Bannière

Mise à jour 10:56 AM UTC, Nov 15, 2023
Flash info
A+ A A-
Vidéos

Vidéos (21)

Emmanuel Macron: En ce qui concerne la Côte d'Ivoire...je ne suis pas membre du parti au pouvoir. On ne pouvait pas savoir que celui qui était désigné allait mourir..

SOMMET FRANCE-AFRIQUE Arthur Banga : M. Le président, il faut que la France ait désormais une position claire contre ceux qui tripatouillent les constitutions en Afrique. Emmanuel Macron: En ce qui concerne la Côte d'Ivoire...je ne suis pas membre du parti au pouvoir. On ne pouvait pas savoir que celui qui était désigné allait mourir...on était dans un cas de force majeur. Tout va dans le bon sens dans ce pays actuellement.

Regards croisés sur la limitation d’âge à la présidentielle. Les avis divergent entre Assalé Tiemoko et Djè Bi Djè Olivier Vamy

Life TV « Monsieur Gbagbo a déclaré à plusieurs reprises que lorsqu’on a 75 ans on ne peut pas être candidat dans ce pays. » Regards croisés sur la limitation d’âge à la présidentielle. Les avis divergent entre Assalé Tiemoko et Djè Bi Djè Olivier Vamy Emission intégrale à retrouver 👉: https://www.youtube.com/watch?v=EhH0JxqH9N0 TNT N•6 | Canal+ 206 | LifePlay

Débat Mélenchon / Zemmour -Qu'on soit mélenchoniste ou zemmourien, il semble évident que les "animateurs" de ce plateau appauvrissent le débat dès que cela devient intéressant.

Par JEAN-LUC MÉLENCHON / Le jeudi 23 septembre 2021, Jean-Luc Mélenchon débattait contre Éric Zemmour. Il a expliqué que ce débat était l’occasion de mettre sur le devant de la scène les vrais problèmes de notre pays : lutte contre le changement climatique, pauvreté, crise sociale, et de sortir des thèmes stériles de M. Zemmour. 

 Le candidat de l’Union populaire à l’élection présidentielle a dénoncé le « danger pour la France » que représente Éric Zemmour, notamment pour les droits des femmes. Il a aussi démontré la fausseté des chiffres extravagants du polémiste d’extrême droite sur l’immigration. À l’inverse, Jean-Luc Mélenchon a défendu la « religion républicaine » du peuple français uni autour de sa devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ». 

Concernant la sécurité, face à un Éric Zemmour qui ne proposait pas grand chose, Jean-Luc Mélenchon a déployé son programme : dissolution des BAC et des BRAV, arrêt de l’utilisation par la police des flashball et des grenades dans le maintien de l’ordre. Il a défendu une police républicaine, respectueuse des gens, entraînée et disciplinée. Il a également affirmé vouloir casser pour de bon les trafics d’armes, de drogue et d’êtres humains et lutter contre le blanchiment de l’argent sale. 

Le débat portait ensuite sur l’indépendance de la France et sa souveraineté. Jean-Luc Mélenchon a défendu la sortie de l’OTAN. Mais il a également parlé du rayonnement de notre pays, évoquant notamment notre territoire maritime (le deuxième du monde) et notre contribution à la recherche spatiale. Il a par ailleurs proposé que la francophonie devienne un espace politique de coopération entre les peuples partageant la langue commune qu’est le français.

Jean-Luc Mélenchon a ensuite développé son programme social : SMIC à 1400 euros nets, retraite à 60 ans pour 40 annuités, blocage de certains prix et notamment de l’énergie (électricité, gaz, essence) et de l’alimentation. Il a expliqué que ces mesures étaient aussi des mesures écologiques puisqu’un meilleur salaire signifie aussi souvent une meilleure consommation alimentaire. Sur tous ces sujets, Éric Zemmour est resté muet.

Le candidat de l’Union populaire à l’élection présidentielle a aussi défendu son programme en matière écologique. Il a expliqué qu’il voulait mettre en place un protectionnisme écologique pour interdire l’entrée sur notre territoire de produits contenant du glyphosate puisqu’il l’interdirait lui-même en France. Il a aussi dit qu’il fallait sortir du nucléaire et a expliqué comment un plan permettrait de le faire en développant les énergies renouvelables et en créant des dizaines de milliers d’emplois. 

