Bannière

Log in
Adama Diomande

Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

URL du site internet: http://www.addl-association.info

ACCUSÉ D’AVOIR TUÉ DJ ARAFAT, LE MINISTRE HAMED BAKAYOKO RÉPOND ENFIN

Je suis désolé mon fils, pardonne-moi de t'avoir autant aimé. Peut-être ainsi, les gens t'auront laissé te reposer en paix

Ils m'ont traité d'avoir tué le seul fils que j'ai aimé comme mon propre enfant biologique, de l'avoir sacrifié pour des élections. Ils m'ont accusé d'avoir interdit à sa propre mère de voir son corps. Puis ensuite, ils m'ont accusé de faire des incantations maléfiques avec son corps en faisant venir des esprits démoniaques la veille de ses funérailles jour et qu'à cause de ça, que je n'allais pas faire exposer son corps, même au profit de sa propre famille.

https://scontent.fabj1-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/69806548_1242325669281394_5499758725503647744_n.jpg?_nc_cat=111&_nc_eui2=AeH5MQEem2QslJ8ugAUn9vimV3niFbgyihShIHZWwEdWcai3pm7LUONa7AGk034ivpawib91Oa6_ufNS5DZCRwvLKxzP_B6w8Re58AJpRlaqJw&_nc_oc=AQlff4t1hvbXYGs2Tqv5vyHLMJOYFmKU3B1bwyTEyyFRozZlXlxIeLl6CWeI6wzj8o0&_nc_ht=scontent.fabj1-1.fna&oh=e065e27ca691427eefedbc517e2a0836&oe=5E0BE604Et enfin, ils m'ont accusé de vouloir faire enterrer quelqu'un d'autre que lui. En conséquence de quoi et sur la base de ces accusations farfelues, des gens se sont octroyés le droit de profaner la tombe de notre héros, de piétiner sa dignité. Je pleure mon fils depuis son décès mais aujourd'hui, je suis abattu, meurtri car je ne sais que dire à Máel, à ses enfants, à sa Mère, à Carmen, à sa Famille. Je ne sais pas. Eux qui m'ont pourtant vu me battre jour et nuit pour élever leur père, fils, frère à la dignité qu'il mérite. Eux qui m'ont pourtant vu mettre tout en œuvre pour lui donner le 1/1000 de ce qu'il a donné à la CI. Eux qui m'ont pourtant vu tout mettre en œuvre pour leur enlever ses lourdes responsabilités, ce lourd fardeau que constituait son enterrement. Que faut-il leur dire pour enlever de leur tête l'humiliation que leur père vient de subir ? Je ne sais pas, parce que je ne sais pas ce que j'aurais ressenti si l'on faisait ça à mon père biologique qui vient de perdre la vie. Était-ce un crime de l'aimer autant ? De donner autant d'amour à quelqu'un qui semblait en manque ? Oui, il n'était pas parfait, comme chacun de nous d'ailleurs, mais n'avait-il pas droit aussi à sa part d'amour ? de respect ? de dignité ? d'honneur ? de considération ? Pourquoi faut-il que tout soit politique ? Pffff... Dégoûté !!! Je suis désolé mon fils, pardonne-moi de t'avoir autant aimé. Peut-être ainsi, les gens t'auront laissé te reposer en paix

  • 0

Interview / Le grand retour du Docteur Saraka Konan Adolphe, PCA de l’ARRE et par ailleurs, Membre Fondateur, Membre du Conseil Politique et Coordonnateur Régional Associé du RHDP du Gbèkè, EX DEPUTE

« J’ai toujours été Alassaniste bien que non militant du Rdr et je suis heureux de militer activement aujourd’hui au Rhdp à ses côtés, lui qui aspire au rassemblement de tous les Houphouétistes de manière inclusive. » Le challenge du LION sur le terrain politique a BEOUMI dans le pays du peuple Kodè

**Depuis un moment, on vous voit beaucoup sur le terrain ici à Béoumi. Est-ce le grand retour du vieux "lion"? 

La vie politique est comme une sinusoïde, elle a des hauts et des bas. Le silence n’est pas la mort politique mais plutôt un retrait stratégique dans la chambre noire pour méditer et reprendre des énergies nouvelles afin de mieux faire. Contrairement à ce que vous dites je suis le cadre politique de Béoumi qui connaît le mieux le terrain politique tant géographiquement que sociologiquement pour l’avoir parcouru énormément. Aussi, plus régulier que moi à Béoumi, sans vantardise aucune, je peux affirmer que je ne suis pas le dernier sinon que le tout premier.

