Bannière

Log in

La communauté musulmane de Côte d’Ivoire va célébrer dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet 2015 sur toute l’étendue du territoire...

Laylatoul-Qadr: L'équivalent de "1000 mois d’adoration" célébré du lundi au mardi sur toute l’étendue du territoire...

En 2013 Le président du Conseil Supérieur des Imams (Cosim) par l'Imam : Koné Harouna. Ce prêche est valable encore en 2015 . Pour lui, l’émergence dont parlent les politiques ne se décrète pas. Elle ne saurait selon lui reposé exclusivement sur l’aspect politique. Il a signifié que les valeurs morales et spirituelles doivent être le socle de cette émergence. « Pour ce faire, les individus comme les familles devraient s’écarter des chemins sans issues que sont la corruption (véritable cancer de l’économie), le désordre sexuel, l’injustice et la haine, pour une véritable réconciliation », a recommandé l’Imam Koné Harouna. Avant d’inviter les médias et les politiques à mener une croisade contre le désordre sexuel et l’apologie des vices en Côte d’Ivoire...

Résultat de recherche d'images pour "la nuit du destin a Abidjan"Résultat de recherche d'images pour "la nuit du destin a Abidjan"Résultat de recherche d'images pour "la nuit du destin a Abidjan"

Résultat de recherche d'images pour "la nuit du destin a Abidjan"La communauté musulmane de Côte d’Ivoire va célébrer dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 juillet 2015 sur toute l’étendue du territoire, la nuit du destin ou Laylatoul-Qadr. Une nuit meilleur que mille mois d'adoration, selon le Coran. C’est la plus sainte nuit de l’année selon le Coran: « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr. Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ? La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube », Sourate 97, Al-Qadr.  Vingt-cinquième dans l’ordre chronologique, la sourate 97 est composée de cinq versets. Elle décrit cette nuit valant « plus de mille mois. » A Abidjan, la célébration officiellement de cette nuit se fera à la grande mosquée de la Riviera Golf par le Conseil supérieur des imams (Cosim). Où sont attendus des membres du gouvernement. Littéralement, la nuit du destin (Laylatoul-Qadr) est, selon la tradition islamique, une nuit durant laquelle le « Coran est descendu dans sa totalité de la table gardée au ciel du monde puis dans l’âme du Prophète ».  La nuit d’Al Qadr est recherchée dans la dernière décade du mois de Ramadan. Car le Prophète, rapporte la tradition, s’appliquait à adorer Dieu dans les dix derniers jours impairs de Ramadan pour quérir cette nuit. La plupart des Oulémas (savants et théologiens en islam) jugent que c’est la nuit du 27ème jour du Ramadan. Elle débute donc le soir de la 26ème journée de jeûne. Pendant cette nuit, les croyants doivent prier et invoquer Allah. « Celui qui prie toute la nuit d’Al-Qadr par foi et piété, Dieu pardonnera ses péchés précédents», rapportent Bukhari et Mouslin deux exégètes de l’islam.

CHEICKNA D. Salif /(Fraternité Matin 13/07/15)

 

 

 

  • 0

Nona Faustine pose nue dans New York pour rappeler l'histoire de l'esclavage

Dans une démarche insolite et plutôt osée, la photographe afro-américaine Nona Faustine a posé complètement nue dans certains lieux emblématiques de New York liés à l'histoire de l'esclavage. Portraits.

« From Her Body Sprang Their Greatest Wealth » ("De son corps jaillit leur plus grande richesse"). Autoportrait à Wall Street, où se trouvait un marché aux esclaves. © Nona Faustine

© Nona Faustine " Over My Dead Body " ("Sur mon cadavre"), portrait devant le New York City Hall (Hôtel de ville de New York, construit sur un site où l'on enterrait des esclaves).

La série d’autoportraits de Nona Faustine s’intitule « White Shoes ». « Chaussures blanches », comme celles qu’elle porte sur les photos où sa nudité est publiquement exposée. Avec les chaussures, un autre accessoire apparaît souvent : les fers, les chaînes, par lesquels les esclaves étaient contraints. L’histoire de l’esclavage dans la ville de New York est le thème de la série photographique de l’artiste. Nona Faustine n’a en effet posé que dans des lieux liés à cette histoire. Qui savait par exemple que Wall Street s’est bâti sur un ancien marché aux esclaves ? Que l’hôtel de ville de New York reposait sur un site où des esclaves étaient enterrés ? « Inscrit dans une tradition photographique tout en questionnant la culture qui a engendré cette tradition, mon travail traverse les lignes du passé et du présent », écrit Nona Faustine. « A travers l’autoportrait j’explore les questions du corps noir dans la photographie et dans l’histoire ».

