Bannière

Log in

Infos Ivoiriennes (972)

Côte d’Ivoire : les candidatures se dévoilent au grand jour pour la présidentielle

L'OPPOSITION UNIT SES FORCES/ PRO-GBAGBO DANS LA COURSE / DES PRO-OUATTARA SE PRESENTENT CONTRE OUATTARA Les candidatures à l'élection présidentielle ivoirienne d'octobre 2015, qui se tramaient dans l'ombre, commencent à se dévoiler au grand jour. Après des périodes de suspense et parfois d'hésitations, plusieurs personnalités politiques font part de leur intention de demander le suffrage des Ivoiriens pour le poste de président de la République. Lors d'une récente rencontre avec des médias, l'ex-président du Parlement, Mamadou Koulibaly, leader du parti Liberté pour la démocratie (LIDER, opposition), a annoncé son intention de briguer la présidence ivoirienne. M. Koulibaly avait indiqué avoir mûri sa décision, notant qu'il n'y a aucune ambiguïté concernant sa candidature. Martial Ahipeaud, un ex-leader estudiantin, se trouve également dans la course à la présidentielle ivoirienne et espère obtenir la confiance des Ivoiriens. L'OPPOSITION UNIT SES FORCES Des partis politiques de l'opposition ont décidé d'unir leurs forces en mettant en place une coalition pour "mieux" affronter les élections de cette année 2015, notamment l'élection présidentielle. La coalition dénommée "Plate-forme des centristes" comprend le parti Renouveau pour la paix et la concorde (RPC), le Parti des démocrates républicains (PDR) et le Parti ivoirien des agriculteurs (PIA). Henriette Lagou, Soko Gbaléhi et Kouassi Bilé, respectivement leaders des partis de l'opposition coalisés, ont exprimé leur volonté de participer à toutes les élections pour une prise de pouvoir des centristes. "Nous entendons promouvoir le renouveau politique en Côte d'Ivoire par des actes forts tels que la restauration de la paix et de la stabilité", ont-ils noté. La Plate-forme des centristes se positionne ainsi dans le paysage politique ivoirien aux côtés du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition pro-Ouattara, au pouvoir) et de l'Alliance des forces démocratiques (AFD, opposition, coalition pro-Gbagbo). PRO-GBAGBO DANS LA COURSE Le plus jeune parti politique, le Front populaire uni (FPU), créé en 2014, a également dévoilé le nom de son candidat pour le scrutin présidentiel à venir. A l'occasion de sa rentrée politique effectuée à Yopougon, dans l'ouest d'Abidjan, Zadi Djédjé, a annoncé sa candidature. Proche de l'ex-président Laurent Gbagbo et du leader de son collaborateur Charles Blé Goudé, tous deux en détention à la Cour pénale internationale (CPI), Zadi Djédjé a réitéré son attachement à ceux-ci. Le président du Front populaire ivoirien (FPI, parti de M. Gbagbo), Pascal Nguessan Affi, a indiqué que le FPI aura un candidat à la prochaine élection présidentielle. Mais ce parti n' a pas encore donné de manière officielle le nom de son candidat. L'idée de désigner un candidat ne semble pas être partagée par tous les partisans de M. Gbagbo, dont certains estiment que le parti ne doit pas participer à l'élection présidentielle tant que leur leader Laurent Gbagbo est en prison à La Haye. Lors d'une récente rencontre, le secrétaire général du Rassemblement pour la paix et le progrès (RPP, pro-Gbagbo) Ouattara