**Béoumi est réputée être un des bastions du PDCI-RDA. Croyez-vous en la percée du RHDP ? 

Je ne sais pas si Béoumi est le bastion du PDCI tant depuis plus d’une décennie les élus de Béoumi sont quasiment tous indépendants tant les candidats PDCI sont tous battus. Il est vrai que le peuple de Béoumi est fermement Houphouetiste bien que Béoumi ait malheureusement toujours été délaissé par les animateurs du Pdci dans son développement. Figurez-vous que jamais le Pdci-Rda n’a décoré un seul militant de Béoumi de son vivant. Incroyable ! Je dis cela sans animosité aucune pour des politiques mais la vérité est têtue. J’ai été battu aux élections législatives dernières à Béoumi par une coalition PDCI-RDR-Udpci fortement soutenue par les dirigeants de mon parti d’alors, le PDCI-RDA ; c’est dire que ma popularité est réelle et vivante puisque non altérée. Cela s’est constaté lors de mes récentes tournées à travers tous les villages du pays Kodè. A terme ce serait idiot pour nous cadres de Béoumi de ne pas vouloir conduire nos populations paysannes vers un mieux-être égoïstement par dogmatisme politique et ethnique. J’ai confiance au peuple Kodè qui a pris conscience lui-même de ce que son développement est au Rhdp et nulle part ailleurs. Mon retour en politique au niveau local s’explique par ma volonté de contribuer d’une part à recréer un vrai climat de paix observé jadis à Béoumi dans le respect des différences et la considération des us et coutumes. D’autre part, à apporter ma pierre à l’édification d’une Côte d’Ivoire inclusive et rassemblée pour transformer ensemble notre pays.

***Béoumi, votre "fille ainée" se meurt. Quel regard portez-vous sur la cité du Goli et comment comptez-vous vous y prendre pour la sortir de ce coma? 

Votre image me fait être le père de Béoumi alors que je ne suis bien qu’un des dignes fils de Béoumi qui ne rêve que de son évolution et de sa transformation radicale. Depuis mon repli de la politique locale, très peu de choses ont été menées dans le sens du bien-être de nos populations. Il faut donc rassembler et taire nos égoïsmes et notre égo pour promouvoir nos cadres et aider nos parents. J’ai beaucoup souffert personnellement des événements communautaires de Béoumi qui ont opposé les Baoulés et les malinkés avec une récupération non moins politique des clans adverses des deux côtés pourtant supposés amis. En effet en 2011, j’étais en campagne électorales aux élections législatives dans un village et sur le chemin de retour de ma campagne, des jeunes ont été commis pour retirer les planches sur le pont en bois de la rivière pour que je ne puisse pas le traverser en voiture. J’ai dû abandonner mon véhicule pour enjamber la rivière. Première Violence politique à Béoumi ! En décembre 2016, aux élections législatives, des jeunes abreuvés et manipulés par mes adversaires politiques m’ont empêché de tenir meeting puis lapidé mes véhicules et brisé les vitres des véhicules 4x4 de mon cortège sans aucune réaction. Deuxième violence politique à Béoumi!! Ce n’est donc pas étonnant que des violences naissent en octobre 2018 après les élections municipales tant les ingrédients, les récipients et les cuisiniers étaient et réunis. Le reste n’est qu’une suite logique. 

**** Elu souvent sous la bannière indépendante et candidat malheureux aux dernières législatives, aujourd’hui, vous militez pour le Rhdp. Pourquoi ce changement de cap, est-ce un nouveau challenge ?

Je suis politiquement correct et reconnais ma défaite non moins inélégante et non probe aux précédentes élections législatives. En effet, une coalition circonstancielle, expéditive, vindicative du Pdci-Rda -Rdr-Udpci, comme je l’ai dit, m’a vaincu par tous les moyens et, élégamment, je me suis plié. J’ai toujours été Alassaniste bien que non militant du Rdr et je suis heureux de militer activement aujourd’hui au Rhdp à ses côtés, lui qui aspire au rassemblement de tous les Houphouétistes de manière inclusive. Paradoxalement, au moment où j’adhère à la volonté de mon parti, le Pdci-Rda, de venir au RHDP pour lequel il m’a vigoureusement et violement combattu, celui-ci quitte le bateau pour se réfugier au Fpi. Rires ! Moi, je me sens mieux au RHDP que m’a recommandé le Pdci-Rda et j’ai la conviction que dans l’union, nous ferons triompher le candidat du RHDP aux prochaines élections présidentielles partout en Côte d’Ivoire et particulièrement à Béoumi, c’est pourquoi, je demande aux acteurs locaux qui ont des agendas individuels cachés, de taire leurs ambitions afin de ne pas contrarier notre volonté forte de conquérir les militants du Pdci-Rda en grande majorité proches du mouvement sur les traces d’Houphouët-Boigny créé par le Ministre Adjoumani Kobenan Kouassi. J’entends dire qu’on va au RHDP pour se restaurer.

