Bannière

Log in

Infos Ivoiriennes (974)

Ca fait débat" Présenté par Adile Farquane/ Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud

Adile Farquan "Ca fait débat" Reçois Samedi 19h30 sur Télésud / Adama Diomande: Président ADDL (Association pour la défense de la democratie et des libertés) Willy Bla: Président du (CRI Panafricain) Makaila Nguebla: Blogueur Loic Mpango : Présidente du Think Tank Kameroun Initiatives Télésud est disponible: Orange: canal 551, SFR: canal 556, Bbox: canal 660, Numericable: canal 414, et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons) Diffusion Numéro 23 TNT France Dimanche: 6h Programme des débats : 1- Côte d’Ivoire : "Personne n’ira à la CPI", selon Alassane Ouattara 1- Le Président ivoirien Alassane Ouattara a assuré, dimanche, que toutes les personnes responsables de crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 seront jugées en Côte d’Ivoire. Réactions? 2- Alassane Ouattara en a profité pour lancer un message à l’opposition : il n’y aura de grâce que si l’ancien régime de Laurent Gbagbo demande pardon aux Ivoiriens. 3- Le chef d’Etat ivoirien Alassane Ouattara va être investi candidat officiellement pour la prochaine élection présidentielle, le 25 avril prochain. 4- Le Président sortant apparaît largement favori à l’approche de la Présidentielle. Favori? 5- Il est soutenu par une coalition de quatre partis, alliés à celui dont il fait partie, le Rassemblement des Républicains. Il s’agit du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le Mouvement des forces d’avenir (MFA) ainsi que l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI). 6- L’imposition de la candidature unique d’Alassane Ouattara au RHDP n’a pourtant pas été facile. Une scission est même en cours au sein du PDCI à l’initiative de quatre cadres de ce parti qui contestent « l’appel de Daoukro » lancé par leur président Henri Konan Bédié pour un soutien au Président sortant. 7-Face à une opposition elle aussi en crise, notamment au sein du Front populaire ivoirien (FPI) qui se déchire entre le camp de Pascal Affi N’Guessan et celui d’Abou Drahamane Sangaré 2- Tchad : Idriss Déby malade, sa succession en question! 1- La santé du Président tchadien Idriss Déby se détériore. Après un énième malaise, le fils d’Idriss Déby ambitionne de prendre la place de son père. Qu'en pensez-vous? 2- Capacité à diriger le pays? 3- Son fils Mahamat Kaka, interessé par le pouvoir, a sécurisé la Présidence et retiré le passeport du président de l’Assemblée nationale afin d’éviter qu’il se proclame président par intérim. conserver le pouvoir? 4- le pouvoir ne peut échapper à son fils? 5- Qui pour gouverner? 3- Manifestations en Guinée ou querelle entre pouvoir et opposition 1- Cette querelle entre le pouvoir et l’opposition en Guinée s’estompera un jour? 2- L’opposition réclame l’organisation d’élections législatives libres et démocratiques. 3- La police a tiré à balles réelles sur les manifestants de l’opposition à Conakry. 4- Peine à présenter une véritable alternative au Président Condé? 5- Président Condé: autoritarisme? refusant de répondre aux requêtes de l’opposition. Seconde Partie de l'émission: Invité: Monsieur Oswald Homéky -Président du Front pour l'Alternance au Bénin (FAL). Programme des débats :Télésud est disponible: Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud (Orange: canal 551,) (Bbox: canal 660,) (Bbox: canal 660,)(Free: canal 167,) Numericable: canal 414, et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons) rediffusions: Dimanche : 13h Lundi:00h00 :

Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 04 Mars 2015

Le mercredi 04 mars 2015, un Conseil des Ministres s’est tenu de 17h00 à 19h30 à San Pedro, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales -Projets de décrets B/-Mesures Individuelles C/-Communications D/-Divers A/ - MESURES GENERALES PROJETS DE DECRETS 1-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Infrastructures Economiques ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt n°1632P d’un montant total de huit millions cinq cent mille (8 500 000) dollars US, soit environ quatre milliards huit cent quatre-vingt-dix millions (4 890 000 000) de francs CFA, conclu le 10 février 2015 entre le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet d’approvisionnement en eau potable de la ville d’Aboisso dans la Région de l’Est de la Côte d’Ivoire. Le projet permettra d’améliorer l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Aboisso. Il comprend la construction d’infrastructures hydrauliques, dont des unités de traitement d’eau, des réservoirs de stockage, des conduites de transport, des réseaux de distribution et des stations de pompage. 2-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Industrie et des Mines et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant reconnaissance de l’Organisation Interprofessionnelle Agricole de la filière Palmier à Huile. Ce décret reconnait, conformément à la règlementation en vigueur, l’Association Interprofessionnelle de la filière Palmier à Huile, en abrégé AIPH, comme organisation interprofessionnelle agricole de la filière palmier à huile. 3-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté quatre (04) décrets portant attribution de permis de recherche minière valables pour le nickel et le cobalt à la Société Nickel de l’Ouest de la Côte d’Ivoire (NOCI):
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°587 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Touba et Biankouma ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°588 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Touba et Biankouma ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°585 au registre spécial de la conservation minière, dans le Département de Sipilou ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°586 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Sipilou et Touba. Ces permis de recherche minière sont délivrés pour une période de quatre (04) ans. B/- MESURES INDIVIDUELLES Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ;

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de deux Ambassadeurs :
• Monsieur Andrzej DYCHA, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Pologne près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abuja au Nigéria;
• Madame Caroline GUDENUS, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République d’Autriche près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Dakar au Sénégal. C/- COMMUNICATIONS 1-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ;