Gnonzié a déclaré que ce parti engagerait un candidat à la course à la prochaine présidentielle. "Nous avons les hommes de qualité pour prendre part à ce scrutin", a soutenu M. Gnonzié. DES PRO-OUATTARA SE PRESENTENT CONTRE OUATTARA Henri Konan Bédié, leader du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et allié du président Alassane Ouattara, avait donné des consignes de vote pour une candidature unique de celui-ci au nom de la coalition du RHDP. Ces consignes votes ont été entérinées lors du congrès du PDCI tenu samedi dernier dans un stade à Abidjan. Toutefois, en dépit de toutes ces dispositions, des pro-Ouattara qui se sont insurgés contre une candidature unique de M. Ouattara ont décidé de l'affronter dans les urnes. Le député ivoirien Bertin Kouadio Konan dit KKB, ex-responsable des Jeunes du PDCI, parti allié au chef de l'Etat Alassane Ouattara, a annoncé le 5 décembre dernier sa candidature à la présidentielle prévue en octobre. "J'ai décidé de prendre mes responsabilités en posant ma candidature à la convention du PDCI", a annoncé Bertin Kouadio Konan, dans une déclaration, face à la presse. KKB, militant pour une candidature PDCI, n'a jamais caché son opposition à l'appel de son président qui voulait une union de toute la coalition derrière la candidature de Ouattara. Outre Bertin Kouadio Konan, l'ancien Premier ministre ivoirien Charles Konan Banny, précédemment président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), militant lui aussi du PDCI, a fait état de sa volonté de se présenter au scrutin présidentiel. L'ancien ministre des Affaires étrangères et ancien président de la Commission de l'Union africaine Amara Essy, lui aussi militant actif du PDCI, a décidé d'être candidat à la présidentielle contre Ouattara. Ce diplomate issu du PDCI avait été proposé par des planteurs et a accepté d'être candidat. Pour des observateurs, le compte à rebours a commencé pour l'élection présidentielle ivoirienne. Lors d'une récente rencontre avec des acteurs politiques ivoiriens, la Représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire Aïchatou Mindaoudou a estimé que les élections de 2015 seraient un "tournant dans la vie politique et économique de la Côte d'Ivoire". Mme Mindaoudou a ainsi appelé les Ivoiriens à surmonter leurs divergences politiques aux fins d'éviter au pays une autre crise post-électorale. "Les Ivoiriens doivent montrer qu'ils ne veulent plus retourner à la crise électorale de 2010. Pour cela, il faut organiser des élections propres", a-t-elle noté. La Côte d'Ivoire se prépare aux élections générales avec en prime l'élection présidentielle prévue en octobre 2015. A plusieurs occasions, le pouvoir, l'opposition ainsi que les organisations de la société civile ont émis le vœu de voir s'organiser dans le pays une élection présidentielle crédible, transparente et inclusive afin de refermer la "parenthèse électorale douloureuse" de 2010 et 2011. L'élection présidentielle de novembre 2010 avait plongé la Côte d'Ivoire dans la plus grave crise de son histoire avec des violences qui ont fait au moins 3000 morts. (Xinhua)Conférence organisée par l’AJIRD à Paris : « Victoire du Président OUATTARA en 2015 : Un gage pour l’atteinte des objectifs du PND »

