraga Obou, le farouche défenseur de la citoyenneté ivoirienne de Alassane Ouattara pendant ses années d'opposition était devenu à la dernière minute un virulent défenseur du projet de gouvernance de LMP au moment de la campagne présidentielle en 2010. Mais c'est lui qui avait été désigné par le chef de l'Etat, président du comité d'expert chargé de rédiger la Constitution de 2016.

Il est donc clair que le Président de la République n'a jamais eu l'intention de PUNIR qui que ce soit pour des DIVERGENCES POLITIQUES.

Marcel Amon-Tanoh s'est excusé comme d'autres avant lui, et s'est dit disposé à servir son pays. Cela lui vaut à nouveau la confiance de Alassane Ouattara pour assurer les fonctions de secrétaire exécutif du conseil de l'Entente. C'est aussi ça le nouveau visage de cette Côte d'Ivoire. Il faudra désormais prendre en compte l'importance de la RÉCONCILIATION dans le fonctionnement normal de la JUSTICE et le PARDON qui donne lieu à des scènes surréalistes en politique classique. Amon-Tanoh a peut-être obtenu un poste pour assurer sa popote, mais il n'a plus de crédibilité politique. C'est aussi ça la réalité !

Ce n’est pas le budget qui fait la Can. Ce sont les joueurs qui vont la Can sur le terrain.

Audit de la FIF, mauvaise gestion, Eléphants, CAN, etc. : Mariam Dao Gabala casse les papo 5 janvier 2022 

Mariam Dao Gabala, commité de Normalisation de la FIF La présidente du Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (CN-FIF), Mariam Dao Gabala a accordé une interview, vendredi 24 décembre à son Cabinet, afin de se prononcer sur plusieurs sujets concernant sa mission. Elle est revenue également sur l’affaire des chèques des clubs qui étaient absents lors de sa dernière concertation, le 18 décembre dernier. 

Vous avez déclaré au cours de votre dernière conférence, qu’en vue de la Can, le staff du sélectionneur Patrice Beaumelle serait renforcé. A quel niveau, êtes-vous avec ce sujet.

Une question à 2 niveaux. Il y’a l’encadrement technique et l’encadrement administratif. Effectivement au niveau de l’encadrement administratif, nous avons eu des changements. Nous avons sorti une décision qui nomme l’équipe qui va encadrer les Eléphants. Donc on a un coordinateur général, qui fait office de Manager, on a aussi le Media officer qui ont été changés. Et y’a certains postes qui ont été supprimés.

A lire aussi : Mariam Dao Gabala payée à 27 millions FCFA ? Voici ce qu’elle gagne réellement à la FIF 

Comme vous savez, on est dans une période de contingences où il faut aussi optimiser du côté des dépenses. Nous avons voulu créer aussi au niveau des Eléphants, une ambiance calme, apaisée où ils vont se sentir à l’aise, où il n’y aura pas de rumeurs. C’est ce qui nous a motivés lorsque nous avons fait ce réaménagement administratif. Et puis en tant que Comité ou administrateur, nous avons besoin de travailler avec des personnes à qui nous avons confiance.

En ce qui concerne les aspects techniques, évidemment nous en avons parlé la dernière fois. Il y’a toute une équipe d’anciens joueurs qui vont aider, si j’ose dire, le Coach Beaumelle. On est rentré en contact avec Yaya Touré, Didier Drogba on est pourparlers avec d’autres. Mais en fait ce sont des personnes qui vont un peu être d’appoint pour non seulement aider à motiver les joueurs, mais qui vont aussi offrir leur compétence au coach Beaumelle.

Le chronogramme de la dernière étape de la normalisation est-il tenable ?

Le chronogramme est tenable si tout le monde y met du sien. Parce que, qu’est-ce-qui nous reste à faire ? Il nous reste 3 Assemblées générales à organiser. L’Assemblé générale d’adoption des comptes et du quitus, l’AG de révision des textes et l’AG élective. Donc si nous réussissons à faire les 2 Assemblées générales, adoption des comptes et révision des textes au mois de février, il n’y a pas de raison pour ne pas arriver au mois de mars. Disons que c’est nous-même qui avons donné ce chronogramme à la FIFA, pour leur dire que c’est tenable dans ces trois mois à venir.

Avez-vous reçu le document de la prorogation de votre mission ? 

Oui, nous allons la diffuser aux clubs dès aujourd’hui. Et une fois qu’on aura diffusé aux clubs, on la diffusera à la presse. Je tiens toujours à dire que les clubs sont nos premiers interlocuteurs. Donc c’est à eux d’avoir la première information avant que ça n’aille au grand public. Donc donnez-moi au moins l’honneur de leur faire honneur. En disant vous êtes les premiers destinataires d’un certain nombre d’informations.

Donnez-nous les difficultés fondamentales du premier délai qui n’a pas été respecté.

La difficulté, elle était de 2 ordres. Le premier ordre, c’est par rapport à l’adoption des comptes. Par rapport à l’adoption des comptes, nous avons dû refaire avec le commissaire aux comptes tout le trajet de certification. Donc les inventaires, on a dû les refaire, on a dû les refaire même 4 fois. On a dû envoyer une équipe en Europe pour faire l’inventaire qu’il y’a en Europe. Il a fallu circulariser l’état. Pourquoi ? Parce que dans le premier rapport, il y avait une réserve sur une enveloppe qui était tellement importante qu’il fallait réduire ces réserves-là au minimum pour avoir une situation très claire de l’institution. Dans ses réserves, il y avait un volet qui s’appelait créances à l’État. 

Donc il a fallu circulariser l’Etat pour savoir vraiment est-ce que vous devez ça à la FIFA ?

L’État a répondu, les fournisseurs ont répondu, les banques ont répondu. Donc en ce moment-là, il nous faut passer un certain nombre d’écritures en accord avec le commissaire aux comptes, pour qu’une bonne fois pour toutes la situation soit clarifiée. Donc ç’a été un travail de longue haleine. 

Mais ç’a été un travail qui a été payant parce que tout le monde a répondu. Par exemple, la question des comptes ç’a retardé, c’était juste une question de mécanique et une question de méthodologie. Nous pensions que ça allait aller plus vite, parce qu’en pensant qu’un certain nombre d’étapes avaient déjà été faites. Mais on a repris toutes les étapes à zéro pour que une bonne fois pour toutes on ait des comptes clairs, transparents qui reflètent la réalité même de l’institution.

Mariam Dao Gabala : « J’ai l’assurance que nous allons battre les Lions qui se disent indomptables » Mariam Dao Gabala a accordé une interview à son Cabinet, afin de se prononcer sur plusieurs sujets concernant sa mission

Par rapport aux textes, le code électoral, il est prêt depuis. Donc c’est vraiment sur les statuts qu’il y’a eu beaucoup d’allées et venues avec la FIFA. Et c’est très clair, vous allez voir quand vous allez le recevoir que, dans la note de prorogation, ils ont bien mis en exergue que ç’a été un travail de va-et-vients. Vous savez, le monde du sport évolue, les textes évoluent et même à la FIFA les textes évoluent.