Concernant les traités européens, Jean-Luc Mélenchon a pris l’engagement absolu d’appliquer son programme quoi qu’il arrive, expliquant que si des traités européens s’y opposaient, il appliquerait un droit « d’opt-out » sur ces traités, c'est-à-dire de non application. Défendant la souveraineté du peuple dans toutes ses dimensions, il a aussi plaidé de nouveau pour une 6e République, un référendum d’initiative citoyenne et le droit de révoquer les élus.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon a conclu l’émission en rappelant que le défi numéro 1 à relever était de faire face au changement climatique. Il a souligné l’urgence de ce défi en précisant que sans action de notre part, en 2050, plusieurs zones de la France seront sous l’eau et 1 million de personnes inondées chaque année. Pour y faire face, il a proposé d’appliquer la “règle verte”, mesure présente dans son programme qui consiste à ne pas prendre à la nature plus que ce qu’elle ne peut reconstituer.

Le candidat à l’élection présidentielle de 2022 a aussi appelé, à l’heure du changement climatique, à agir tous ensemble, dans la solidarité et sans discrimination.

Affaire du « ministre présumé violeur » KKB en Côte-d’Ivoire / Par Said Penda officiel & Tiemoko Antoine Assale Officiel

Depuis l’éclatement de cette affaire, je me suis gardé d’intervenir, malgré les appels pressants de milliers d’Ivoiriens qui me font l’honneur d’attendre mes publications pour se faire leur propre opinion sur des questions d’intérêt public. Je constate, avec beaucoup de déception, que les uns et les autres ont réagi en fonction de leurs affinités politiques. 

   Je voudrais juste convier ceux qui s’expriment sur cette affaire à rester focus sur les seules certitudes que nous avons à ce niveau d’information : 1- une personnalité publique a peut-être été, injustement, accusée de viol ; 2- une dame victime de viol est probablement abusivement présentée comme une vulgaire criminelle à la base d’une tentative d’extorsion de fonds par le chantage.

Ce sont-là les seules certitudes que nous avons à ce jour. Éventuellement, un procès pourrait nous édifier. Et même après le procès, nous risquons de ne pas être plus avancés. 

Correspondant de la BBC en Afrique du Sud, j’avais couvert le procès de Jacob Zuma, accusé de viol sur une amie de sa fille. Après plusieurs mois d’un procès qui avait tenu tout le pays en haleine, la Cour avait conclu à l’impossibilité d’établir, « sans risque de se tromper » ce qui s’est réellement passé cette nuit-là dans la résidence de M. Zuma. Celui qui, quelques mois plus tard, allait devenir président de la république fut donc acquitté, sans qu’on ait pu élucider le mystère du présumé viol. 

 Par Said Penda officiel 

 

Tiemoko Antoine Assale Officiel 

Le viol est un crime, en Côte d'Ivoire. Depuis quelques jours, une accusation de viol portée contre le ministre de la réconciliation nationale, KKB, fait grand bruit dans le pays. Selon toute vraisemblance, l'accusatrice et l'accusé, pour des raisons différentes, ont saisi la justice.

Dans ce genre d'affaire, il faut toujours prendre le temps d'avoir des éléments d'appréciation objectifs avant de se prononcer. Cependant la première attitude à avoir quand on parle de viol, est d'apporter son soutien à la présumée victime tout en précisant que dans notre pays, la présomption d'innocence est un principe constitutionnel et que le ministre, en aucune manière, ne saurait, avant une décision de justice, être traitée comme un coupable et donc vouée aux gémonies du simple fait d'une accusation non encore validée par la justice.

Il faut espérer que la justice saisie par les deux parties, fasse éclater la vérité, sans pression de quelque nature que ce soit. Cela dit, je voudrais faire noter par ceux qui se demandent pourquoi la présumée victime a attendu 5 mois avant de dénoncer ce dont elle aurait été victime, qu'en Côte d'Ivoire, le viol est un crime et un crime se prescrit dans notre pays, au bout de dix années.

Par conséquent, si une présumée victime a la preuve du viol, la loi lui donne un délai de dix ans pour porter plainte. Sachons donc raison garder, de tous les côtés.

Sur cette affaire du ministre KKB, je conseille donc la plus grande prudence. Évitons toute forme d’emballement et sachons raison garder. Surtout, faisons confiance à la nouvelle justice ivoirienne sous le président Ouattara, dont la totale indépendance est désormais une réalité. J’en veux pour preuve les nombreuses décisions de justice, dans des domaines aussi sensibles que les contentieux électoraux, qui ont souvent été rendues contre des candidats proches du pouvoir, parmi lesquels des dignitaires du régime.