Le Conseil a adopté une communication relative au relevé de conclusions des revues sectorielles de projets du 1er Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Les revues sectorielles des projets du 1er C2D se sont déroulées du 12 au 15 janvier 2015. A l’occasion de ces travaux, les ministères techniques ont présenté l’état d’avancement des projets et programmes d’activités du 1er C2D relevant de leurs compétences. Il apparait que la mise en œuvre des projets du 1er C2D, au cours de l’année 2014, a connu une avancée globalement satisfaisante avec la mise en route de la quasi-totalité des programmes. Ainsi, l’année 2015 consacrera la fin et l’inauguration des premiers grands projets du C2D. Ces réalisations devraient porter à environ 300 milliards de francs CFA, soit près de 75% du montant du 1er C2D, le cumul des ressources du C2D directement injectées dans l’économie ivoirienne à fin décembre 2015. Dans le cadre du 2e C2D signé en décembre 2014, les missions d’instruction ont commencé et se poursuivent pour la signature des conventions d’affectation des projets du 1er C2D reportés sur le 2e C2D. 2-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’Africa CEO Forum 2015, du 15 au 18 mars 2015, à Genève (Suisse). Le Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, se rendra, du 15 au 18 mars 2015 à Genève, en Suisse, en vue de prendre part à l’Africa CEO Forum. Créé en 2012 par la Banque Mondiale, en partenariat avec le magazine international « Jeune Afrique », l’Africa CEO Forum est une plateforme de rencontre et d’échanges qui a la particularité de réunir les entrepreneurs et les dirigeants politiques africains. Cette édition de l’Africa CEO Forum qui a pour thème: « l’Entreprise, Moteur de la Croissance Africaine », met la Côte d’Ivoire à l’honneur. Aussi diverses activités seront-elles entièrement consacrées à notre pays. Il s’agit notamment des sessions « Investir en Côte d’Ivoire » et « Quelles opportunités pour investir en Côte d’Ivoire ». Ces sessions présenteront la dynamique de l’économie ivoirienne et les opportunités d’affaires dans notre pays. 3-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative aux stratégies et aux diligences concernant l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au Programme du Millenium Challenge Corporation (MCC). Après trois années d’efforts soutenus, et en récompense des gains de compétitivité qu’il a réalisés, notre pays a été admis au programme seuil ou Threshold du MCC. En effet, de cinq indicateurs en 2012, la Côte d’Ivoire est passée en 2014 à dix indicateurs satisfaisants, dont l’indicateur obligatoire «Contrôle de la corruption» pendant deux années consécutives (2013-2014) et l’indicateur éliminatoire «Libertés civiles». Pour l’année 2015, en vue d’assurer son éligibilité au programme Compact du MCC, la Côte d’Ivoire entend réaliser des niveaux de performances plus importants aux plans de la bonne gouvernance, de la santé de l’enfant et de l’éducation primaire. 4-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’exécution des réformes « Doing Business » 2015. La Côte d’Ivoire est engagée depuis trois ans dans le processus de réforme « Doing Business » pour l’amélioration de son environnement des affaires. Depuis lors, notre pays n’a cessé de progresser dans le classement des pays les plus réformateurs au monde. Le rapport « Doing Business » 2015 indique que la Côte d’Ivoire a été classée, pour la deuxième année consécutive, parmi les dix premiers pays les plus réformateurs et qu’elle a été le seul pays à avoir réalisé cette performance. Le Conseil, tout en se félicitant de cette performance, a exhorté le Ministre chargé de l’Economie et des Finances et l’ensemble des ministres concernés à redoubler d’effort dans la poursuite des réformes en vue d’améliorer significativement le rang de notre pays au classement général et de le faire figurer ainsi parmi les meilleures performances mondiales au classement « Doing Business » 2016. 5-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère des Eaux et Forêts et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à la création de deux Centres de Formation Professionnelle Agricole Intégrée à San Pedro et à Korhogo. Dans le cadre du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA), destiné à améliorer la productivité et la compétitivité du secteur agricole, le Gouvernement a engagé une réforme du système de formation agricole qui intègre la mise en place de ces centres de formation. Ceux-ci seront implantés dans les zones agro-écologiques Sud, Nord, Centre, Ouest et Est de notre pays. Ces centres auront la mission de moderniser progressivement les exploitations agricoles de leurs aires d’intervention, en prenant appui sur l’ensemble de la chaîne de production et de transformation, la recherche appliquée et les besoins des consommateurs. Chaque centre aura un lien fonctionnel avec les fermes expérimentales, les centres et les stations de recherche, les structures d’encadrement, les complexes agro-industriels et les organisations professionnelles agricoles. Le Conseil a donné son accord pour la mise en place du centre de formation professionnelle agricole intégrée de la zone Sud, qui sera implanté à San-Pedro et de celui de la zone Nord, à Korhogo. Ces deux centres pilotes accompagneront les réformes des principales filières agricoles du Sud que sont le café et le cacao et celles du Nord constituées par le coton et l’anacarde. Les travaux de construction de ces centres qui, à terme, visent le renouvellement de la classe paysanne avec des agriculteurs formés aux techniques modernes, débuteront en septembre 2015. Les activités de ces centres sont prévues pour démarrer en janvier 2016. 