Les textes d’hier ne sont pas forcément ceux d’aujourd’hui. Donc par rapport à la FIFA, ils ont fait 2 genres de revue. La première revue a été de s’assurer que les points essentiels pour la FIFA sont fixés dans les statuts. Il y’a des points essentiels qu’on ne peut pas enlever qui sont des points qui sont commune à toutes les Fédérations mais ils veulent voir ces points-là exister dans les statuts. 

A lire aussi : Mariam Dao Gabala avertit à propos des audits à la FIF : « Tout ce qui est caché se saura » 

Le deuxième aspect, ils ont regardé les aspects innovants qu’on a apportés, et ils ont approuvé certains, il y en a d’autres ils nous ont dit écoutez, votre proposition est intéressante, elle est même valable mais dans le cas particulier de votre Fédération, avec tous les conflits qu’il y’a, si vous les mettez en œuvre, on dira que vous avez envoyé ça pour éliminer certains candidats ou bien pour organiser une fraude électorale. Et ça, je vais vous donner un point particulier. Quand nous avons fait la revue des clubs, on les a rencontrés tous. 

Mariam Dao Gabala a accordé une interview à son Cabinet, afin de se prononcer sur plusieurs sujets concernant sa mission 

Les clubs de district et les clubs de région ont toujours dit qu’ils ne comprenaient pas pourquoi ils n’étaient pas représentés à l’Assemblée générale. Ils ont même fait des propositions. Fort de ça, nous avons fait une proposition de les intégrer par représentation, au niveau des statuts en tant que membres actifs. Ils (FIFA) nous ont dit, c’est vrai, il faut élargir la représentation mais aujourd’hui si vous le mettez, on va dire que vous avez privilégié peut-être un candidat par rapport à l’autre.

Que ce sont les personnes de tel candidat. Donc ils disent, pour éviter la polémique, une polémique inutile autour, ne le mettez pas. Par contre, on est d’accord sur le principe. Ce principe pourrait être mis en œuvre par le Comité qui sera élu. C’est juste pour vous dire que ça fait des allers-retours. On a eu notre réunion le 18 décembre, on a reçu les textes le 17 décembre à 00h28 minutes. Pour dire la dernière revue de la FIFA est arrivée le 17 à 00h28 minutes. 

Donc on ne pouvait pas diffuser un texte sans savoir l’accord de celui qui nous a mandaté, qui est, si j’ose dire, la maison mère, de la FIF qui est tenue de respecter aussi les critères de la FIFA et de la CAF. Voilà, je pense que ç’a été ça mais le rythme de travail a été intense. On ne peut pas mobiliser des sommités du droit comme Pr Martin Bléou ou comme Me Abbé pour un travail qui ne sera pas à la hauteur. Donc c’est un travail qui a été fait avec tout le sérieux et avec toute la rigueur.

Le non-respect des délais ne peut pas être considéré comme un échec ? 

Non ce n’est pas un échec ! Je dis souvent que la fin d’une chose est mieux que son commencement. Ce n’est pas un échec. Si c’était dû au fait qu’on n’avait pas été capable de produire les textes, ç’a aurait été un échec. Mais on a produit les textes, on les a peaufinés, avec celui qui nous a mandatés, et c’est ce peaufinement qui a pris du temps.

Fifa : Vers un Mondial bisannuel avec des équipes différentes C’est comme ça que je le vois, au contraire, ça nous permet d’avoir des textes qui vont répondre au besoin des clubs et aussi répondre au besoin de la FIFA. Je pense que c’est bien pour ça qu’ils ont demandé qu’on revoie les textes et c’est pour ça qu’ils ont choisi des sommités comme le Pr Martin Bléou et Me Abbé pour la révision des textes. Donc ce n’est pas dû à notre seul vouloir. Le code électoral était prêt depuis mais on attendait de nous mettre d’accord sur les statuts. 

Donc quand vous me demandez si on a reçu les textes, oui on a reçu les textes, on les a déjà même distribués aux clubs qui pourront les regarder. À partir du 27 de ce mois, le Pr Bléou va rencontrer les clubs de Ligue 1, on a fixé des dates pour les clubs de Ligue 2. Il va les rencontrer à partir du 27 décembre et après, sur toute la durée du mois de janvier pour qu’on aille à une Assemblée dans un environnement où tout le monde a compris le pourquoi et le comment les textes ont été faits.

Quelle est votre version sur l’histoire des chèques des clubs que vous auriez bloqués pour punir les absents à votre réunion de concertation du 18 décembre dernier ?

Ma mission n’est pas de punir, ma mission n’est pas de contester, ma mission n’est pas de salir. Ma mission c’est de ramener la paix et de ramener la normalité au sein de la FIF. Ceux qui ne sont pas venus, c’était leur droit. Ils ont leur droit de venir, ils ont le droit de ne pas venir, ce n’est pas un souci. Il s’est trouvé que la réunion s’est tenue le samedi 18, le 19 décembre je suis allée à Yamoussoukro pour le Sénat.

A mon retour du Sénat j’ai remis, puisque tout était parti avec moi à la maison. J’ai remis les éléments à la comptabilité qui a donné. Je ne vais pas quand même sacrifier ma mission du Sénat, je veux dire juste pour des chèques d’ailleurs, ce sont des chèques, je ne peux pas le donner à n’importe qui je veux dire. Je les ai gardés dans un coffre-fort pour pouvoir les remettre à qui de droit. C’est tout simplement ça ma vérité. Il fallait que je sois au Sénat pour la session plénière et c’est exactement ce que j’ai fait. On ne va pas tout sacrifier pour la FIF quand même. On a d’autres missions. 

Mariam Dao Gabala : « Si l’Africa Sport est descendu en deuxième division c’est sa faute » Cette question m’inspire. Il y’a eu un audit au sein de l’institution. On a entendu tellement de choses.

Que révèle le rapport de l’audit concrètement ? 

L’audit, je l’ai dit qu’il y avait que les clubs qui devraient l’avoir en premier lieu .Et vous savez que un rapport d’audit, y a des clauses de confidentialité et ces clauses de confidentialité disent que l’audit doit aller aux commanditaires. Nous sommes là pour les clubs et donc c’est aux clubs que ça devait aller. Et je voulais vous prendre à témoin. Est-ce que depuis que nous sommes là, nous avons dit ce qu’il y avait dans l’audit ? Donc quiconque commence à s’excuser s’accuse. Nous, nous avons tenu parole. Nous avons dit que les résultats de l’audit, c’est aux clubs que cela doit aller en priorité.

Vous avez la FIFA, vous avez les clubs et vous avez l’Etat. Voilà les 3 personnes destinataires de l’audit. Par rapport à la clause de confidentialité même, et parce que ce n’était que la première phase de l’audit, nous avons demandé aux clubs de venir le consulter sans en prendre copie. Parce que derrière, il y a aussi la notoriété du Cabinet, donc on ne peut pas recopier comment ça. Et ce n’était que la première phase de l’audit et ça, je voulais le dire. On n’a jamais accusé personne. Jamais. Je vous prends à témoin et je vous dis de me sortir à quel moment nous avons pu en tant que Comité de normalisation, indexer qui que ce soit, jamais.

Donc les résultats de l’audit sont restés secrets, enfin ils sont restés au niveau des clubs, pour la première partie, au niveau de l’Etat et à notre niveau. Donc quand vous nous demandez la réalité de l’audit, demandez à ceux qui ont commencé à parler des éléments de l’audit dont la presse. Nous allons en parler en temps opportun. Toujours par rapport à cet audit, on nous parle d’audit contradictoire. Et je pense que là, il ne faut pas bluffer les Ivoiriens. Il ne faut pas bluffer les Ivoiriens. 

