Bannière

Mise à jour 12:36 PM UTC, Jan 18, 2023
Flash info
A+ A A-

Les 10 meilleurs pays africains pour investir en 2021 pendant la Covid-19 (Rand Merchant Bank) "La Côte d'Ivoire y figure aussi, notamment pour la hausse enregistrée de l'investissement privé"

Spécial Les 10 meilleurs pays africains pour investir en 2021 pendant la Covid-19 (Rand Merchant Bank) "La Côte d'Ivoire y figure aussi, notamment pour la hausse enregistrée de l'investissement privé"

VOIR LA VIDÉO Le rapport Où investir en Afrique 2021 de RMB positionne l'Égypte comme la première destination d'investissement en Afrique, suivie du Maroc et de l'Afrique du Sud à la troisième place. Sur la base de leurs environnements opérationnels, d'autres pays à haut score ont progressé dans le classement, notamment le Rwanda et le Botswana, désormais respectivement en quatrième et cinquième position.

Les 10 meilleurs pays africains pour investir en 2021 pendant la Covid-19 (Rand Merchant (Agence Ecofin) - La Rand Merchant Bank (RMB), institution financière sud-africaine, a publié son classement annuel des pays les plus attractifs pour les investisseurs en Afrique, pendant et après la Covid-19. L'Afrique du Nord est dominante avec l'Égypte et le Maroc en tête des destinations d'investissement.

Destiné aux investisseurs ciblant des actifs réels dans une économie ou cherchant à développer des entreprises physiques, le classement annuel de la Rand Merchant Bank (RMB) a dévoilé fin septembre les pays africains les plus attractifs en la matière. Le rapport de cette année évalue l'impact de la Covid -19 en brossant un tableau des résultats réels et potentiels pendant et après la pandémie. 

Les meilleures destinations d'investissement en Afrique sont généralement classées sur la base des principes de l'activité économique et de l'environnement opérationnel des entreprises. Cependant, l'approche de cette année prend en compte des facteurs clés tels que les scores fiscaux et les plans de développement, qui sont essentiels à l’attraction des investissements à l’ère de la Covid-19.

L'Égypte occupe la première place de ce classement, ceci grâce aux mesures rapides qu'elle a mises en place pour maintenir la croissance de son économie malgré les défis de la Covid-19. Le Maroc vient en deuxième position, du fait que son économie continue de bénéficier d’une stabilité politique précieuse dans la région. Un fonds spécial de lutte contre la pandémie a été créé en 2020, représentant 2,7 % du PIB. Deux tiers des fonds devaient être fournis par des sources privées et le reste par le gouvernement. 

L’Afrique du Sud occupe le troisième rang de ce classement, le pays offrant une solide base manufacturière et de vente au détail qui continuera à soutenir les économies régionales d'Afrique australe avec des biens et des services. En quatrième position, le Rwanda, en raison des efforts qu'il a déployés pour améliorer son environnement des affaires. En outre, dans le cadre de la stratégie nationale de transformation (NST), divers investissements devraient y soutenir les secteurs de la construction et de l'énergie au cours des prochaines années. 

Le Botswana, cinquième sur la liste, dispose de réserves de change élevées qui lui ont permis de traverser mieux que la plupart la tempête économique induite par la pandémie. Grâce au Pula Fund, un fonds souverain créé en 1994 et qui finance une grande partie du déficit budgétaire, la dépendance vis-à-vis de la dette a été faible. Vient ensuite le Ghana, dont l’économie a connu des changements majeurs au cours des dernières années, ce qui lui permet d'envisager une croissance importante à l'avenir. Son économie est soutenue par des industries du secteur primaire comme le pétrole et l'or et par un développement accéléré du secteur tertiaire. 

L'île Maurice apparaît dans ce classement grâce à son régime fiscal très favorable aux investissements. Le secteur financier restera l'un des principaux moteurs de l'économie mauricienne à l'avenir, notamment grâce aux activités d'investissement transfrontalières et aux services bancaires. La Côte d'Ivoire y figure aussi, notamment pour la hausse enregistrée de l'investissement privé, qui devrait continuer à alimenter la construction, l'agro-industrie et les services (commerce, transport et TIC notamment). L'investissement privé bénéficiera de l'impulsion donnée par les fonds publics dans le cadre du Plan national de développement 2016-20. 