6-Au titre du Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à la consolidation du secteur de la Téléphonie Mobile et à l’optimisation de l’utilisation des ressources spectrales. Le secteur de la téléphonie mobile a connu, au cours des dernières années, une forte expansion avec l’habilitation par l’Etat de neuf (09) opérateurs de téléphonie. Toutefois, la quasi-totalité de l’offre du marché est assurée par trois opérateurs (Orange-CI, MTN-CI et MOOV-CI). Les abonnés de ces trois opérateurs, qui représentent 94% du parc ne disposent que de 50% des ressources spectrales, et 34% des bandes GSM sont réservées à l’utilisation de seulement 1,59% des abonnés. Aussi, en vue de corriger ce déséquilibre et d’optimiser l’utilisation des ressources spectrales, le Conseil a-t-il autorisé la consolidation du marché de la téléphonie mobile autour d’un maximum de quatre (04) opérateurs, suivant l’expérience de nombreux pays européens et africains. Cette réforme permettra au Gouvernement de relever la qualité technique de l’offre de téléphonie et de relever la valeur économique du marché de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. 7-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à la gestion des marchés publics à fin décembre 2014 . Les prévisions budgétaires de l’exercice 2014 ont identifié, sur un budget initial de 4407,5 milliards de francs CFA, 3979 lignes éligibles à la procédure des marchés publics pour un montant total de 1907,1 milliards de francs CFA. A fin décembre 2014, le nombre total de marchés approuvés s’élève à 3776 pour une valeur totale de 985,4 milliards de francs CFA, ce qui représente une hausse de 42,3% par rapport à l’exercice budgétaire 2013. Dans le détail, les marchés passés par appels d’offres ouverts représentent 58,7% en nombre et 61,1% en valeur des marchés approuvés. Les marchés passés par appels d’offres restreints représentent 8,8% en nombre et en valeur. Quant aux marchés de gré à gré, ils représentent 5,6% en nombre et 23% en valeur. Le Conseil note que la gestion des marchés publics en 2014 est satisfaisante. Le recours à l’appel d’offres redevient le principe d’acquisition des biens et services et les délais de passation des marchés connaissent une réduction importante par rapport aux années précédentes. 8-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’exécution du budget à fin décembre 2014. Le Budget de l’année 2014 a été adopté initialement en ressources et en dépenses à 4248,3 milliards de francs CFA. Les bonnes tendances observées au niveau de la conjoncture économique et financière et les ajustements indispensables à la bonne conduite de la gestion ont amené à l’adoption d’un collectif budgétaire qui a porté le niveau du budget à 4407,5 milliards de francs CFA. L’exécution de ce collectif budgétaire a bénéficié d’un contexte socio-économique apaisé et d’un environnement social progressivement décrispé. Ainsi, à fin décembre 2014, les ressources de l’Etat mobilisées se chiffrent à 4731,6 milliards de francs CFA pour une prévision de 4750,4 milliards de francs CFA, soit un taux de réalisation de 99,6%. Ce niveau de réalisation est sous-tendu par la progression de la mobilisation des ressources intérieures et le succès de la Côte d’Ivoire sur les marchés financiers internationaux. Les dépenses programmées pour l’année 2014 ont été exécutées à hauteur de 4243,5 milliards de francs CFA pour un objectif de 4367,2 milliards, soit un taux de réalisation de 97,2%. En effet, les mesures d’encadrement de la gestion budgétaire ont permis de contenir les charges de fonctionnement dans les limites des objectifs. Toutefois, un accent particulier a été mis sur la lutte contre la pauvreté, avec des dépenses pro pauvres qui se sont élevées à 1622 milliards de FCFA pour un objectif de 1521 milliards de FCFA, en progression de 21,3% par rapport à 2014. 9-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’adhésion de la Côte d’Ivoire à l’Initiative Africaine Concertée sur la Réforme Budgétaire (Collaborative Africa Budget Reform Initiative : CABRI). Le CABRI ou l’Initiative Africaine Concertée sur la Réforme Budgétaire est un réseau d’acteurs de haut niveau en matière budgétaire des ministères africains des finances ou de la planification. Ce réseau de professionnels a été créé en 2007 en Afrique du Sud dans le but de promouvoir une gestion plus efficace des finances publiques, de façon à stimuler la croissance économique et à renforcer les prestations de services en Afrique. Le Conseil a donné son accord en vue de l’adhésion de la Côte d’Ivoire à cette plate-forme de partage et d’échange d’expériences. D/-DIVERS Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ; Le Préfet de la Région de San Pedro, Préfet du Département de San Pedro a présenté, à la demande du Chef de l’Etat, une communication relative à la situation administrative et socio-économique dans la Région de San Pedro. Cette communication a, dans un premier temps, présenté les données géographiques et l’organisation administrative de la Région de San Pedro. Le Préfet de Région a ensuite dressé un état des lieux des infrastructures et des activités socio-économiques de la région avant d’évoquer les difficultés auxquelles la Région est confrontée, ainsi que les attentes des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais. Ainsi, des mesures importantes ont été prises qui contribueront à la redynamisation de l’activité économique dans la région, à l’amélioration sensible du niveau des infrastructures ainsi que du cadre de vie des populations. Ces mesures seront annoncées par le Chef de l’Etat lors des échanges qu’il aura avec les populations de la région au cours des prochains jours.