Depuis quand est-ce qu’il est exigé un audit contradictoire s’il n’y a pas accusation ?

Ca, c’est la première des choses. L’audit n’a pas été fait pour accuser qui que ce soit. L’audit a été fait pour faire un état des lieux. L’état des lieux a été fait, mais personne n’a été accusé donc si vous commencez à vous défendre par rapport à l’état des lieux, ça veut dire que vous vous accusez. En tout cas, l’accusation ne vient pas de nous. Le moment n’est pas arrivé d’y aller. Nous attendons la deuxième partie de l’audit. Donc ça, c’est déjà un élément, soyons clair.

Deuxième élément, les clubs eux-mêmes ont élu un commissaire aux comptes, que fait le commissaire aux comptes pour certifier les comptes ? Il fait un audit.

N’est-ce pas le meilleur audit contradictoire que nous pouvons avoir ?

Puisqu’il est élu par les clubs et il est indépendant. Donc nous avons commandité un audit indépendant, les clubs eux-mêmes de par leurs statuts et de par la règlementation, ont commandité un commissaire aux comptes qui, lui, va faire son audit. Donc est-ce qu’on a besoin encore de faire un troisième audit ? Si on a besoin d’aller à un troisième audit, c’est que vraiment y’a un besoin de justification quelque part. 

Pour l’instant, nous n’avons rien dit, donc voilà. Et je veux dire, bon Dieu, ce n’est pas la première fois qu’on remplace, si à chaque changement de Conseil d’administration dans une société ou dans une association, on doit passer le temps à faire des audits contradictoires, la vie de l’association va s’arrêter. C’est pas la première fois qu’on change de Conseil d’administration, ce n’est pas la première fois qu’on change de Direction même à des plus hauts niveaux, dans des banques etc. Il n’a jamais été question de recevoir l’équipe pour expliquer.

Expliquer quoi si tout est clair. Je me pose la question, expliquer quoi si tout est clair ?

Deuxièmement nous n’avons pas changé l’équipe en place. Ceux qui ont passé les écritures sont encore là. Et c’est ceux qui ont passé les écritures qui doivent justifier, c’est ceux qui ont conservé les états financiers, les pièces justificatives qui doivent être interrogés, ils sont là. Ils ont été interrogés par les auditeurs, ils ont été interrogés par le commissaire aux comptes, Il n’y a pas besoin d’aller justifier encore quoi que ce soit.

Donc je voudrais rétablir ici la vérité et dire qu’il ne faut pas prendre les Ivoiriens pour des analphabètes. Il y a des règles dans les audits et les clubs ne sont pas non plus des analphabètes, c’est pas la première fois qu’ils ont des commissaires aux comptes et c’est pas la première fois qu’on change de président, qu’on fait un audit, et qu’on ne crie pas au complot et qu’on ne crie pas à l’audit contradictoire etc. Les choses se sont faits de façon pacifique et ils peuvent se faire de façon pacifique.

Mariam Dao Gabala, présidente CONOR-FIF Mariam Dao Gabala, présidente CONOR-FIF Quelles sont les rémunérations des membres du CN-FIF ?

 Le travail que nous faisons est bénévole, il est bénévole. Nous jouons le rôle de Conseil d’administration, il est bénévole. Ce que la FIFA nous donne, c’est ce qu’ils appellent les éléments de défraiement de frais et je vous assure que moi, en tant que consultante internationale, c’est une journée de consultance internationale pour moi. Et ça n’a rien à voir avec les rémunérations que j’ai de part et d’autre. Il y en a qui disent on gagne 17 millions, 27 millions, 20 millions. Comme je dirais à mes amis du Comité de normalisation, comme on dit d’accepter que je dise que ce qu’on nous donne comme défraiement de frais c’est 2000 dollars. 

Et ces 2000 dollars, ça fait peut-être 6 mois qu’on ne les a pas réclamés tellement on est pris là-dedans, c’est les factures que nous faisons, que nous ajoutons à nos rapports. Cela me permet aussi de ramener la vérité sur un certain nombre de choses. Quand vous avez une mission internationale, quand elle vous confie une mission, tout ce que vous faites, même votre méthodologie, vous vous mettez d’accord avec eux par rapport à cette méthodologie. J’ai vu dans les journaux, on attaque un certain nombre de choses. Il faut être professionnel jusqu’au bout. On ne peut pas venir, être mandaté par la FIFA et faire des choses sans l’accord de la FIFA. Tous les mois, nous faisons un rapport à la FIFA. 

Nous nous sommes décidés de le faire tous les 3 mois. Parce que c’est trop, prenons et même pour le dernier semestre c’est plutôt 4 mois que nous avons fait. Donc dès notre arrivée, on a commencé par fixer le cadre en disant, écoutez pour que nous travaillions vu l’environnement, voilà ce dont nous avons besoin. Ça nous a même pris un mois de négociation avec eux. On ne peut pas demander à un Comité de venir sans qu’il ait une assistante. Même l’assistante, ç’a été négocié avec eux. On ne peut pas demander que nous arrivions, que nous ayons un travail à faire dans un environnement délétère sans avoir un directeur de Cabinet, c’est ce qui a été fait.

L’experte comptable, écoutez, si on vous demande, vous faites un audit, vous gardez les mêmes personnes qui sont là, vous avez besoin d’un expert-comptable pour s’assurer que les choses se passent bien, et c’est ce que nous avons fait. Les termes de référence de l’expert-comptable, sa rémunération, tout a été validé avec la FIFA et elle est en rapport quotidien avec la FIFA pour leur donner les informations dont ils ont besoin. Donc aucun recrutement n’a été fait sans la Fifa. On leur a dit si vous voulez que notre mission se passe très bien, voici les points dont nous avons besoin. Et ça, ç’a été fait, on a discuté pendant un mois, on s’est mis d’accord dessus et on a enclenché.

Mais c’est tellement naturel, que je ne comprends pas qu’il y ait des polémiques dessus. Prenez même un nouveau président de Conseil ou un nouveau directeur général, il vient toujours avec son équipe derrière pour l’aider. C’est peut-être des personnes qui n’ont jamais eu de gestion au niveau international donc ils se plaignent peut-être du fait que cela ait été fait mais quand vous êtes à l’international, c’est quelque chose qui se fait naturellement et tout a été fait avec l’approbation de la FIFA. De la même manière l’audit même de l’état des lieux que nous avions fait, il a été fait avec l’approbation de la FIFA.

Les termes de références, l’appel d’offres, la sélection des Cabinets tout a été fait avec eux. Enfin, c’est mal nous connaitre de penser qu’on fait des choses. Je veux dire je préside des Conseils d’administration internationaux, et je suis même une rigueur personnelle pour moi de transmettre au niveau national les rigueurs que je maintiens au niveau international. Donc pour moi, c’est quelque chose de tout à fait normal et je voulais revenir dessus parce que je trouve que quelque part, salir l’honorabilité de ces personnes, c’est quelque chose qui mérite qu’on réfléchisse par deux fois avant de le faire. 

