Bannière

Log in

Dumas, Bourdin et l'"influence juive" de Valls: le CSA met en demeure BFMTV et RMC

MÉDIAS - Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a adressé une "mise en demeure" vendredi 6 mars à RMC et BFMTV après une interview, diffusée par les deux médias, de l'ancien ministre Roland Dumas par le journaliste Jean-Jacques Bourdin, qui lui avait demandé si le Premier ministre Manuel Valls était "sous influence juive". Roland Dumas avait répondu que Manuel Valls l'était "probablement", évoquant ses "alliances personnelles" et, sans la nommer, l'épouse du Premier ministre, Anne Gravoin, une déclaration qui avait suscité un tollé. "Banaliser et à propager des comportements discriminatoires" "La formulation-même" de la question du journaliste était "de nature à banaliser et à propager des comportements discriminatoires", a estimé le gendarme de l'audiovisuel dans un communiqué publié vendredi. Une mise en demeure du CSA n'a qu'une valeur d'avertissement et n'entraîne pas de sanction, sauf récidive. Affaire Rolland Dumas - Le CSA met en demeure BFMTV et RMC publié par Fil_actu L'interview controversée avait été diffusée le 16 février dernier. Au cours d'un échange de deux minutes, Jean-Jacques Bourdin était revenu à la charge à plusieurs reprises après l'évocation, une première fois, par l'ex-ministre des Affaires étrangères des "alliances personnelles" de Manuel Valls, "qui font qu'il a des préjugés". Face aux critiques dont il avait été lui aussi la cible, le journaliste avait déclaré qu'il n'allait pas "s'excuser de poser des questions". "J'aime mon métier: faire dire à mes interlocuteurs ce qu'ils pensent vraiment.. Recherche de la vérité contre toutes les langues de bois..", avait-il également écrit sur son compte Twitter. Après l'annonce du CSA, l'animateur a de nouveau posté un message sur Twitter expliquant qu'"'on ne le fera pas taire".AFP Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) Émission "Bourdin direct" : BFMTV et RMC mises en demeure Communiqué du vendredi 06 mars 2015 Lors de sa séance plénière du 4 mars 2015, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a prononcé une mise en demeure à l’égard de BFM TV et RMC sur le fondement des articles 3-1 et 15 de la loi du 30 septembre 1986 sur la communication audiovisuelle, ainsi que de l’article 2-3-3 et du I de l’article 2-4 de leurs conventions respectives. Le troisième alinéa de l’article 3-1 de la loi du 30 septembre 1986 dispose que : « Le Conseil supérieur de l’audiovisuel contribue aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle (…) ». L’article 15 de la même loi dispose quant à lui que le Conseil : « veille (…) à ce que les programmes mis à disposition du public par un service de communication audiovisuelle ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité ». L’article 2-3-3 de la convention de BFM TV prévoit notamment que : « L’éditeur veille dans son programme : (…) à ne pas encourager des comportements discriminatoires en raison de la race, du sexe, de la religion ou de la nationalité ; à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République ». Le I de l’article 2-4 de la convention de RMC stipule que : « Le titulaire veille dans son programme : à ne pas encourager des comportements discriminatoires à l’égard des personnes en raison (…) de leur appartenance ou de leur non appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ; à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République ». Le Conseil a observé, lors de l’émission Bourdin direct simultanément diffusée sur le service BFM TV et la radio RMC le 16 février 2015 que, dans le cadre de l’interview d’un ancien ministre et ancien président du Conseil constitutionnel venu assurer la promotion de son dernier livre, le journaliste qui animait l’émission, à la suite d’un échange de propos relatif aux prises de position et à l’entourage familial de M. Manuel Valls, a posé à son interlocuteur, à propos du Premier ministre, la question suivante : « Il est sous influence juive? Le Conseil a considéré que la réponse qu’une telle question tendait à provoquer, dans le contexte de cet échange, et la formulation-même de cette question, relative au Premier ministre, étaient de nature à banaliser et à propager des comportements discriminatoires contraires aux principes dont la garantie lui est confiée par les articles 3-1 et 15 de la loi du 30 septembre 1986, tels que précisés par les stipulations des conventions signées par BFM TV et RMC Jean-Jacques Bourdin ✔ @JJBourdin_RMC Je suis sanctionné pour avoir fait mon métier. On ne me fera pas taire. Je continuerai à aller chercher la vérité. Réveillons nous. 17:03 - 6 Mars 2015

Media

Manuel Valls sous "influence juive" : Jean-Jacques Bourdin s'explique après son interview de Roland Dumas
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px