Fait à San Pedro, le 04 mars 2015
Bruno Nabagné KONE Ministre de la Poste et des TIC Porte-parole du Gouvernement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Date parution: Vendredi, 6 Mars, 2015 - 15:30 Source du communiqué: Ministère

Côte d’Ivoire : les candidatures se dévoilent au grand jour pour la présidentielle

L'OPPOSITION UNIT SES FORCES/ PRO-GBAGBO DANS LA COURSE / DES PRO-OUATTARA SE PRESENTENT CONTRE OUATTARA Les candidatures à l'élection présidentielle ivoirienne d'octobre 2015, qui se tramaient dans l'ombre, commencent à se dévoiler au grand jour. Après des périodes de suspense et parfois d'hésitations, plusieurs personnalités politiques font part de leur intention de demander le suffrage des Ivoiriens pour le poste de président de la République. Lors d'une récente rencontre avec des médias, l'ex-président du Parlement, Mamadou Koulibaly, leader du parti Liberté pour la démocratie (LIDER, opposition), a annoncé son intention de briguer la présidence ivoirienne. M. Koulibaly avait indiqué avoir mûri sa décision, notant qu'il n'y a aucune ambiguïté concernant sa candidature. Martial Ahipeaud, un ex-leader estudiantin, se trouve également dans la course à la présidentielle ivoirienne et espère obtenir la confiance des Ivoiriens. L'OPPOSITION UNIT SES FORCES Des partis politiques de l'opposition ont décidé d'unir leurs forces en mettant en place une coalition pour "mieux" affronter les élections de cette année 2015, notamment l'élection présidentielle. La coalition dénommée "Plate-forme des centristes" comprend le parti Renouveau pour la paix et la concorde (RPC), le Parti des démocrates républicains (PDR) et le Parti ivoirien des agriculteurs (PIA). Henriette Lagou, Soko Gbaléhi et Kouassi Bilé, respectivement leaders des partis de l'opposition coalisés, ont exprimé leur volonté de participer à toutes les élections pour une prise de pouvoir des centristes. "Nous entendons promouvoir le renouveau politique en Côte d'Ivoire par des actes forts tels que la restauration de la paix et de la stabilité", ont-ils noté. La Plate-forme des centristes se positionne ainsi dans le paysage politique ivoirien aux côtés du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition pro-Ouattara, au pouvoir) et de l'Alliance des forces démocratiques (AFD, opposition, coalition pro-Gbagbo). PRO-GBAGBO DANS LA COURSE Le plus jeune parti politique, le Front populaire uni (FPU), créé en 2014, a également dévoilé le nom de son candidat pour le scrutin présidentiel à venir. A l'occasion de sa rentrée politique effectuée à Yopougon, dans l'ouest d'Abidjan, Zadi Djédjé, a annoncé sa candidature. Proche de l'ex-président Laurent Gbagbo et du leader de son collaborateur Charles Blé Goudé, tous deux en détention à la Cour pénale internationale (CPI), Zadi Djédjé a réitéré son attachement à ceux-ci. Le président du Front populaire ivoirien (FPI, parti de M. Gbagbo), Pascal Nguessan Affi, a indiqué que le FPI aura un candidat à la prochaine élection présidentielle. Mais ce parti n' a pas encore donné de manière officielle le nom de son candidat. L'idée de désigner un candidat ne semble pas être partagée par tous les partisans de M. Gbagbo, dont certains estiment que le parti ne doit pas participer à l'élection présidentielle tant que leur leader Laurent Gbagbo est en prison à La Haye. Lors d'une