Mariam Dao Gabala : ‘’Je suis reconnaissante au Président Ouattara de m’avoir nommée sénatrice’’ Ce n’est ni honorable pour la Cote d’Ivoire ni honorable pour les cités qui le font. Ils pensent peut-être qu’ils atteignent des personnes qui sont venues nous aider mais en fait c’est leur propre honorabilité et leur propre conscience personnelle qu’ils exposent à ce niveau-là. Donc c’était important pour moi de revenir dessus parce que, c’est quelque chose de tout à fait normal, c’est une pratique normale de management au niveau international et ça devrait se faire aussi au niveau national. Donc on est toujours dans notre rôle de normalisation d’emmener une standardisation de la procédure à ce niveau-là. 

Est-ce vrai que le CONOR-FIF a recruté des experts et des assistantes pour sa mission ?

Si oui, avez-vous obtenu l’accord de la FIFA pour ces recrutements ?

Oui, nous avons recruté des assistantes pour notre mission, c’est tout à fait normal. Vous rentrez dans un environnement qui est délétère. Vous rentrez dans un environnement avec des suspicions, vous venez avec votre équipe. Et cette équipe a été approuvée et le financement pour cette équipe a été donné. Dans n’importe quelle transition, ce sont des choses qui se font. Donc il n’est pas question d’aller chercher le sexe des anges, c’est quelque chose qui est tout à fait normale, il suffit d’être habitué à une gestion internationale et ce sont des choses qui se font naturellement. 

La normalisation à un personnel qui est rémunéré mensuellement par la FIFA ?

Oui parce qu’ils ont des contrats de mission, et ce sont des contrats de missions et leur mission s’arrête avec la normalisation. On n’a fait aucun recrutement à durée déterminée. Ce sont tous des contrats de missions qui sont liés à la mission de la normalisation. 

Le CONOR-FIF bénéficie-t-il de moyens financiers de la FIFA ? 

Oui, puisque nous avons fait un budget de fonctionnement et ce budget de fonctionnement a été adopté. Donc n’on a aucun souci là-dessus. C’est un financement Fifa, il y a même un compte spécial du Comité de normalisation qui a été ouvert pour ces aspects-là. Donc tout est transparent, la Fifa est informée. Nous avons dit que nous allons travailler avec 3 critères, la transparence, la rigueur et le professionnalisme. Et c’est avec ça que nous travaillons. Evidemment la rigueur peut déranger mais c’est ce qui nous faut apporter. La transparence peut déranger mais c’est ce qui nous faut apporter. C’est ce sur quoi on s’est mis d’accord dès le début quand nous avons commencé notre mission.

Madame la présidente, bénéficiez-vous aussi d’un financement public dans le cadre de cette mission

Pour le CONOR non, le financement public est destiné à la FIF et au fonctionnement de la FIF. Nous avons les subventions qui nous permettent de payer des subventions aux clubs etc. Donc c’est normal, la loi sur le sport nous permet de bénéficier de la parafiscalité et c’est cette parafiscalité qui permet en gros à la FIF de fonctionner. Par exemple, pour booster le football féminin, la Fifa a un budget spécial football féminin. Et donc pour pouvoir relancer le championnat de l’année dernière, nous avons dû solliciter ce budget pour que ce championnat puisse avoir lieu. Et pour cette année, ça va être la même chose, nous allons solliciter un budget spécial de la FIF pour que ce championnat ait lieu. Tout ça, c’est pour ne pas peser sur les charges récurrentes de la FIF.

Avez-vous eu l’accord de la Fifa pour faire des audits ?

Oui, un audit c’est l’audit de l’état des lieux et l’audit organisationnel. Je peux aller plus loin pour dire que pour l’audit organisationnel, la Fifa a même envoyé une mission ici, en accord aussi avec la Caf pour faire un audit organisationnel, pour savoir comment la FIF est organisée, quelles sont les méthodologies, au niveau de la répartition des postes et même au niveau du système de fonctionnement. Là, nous avons attiré leur attention sur 2 choses. Il n’y’a pas un système d’information intégré. Ce qui est important pour toute structure de cette envergure. Le système comptable lui-même il est largement défaillant. Donc ça aussi, ils en sont conscients.

Et eux, ils en sont tellement conscients qu’ils ne peuvent pas avoir en leur sein une Fédération qui travaille avec un système comptable qui n’est pas homologué. Donc c’est eux-mêmes dans leur intérêt d’aider la Fédération à mettre en place un système intégré et ce système, ils ont été informés, ils vont aider le prochain Comité à mettre en place ce système. Donc ils ont été informés de tout ce que nous faisons de nos étapes, de nos difficultés, de nos succès, ils sont informés de tout. Alors, je reviens, les recrutements que nous avons faits, ce sont des recrutements pour la mission. C’est très clair. Ce ne sont pas des recrutements à durée indéterminée etc.

N’avez-vous pas outrepassé votre mission comme l’affirment certains acteurs ?

Ça veut dire quoi outrepasser notre mission ?

N’importe quel manager, n’importe lequel qui vient prendre une institution en difficulté, la première des choses qu’il fait, c’est un audit de l’état des lieux. S’il ne le fait pas, il se condamne lui-même, c’est naturel. Si nous ne l’avions pas fait, alors nous aurions manqué de professionnalisme. Evidemment que l’audit a été fait, avec leur accord. Si ce n’était pas dans notre mission, ils n’auraient pas donné leur accord, ils n’auraient pas regardé l’analyse des offres, ils n’auraient pas regardé un certain nombre de choses.

Mais c’est tellement naturel que maintenant je me pose la question pourquoi l’audit fait tant peur ?

Pourquoi l’audit fait tant peur ?

Qu’est-ce qu’il y a à cacher ?

Et tout ce qui est caché se saura.

Mais pourquoi ça fait tant peur ?

Dès qu’on dit audit, les gens ont peur. 

Mais l’audit est un acte normal, c’est un acte normal. Ne pas faire un audit, c’est ça qui est anormal. La preuve, c’est que même les clubs en élisant un commissaire aux comptes, donnent l’autorisation à ce commissaire aux comptes de faire un audit pour certifier les comptes qui lui sont proposés.

Pourquoi une nouvelle équipe dirigeante ne ferait pas un audit ?

Qu’on me dise, qu’on me donne des exemples d’une prise en main d’une institution sans faire un audit. Si la prise en main de l’institution se fait d’une façon normale, sans incident, sans accroc, il n’y a peut-être pas un besoin de faire un audit mais dès lors qu’il y a problème, dès lors qu’il y a contestation, pour nous protéger nous-mêmes, on a besoin de faire un audit.

FIF : Mariam Gabala Dao dévoile sa feuille de route Maintenant pourquoi avoir peur de l’audit ?

C’est la question que je me pose, c’est un acte de management normal. Je répète, c’est un acte de management, ce n’est pas un acte extraordinaire, c’est normal. Et même dans les grandes sociétés, et c’est ce que nous voulons recommander pour la FIF, il y a ce qu’on appelle des auditeurs internes et la Fifa recommande que nous ayons des auditeurs internes. Ils l’ont recommandé depuis des années, ça n’existe pas à la FIF.

On gère des milliards, y’a pas d’auditeurs internes mais l’audit est un acte normal et naturel.