En fait, cela s’adresse à des personnes sans conviction sinon que j’ai été écarté du Bureau Politique du Pdci-Rda depuis 2016 tout simplement parce qu’élu indépendant, J’ai créé et présidé le groupe parlementaire Dialogue. Madame le député et ma sœur Aka Véronique, première vice-présidente de mon groupe parlementaire, élue dans les mêmes conditions que moi, n’a pas été écartée. Ce n’est donc pas une sélection discriminatoire. Seulement que je ne suis pas membre de la cour royale du Pdci-Rda tant bien même que, de sang je le sois au royaume des Baoulés Ashanti Oyoko. Pour achever cet acharnement, devenu simple militant de base, j’ai subi encore le courroux du chef par ma radiation inédite d’un parti dans lequel je n’étais plus qu’un simple sympathisant au motif que j’ai adhéré au Rhdp via le mouvement de Sur les Traces d’Houphouët-Boigny du Ministre Adjoumani. 

En conclusion, c’est un challenge pour moi et pour nous tous d’œuvrer ensemble pour une Côte d’Ivoire nouvelle, pluri ethnique, de dialogue, tolérante, pacifique et travailleuse. C’est pourquoi, je lance un appel solennel et filial à l’endroit du président Bédié pour lui dire que malgré tout son ressenti, qu’il reconsidère sa position pour la stabilité et la paix de sa chère Côte d’Ivoire et pour la philosophie de dialogue, de pardon et de tolérance prônée par le père fondateur Felix Houphouët-Boigny.

Propos receuillis par Noelle Glagla

  • 0

KONE Amadou / "Moi, ministre des transports, je ferai prendre les décisions suivantes": Par Yves Roger Claver

1: La mise en place d'une commission d'agrément pour la création d'une gare routière, présidée par un magistrat ou commissaire de police appuyée par une brigade mixte (police, gendarmerie et police municipale)

Par Yves Roger Claver

2: L'instauration d'une licence (obligatoire) de chauffeur professionnel, renouvelable chaque année. Ce qui permet d'identifier l'ensemble des chauffeurs transporteurs de voyageurs et marchandises en cote d'Ivoire. En cas d'accident ou manquements à la réglementation routière, la licence (pas le permis) peut-être retirée pour suspension allant de 3 mois à 1 an de privation selon l'infraction. 

3: la création d'une carte professionnelle d'agents routiers pour tous les agents et intermédiaires du secteur des transports, délivrée par la commission d'agrément sur présentation d'un contrat de travail signé de l'employeur d'un casier judiciaire et de la copie d'identité du requérant

4: la création par décret d'une fonction routière en charge de réglementer la profession de chauffeurs, convoyeurs, bagagistes, billetistes, agents d'exploitation et techniciens de maintenance... 

5: la création d'une base de données en liaison avec la police judiciaire aux fins d'identification de tous les acteurs des transports.

6: la création d'un tribunal des transports pour connaître et juger les infractions routières.

7: la suppression des taxi woroworo intercommunaux - qui sont sources de créations de gares illégales - au profit des taxis compteurs, lesquels sont en réalité les seuls à transporter les usagés intercommunaux par Taxi. Au titre des mesures exceptionnelles, nous créerons des gares communales pour les usagers intercommunaux ouvertes aux seuls taxis compteurs qui voudraient charger en gare. Dans ce cas, chaque Taxi devra payer une taxe communale dans les guichets de perception ouverts dans chaque gare communale. Le montant de la taxe communale sera fixée par arrêté du ministre des transports pour éviter les abus. Cette activité va générer des emplois directs et indirects et créer d'autres activités secondaires (gardiens, agents de sécurité, commerces, étales, ventes à la criée, restauration rapide...). La construction des gares communales se fera par appel d'offres afin de matérialiser l'unicité des sites. Par ailleurs, l'État pourrait concéder la création de ces gares intercommunales à des investisseurs privés, lequel seront tenus pas un délai de concession ne pouvant pas excéder 20 ans.

8: En vue d'un renouvellement du parc auto adossé aux mesures sécuritaires et à la protection des usagers, nous fixerons la limitation d'âge des véhicules de transport à 15 ans. 

9: l'âge requis pour l'exercice de la profession de chauffeur professionnel de transport sera fixé à 25 ans et à 60 ans pour la retraite.

