Bannière

Mise à jour 4:30 AM UTC, Jan 29, 2022
Flash info
A+ A A-

Se rebeller contre tout le monde comme le font assez bien les autorités maliennes est un nid pour l'instabilité politique économique susceptible d'une impasse lourde de conséquences.un peu de réalisme...pour sauver le Mali

Spécial Se rebeller contre tout le monde comme le font assez bien les autorités maliennes est un nid pour l'instabilité politique économique susceptible d'une impasse lourde de conséquences.un peu de réalisme...pour sauver le Mali

Sortir de la CEDEAO, battre sa propre monnaie, bouter hors du Mali toutes les forces étrangères, appeler les peuples africains, particulièrement maliens à résister contre les sanctions, patati patata....

Ce sont les analyses d'experts politiques improvisés ou patentés des réseaux sociaux, à la suite de la batterie de sanctions infligée à l'Etat du Mali par la CEDEAO lors du sommet des chefs d'Etats tenu à Accra.

Je suis perplexe face à des sorties du genre, non pas celles qui proviennent des internautes ordinaires mais de personnages du net, relativement pointilleux, sensés analyser la situation du Mali avec un peu plus de hauteur de réalisme et de recul. Les propositions faites par ces internautes à vau l'eau et sous le coup, sans doute de l'émotion panafricaniste ou de la colère subite ne me semblent guère réalistes dans la moindre tentative d'exécution.

Aucun pays dans un contexte géopolitique et géostrategique assez sensible comme celui du Mali ne peut se donner le luxe d'engager un bras de fer avec une organisation sous régionale. Aucun !

Aucun n'a cette capacité diplomatique, économique, financière ou militaire pour tenir tête à un collège de Chefs d'états bien ou mal élus et qui réagissent par solidarité entre eux ou par soutien et relai à des puissances "ennemies" au Mali. Si cette tendance d'affranchissement étatique était chose aisée, il y a longtemps que l'Otan aurait cédé sous les menaces de la Chine ou de la Russie, de la Corée du Nord ou des États Unis de Donald Trump ou encore d'autres États allergiques aux respect de lois et décisions inspirées de regroupements.

Il y a longtemps que l'Union Européenne aurait periclité sous les menaces de certains États membres ou non à l'humeur anarchiste et à allure provocatrice.... Il y a longtemps que la Cemac, le regroupement de l'Afrique Centrale, moins structuré et moins organisé que la CEDEAO se serait effondré sous le poids des instabilités politiques en Centrafrique, en RDC, au Burundi.

Il y a longtemps donc que l'ONU elle-même se serait embourbée sous les pressions fantaisistes de certains États voyous de la planète qui ont tendance à résumer le monde à leur biotope stratégique zelateur et narcissique.

Une décision de cette envergure issue de l'unanimité de chefs d'Etats de la CEDEAO ne devrait pas être prise avec autant de légèreté que je constate chez des experts de claviers de smartphones.

Battre sa propre monnaie est un processus plus fastidieux qu'on ne le pense. S'isoler de gré ou de force sur les plans politique, diplomatique, économique , militaire et frontalier pour un pays enclavé comme le Mali en proie à des concerts djihaddistes récurrents est un suicide.

Se rebeller contre tout le monde comme le font assez bien les autorités maliennes est un nid pour l'instabilité politique économique susceptible d'une impasse lourde de conséquences. Pour ma part, j'inviterais les nouveaux patrons du Mali à faire profil bas vis à vis de la CEDEAO, en jouant sur les pays amis qui y restent, tout en maintenant leur attachement aux principes d'intégrité et de sécurité de l'Etat malien, au nom du peuple malien.

Engager très rapidement un dialogue, débarrasser les discours politiques de couleurs et de saveurs trotskystes et rebelles qui n'ont plus droit de cité dans un monde infecté par des jeux d'intérêts même les plus meurtriers et les plus machiavéliques.

Comprendre l'inquiétude de la CEDEAO et partenaires sur le caractère un peu trop barbare d'une transition de cinq ans qui est une porte ouverte sans ambages à une instabilité politique et militaire imminente.

Pour ma part, je pense que Assimi Goita, le Président de la Transition est déjà un héros si c'est ce qu'il voudrait être pour le Mali, mais le temps use le destin des héros, c'est pourquoi la nature d'elle même, par sélection met un terme assez tôt à leur posture en vue de préserver pour longtemps leur image et leur intégrité historique. En ce qui concerne la CEDEAO, j'enrage.

La CEDEAO devrait éviter l'accumulation des PARADOXES, comme elle le réussi dans sa ligne de conduite.

Comment comprendre et tolérer dans une rencontre, des États qui se montrent ouvertement hostiles à la limitation de mandat dans leurs pays, et préférer s'acharner contre des gouvernements qui arrivent à corriger par des coups d'Etat cette dérive atavique de certains hommes qui ont décider de se maintenir au pouvoir contre la volonté des peuples inscrite dans les constitutions ! 

Comment comprendre cette injustice permanente et révoltante ? Les sanctions, les opérations militaires, les mesures d'isolement dans une logique géopolitique saine et responsable devraient d'abord être infligées aux cumulards de mandats, catalyseurs de coups d'Etats.

C'est la première et ultime solution à la prolifération des prises de pouvoir par la force, conséquences des transitions inconfortables.

C'est là où se situe l'inconsequence de la CEDEAO et de ses animateurs de Chefs d'Etats. Quand aux peuples africains, il leur revient tout simplement de prendre leur destin en main en évitant de continuer à déifier leurs gouvernants, anciens comme nouveaux, en veillant de façon active à l'application des textes constitutionnels pour lesquels ils ont mandaté leurs compatriotes, appelés à les sauvegarder dans l'intégrité, le respect et la parole donnée. Ce qui revient à dire avec Barack Obama que les États n'ont pas besoin des hommes forts, mais des institutions fortes, encore que les textes de ces institutions soient solidement sécurisés et respectés.

Un peu de réalisme dans les propositions. Force au Mali et à son peuple.

Source : Carlos KETOHOU

Le 10 janvier 2022

Media

Dernière modification lelundi, 10 janvier 2022 16:42