« From Her Body Sprang Their Greatest Wealth » ("De son corps jaillit leur plus grande richesse"). Autoportrait à Wall Street, où se trouvait un marché aux esclaves. © Nona Faustine

© Nona Faustine « From Her Body Sprang Their Greatest Wealth » ("De son corps jaillit leur plus grande richesse"). Autoportrait à Wall Street, où se trouvait un marché aux esclaves.

« L’esclavage est de l’ordre de la controverse » expliquait aussi l’artiste dans une interview à Dodge and Burn. « C’est un sujet dont nous essayons de ne pas discuter en Amérique. Cela gêne les gens. Vous pouvez voir le changement sur leurs visages quand vous le mentionnez, et le rôle que cela joue sur nos psychologies abîmées. Le fait que l’on me dise de ne pas évoquer l’esclavage, qui a inspiré mon projet, m’indique tout ce que je dois savoir. Il y a des blessures qui ne sont pas encore complètement cicatrisées, et les conséquences négatives de cette histoire sont toujours avec nous ».

"Of My Body I Will Make Monuments In Your Honor" ("De mon corps je ferai des monuments en votre honneur"). Installation temporaire représentant Nona Faustine dans un cimetière hollandais de Brooklyn, où trois esclaves furent enterrés parmi des colons. © Nona Faustine

 "Of My Body I Will Make Monuments In Your Honor" ("De mon corps je ferai des monuments en votre honneur"). Installation temporaire représentant Nona Faustine dans un cimetière hollandais de Brooklyn, où trois esclaves furent enterrés parmi des colons. © Nona Faustine

© Nona Faustine "Of My Body I Will Make Monuments In Your Honor" ("De mon corps je ferai des monuments en votre honneur"). Installation temporaire représentant Nona Faustine dans un cimetière hollandais de Brooklyn, où trois esclaves furent enterrés parmi des colons.

« L’autre controverse est celle liée à mon corps de femme, obèse, noir, nu et exposé au regard. Bien souvent les gens n’aiment pas le voir car ça entraîne beaucoup de réactions émotionnelles. Ces deux controverses – l’esclavage et le corps – oblitèrent la nature de mon travail dans certains milieux », ajoutait la photographe.

"Judgement Day", photo prise devant le siège de la Cour suprême à New York. © Nona Faustine

"Judgement Day", photo prise devant le siège de la Cour suprême à New York. © Nona Faustine

« Like A Pregnant Corpse The Ship Expelled Her Into Patriarchy », ("Tel un cadavre enceinte le bateau l’expédia dans le patriarcat"). Photo prise sur la côte Atlantique à Brooklyn. © Nona FaustineBio express / Nona Faustine est née et a grandi dans le quartier de Brooklyn. Elle est diplômée de la très cotée School of Visual Arts (Ecole des Arts visuels) de New York. Sa démarche s’inscrit dans l’étude de l’histoire et des traditions afro-américaines, ainsi que des questions de genre et d’identité. Nona Faustine est l’auteur entre autres des séries « Mitochondrial » (trois générations de femmes vivant ensemble en famille, sa mère, sa fille et elle) et « White Shoes », autoportraits sur des sites historiques liés à l’esclavage dans la ville de New York. Son travail a été présenté dans de nombreuses galeries d’art et de photographie. (Son site Internet ici).

« Like A Pregnant Corpse The Ship Expelled Her Into Patriarchy », ("Tel un cadavre enceinte le bateau l’expédia dans le patriarcat"). Photo prise sur la côte Atlantique à Brooklyn. © Nona Faustine

"De mon corps je ferai Monuments In Your Honor" 2014

© Nona Faustine « Like A Pregnant Corpse The Ship Expelled Her Into Patriarchy », ("Tel un cadavre enceinte le bateau l’expédia dans le patriarcat"). Photo prise sur la côte Atlantique à Brooklyn. (Son site Internet ici).

http://nonafaustine.virb.com/home

Source : www.la1ere.fr

 