récente rencontre, le secrétaire général du Rassemblement pour la paix et le progrès (RPP, pro-Gbagbo) Ouattara Gnonzié a déclaré que ce parti engagerait un candidat à la course à la prochaine présidentielle. "Nous avons les hommes de qualité pour prendre part à ce scrutin", a soutenu M. Gnonzié. DES PRO-OUATTARA SE PRESENTENT CONTRE OUATTARA Henri Konan Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et allié du président Alassane Ouattara, avait donné des consignes de vote pour une candidature unique de celui-ci au nom de la coalition du RHDP. Ces consignes votes ont été entérinées lors du congrès du PDCI tenu samedi dernier dans un stade à Abidjan. Toutefois, en dépit de toutes ces dispositions, des pro-Ouattara qui se sont insurgés contre une candidature unique de M. Ouattara ont décidé de l'affronter dans les urnes. Le député ivoirien Bertin Kouadio Konan dit KKB, ex-responsable des Jeunes du PDCI, parti allié au chef de l'Etat Alassane Ouattara, a annoncé le 5 décembre dernier sa candidature à la présidentielle prévue en octobre. "J'ai décidé de prendre mes responsabilités en posant ma candidature à la convention du PDCI", a annoncé Bertin Kouadio Konan, dans une déclaration, face à la presse. KKB, militant pour une candidature PDCI, n'a jamais caché son opposition à l'appel de son président qui voulait une union de toute la coalition derrière la candidature de Ouattara. Outre Bertin Kouadio Konan, l'ancien Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny, précédemment président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), militant lui aussi du PDCI, a fait état de sa volonté de se présenter au scrutin présidentiel. L'ancien ministre des Affaires étrangères et ancien président de la Commission de l'Union africaine Amara Essy, lui aussi militant actif du PDCI, a décidé d'être candidat à la présidentielle contre Ouattara. Ce diplomate issu du PDCI avait été proposé par des planteurs et a accepté d'être candidat. Pour des observateurs, le compte à rebours a commencé pour l'élection présidentielle ivoirienne. Lors d'une récente rencontre avec des acteurs politiques ivoiriens, la Représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire Aïchatou Mindaoudou a estimé que les élections de 2015 seraient un "tournant dans la vie politique et économique de la Côte d'Ivoire". Mme Mindaoudou a ainsi appelé les Ivoiriens à surmonter leurs divergences politiques aux fins d'éviter au pays une autre crise post-électorale. "Les Ivoiriens doivent montrer qu'ils ne veulent plus retourner à la crise électorale de 2010. Pour cela, il faut organiser des élections propres", a-t-elle noté. La Côte d'Ivoire se prépare aux élections générales avec en prime l'élection présidentielle prévue en octobre 2015. A plusieurs occasions, le pouvoir, l'opposition ainsi que les organisations de la société civile ont émis le vœu de voir s'organiser dans le pays une élection présidentielle crédible, transparente et inclusive afin de refermer la "parenthèse électorale douloureuse" de 2010 et 2011. L'élection présidentielle de novembre 2010 avait plongé la Côte d'Ivoire dans la plus grave crise de son histoire avec des violences qui ont fait au moins 3000 morts. (Xinhua)Conférence organisée par l’AJIRD à Paris : « Victoire du Président OUATTARA en 2015 : Un gage pour l’atteinte des objectifs du PND »