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, s’est rendu ce jeudi 05 mars 2015 dans le Département de Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra.

NOTE D’INFORMATION/N°754 (San-Pedro, le 05 mars 2015) Le Chef de l’Etat a animé son 1er meeting à Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, s’est rendu ce jeudi 05 mars 2015 dans le Département de Soubré, au 2ème jour de sa visite d’Etat dans le District du Bas-Sassandra. Au cours de son meeting dans cette localité, le Chef de l’Etat a d’abord situé l’objet de sa visite qui était de venir rencontrer les populations de la Nawa pour faire le point des réalisations des quatre (04) dernières années, dans leur Région, évaluer leurs difficultés et envisager les solutions appropriées. Il a ensuite délivré un message de paix, d’union, de cohésion, mais aussi et surtout de développement, de reconstruction et d’espoir à ces populations qui se sont mobilisées massivement pour l’occasion. Le Président de la République a salué les populations de la Nawa, ‘’la Côte d’Ivoire en miniature’’, pour leur cohésion qui est une grande richesse pour leur Région et pour la Nation. Il leur a exprimé également sa gratitude pour leur apport à notre pays en matière d’agriculture, notamment la production de cultures de rente (cacao, café, hévéa, palmier à huile…) et de cultures vivrières. Selon lui, c’est grâce aux ressources générées par ces cultures et à la vision du Père de la Nation, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, qui a accordé la priorité à l’agriculture dans notre stratégie de développement, que la Côte d’Ivoire est une des premières puissances économiques du Continent africain. Le Président Alassane OUATTARA, a, par ailleurs rendu un hommage appuyé à des illustres fils de la Région, notamment feu Charles Bauza Donvahi, ancien Président de l’Assemblée nationale et le doyen Marcel Zadi Kessi, Président du Conseil Economique et Social. Evoquant ses solutions pour le Département de Soubré, en particulier, et la Région de la Nawa, en général, le Chef de l’Etat a évoqué plusieurs réalisations et d’importants chantiers en cours. Il s’agit, selon lui, d’un investissement de cinq (05) milliards de F CFA dans le cadre du Programme Présidentiel d’Urgence (PPU) et de 31 milliards de F CFA dans le cadre du Programme de Renaissance des Infrastructures de Côte d’Ivoire (PRICI). D’autres investissements structurants, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation, des routes, de l’électricité, de l’eau potable ont été faits ou sont en voie de l’être, a ajouté le Président de la République. Pour terminer, le Chef de l’Etat a indiqué qu’il tiendra ses engagements, avant d’appeler les populations à cultiver la paix, préalable à tout développement. A cet égard, il s’est félicité de ‘’l’appel de Daoukro’’ qui garantira la stabilité à notre pays et lui permettra d’aller plus loin en matière de progrès et de développement. Intervenant avant le Président de la République, le Maire de Soubré, M. Traoré Lacina, et le porte-parole des populations, l’honorable Dally Jules, ont réaffirmé leur soutien et leur attachement au Président Alassane OUATTARA, un homme d’Etat exceptionnel, un bâtisseur infatigable, qui poursuit l’œuvre de construction du père fondateur, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Notons qu’au cours du meeting, le Chef de l’Etat a été fait Chef suprême de la Nawa et a reçu les attributs dus à ce rang. Demain, vendredi 06 mars, le Chef de l’Etat se rendra à Sassandra, dans la matinée, où il animera un meeting, et à Fresco et à Tabou pour des rencontres avec les populations de ces deux localités.

Le Chef de l’Etat est arrivé à San Pédro pour une visite d’Etat dans le District du Bas – Sassandra.

NOTE D’INFORMATION / N° 753 (San Pédro, le 04 Mars 2015)