  • 0

Face à des souvenirs intenses Alpha Blondy a craqué sur le plateau de C'MIDI de RTI 1 du 06 mars 2015 avec Caroline Dasylva (VIDÉO)

Alpha pleure à cmidi  li lien de la vidéo 

Face à des souvenirs intenses Alpha Blondy a craqué sur le plateau de C'MIDI de RTI 1 du 06 mars 2015 avec Caroline Dasylva. La chaîne Youtube officielle de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI).Les programmes (Journaux, émissions, reportages, documentaires, débats, films et séries) des chaines TV RTI1 et RTI 2 du Groupe RTI. C'Midi, Abidjan, Matin Bonheur (La vidéo ci-dessous)   https://www.youtube.com/watch?v=Nf9ytueNiQo&list=PLzCtQ-7las_nw4CV8Bsr4vD5mAixNtab1

Rupture de jeûne collective des hommes et femmes des médias:Les journalistes encouragés à plus de « responsabilité » dans le traitement de l’information en période électorale

Les hommes de médias ont été conviés le dimanche 5 juillet à une rupture de jeûne collective au Golf Hôtel à l’initiative d’Ali Diarrassouba, journaliste à la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). Dembélé Al Seni, Directeur de cabinet au ministère de la Culture, a entretenu l’auditoire sur le traitement de l’information en période électorale. Après avoir fait un état de la situation de la presse ivoirienne depuis l’avènement du multipartisme en Côte d’Ivoire dans les années 90, il a invité les journalistes à faire preuve de plus de responsabilité dans le traitement de l’information dans une période aussi cruciale que celle des élections.

Ce d’autant plus que « le journaliste constitue le thermomètre » de la situation sociopolitique dans un pays. Le Cheick Boikary Fofana, plus haute autorité de la communauté musulmane en Côte d’Ivoire a remercié les organisateurs de cette cérémonie qui a permis de réunir en un même endroit les hommes et femmes des médias membres de la communauté musulmane.

« Je vous encourage à vous organiser et à faire en sorte que la communauté ait sa cohésion et que l’image de notre religion ne soit pas ternie », a-t-il lancé. Cette cérémonie qui a enregistré en plus des journalistes, la présence d’éminents hommes religieux a été l’occasion pour l’initiateur de cette activité d’exprimer sa reconnaissance et sa gratitude à l’ensemble des guides religieux musulmans pour leur « encadrement » et leur « orientation » de la communauté musulman en général, et les hommes et femmes de média en particulier. Plusieurs autres communications ont eu lieu.

Cette rupture de jeûne collective a enregistré outre le Cheick Boikary Fofana la participation de plusieurs personnalités dont l’imam Cissé Djiguiba, le ministre Sidiki Konaté, Kébé Yacouba, ancien DG de la RTI.

  • 0

Dominique OUATTARA / - DISCOURS LORS DE L’EXPOSITION « LES MAÎTRES DE LA SCULPTURE DE COTE D’IVOIRE » A PARIS

Je suis très heureuse de prendre part à l’exposition « les Maîtres de la culture de Côte d’Ivoire », une exposition qui honore notre Pays au plus haut point car, elle met en lumière, la force artistique des grands maîtres de l’Art Ivoirien. Je voudrais tout d’abord remercier monsieur Stephan MARTIN, Président du Musée du Quai Branly ainsi que l’ensemble de son équipe, qui nous offrent une si belle exposition.

En second lieu, je voudrais associer à ces remerciements « la Société des Amis du Quai Branly » dont le Président, Monsieur Lionel ZINSOU, un grand ami de la Cote d’Ivoire, vient d’être nommé Premier Ministre du Benin. Je lui adresse mes félicitations pour cette brillante promotion et je lui souhaite plein succès dans ses nouvelles fonctions. Le Musée du Quai Branly qui est aussi un Musée des civilisations d’Afrique et d’Océanie s’est, depuis sa fondation, inscrit dans la promotion du dialogue des cultures et de la diversité culturelle. Ainsi, en consacrant cette exposition à la sculpture ivoirienne du 19e et du 20e siècle, à laquelle se sont joints de jeunes sculpteurs ivoiriens contemporains, le Musée du Quai Branly rend un hommage saisissant à l’art de notre pays.

C’est pourquoi, je félicite les initiateurs de cette exposition, Messieurs Eberhard Fisher et Lorenz Homberger.