Le Kenya occupe la neuvième position de ce classement pour les efforts de son gouvernement dans la mise en œuvre du plan ‘’Big Four’’ axé sur l'industrialisation, la couverture sanitaire universelle, la sécurité alimentaire et le logement abordable. Il conduira invariablement à une croissance économique rapide. Enfin, la Tanzanie, absente des deux classements précédents, fait son entrée en 10ème position, à cause de son développement rapide ces dernières années. Cette croissance peut être attribuée aux investissements constants du gouvernement dans les secteurs secondaire et tertiaire clés, allant de l'énergie aux avancées dans les secteurs des télécommunications et de la finance.

La Rand Merchant Bank n’est pas la seule proposant un tel classement. Le Center for International Finance (CIF) | IESE Business School par exemple, classait plus tôt cette année l’Afrique du Sud en 1ère position pour ce qui est du capital-risque et capital-investissement. La Banque mondiale, le cabinet Deloitte et l’Africa CEO Forum publient également des classements annuels sur l’attractivité des pays africains en termes d’investissements. Celui de la RMB se veut une approche différente axée sur la résilience des économies africaines face aux défis de la Covid-19.

Pour accéder au classement, ici. 

Communiqués de presse Le RMB publie la liste des 10 pays africains les plus attractifs pour les investissements en 2021 ENTRER EN CONTACT Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne possible. Lisez notre politique de cookies.

Accéder aux marchés des capitaux LE RMB PUBLIE LA LISTE DES 10 PAYS AFRICAINS LES PLUS ATTRACTIFS POUR LES INVESTISSEMENTS EN 2021 Environnements opérationnels, scores fiscaux et plans de développement – ​​la clé de l'attractivité de l'investissement dans un monde Covid

VOIR LA VIDÉO Le rapport Où investir en Afrique 2021 de RMB positionne l'Égypte comme la première destination d'investissement en Afrique, suivie du Maroc et de l'Afrique du Sud à la troisième place. Sur la base de leurs environnements opérationnels, d'autres pays à haut score ont progressé dans le classement, notamment le Rwanda et le Botswana, désormais respectivement en quatrième et cinquième position. 

Le sentiment mondial positif qui a vu l'année 2020 a été de courte durée lorsque le SRAS-CoV-2 a commencé à ravager le monde. La nature du virus et la législation sur le verrouillage ont exigé une nouvelle construction sociologique qui fait encore pencher la balance de l'équilibre travail-vie personnelle. Coup de récession - mettant entre autres l'accent sur les aspects saillants de l'interaction humaine. COVID-19 a mis en évidence les vastes disparités dans l'accès aux services de santé et de bien-être de base entre les pays. C'était aussi un catalyseur pour l'adoption et l'utilisation de la technologie comme moyen d'interface. 

Selon l'auteur, l'économiste de RMB Africa Daniel Kavishe, un nouveau monde a appelé à une nouvelle approche de la publication et le rapport de cette année évalue l'étendue de l'impact de la pandémie en esquissant le paysage du continent avant COVID-19, puis en peignant un image de ses résultats réels et potentiels pendant et après la pandémie. Là où les éditions précédentes projetaient positivement les perspectives de l'Afrique, discernées à travers des données fiables et facilement disponibles, COVID-19 a brouillé les pistes analytiques et contraint l'équipe à adapter sa méthodologie.

L'approche nécessitait une couche supplémentaire de sophistication. Dit Kavishe : « Nous avons créé un nouvel ensemble de classements qui incorporaient certains des défis inévitables induits par COVID-19, dont le score de l'environnement d'exploitation était l'un. »

-Un score fiscal faisait également partie de la méthodologie. Cela, dit Kavishe, était essentiel car « les scores fiscaux sont des indicateurs importants de la façon dont les gouvernements réagissent au COVID-19 ». Troisièmement, la publication devait explorer des thèmes clés émanant des aspirations de développement de l'Afrique. « Parmi ceux-ci, trois sont essentiels pour lutter contre la pandémie et relancer les conditions économiques », soutient Kavishe. "Ce sont l'intervention du gouvernement, l'accent mis sur nos secteurs à triple menace et les soins de santé."

Historiquement, les destinations d'investissement en Afrique ont été classées en fonction des principes de l'activité économique et de l'environnement d'exploitation des entreprises. Destiné aux investisseurs ciblant des actifs réels dans une économie ou cherchant à développer des entreprises qui s'appuient sur des infrastructures physiques, les classements offrent une base solide pour investir. 