Vous envoyez votre enfant au marché, il revient, vous lui dites, faites-moi le point, ce n’est pas un audit ?

Donc qu’est-ce qu’il y a de compliqué là-dedans et pourquoi ça fait tant peur ?

C’est la question que je me pose mais c’est un acte normal et les Ivoiriens doivent savoir que c’est un acte normal qui se fait dans la vie de tous les jours dans toute société responsable, il faut un audit.

En ce qui concerne la préparation des Eléphants, pourquoi le choix sur l’Arabie Saoudite que de choisir Abu Dhabi ?

Quand nous sommes arrivés, nous avons demandé pour la préparation des Eléphants, est-ce qu’il y a un contrat avec Abu Dhabi ? On n’a jamais pu nous produire de contrat avec Abu Dhabi. Et il se trouvait qu’Abu Dhabi coûtait de l’argent à la Côte d’Ivoire. Et nous sommes rentrées en contact avec l’Arabie Saoudite, ils ont même fait une mission ici, ils nous ont offert de préparer les Eléphants dans les mêmes conditions d’hébergement, de stade ils ont un plateau technique au niveau de la santé, formidable, ils nous l’ont proposé et mieux, ils ne nous l’ont pas proposé seulement pour l’équipe nationale A, ils nous l’ont proposé aussi pour l’équipe féminine, pour l’équipe des cadets. 

Ils nous ont proposé même de la formation pour les arbitres, pour les entraineurs, on vous offre la formation de votre staff, je ne vois pas pourquoi on va refuser l’offre. Nous avons accepté leur offre de préparer les Eléphants en Arabie Saoudite. C’est le même climat qu’Abu Dhabi. Ils seront juste un peu plus encadrés. C’est tout, y’a rien d’autre derrière. Et comme dit le ministre, ça nous a permis de faire des économies sur le budget de préparation des Eléphants. 

Ce n’est pas le budget qui fait la Can. Ce sont les joueurs qui vont la Can sur le terrain. Et je pense qu’en tant que normalisation, nous essayons d’avoir une efficience dans les budgets que nous proposons et dans les budgets que nous exécutons. Parce que après tout, ce sont vos impôts, et ce sont nos impôts et notre rôle c’est de nous assurer que ces montants qui sont mis à disposition sont utilisés de façon efficiente et pour le bénéfice de tous .C’est ça qui nous anime, ce n’est rien d’autre. 

Il avait été fait cas de la mauvaise ambiance au sein de l’encadrement des Eléphants lors de la rencontre de Yaoundé.

Qu’avez-vous entrepris pour assainir la situation ? 

Non, il n’y a pas eu de mauvaise ambiance. Je veux dire tout est dans l’ordre. Comme je leur dis, ce sont mes enfants, je leur dis écoutez, j’arrive là-bas, je fais 3 à 4 jours avec vous pour vous remonter le moral pour vous tirer les oreilles si ça ne va pas, mais je serai avec vous. Donc il n’y a aucune mauvaise ambiance. Et de toutes les manières, je pense que des journalistes seront là-bas, ils verront. La nature ne peut pas vous faire mère d’un groupe et puis vous allez avoir des dissensions à l’intérieur. Il faut se poser des questions. On a changé l’équipe d’encadrement parce que des objectifs de certaines personnes dans l’équipe d’encadrement, c’était de créer la zizanie avec des rumeurs etc. Tout ça, ça va s’arrêter, et ça s’est arrêté. Donc, il n’y a aucun souci. 

Le 23 novembre, Madame, lors de votre conférence de presse, vous avez dit que les joueurs ont demandé une augmentation.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

C’est fait.

On peut savoir à combien s’élèvent les primes ? 

Non, c’est une clause de confidentialité. Ça reste une clause de confidentialité mais sinon c’est fait. Alors c’est normal, non seulement on a augmenté la prime, mais alors pour revenir au budget, on dit, le gouvernement a saqué le budget de Mme Dao, c’est que les gens ne savent pas comment ça se passe.

Quand on prépare une Can, que ce soit Mme Dao que ce soit l’équipe qui va venir après moi, que ce soit l’équipe qui est passée avant moi, la Fif prépare un budget qu’elle propose à l’arbitrage. L’arbitrage est fait par le ministre lui-même et dans l’arbitrage, quand vous avez un budget, vous avez non seulement le budget de la Fif avec des joueurs, vous avez le budget de la délégation du ministre qui va, vous avez plusieurs aspects qui rentrent dans le budget et le Cnse, il n’y a pas que la Fif qui gère ce budget. 

Donc une fois que l’arbitrage est fait, le ministre prépare une communication en Conseil des ministres et lorsque c’est validé, les budgets sont mis à disposition et ce budget, il est même géré par l’Office national des sports. Donc il n’y a pas de budget de Madame Dao. C’est un budget qui est proposé, c’est un budget qui est fait ensemble et c’est un budget qui est proposé, donc y’a tout un processus par derrière. Et je reviens encore, ce n’est pas le budget qui fait la Can. Dépenser pour dépenser ce n’est pas ça qui fait une Can, ce n’est pas ça qui fait l’efficience d’un groupe. Non seulement les primes ont été augmentées, nous économisons plus de 500 millions par rapport à la préparation des Eléphants en Arabie Saoudite. On devait nous féliciter des économies.

On se plaint que le budget, est-ce que le budget c’est pour Mme Dao ?

D’ailleurs, on devait nous féliciter parce qu’avec moins de préparations, on met les Eléphants dans les meilleures conditions pour jouer.

Est-ce que c’est le budget qui fait la préparation ?

Est-ce que c’est le budget qui met le ballon dans le pied des Eléphants ?

J’essaie de comprendre cette mentalité de budgétivore que nous avons. Peut-être que c’est le fait de travailler à l’international qui nous emmène à avoir ce type de rigueur mais on est obligé d’y aller quand même.

Nous sommes pratiquement à la fin de l’interview, votre message de mobilisation autour des Eléphants ?

Mon message de mobilisation pour les Eléphants, je dirai simplement que quand les Eléphants jouent, c’est toute la Côte d’Ivoire qui joue. Donc je voudrais revenir encore au message que j’ai l’habitude de donner, quand les Eléphants jouent, c’est une nation qui joue. C’est un drapeau qui est défendu, et c’est une équipe qui se bat. Donc je dirai simplement tous derrière les Eléphants. Pour que notre drapeau flotte au Cameroun, ça ne sera pas facile parce que les Camerounais veulent aussi remporter la Coupe.

Mais avec la grâce de Dieu, cette Coupe reviendra en Côte d’Ivoire. Je pense que les Eléphants ont compris, après leur défaite pour la Coupe du monde, ils ont compris qu’on n’a plus beaucoup droit à l’erreur et je pense qu’ils sont tous mobilisés pour le faire. Ils disent qu’ils vont surprendre les Ivoiriens, et je les crois. Parce que c’est quand on ne croit pas en eux qu’ils nous surprennent. Quand on croit en eux bon évidemment. Donc je dirai ayez foi, ils vont vous surprendre, ils vont vous surprendre agréablement.

