Bannière

Log in

Diomandé Adama, membre du BP du RHDP: ‘’Que Soro arrête de se croire plus intelligent que le reste des Ivoiriens . Amadou Gon ne va pas s’auto désigner’’

Spécial Diomandé Adama, membre du BP du RHDP: ‘’Que Soro arrête de se croire plus intelligent que le reste des Ivoiriens . Amadou Gon ne va pas s’auto désigner’’

Interview Alassaniste convaincu et indécrottable, comme il se définit lui-même, Diomandé Adama, membre du Conseil politique et du Bureau politique du RHDP, par ailleurs, président de l’Association pour la Défense de la Démocratie et des Libertés (ADDR) basée en France, se prononce sur l’actualité politique. De la tentative de putsch attribuée à l’ancien PAN Guillaume Soro, à la rencontre Gbagbo-Affi, en passant par l’éventuelle candidature du président Alassane Ouattara, il n’a éludé aucune question. Entretien.

L’actualité est dominée par la tentative de déstabilisation imputée à l’ancien PAN Guillaume Soro. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

C’est regrettable. Doublement regrettable, parce que monsieur Soro Guillaume a été président de l’Assemblée nationale, il fut aussi Premier ministre. Et je me rappelle que la loi a été modifiée pour permettre à monsieur Soro, qui n’avait pas l’âge requis, d’être président de l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, le fait qu’il soit impliqué dans la déstabilisation de la Côte d’Ivoire passe mal. Et ce qui aggrave la situation, c’est que dans cette tentative, on devine aussi qu’il n’est pas étranger à la mutinerie des 8400 ex-combattants des Forces nouvelles intervenue, justement en 2017. Franchement, je n’ai jamais pensé que Soro pouvait faire ça à la Côte d’Ivoire et, surtout, à Alassane Ouattara qui l’a toujours considéré comme un fils et qui l’a donc protégé en conséquence.

Vous l’accusez d’emblée, alors que lui, il soutient que c’est une entreprise qui relève du contre-espionnage, puisqu’il dit qu’il était espionné par le régime en place… 

N’oubliez pas que ce n’est pas un enfant de chœur à qui on impute des choses aussi graves. Il a quand même été chef d’une rébellion qui a duré plus de 7 ans. A supposer même, pour abonder dans son sens, qu’il soit espionné, mais la manière dont il s’est exprimé dans la bande audio devant un espion signifie qu’il avait au moins l’intention de faire quelque chose. De plus, nulle part, dans la bande, on n’entend l’espion supposé le mettre en garde contre un éventuel danger pour qu’il prenne des dispositions. En tout cas, rien ne laisse penser à du contre-espionnage. Qu’il arrête de se croire plus intelligent que le reste des Ivoiriens. Ce n’est pas une ligne de défense crédible ; au contraire, il s’enfonce. Je prends un autre exemple, il est accusé de détournement de deniers publics. Monsieur Soro Guillaume ne trouve pas d’autres moyens de défense si ce n’est de dire qu’il s’est servi du fonds de souveraineté mis à sa disposition pour payer sa maison. Vraiment, on souhaite aujourd’hui, un changement de mentalité des Ivoiriens. On veut une nouvelle génération de politiciens ; mais si cette génération a toutes les tares de l’ancienne et même plus, cela laisse à désespérer. Je crois sincèrement que la Côte d’Ivoire a besoin d’hommes politiques modernes et modèles pour inspirer les jeunes qui ont besoin de repères. L’émergence, c’est cela aussi, la mentalité doit émerger. En clair, la Côte d’Ivoire a encore du chemin à faire sur le chemin du changement de mentalité. C’est pour cela que le président Alassane Ouattara est en avance, puisque tous les hommes politiques d’ici et même d’ailleurs, en Afrique, sont en retard. Le président Emmanuel Macron a d’ailleurs lui-même reconnu que le président Alassane Ouattara est un homme de grande qualité, ce n’est pas moi qui le dis. Il ne le dit pas sur le plan économique seulement, il le dit aussi sur le plan politique.

L’avocate Affoussiata Bamba, proche de Soro Guillaume, a reconnu certes que la voix est celle de l’ancien PAN, mais, elle ajoute que cette bande date de 2017 et a été remise au président Ouattara. Que dites-vous ?