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, s’est rendu ce jeudi 05 mars 2015 dans le Département de Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra.

NOTE D’INFORMATION/N°754 (San-Pedro, le 05 mars 2015) Le Chef de l’Etat a animé son 1er meeting à Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, s’est rendu ce jeudi 05 mars 2015 dans le Département de Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra. Au cours de son meeting dans cette localité, le Chef de l’Etat a d’abord situé l’objet de sa visite qui était de venir rencontrer les populations de la Nawa pour faire le point des réalisations des quatre (04) dernières années, dans leur Région, évaluer leurs difficultés et envisager les solutions appropriées. Il a ensuite délivré un message de paix, d’union, de cohésion, mais aussi et surtout de développement, de reconstruction et d’espoir à ces populations qui se sont mobilisées massivement pour l’occasion. Le Président de la République a salué les populations de la Nawa, ‘’la Côte d’Ivoire en miniature’’, pour leur cohésion qui est une grande richesse pour leur Région et pour la Nation. Il leur a exprimé également sa gratitude pour leur apport à notre pays en matière d’agriculture, notamment la production de cultures de rente (cacao, café, hévéa, palmier à huile…) et de cultures vivrières. Selon lui, c’est grâce aux ressources générées par ces cultures et à la vision du Père de la Nation, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, qui a accordé la priorité à l’agriculture dans notre stratégie de développement, que la Côte d’Ivoire est une des premières puissances économiques du Continent africain. Le Président Alassane OUATTARA, a, par ailleurs rendu un hommage appuyé à des illustres fils de la Région, notamment feu Charles Bauza Donvahi, ancien Président de l’Assemblée nationale et le doyen Marcel Zadi Kessi, Président du Conseil Economique et Social. Evoquant ses solutions pour le Département de Soubré, en particulier, et la Région de la Nawa, en général, le Chef de l’Etat a évoqué plusieurs réalisations et d’importants chantiers en cours. Il s’agit, selon lui, d’un investissement de cinq (05) milliards de F CFA dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence (PPU) et de 31 milliards de F CFA dans le cadre du Programme de Renaissance des Infrastructures de Côte d’Ivoire (PRICI). D’autres investissements structurants, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, des routes, de l’électricité, de l’eau potable ont été faits ou sont en voie de l’être, a ajouté le Président de la République. Pour terminer, le Chef de l’Etat a indiqué qu’il tiendra ses engagements, avant d’appeler les populations à cultiver la paix, préalable à tout développement. A cet égard, il s’est félicité de ‘’l’appel de Daoukro’’ qui garantira la stabilité à notre pays et lui permettra d’aller plus loin en matière de progrès et de développement. Intervenant avant le Président de la République, le Maire de Soubré, M. Traoré Lacina, et le porte-parole des populations, l’honorable Dally Jules, ont réaffirmé leur soutien et leur attachement au Président Alassane OUATTARA, un homme d’Etat exceptionnel, un bâtisseur infatigable, qui poursuit l’œuvre de construction du père fondateur, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Notons qu’au cours du meeting, le Chef de l’Etat a été fait Chef suprême de la Nawa et a reçu les attributs dus à ce rang. Demain, vendredi 06 mars, le Chef de l’Etat se rendra à Sassandra, dans la matinée, où il animera un meeting, et à Fresco et à Tabou pour des rencontres avec les populations de ces deux localités.

Le Chef de l’Etat est arrivé à San Pédro pour une visite d’Etat dans le District du Bas – Sassandra.

NOTE D’INFORMATION / N° 753 (San Pédro, le 04 Mars 2015)