Si la jeune dame a bien été violée, le ministre de la réconciliation nationale ne sera pas épargné par la justice du fait de sa qualité. Mais KKB ne sera pas non-plus condamné juste pour assouvir au fantasme collectif des opinions publiques qui s’extasient de voir tomber les puissants.

ASSALE TIEMOKO ANTOINE DÉPUTÉ DE LA NATION.

 Tiemoko Antoine Assale Officiel

Le père Norbert Eric Abékan a reçu le guide de la communauté musulmane de Civ, Cheikh Al Aïma Ousmane Diakité, président du #COSIM

Le père Norbert Eric Abékan a reçu le guide de la communauté musulmane de Civ, Cheikh Al Aïma Ousmane Diakité, président du #COSIM dans le cadre d’une visite de courtoisie. C'était le jeudi 02 septembre 2021 à la Riviera III, dans la commune de Cocody.

#Reportage : Siriki Barro #TVALBAYANE www.albayane.ci

"Ces enregistrements nous indiquent clairement l'implication des unités de la gendarmerie (17 personnes) et de la police (22 personnes), soit 39 agents des forces de défense et de sécurité ...

Plus d'une soixantaine de dossiers de rackets impliquant des policiers et des gendarmes, à travers le territoire national ivoirien, seront jugés lors de la prochaine rentrée judiciaire, a annoncé vendredi à Abidjan, le procureur militaire, Ange Kessi.Le contre-amiral Ange Kessi, commissaire du gouvernement ivoirien, s'exprimait à l'occasion d'une conférence de presse initiée par le ministre de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo.

La sensibilisation "est terminée, nous sommes rentrés dans la phase de répression.

Dès la rentrée judiciaire, le tribunal militaire a déjà programmé 43 dossiers à laquelle vont s'ajouter une quinzaine qui devraient être jugés l'année passée", a indiqué le procureur militaire. "Donc, c'est au moins une soixantaine de dossiers que nous allons juger", a fait savoir le commissaire du gouvernement, ajoutant que "la Côte d'Ivoire doit figurer parmi les pays qui sont les moins corrompus dans le monde".S'appuyant sur la collaboration et les renseignements recueillis auprès de certains partenaires dont l'ONG Égalité & Justice pour tous, plusieurs procédures de poursuites judiciaires ont été initiées.

"C'est alors que pour le compte de l'année judiciaire écoulée (2020-2021), sur 77 cas dénoncés par l'ONG, le Parquet militaire a initié 43 procédures de poursuites contre les agents des forces de défense et de sécurité pour extorsion de fonds sur les usagers de la route", a-t-dit.Les 34 autres cas feront l'objet d'enquête pour défaut de preuves matérielles, a relevé le procureur militaire. Sur ces 43 agents visés, l'on a pour le District d'Abidjan deux policiers issus de la commune d'Abobo et trois de la cité d'Anyama.Selon le ministre chargé de la Bonne gouvernance, Epiphane Zoro Ballo, des vidéos de lanceurs d'alertes attestent des actes de rackets impliquant certains agents des forces de défense et de sécurité. "Ces enregistrements nous indiquent clairement l'implication des unités de la gendarmerie (17 personnes) et de la police (22 personnes), soit 39 agents des forces de défense et de sécurité dont 24 ont fait effectivement l'objet de poursuites", a-t-il souligné.M. Epiphane Zoro Ballo a annoncé une plateforme web de signalement et un numéro vert de sorte que les cas de corruption soient dénoncés, et un projet de loi sur la protection des lanceurs d'alertes, ce qui devrait permettre une collaboration avec les populations dans ce projet.Mardi, le ministre Epiphane Zoro a annoncé une opération de lutte contre la corruption dénommée opération "coup de poing", tout en prévenant qu'aucun département se sera épargné dans le cadre d'investigations en cours.Le procureur militaire a fait remarquer que le racket est puni de 5 ans de prison.

Depuis 2011, soit en l'espace de 10 ans, quelque 326 dossiers pour faits contre le racket ont été enregistrés, soit 32 dossiers par an. Sur ces 326 dossiers, 200 actes soutenus par des preuves ont été jugés.Par ailleurs, le commissaire du gouvernement, Ange Kessi a révélé que les plaintes pour arnaque aux concours, 2.600 ont été notifiées depuis janvier 2021 et en un seul jour, le Parquet peut recevoir 12 dossiers.

AP/ls/APA

S'abonner à ce flux RSS