Cette année a demandé plus de nuances. En plus des indicateurs traditionnels, les entreprises et les investisseurs devaient être sensibilisés à l'état des finances publiques d'un pays et à sa capacité à aider son économie en crise. « L'inclusion d'un score fiscal dans nos classements visait à évaluer les positions fiscales des gouvernements et a fourni une base à partir de laquelle les investisseurs peuvent comprendre des juridictions spécifiques », explique Kavishe. 

«Bien que la pandémie ait causé beaucoup de ravages, elle a également permis de réinventer les politiques et les relations commerciales. Il est de plus en plus clair maintenant que des stratégies locales pour lutter contre la pauvreté, les inégalités et le chômage à travers l'Afrique doivent être mises en œuvre. Si ce n'est pas le cas, c'est toute l'Afrique qui en souffre », a déclaré Kavishe, ajoutant que les capitaux iraient naturellement vers les économies offrant un bon mélange d'opportunités et de facilité de faire des affaires. 

C'est au niveau du pays. L'interdépendance des économies élargit le champ d'investissement : les parties prenantes peuvent considérer le continent d'un point de vue régional, en tirant parti des performances d'un État (pays) par rapport à un autre.

Où investir en Afrique 2021 AFRIQUE RECHERCHE Où investir en Afrique 2021 Alors que le monde continue de s'adapter à COVID-19, nous proposons notre analyse d'experts et nos recherches approfondies pour comprendre ce que cela signifie pour l'Afrique et investir sur le contin...

DEMANDER LE RAPPORT Top 10 des pays classés en termes d'attractivité de l'investissement :

Égypte : alors que l'économie égyptienne a été durement touchée par la pandémie, elle a également été l'une des premières à rebondir sur le chemin de la croissance. Ceci, en raison des mesures rapides qu'il a introduites et du fait qu'il était sur une base plus solide lors de l'épidémie de COVID-19.

Maroc : L'économie du Maroc continue de bénéficier de la stabilité politique. Un fonds spécial de lutte contre le COVID-19 a été créé en 2020, représentant 2,7% du PIB. Les deux tiers des fonds devaient être fournis par des sources privées et un tiers par le gouvernement.

Afrique du Sud : Le pays le plus au sud de l'Afrique offre une solide base de fabrication et de vente au détail qui continuera à soutenir les économies régionales d'Afrique australe avec des biens et des services.

Rwanda : Le Rwanda continue de bénéficier des efforts qu'il a déployés pour améliorer son environnement opérationnel. Par ailleurs, dans le cadre de la Stratégie Nationale de Transformation (SNT), divers investissements devraient soutenir les secteurs de la construction et de l'énergie au cours des prochaines années.

Botswana : Le pays dispose de réserves de change élevées, ce qui lui a permis de mieux résister à la tempête économique provoquée par la pandémie. Le Fonds Pula, un fonds souverain créé en 1994 qui finance une grande partie du déficit budgétaire, a permis de réduire la dépendance fiscale vis-à-vis de la dette.

Ghana : Le Ghana est entré dans la crise actuelle sur une base relativement plus solide que ses pairs africains. Structurellement, son économie a connu des changements majeurs au cours des dernières années, la positionnant pour une croissance significative à l'avenir. Ceci est soutenu non seulement par les industries du secteur primaire comme le pétrole et l'or, mais aussi par le développement accéléré du secteur tertiaire.

Maurice : Aidé par un régime fiscal extrêmement favorable, son secteur financier restera l'un des principaux moteurs de l'économie mauricienne à l'avenir, notamment par le biais d'activités d'investissement et de services bancaires transfrontaliers.

Côte d'Ivoire (CIV) : La hausse de l'investissement privé devrait continuer à alimenter la construction, l'agro-industrie et les services (commerce, transports et TIC notamment). L'investissement privé bénéficiera de l'impulsion donnée par l'investissement public dans le cadre du Plan National de Développement 2016-20.

Kenya : Les efforts du gouvernement kenyan pour garantir que la mise en œuvre du plan « Big Four » axé sur l'industrialisation, la couverture sanitaire universelle, la sécurité alimentaire et le logement abordable conduiront invariablement à une croissance économique rapide.

Tanzanie : La Tanzanie a connu un développement rapide au cours des dernières années. Cette croissance peut être attribuée à l'investissement public constant du gouvernement dans les secteurs secondaires et tertiaires clés, allant du secteur de l'énergie aux avancées dans les secteurs des télécommunications et de la finance.

Par Aïsha Moyouzame

Media

Dernière modification lejeudi, 07 octobre 2021 03:52