Vous êtes d’accord avec moi que le fait qu’elle ne démente pas, n’est pas à l’avantage de son ‘’client’’. Elle ne lui rend pas service. Cependant, que ce soit depuis 2017 ou 2012 ne change rien au fond de l’affaire : cette bande est celle d’un conspirateur ! On ne nous fera pas avaler autre chose. La justice doit donc faire son travail et si Soro Guillaume veut un jour être président de la République, il doit commencer par respecter la justice. Maintenant, s’il compte sur un coup d’Etat, je suis au regret de lui apprendre que le temps des coups de force est révolu. Définitivement. La communauté internationale ne transige plus là-dessus et je ne pense pas que les Ivoiriens pourraient à nouveau accepter de souffrir en laissant prospérer un coup d’Etat. Les Ivoiriens sont conscients d’une chose, qu’ils soient du côté du pouvoir ou de l’opposition, ils ne veulent pas revenir en arrière. Ils ne veulent ni de rébellion, ni de coup d’Etat. Au surplus, Soro Guillaume prend la rébellion comme son affaire personnelle. Avec la rébellion, il dit avoir fait émerger certains hommes politiques, mais il oublie que cette rébellion a fait de nombreuses victimes directes et collatérales. Au nord où la rébellion s’est ‘’enkystée’’, les gens ont beaucoup souffert mais, ils l’ont accepté pour pouvoir vivre libres aujourd’hui. Moi-même qui vous parle, j’ai défendu la cause de la rébellion puisqu’elle se battait pour que les droits des ressortissants du nord ne soient plus bafoués et niés. Lorsque la rébellion a éclaté, Tuo Fozié faisait ses déclarations mais, cela ne suscitait aucun engouement. Il a fallu l’intervention d’un homme politique d’envergure qui a toujours su rester discret.

C’est le ministre André Louis-Dakoury Tabley qui a fait la première déclaration politique et c’est moi, Diomandé Adama, qui l’ai accompagné à la chaine LCI (la chaine continue de l’information) où il a été interviewé par un journaliste français. C’est la déclaration de Dakoury qui a alerté la presse internationale et bloqué l’élan du président français de l’époque Jacques Chirac qui ne savait pas de quoi tout cela retournait et qui s’apprêtait à faire intervenir l’armée française pour faire taire la rébellion. Alors Soro Guillaume se bombe le torse après avoir trahi IB (le sergent-chef Ibrahim Coulibaly) et bénéficé de tout, c’est regrettable. Cette rébellion, il ne l’a rejointe pour son égo personnel et dire ‘’je’’ chaque fois, nous pensions qu’il l’a ralliée pour une cause que nous trouvons noble, celle de la reconnaissance des droits des nordistes alors considérés comme des Ivoiriens de circonstances ou de seconde zone.

On va clore le chapitre Soro et passer à autre chose ; notamment le RHDP. 2020, c’est bientôt, que pouvez-vous dire par rapport à cette importante échéance ? 

Je vous l’ai dit, je suis régulièrement en Côte d’Ivoire et j’ai eu la chance de parcourir le pays avec les cadres du parti, notamment, mon jeune frère Zoro Bi Ballo Secretaire d'Etat au Renforcement des Capacités et le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani. J’ai pu assister à tous les grands meetings du RHDP et le constat que je fais, c’est qu’il y a beaucoup d’engouement de la part des Ivoiriennes et des Ivoiriens qui migrent par centaines vers ce parti. J’entends les Ivoiriens dire : ‘’enfin, on a un parti politique qui réunit tout le monde, sans tenir compte de l’ethnie ou de la religion voire la région’’. Je souhaite le renforcement du RHDP pour en faire un parti politique solide. Aujourd’hui, je pense que le RHDP est un appareil politique bien rodé et bien structuré. Je peux dire que nous allons gagner les élections (la Présidentielle 2020, ndlr) et même dès le premier tour.

Le problème, c’est que personne ne peut dire avec certitude, qui sera le candidat du RHDP à la Présidentielle 2020… 

Mais, le parti aura un candidat et il sera bientôt connu. Les gens se focalisent sur la candidature du chef de l’Etat, mais il a déjà donné sa position. Il n’a de cesse de dire qu’il entend passer le flambeau à une nouvelle génération. Souvenez-vous, c’était à Danané, après le vote de la nouvelle constitution, il a dit : ‘’mon souhait, c’est de ne pas me présenter en 2020 et de passer le flambeau à une nouvelle génération’’.