Source Nouveau Réveil

Reprise des pourparlers, RHDP, réconciliation… Adama Diomandé, pdt de l’ADDL ‘’La recomposition du paysage politique joue contre l’opposition *Le retour de Gbagbo est un stimulant pour le RHDP’’ 

Président de ‘’l’Association pour la défense de la démocratie et des libertés’’(ADDL), Adama Diomandé, se prononce sur l’actualité politique et donne ses impressions sur le dialogue pouvoir-opposition dont le 5ème round a débuté, le jeudi 16 décembre 2021, sous l’égide du Premier ministre Patrick Achi. 


En tant que président de ‘’l’Association pour la défense de la démocratie et des libertés’’ (ADDL), quelle lecture faites-vous de l'actualité politique depuis le retour de l'ancien président Laurent Gbagbo ? 

 Je me réjouis de l’évolution de la démocratie dans mon pays, surtout les actes posés, par le président de la République, Alassane Ouattara, dans le sens de l’apaisement des tensions, après la violence infligée inutilement par des politiciens d’une opposition sans aucune perspective d’alternance, peu crédible, dans une coalition de dupes, qui a été créée pour installer la chienlit, et dont le but était de saboter l’élection présidentielle. Je note toutefois que le re tour de l’ancien président Laurent Gbagbo a induit implicitement une certaine recomposition du paysage politique avec l’éclatement ou l’implosion du FPI scindé en deux partis désormais. Cependant, s’il y a eu recomposition, il n’y a pas eu renouvellement de la classe politique, le personnel étant resté le même. C’est en cela qu’on peut dire que rien n’a véritablement changé. 

Le jeudi 16 décembre 2021, a été ouvert le 5ème round du dialogue pouvoir-opposition.  Qu’en pensez-vous ? 

Je pense que le dialogue est nécessaire entre les partis politiques de notre pays. D’ailleurs, comme nous l’a enseigné le père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne, Felix Hou phouët-Boigny, le dialogue est l’arme des forts, c’est ce que fait son disciple le plus charismatique, qui est le président Alassane Ouattara,  Je souhaite de tout mon cœur, une réconciliation sincère entre les hommes et femmes politiques de notre pays, car c’est eux, les véritables facteurs de divisions, entres les citoyens de la Côte d’Ivoire. Si cela se réalise, que nos ainés politiques, pensent à passer le flambeau à une nouvelle génération de femmes ou hommes politiques, qu’ils ont eux-mêmes formés, alors, on peut espérer des lendemains meilleurs dans une Côte d’Ivoire réconciliée et pa épris de paix. Parce que personne ne sort gagnant lorsqu’il y a des conflits dans un pays. Parce que même ceux qui croient avoir gagné y laissent toujours des plumes. La paix est donc quelque chose qui ne peut être marchandée. Elle s’im pose à tout le monde. 

 Votre parti, le RHDP, est en re structuration.  Qu'en attendez vous concrètement ? 

Une modernisation de fond en comble . Les militants ne veulent plus de responsables guindés qui croient ne rien devoir à personne. Ce n’est pas vrai, parce que sans les militants, il n’y a pas de parti politique. 

Si vous aviez des propositions à faire dans le cadre de cette re structuration, que diriez-vous ?

Je ne pense pas que de nouvelles propositions soient vraiment nécessaires. Il s’agit pour nous tout simplement d’appliquer les directives données par le président de la République, pour consolider nos acquis sociaux, économiques et politiques dans la discipline avec honnêteté et justice, sans aucun favoritisme médiocre, sauf par la compétence, dans la sincérité et la loyauté au président du parti. 

La recomposition du paysage politique induite par le retour de Laurent Gbagbo et des exilés ne va-t-elle pas se faire au détriment du RHDP ? 

 Non, au contraire ! Il se fait au détriment de l’opposition, avec la division au FPI, et l’accentuation du doute au PDCI. En tout cas, le retour de l’ex-président est un épiphénomène au RHDP. Au contraire, cela nous donne encore de l’énergie politique, pour bien faire et combler nos lacunes ou faiblesses. C’est donc un stimulant pour le RHDP qui ne doit plus dormir sur ses lauriers.

Le pays va bientôt connaître de nouvelles élections locales (Municipales et Régionales).

N'avez-vous pas de crainte pour le RHDP, puisque le PDCI et le PPA-CI pourraient coaliser pour contrer l'hégémonie des Houphouetistes… 

 Je pense que cela donnera encore l’occasion de consolider les acquis de la modernisation du parti voulue par le président Alassane Ouattara , j’en suis persuadé, car j’ai parcouru, depuis mon retour de France, avec le ministre de la Bonne gouvernance, du Renforce ment des capacités et de la Lutte contre la corruption, mon jeune frère Epiphane Zoro Bi, en long et en large notre pays, et le constat, c’est que la modernisation touche toutes les régions de la Côte d’Ivoire. Je suis persuadé que nous engrangerons les fruits et les bénéfices électoraux du formidable travail abattu par le président de la République, Alassane Ouattara, sur toute l’étendue du territoire national. 

Quel message pouvez-vous lancer aux Ivoiriens à l'orée de la nouvelle année ? 

 La paix dans la santé, dans l’union, dans le travail et la discipline, et la longévité pour tous mes compatriotes. Surtout, nous devons nous impliquer tous dans la lutte contre la corruption, avec la bonne gouvernance en ligne de mire. 

 Réalisée par  AMBROISE TIETIE 

Rentré après 10 Ans d’Exil Pr. BALLO BI TOTO Jérôme purifié à BOUAFLÉ par ses parents "C’était la fête, le week-end dernier, à KONEFLA."

"Ce rassemblement a été saisi par le Ministre ZORO Epiphane pour appeler à la solidarité autour de la mère patrie, la Côte d’Ivoire. « Notre présence à cette cérémonie marque un signal fort, un engagement à l'endroit de toute la population et de tous les fils et filles de la Côte d'Ivoire."

Les populations de cette localité du département de Bouaflé, dans la région de la MARAHOUÉ, étaient en joie. Et pour cause, la cérémonie de purification de leurs fils, le Professeur Ballo Bi Toto Jérôme, ex -secrétaire général de l'université de Cocody, de retour sur les terres de ses ancêtres, après 10 ans d’exil à Paris.

 Pour l’occasion, les populations, venues des quatre coins de la ville, ont battu le rappel des troupes. Jeunes, femmes, enfants, personnes du troisième âge, têtes couronnées, guides religieux, personne n’a voulu rater l’événement. 

En présence des élus et cadres de la région et d’autres personnalités avec en tête le ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, du renforcement des Capacités et de la Lutte contre la Corruption, Epiphane Zoro, les populations ont témoigné leur infinie reconnaissance au Chef de l’État pour avoir facilité le retour de l’un des leurs, et rendu hommage à l’ancien exilé.

Ce rassemblement a été saisi par le ministre ZORO Epiphane pour Appeler à la solidarité autour de la mère patrie, la Côte d’Ivoire. « Notre présence à cette cérémonie marque un signal fort, un engagement à l'endroit de toute la population et de tous les fils et filles de la Côte d'Ivoire. Soyons solidaires envers les autres quelles que soient nos appartenances poli- tiques et idéologiques. Notre seul bien qui importe, c'est la paix », a-t-il exhorté. Et d’ajouter : « Nous avons décidé de nous tenir main dans la main et de marcher ensemble dans la solidarité forte. Nous voulons le changement dans notre département ».