Le Chef de l’Etat est arrivé à San Pédro pour une visite d’Etat dans le District du Bas – Sassandra. Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, est arrivé à San Pédro, ce mercredi 04 mars 2015, pour une visite d’’Etat de cinq jours (4 au 8 mars 2015) dans le District du Bas – Sassandra. Le Chef de l’Etat qui était accompagné de la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA, a été accueilli à son arrivée par le Premier Ministre, M. Daniel Kablan DUNCAN, des membres du Gouvernement et du Cabinet présidentiel, ainsi que par les autorités administratives et politiques locales, les cadres, les Chefs traditionnels et les Guides religieux. Dans la déclaration faite à l’aérodrome, à sa descente d’avion, le Président Alassane OUATTARA a d’abord dit son ‘’grand bonheur’’ de séjourner à nouveau à San Pédro. Ce séjour, a-t-il ajouté, fait suite à celui effectué il y a de cela deux ans, lors de son passage pour le lancement des travaux du barrage hydro-électrique de Soubré ; et au cours duquel il avait fait la promesse de venir en visite d’Etat dans le District du Bas- Sassandra. Après avoir salué la mobilisation et la ‘’chaleur de l’accueil’’ des populations, le Chef de l’Etat a eu droit aux honneurs militaires, avant de prendre un bain de foule. En fin d’après-midi, le Président de la République a présidé un Conseil des Ministres dans les locaux de la Mairie de San Pédro. Du traditionnel point de presse fait par le Porte- Parole du Gouvernement, le Ministre de la Poste et des TIC, M. Bruno KONE, l’on retiendra, entre autres, au titre du Ministre de l’Agriculture, la création de deux centres de formation professionnelle agricole à San Pédro et à Korhogo. Ceci dans le cadre du Programme National d’Investissements agricoles (PNIA), en vue d’améliorer la ‘’productivité’’ et la ‘’compétitivité’’ du secteur agricole de notre pays. Ces centres qui vont s’étendre à toutes les grandes régions de Côte d’Ivoire, visent également, selon le Ministre Bruno KONE, à moderniser les exploitations agricoles. Le Centre de San Pédro sera dédié au binôme café – cacao tandis que celui de Korhogo s’occupera de la filière Coton- anacarde. Selon le Porte- Parole du Gouvernement, la construction de ces centres débutera dès cette année 2015 et les activités démarreront en 2016.Au titre du Ministère de la Poste et des TIC, le Conseil a adopté une communication relative à la consolidation du secteur de la téléphonie mobile et à l’optimisation de l’utilisation des ressources. A ce niveau, a indiqué le Porte- parole du Gouvernement, l’option prise par l’Etat n’est pas le ‘’retrait pur et simple des licences’’ aux opérateurs en difficulté, mais une ‘’proposition de regroupement’’ pour constituer ainsi le 4ème opérateur sur le marché de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. Notons que demain, jeudi 05 mars 2015, le Président de la République animera son premier meeting à Soubré, Chef- lieu de la région de la Nawa, première étape de sa visite d’Etat dans le District du Bas- Sassandra ; puis se rendra à Yacolidabouo et à Mayo pour rencontrer les populations de ces localités.

Aux toilettes, pourquoi il faut éviter les sèche-mains à air pulsé

Selon une étude, c'est le moyen de s'essuyer les mains qui renvoit le plus de bactéries dans l'air. Les sèches-mains électriques de dernière génération sont moins hygièniques que les les serviettes en papier à usage unique. ( MAXPPP)

Quelle est la meilleure façon de s'essuyer les mains, après les avoir lavées dans des toilettes publiques ? Si, spontanément, l'on pense que les sèche-mains à air pulsé sont les plus efficaces, ils répandent en réalité 27 fois plus de bactéries dans les cabinets que le système d'essuyage le plus classique : la serviette en papier.

Sciences et avenir s'est fait l'écho vendredi 21 novembre de cette révélation pour laquelle il faut remercier des chercheurs de l'université de Leeds, en Angleterre. Moins anecdotique qu'il n'y paraît, cette information pourrait permettre de limiter les risques de transmissions de maladies nosocomiales dans les hôpitaux.

Le papier, plus hygiènique

Pour départager l'essuie-mains, le sèche-mains électrique classique et le sèche-mains à air pulsé (avec lequel l'air vient d'en bas), les scientifiques ont mené l'expérience suivante : afin d'imiter un usager aux mains mal lavées, ils ont "[contaminé] des mains à l'aide de bactéries inoffensives (...) Le "cobaye" a ensuite été invité à se sécher les mains avec les trois moyens sus-mentionnés", explique Sciences et Avenir.

Verdict après prélèvements de l'air ambiant : "le nombre de bactéries 'flottant' dans les toilettes était 27 fois plus important avec le sèche-mains à air pulsé qu'avec l'essuie-mains papier. Et 4,5 fois plus important qu'avec un sèche-mains électrique 'classique'."

Par Francetv info

Côte d’Ivoire: Le gouvernement veut réorganiser les forces armées nationales

Au titre du ministère auprès du Président de la République chargé de la Défense, le conseil des ministres du mercredi 11 décembre, a adopté un projet de loi qui porte organisation de la défense et des forces armées de Côte d’Ivoire. Selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Koné, c’est un projet de loi qui est destiné à abroger la loi précédente qui date de 1961.

S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px