Croyez-vous qu’il est toujours dans cette logique ? 

Bien sûr, cependant, les choses ont évolué autrement et il n’a pas manqué de préciser que si Gbagbo et Bédié sont candidats, alors il n’hésitera pas à faire acte de candidature parce qu’il a quelque chose à préserver. En effet, il a la tranquillité des Ivoiriens à préserver, la consolidation de la construction de la Côte d’Ivoire à préserver, l’image du pays à l’international à préserver, l’économie à préserver, la paix à préserver et à tout cela s’ajoute, la stabilité de la sous-région ouest-africaine. Parce que c’est à lui qu’a été confiée la mise en place de la nouvelle monnaie, l’Eco. On ne peut pas laisser le pays courir le risque d’être déstabilisé, parce que Bédié a annoncé la couleur, il a dit que la ‘’chienlit’’ va s’installer en Côte d’Ivoire si, lui, il n’est pas candidat. C’est grave, c’est énorme ! C’est une menace à peine voilée. Vous croyez que le président va laisser faire, laisser prospérer la ‘’chienlit’’ ? Je ne pense pas et il l’a dit. Pour lui, la Côte d’Ivoire est plus importante que tout, que lui-même. Et s’il arrivait que Bédié et Gbagbo ne se présentent pas, il y a plusieurs cadres au RHDP pour porter l’étendard du parti. Je pense au Premier ministre Amadou Gon qui est prêt à poursuivre l’œuvre du président Ouattara. 

Je prends la balle au rebond, pensez-vous que le Premier ministre a le meilleur profit pour continuer l’œuvre de Ouattara, comme vous dites ?

https://i1.wp.com/iciabidjan.com/wp-content/uploads/2017/06/AGC-1030.jpg?fit=1030%2C686&ssl=1D’ici, j’entends ses détracteurs dire qu’il n’est pas populaire, qu’il n’est pas ceci, pas cela, mais est-ce qu’il a fait campagne ? Est-ce que ceux qui le critiquent l’ont déjà vu faire campagne ? Le jour où il sera candidat et qu’il commencera la campagne, vous verrez une autre dimension de l’homme et vous serez agréablement surpris parce que cet homme est un homme de challenges. Savez-vous que beaucoup doutaient de sa capacité à être chef de gouvernement ? Mais, voyez le travail qu’il abat. D’ailleurs, tout le monde est unanime à reconnaître qu’il est un bourreau de travail. Aujourd’hui, toute son énergie est au service d’un homme, Alassane Ouattara, pour bâtir la Côte d’Ivoire. S’il était candidat, je serai l’un de ses supporters. Si le parti le désigne comme candidat, vous verrez, il gagnera au premier tour.

L’opposition se structure peu à peu, on vient d’assister à la naissance de la plateforme de monsieur Bédié que beaucoup ont prise pour une Arlésienne, puisque cela faisait longtemps qu’elle était dans les limbes. Que pouvez-vous dire à ce propos ? 

(Rires…) la plateforme de monsieur Bédié, c’est pfffff…. (rires). Plus sérieusement, ça n’ira nulle part parce que c’est le PDCI-Daoukro. C’est dommage que ses proches n’aient pas le culot de lui dire certaines vérités. Quand on a été l’héritier du président Houphouët-Boigny et qu’on a cassé le canari, il ne faut pas espérer revenir en haut de l’affiche. Il semble avoir oublié que c’est Alassane Ouattara qui lui a permis de revenir à la surface, qui lui a donné du respect et comme l’homme ne connait pas lui-même sa dimension, il a mis tout ça par terre. Comme le président Alassane Ouattara est un homme élégant, il continue de le ménager pour le ramener à la raison, mais s’il persiste dans sa logique, il lui sera réservé ce qui est réservé aux personnes qui ne savent pas leurs limites. C’est tout.

On va changer de décor. Les 3 et 4 janvier derniers, on apprend que Messieurs Gbagbo et Affi se sont rencontrés à Bruxelles où réside le premier en attente d’un procès en appel. Vos impressions ?