 Le député de SINFRA a également lancé un appel à l’union de toutes les filles et tous les fils de la MARAHOUÉ pour un développement harmonieux de la région et le bien-être des populations. A l’en croire, grâce à la vision du président de la république, Alassane Ouattara, beaucoup d’actions de développement ont été réalisées. Il en veut pour preuve, entre autres, le bitumage de l'axe Sinfra-Bouaflé, le renforcement du réseau électrique et de l'adduction en eau potable. Mais les défis à relever sont importants, se convainc-t-il.

 Pour sa part, Pr. BALLO BI TOTO Jérôme a exprimé sa gratitude au ministre ZORO Epiphane et à ses parents, pour leurs nombreuses prières. Il n’a surtout pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux autorités ivoiriennes pour ce geste d’apaisement du climat sociopolitique.

Représentant Mme Simone EHIVET GBAGBO, marraine de la présente cérémonie, le ministre Émile GUIRÉLOU s’est, quant à lui, satisfait de l’ambiance qui a prévalu lors de cette cérémonie de reconnaissance. Non sans rendre h-age à son jeune frère, Pr. Ballo Bi Toto Jérôme, pour la justesse de son combat.

Enfin, Dr. BOGA SAKO Gervais, président de la Fondation pour les Droits de l’homme et la vie politique (FIDHOP), a salué le ministre Epiphane ZORO, en lui rendant un hommage en ces termes : « vous êtes un militant des droits de l'homme depuis très longtemps, et je sais que vous avez connu l'exil quelque part à Bruxelles, donc on est de la même famille des exilés. Y'en a qui ont peur d'assumer leurs convictions, c'est pour ça que j'aime Epiphane qui assume ses convictions ».

En somme, ce fut une cérémonie qui restera longtemps gravée dans les mémoires des populations de KONEFLA, qui ont salué, à l’unanimité, cet acte qui contribue, sans aucun doute, au processus de réconciliation.

Source ; A Dedi Le Mandat, avec Sercom Bonne Gouvernance.

CAN 2021 : Motsepe met fin au suspense ! «Je vous donne rendez-vous le 9 janvier. Je serai là dès le 7 avec ma femme et mes enfants, parce que nous sommes tous Camerounais ! (…) Donc si je suis là à partir du 7

«J’ai confiance en mes frères, je suis impatient, je suis fier, très fier d’eux, du gouvernement, de mon vieux ‘Eto’o-Eto’o-Eto’o’ (rires), du vice-président de la CAF, de ‘mon frère’ Véron (Mosengo-Omba, le secrétaire général de la CAF, ndlr) 

Avant même sa rencontre prévue mardi avec le président de la république camerounais, Paul Biya, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, a mis un terme au débat sur le maintien ou non de la CAN 2021 (9 janvier-6 février 2022). Malgré la pression exercée par la FIFA et les clubs européens pour un report ou une annulation, le patron du football africain a assuré que le tournoi aura bel et bien lieu aux dates prévues !

«Nous serons tous présents au Cameroun dans quelques semaines. Ce tournoi, c’est pour les Camerounais et les Africains. Je suis si fier et excité du travail effectué. On peut se rendre compte de l’ampleur des engagements pris pour que les problèmes évoqués ces derniers jours soient réglés. Mon message est pour l’Afrique et pour le monde : Nous allons organiser cette CAN, en partenariat avec le gouvernement du Cameroun, le peuple du Cameroun, la CAF et le nouveau président de la Fédération camerounaise (Samuel) Eto’o. Nous sommes prêts à montrer au monde le meilleur du football africain, le meilleur de l’hospitalité africaine. Ce sera une CAN réussie, la plus réussie de toutes !», a lancé le Sud-Africain à l’issue d’une visite du stade d’Olembe, qui accueillera le match d’ouverture et la finale.

Motsepe prend rendez-vous 

Relancé par un journaliste pour savoir s’il faisait bien référence à une CAN au mois de janvier, le dirigeant a tenu un discours sans ambiguïtés. «Je vous donne rendez-vous le 9 janvier. Je serai là dès le 7 avec ma femme et mes enfants, parce que nous sommes tous Camerounais ! (…) Donc si je suis là à partir du 7, tout le monde doit être là le 7, pour le coup d’envoi de l’épreuve le 9», a clamé le successeur d’Ahmad Ahmad, avant d’adopter un ton plus grave, qui peut être interprété comme une réponse aux réticences venues d’Europe.

«Nous devons croire en nous, nous devons cesser d’être négatifs et sceptiques sur nos propres capacités. Parfois, nous sommes excessivement critiques vis-à-vis de nous-mêmes. Si nous-mêmes n’avons pas confiance en les Africains, qui aura confiance en eux ?», s’est interrogé l’homme d’affaires. «J’ai confiance en mes frères, je suis impatient, je suis fier, très fier d’eux, du gouvernement, de mon vieux ‘Eto’o-Eto’o-Eto’o’ (rires), du vice-président de la CAF, de ‘mon frère’ Véron (Mosengo-Omba, le secrétaire général de la CAF, ndlr). Notre génération doit être celle qui croit en les Africains. Nous pouvons organiser une compétition de football aussi qualitative que celle organisées en Europe et ailleurs dans le monde.» Enfin le genre de discours que tous les fans de football africain attendaient !

Par Romain Lantheaume - 21 décembre 2021

  • Publié dans Afrique

Le sommet pour la démocratie de Joe Biden a déçu Au point que l’administration américaine s’est contentée du service minimum "

Joe Biden en a fait l’inconfortable expérience avec le sommet virtuel pour la démocratie organisé par les Etats-Unis les 9 et 10 décembre.

L’événement a trahi l’embarras américain, à la fois sur la liste, critiquée, des invités, mais aussi dans l’aveu même du président Biden selon qui les Etats-Unis n’étaient pas toujours à la hauteur des idéaux démocratiques. 

Editorial du « Monde ». Les promesses de campagne n’engagent pas seulement ceux qui les reçoivent. Joe Biden en a fait l’inconfortable expérience avec le sommet virtuel pour la démocratie organisé par les Etats-Unis les 9 et 10 décembre. Il avait été annoncé en fanfare dans une tribune publiée au printemps 2020 par la revue Foreign Affairs, qui tenait lieu de déclaration de politique étrangère du candidat démocrate. Ce sommet s’est pourtant révélé un modèle de fausse bonne idée. Au point que l’administration américaine s’est contentée du service minimum (critique des mauvaises gouvernances, éloge du travail de la presse) sur une question pourtant cruciale puisque partout ou presque la démocratie est en recul, attaquée et affaiblie.

La liste des invités a trahi l’embarras américain. Le critère des intérêts régionaux de Washington l’a souvent emporté sur la nature des régimes conviés, dont au moins un tiers laissait à désirer, selon le classement de la Freedom House, un observatoire de l’état de la démocratie libérale dans le monde financé par l’Etat fédéral des Etats-Unis. C’est ainsi que la République démocratique du Congo ou le Brésil ont figuré parmi les méritants, mais ni la Turquie ni la Tunisie.

Il serait aisé d’ironiser à propos de cette sélectivité discutable et de moquer la litanie convenue de discours à distance à laquelle le sommet a donné lieu en préambule d’un rassemblement de chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra en 2022, peut-être. Deux symboles de la tentation autoritaire qui travaille de nombreux pays, la Chine et la Russie, qui n’étaient évidemment pas invités, ne s’en sont pas privés. 