10: la création d'une caisse de retraite et de pension pour les chauffeurs professionnels et agents du secteur des transports dont les prélèvements, en terme de pourcentage, seront perçus sur les polices d'assurances payées par les transporteurs. La quote-part des employés des transports sera fixées selon un pourcentage perçu sur le salaire.

11: la création d'un guichet unique d'assurances auto pour tous les transporteurs à l'exception des taxis compteurs affiliés à la matca

12 : l'harmonisation et la création d'une grille salariale pour tous les chauffeurs professionnels des transports et agents du secteur en vue de la professionnalisation du secteur.

Merci de partager...

SOURCE / https://web.facebook.com/yvesrogerclaver?_

 

  • 0

BEOUMI / Docteur SARAKA, le Lion de BEOUMI fait tomber la citadelle Kodè au RHDP

Dans le cadre de la grande mission initiée par le RHDP de la région du Gbèkè, Docteur Saraka Konan Adolphe, PCA de l’ARRE et par ailleurs, Membre Fondateur, Membre du Conseil Politique et Coordonnateur Régional Associé du RHDP du Gbèkè a sillonné les villages pour aller rencontrer ses parents Kodè des Sous-préfectures de Kondrobo, Andokékrénou et Béoumi les 16, 17 et 18 Août 2019 afin d’échanger avec eux sur les réalités de leur vécu et sur le RHDP. 

EX DEPUTE / Docteur Saraka Konan Adolphep (photo d'archive)

Les différentes rencontres ont enregistré la présence effective des chefs, des présidents de jeunes, des présidentes de femmes et des populations des villages desdites Sous-préfectures. 

En introduction de chaque rencontre, le Docteur Saraka Adolphe a précisé : « je suis venu devant vous aujourd’hui, sur instruction du Président de la République son Excellence Alassane Ouattara, du Président du RHDP, pour vous dire son Yako, sa compassion suite aux évènements malheureux survenus au mois de mai dernier et surtout échanger avec vous sur le RHDP et également recueillir vos difficultés et vos besoins pour les lui transmettre ». De Kondrobo à Béoumi, passant par Andokékrénou, les besoins et attentes des populations sont réels mais surtout identiques et se résument aux infrastructures essentielles de base, à savoir les constructions de châteaux d’eau, de centres de santé, d’écoles primaires, de collèges de proximité et surtout d’électrifications villageoises. 

Je constate que le président Alassane Ouattara et le RHDP ont électrifié 61 des 80 villages des trois sous-préfectures de Béoumi ; Comment peut-on trouver solutions à toutes vos difficultés et préoccupations évoquées, si nous ne réfléchissons pas ensemble pour nous déterminer sur la voie que je vous propose a demandé Docteur Saraka Adolphe à ses parents ? 

« Pour moi, dira-t-il, il est maintenant temps que le peuple Kodè pense au développement de son département car le RHDP est l’océan dans lequel affluent les fleuves et les rivières. Une digue sur une rivière n’empêchera l’océan d’étendre son envergure. Si telle est que notre volonté est le développement de Béoumi, n’avons-nous pas l’obligation de nous inscrire dans la vision du président Alassane Ouattara avec le RHDP qui fait ses preuves par la réalisation de nombreuses et grandes infrastructures modernes et criardes depuis 2011, à travers tout le pays ?»

Puis de rappeler avec émotion, cet épisode douloureux de l’histoire politique de Béoumi à ses parents en ces termes : « le peuple Kodè a été délaissé du développement de la Côte d’Ivoire depuis toujours parce que taxé de progressiste et non aux côtés du PDCI-RDA en ses débuts. Réfléchissons !»

C’est pourquoi je vous demande, conclura-t-il, de nous engager tous ensemble et dès maintenant aux côtés du Président Alassane Ouattara et du RHDP pour tracer les nouveaux sillons de développement de la côte d’Ivoire nouvelle et de Béoumi en particulier, en restant toujours sur les traces d’Houphouët-Boigny. Par des applaudissements nourris, toutes les populations rencontrées lui ont témoigné leur soutien effectif pour le RHDP. Elles ont salué et remercié vivement le Président Alassane Ouattara et son Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly et encouragé leur fils de renouveler cette initiative.

Il est à noter pour la circonstance que la délégation qui accompagnait le Docteur Saraka était composée de Konan Germain dit Trankpa ex député suppléant, Nzi Sébastien, Yao Samuel dit Gnaklé, Mathias Gossé, Kouassi Norbert, M’Bra Marcel, Addih Bénoit, Guédé Gba Jeannot et le Député Yao, tous membres des instances du RHDP.

  • 0
S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px