Le Chef de l’Etat est arrivé à San Pédro pour une visite d’Etat dans le District du Bas – Sassandra. Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, est arrivé à San Pédro, ce mercredi 04 mars 2015, pour une visite d’’Etat de cinq jours (4 au 8 mars 2015) dans le District du Bas – Sassandra. Le Chef de l’Etat qui était accompagné de la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA, a été accueilli à son arrivée par le Premier Ministre, M. Daniel Kablan DUNCAN, des membres du Gouvernement et du Cabinet présidentiel, ainsi que par les autorités administratives et politiques locales, les cadres, les Chefs traditionnels et les Guides religieux. Dans la déclaration faite à l’aérodrome, à sa descente d’avion, le Président Alassane OUATTARA a d’abord dit son ‘’grand bonheur’’ de séjourner à nouveau à San Pédro. Ce séjour, a-t-il ajouté, fait suite à celui effectué il y a de cela deux ans, lors de son passage pour le lancement des travaux du barrage hydro-électrique de Soubré ; et au cours duquel il avait fait la promesse de venir en visite d’Etat dans le District du Bas- Sassandra. Après avoir salué la mobilisation et la ‘’chaleur de l’accueil’’ des populations, le Chef de l’Etat a eu droit aux honneurs militaires, avant de prendre un bain de foule. En fin d’après-midi, le Président de la République a présidé un Conseil des Ministres dans les locaux de la Mairie de San Pédro. Du traditionnel point de presse fait par le Porte- Parole du Gouvernement, le Ministre de la Poste et des TIC, M. Bruno KONE, l’on retiendra, entre autres, au titre du Ministre de l’Agriculture, la création de deux centres de formation professionnelle agricole à San Pédro et à Korhogo. Ceci dans le cadre du Programme National d’Investissements agricoles (PNIA), en vue d’améliorer la ‘’productivité’’ et la ‘’compétitivité’’ du secteur agricole de notre pays. Ces centres qui vont s’étendre à toutes les grandes régions de Côte d’Ivoire, visent également, selon le Ministre Bruno KONE, à moderniser les exploitations agricoles. Le Centre de San Pédro sera dédié au binôme café – cacao tandis que celui de Korhogo s’occupera de la filière Coton- anacarde. Selon le Porte- Parole du Gouvernement, la construction de ces centres débutera dès cette année 2015 et les activités démarreront en 2016.Au titre du Ministère de la Poste et des TIC, le Conseil a adopté une communication relative à la consolidation du secteur de la téléphonie mobile et à l’optimisation de l’utilisation des ressources. A ce niveau, a indiqué le Porte- parole du Gouvernement, l’option prise par l’Etat n’est pas le ‘’retrait pur et simple des licences’’ aux opérateurs en difficulté, mais une ‘’proposition de regroupement’’ pour constituer ainsi le 4ème opérateur sur le marché de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. Notons que demain, jeudi 05 mars 2015, le Président de la République animera son premier meeting à Soubré, Chef- lieu de la région de la Nawa, première étape de sa visite d’Etat dans le District du Bas- Sassandra ; puis se rendra à Yacolidabouo et à Mayo pour rencontrer les populations de ces localités.

Aux toilettes, pourquoi il faut éviter les sèche-mains à air pulsé

Selon une étude, c'est le moyen de s'essuyer les mains qui renvoit le plus de bactéries dans l'air. Les sèches-mains électriques de dernière génération sont moins hygièniques que les les serviettes en papier à usage unique. ( MAXPPP)

Quelle est la meilleure façon de s'essuyer les mains, après les avoir lavées dans des toilettes publiques ? Si, spontanément, l'on pense que les sèche-mains à air pulsé sont les plus efficaces, ils répandent en réalité 27 fois plus de bactéries dans les cabinets que le système d'essuyage le plus classique : la serviette en papier.

Sciences et avenir s'est fait l'écho vendredi 21 novembre de cette révélation pour laquelle il faut remercier des chercheurs de l'université de Leeds, en Angleterre. Moins anecdotique qu'il n'y paraît, cette information pourrait permettre de limiter les risques de transmissions de maladies nosocomiales dans les hôpitaux.

Le papier, plus hygiènique

Pour départager l'essuie-mains, le sèche-mains électrique classique et le sèche-mains à air pulsé (avec lequel l'air vient d'en bas), les scientifiques ont mené l'expérience suivante : afin d'imiter un usager aux mains mal lavées, ils ont "[contaminé] des mains à l'aide de bactéries inoffensives (...) Le "cobaye" a ensuite été invité à se sécher les mains avec les trois moyens sus-mentionnés", explique Sciences et Avenir.

Verdict après prélèvements de l'air ambiant : "le nombre de bactéries 'flottant' dans les toilettes était 27 fois plus important avec le sèche-mains à air pulsé qu'avec l'essuie-mains papier. Et 4,5 fois plus important qu'avec un sèche-mains électrique 'classique'."

Par Francetv info

Côte d’Ivoire: Le gouvernement veut réorganiser les forces armées nationales

Au titre du ministère auprès du Président de la République chargé de la Défense, le conseil des ministres du mercredi 11 décembre, a adopté un projet de loi qui porte organisation de la défense et des forces armées de Côte d’Ivoire. Selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Bruno Koné, c’est un projet de loi qui est destiné à abroger la loi précédente qui date de 1961.

S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px