Recroquevillement clanique Mais il est autrement plus cruel de constater combien les Etats-Unis, naguère ambassadeurs de la démocratie libérale, sont désormais bien mal placés pour faire la leçon à qui que ce soit. Quatre années de Donald Trump, grand admirateur des hommes forts, ont en effet accéléré un affaissement inquiétant dont on ne discerne pas la fin. 

L’aveu de cette décrépitude par Joe Biden lui-même, admettant que son pays devait « combattre sans relâche pour être à la hauteur de ses idéaux démocratiques », n’en a été que plus marquant. Tout comme celui de la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, qui a convenu que les Etats-Unis étaient sans doute « le meilleur endroit pour cacher et blanchir des gains acquis frauduleusement », au cours d’une session consacrée au poison de la corruption. 

La reconnaissance de cette réalité, surtout de la part d’une puissance souvent peu économe de sa suffisance, constitue un préalable essentiel dont seules les démocraties sont précisément capables. Mais elle n’a rien d’encourageant.

Les menaces qui pèsent sur ces régimes ouverts aux vents mauvais sont à trouver dans le recroquevillement clanique qui alimente le refus des normes. Dans le mépris des contre-pouvoirs partout attaqués, qu’il s’agisse de la justice ou du journalisme. Malheureusement, ces errements sont tous à l’œuvre aux Etats-Unis, le plus souvent à l’initiative du Grand Old Party, celui fondé par Abraham Lincoln et aujourd’hui à la renverse. Il contribue largement aux tripatouillages (purges de listes électorales, obstacles au vote des minorités) et aux charcutages électoraux, tous produits à une échelle industrielle.

L’ampleur de cette panne américaine entrave Joe Biden dans sa quête d’une réponse au malheur démocratique éprouvé dans son pays comme dans de nombreux autres. Il n’y a aucune raison de s’en réjouir.

Le Monde Publié le 11 décembre 2021 à 10h32 - Mis à jour le 11 décembre 2021 à 17h34

  • Publié dans Monde

Côte d’Ivoire : les raisons du report du dialogue politique

"Certains n’ont toujours pas transmis au gouvernement leurs propositions de thèmes à débattre, alors que la date butoir avait initialement été fixée au vendredi 17 décembre.

La première séance de travail entre les différents acteurs du dialogue politique ivoirien devait avoir lieu ce mardi. Elle a finalement été reportée au 27 décembre. Un délai supplémentaire a été accordé aux partis politiques afin qu’ils déposent leurs propositions de thèmes à débattre. 

Faux départ pour le dialogue politique ivoirien. Prévu ce mardi 21 décembre, la première séance de travail entre les représentants des partis politiques ivoiriens est reportée au lundi 27 décembre. 

La raison ? Certains n’ont toujours pas transmis au gouvernement leurs propositions de thèmes à débattre, alors que la date butoir avait initialement été fixée au vendredi 17 décembre. 

« Cette étape étant un préalable au démarrage des travaux en comité restreint, un cadre de discussion approfondie, les structures concernées sont invitées à mettre tout en œuvre en vue de respecter ce délai », a indiqué le ministre de l’Intérieur, Vagondo Diomandé, dans un courrier transmis aux partis.

Vagondo Diomandé a été désigné par le Premier ministre Patrick Achi pour représenter le gouvernement lors de cette cinquième phase du dialogue politique incluant également des organisations de la société civile. Au cours d’une cérémonie à la primature en début de semaine dernière, ce dernier s’était réjoui d’une « nouvelle étape » dans ce processus de dialogue « ouvert, transparent et inclusif » plusieurs fois interrompu ou boycotté par le passé, auquel tous les partis d’opposition ont répondu présents.

Des représentants du PPA-CI de Laurent Gbagbo et du PDCI d’Henri Konan Bédié seront autour de la table.

Les deux anciens chefs de l’État se sont par ailleurs entretenus ce lundi soir à Abidjan, au domicile d’HKB.

Les deux alliés ont-ils parlé de l’organisation de ce dialogue politique qui doit notamment permettre de préparer les élections locales prévues en 2023 ?

Officiellement, non. Il s’agissait simplement « d’une visite fraternelle » pour se souhaiter de bonnes fêtes.

Source : https://www.jeuneafrique.com

 

Possible report de la CAN : le coup de colère de Samuel Eto’o « Pourquoi la Coupe d’Afrique des nations ne se jouerait pas ?

Donnez-moi une seule raison valable ! Ou alors, on est en train de nous traiter, comme on nous a toujours traités : nous sommes des moins que rien et nous devons toujours subir », « Je ne vois pas pourquoi elle n’aurait pas lieu »

« Certains Africains sont encore complices » 

Alors que les rumeurs sur un possible report de la CAN ne cessent d’enfler sous la pression de la Fifa, Samuel Eto’o dit son exaspération. Fraîchement élu à la tête de la Fédération camerounaise de football, l’ancien international affirme qu’il « défendra avec la dernière énergie la tenue de cette Coupe d’Afrique des nations ».

« Nous sommes très clairs en ce qui concerne notre engagement à faire [de la Coupe d’Afrique des nations] un succès au Cameroun. […] Nous serons tous présents au Cameroun dans quelques semaines », a assuré Patrice Motsepe lundi soir. Alors que les rumeurs sur un nouveau report de la CAN, qui doit se tenir au Cameroun du 9 janvier au 6 février, ne cessent d’enfler, le patron de la Confédération africaine de football (CAF) s’est voulu rassurant.

« On peut se rendre compte de l’ampleur des engagements pris pour que les problèmes évoqués ces derniers jours soient réglés, a-t-il ajouté. Nous allons organiser cette CAN, en partenariat avec le gouvernement du Cameroun, le peuple du Cameroun, la CAF et le nouveau président de la Fédération camerounaise, Samuel Eto’o. Ce sera une CAN réussie, la plus réussie de toutes ! » 

Des déclarations qui interviennent alors que Samuel Eto’o, tout récemment élu à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), a poussé un véritable coup de gueule, lundi.

« Je ne vois pas pourquoi elle n’aurait pas lieu », a-t-il lâché, interrogé par nos confrères de Canal+ Sport Afrique sur l’éventualité d’un nouveau report de la CAN. Le ton posé, mais animé d’une colère froide, l’ancien international de football a affirmé que la Fecafoot « défendra avec la dernière énergie la tenue de cette Coupe d’Afrique des nations ».

« Certains Africains sont encore complices »

« Pourquoi la Coupe d’Afrique des nations ne se jouerait pas ? Donnez-moi une seule raison valable ! Ou alors, on est en train de nous traiter, comme on nous a toujours traités : nous sommes des moins que rien et nous devons toujours subir », a-t-il martelé, pointant la différence de traitement entre l’Europe et l’Afrique : « L’Euro s’est joué alors que nous étions en pleine pandémie, avec des stades pleins. Il n’y a pas eu d’incidents, et nous avons joué dans plusieurs villes en Europe. » 

« Que l’on nous dise clairement les choses ! », a-t-il encore insisté, avant de regretter le fait que « dans cette façon de faire, certains Africains [soient] encore complices ».

21 décembre 2021 à 12:07

  • Publié dans Afrique