Déjà c’est une bonne chose pour le FPI, mais aussi pour l’opposition. On peut dire qu’Affi a eu le nez creux. Parce que c’est l’un des hommes politiques que je respecte. Il a des convictions et est fidèle à ses convictions. Il n’a pas boycotté le dialogue républicain, il n’a pas boycotté les discussions sur la CEI. C’est un homme cohérent et pondéré. Il fait partie de l’opposition constructive dont tout pouvoir a besoin pour s’améliorer. Il est un peu absent sur le terrain des propositions mais, il est constructif. Je pense donc que la rencontre Gbagbo-Affi peut apaiser le climat politique.

Tout compte fait, est-ce que ce n’est pas une mauvaise nouvelle pour le RHDP que le FPI fasse son unité ? En quoi, le fait qu’un parti politique soit uni, organisé et bien structuré peut léser une autre formation ?

Au contraire, c’est une bonne nouvelle. Parce qu’on dit ‘’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire’’. Il faut donc avoir des adversaires solides pour bien savourer sa victoire. On ne dira pas qu’il n’y avait rien en face. Si le FPI est bien organisé, c’’est une bonne chose, donc le RHDP n’a pas à avoir peur. Et je ne pense d’ailleurs pas que tout soit résolu par cette rencontre. Au FPI, sans trahir de secret, je peux dire que les problèmes sont profonds. Il y a le cas Simone Gbagbo qui est entier. Je ne pense pas que tout cela puisse être résolu dans quelques mois. Et même la rencontre Gbagbo-Affi n’est pas du goût de tout le monde là-bas. Il y a des GOR (Gbagbo ou rien) qui n’apprécient guère ces retrouvailles, puisque pour eux Affi est un ‘’vendu’’, un ‘’traitre’’ avec qui ils n’ont plus rien en commun. Non, ce n’est pas encore aussi rose que vous voulez me le faire croire. En tout état de cause, nous au RHDP, on a dépassé tout ça, on avance… 

Est-ce que vous ne croyez pas, justement, que le RHDP pourrait être le premier adversaire du RHDP, en ce sens que s’il n’y a pas d’union, de cohésion, d’entente entre les cadres, cela pourrait jouer contre le parti pour 2020 ?

.Amadou Gon ne va pas s’auto désigner’’ Vous verrez, le jour où le candidat du parti sera connu. Vous verrez la discipline des militants et des cadres. Tout le monde va rentrer dans le rang. Pour le moment, vous entendez des sons discordants parce que le candidat n’est pas encore officiellement investi. Et le Premier ministre Amadou Gon, s’il est candidat, ne va pas s’auto désigner, il sera désigné ou un autre, par le parti dans des conditions normales comme ça se fait dans tout parti digne de ce nom. Le candidat du parti, ce sera donc par consensus, de sorte que personne n’aille de travers une fois le choix arrêté. En ce moment-là, vous verrez. Tout le monde va s’aligner derrière celui qui aura été choisi, que ce soit Gon ou un autre. Au RHDP, on tient à quelque chose, c’est l’image du pays, c’est l’image du président Ouattara ; c’est préserver son héritage politique, économique. Nous n’allons donc pas donner l’occasion aux gens de saborder tout cela.

Un mot sur la gouvernance Ouattara… 

Je suis Alassaniste, je l’ai dit ; je ne peux donc pas être négatif. Les opposants sont là pour critiquer ce qui ne va pas, je ne vais donc pas faire leur boulot. Je suis là pour dire ce qui va. D’abord, les infrastructures. Un pays ne peut se développer sans infrastructure ; je le dis à l’intention de ceux qui disent, avec une mauvaise foi évidente : ‘’on mange pas pont, on mange pas goudron’’. Un pays ne peut se développer sans une économie forte ; un pays ne peut se développer si les gouvernants ne prennent pas en compte la jeunesse ; un pays ne peut se développer si la santé de ses habitants est précaire ; tout ça, le président Ouattara le prend en compte. Il est en train de construire la Côte d’Ivoire. Ceux qui ont envoyé l’héritage du père de la nation dans l’abîme, il a fallu deux quinquennats pour que l’ancien DGA du FMI vienne rebâtir ce pays. Si le président d’un pays est respecté sur le plan international, cela veut dire que ce pays a sa place dans le concert des nations. Et c’est ce qui se fait avec la Côte d’Ivoire.

Le Rassemblement du 09 /01/2020

Réalisée par AMBROISE TIETIE Photo : Interview Légende : Diomandé Adama accorde sa confiance au Premier ministre Amadou Gon

Dernière modification lelundi, 13 janvier 2020 04:47
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px