Ils ont lancé cette belle aventure depuis le Musee Rietberg de Zurich en février 2014, avec la collaboration de Mme Sylvie Memel Kassi, Directrice du Musée des Civilisations de Cote d’Ivoire. Zurich, Bonn, Amsterdam, Paris, l’art ivoirien à travers ces grands maitres issus de différentes régions de Côte d’Ivoire, a brillé de mille feux dans ces villes prestigieuses, donnant ainsi à des dizaines de milliers de personnes l’opportunité de visiter cette belle exposition.

En tant que Première Dame de Cote d’Ivoire, je voudrais exprimer ma fierté et ma joie de voir notre pays célébré et admiré pour son Art et sa Culture. A cet effet, j’adresse mes félicitations à Monsieur Maurice Kouakou BANDAMAN, Ministre de la Culture et de la Francophonie de Côte d’Ivoire, pour son dynamisme et son engagement pour la promotion de la Culture Ivoirienne.

Je partage également le vœu de monsieur le Ministre de voir cette exposition continuer sa route à travers d’autres villes d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique et connaître son apothéose à Abidjan. En effet, il serait important et utile à notre Pays que nos frères et sœurs de Côte d’Ivoire découvrent cette belle exposition issue de notre patrimoine culturel. Merci également à monsieur Charles GOMIS, Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, qui a tout mis en œuvre pour la réussite de cette belle visite.

Mesdames et messieurs, Les œuvres historiques de nos grands maîtres ivoiriens trouvent en ce musée de renommée mondiale, le cadre idéal pour être sublimées à leur juste valeur. Les identités culturelles, et sociales de l’art ivoirien peuvent ainsi être contemplées dans toute leur richesse et leur diversité. Je me réjouis également de la double signification de cette exposition : - D’une part, elle restitue le savoir-faire artistique de nos grands maitres, en tant que créateurs, avec leur individualité et leur sensibilité propre.

- Et d’autre part elle rend hommage à nos célèbres artistes contemporains, à la nouvelle génération d’artistes africains qui assurent le dynamisme de notre patrimoine artistique. Je voudrais également saluer la riche contribution du Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, qui a prêté plusieurs de ses pièces majeures, et met ainsi en relief, la valeur de nos collections nationales. Mesdames et messieurs, J’invite le public à venir nombreux parcourir cette exposition et à s’imprégner du beau et noble patrimoine culturel de Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.

  • 0

Tariq Ramadan VS Ghaleb Bencheikh (vidéo) : Comment embellir son Ramadan ?

 Ce premier tiers du Ramadan est celui de la Rahma (compassion) mais aussi celui de la générosité. Ainsi, le Ramadan n’aurait pas de sens sans un soutien continu à nos frères et sœurs en difficulté à travers le monde. Tariq Ramadan nous invite tous et toutes à embellir notre Ramadan en faisant un don pour Human Appeal qui agit au plus près des plus démunis.

  • 0

Le chanteur de reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly refoulé à son entrée à Kinshasa Publié le samedi 20 juin 2015

 AFP Kinshasa - Le chanteur de reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly a été refoulé vendredi soir à son arrivée à l’aéroport de Kinshasa, où il devait donner un concert, a-t-on appris samedi de sources concordantes. A son débarquement en provenance de Bruxelles, le chanteur et plusieurs de ses musiciens ont été empêchés de pénétrer en République démocratique du Congo par les autorités, leur visa ayant été jugé non en règle, a-t-on indiqué de source aéroportuaire.

Interrogé par l’AFP, la cellule de communication du ministère de l’Intérieur congolais a confirmé que Tiken Jah Fakoly avait été refoulé mais n’a pas voulu faire le moindre commentaire sur l’affaire "avant d’avoir reçu le rapport" sur ce qui s’était passé.

Tiken Jah Fakoly devait se produire dimanche soir dans la capitale congolaise pour un concert dans le cadre du festival Jazz Kif 2015. Selon un organisateur d’événements culturels à Kinshasa et une source diplomatique, il est extrêmement difficile de faire venir des représentants du monde des arts en RDC depuis le 15 mars. Ce jour-là, une trentaine de personnes, parmi lesquelles trois membres du groupe de rap sénégalais Y’en a marre et un activiste de la société civile burkinabè, avaient été arrêtées lors d’une réunion sur la bonne gouvernance en Afrique. Les quatre activistes étrangers avaient été expulsés le 18 mars, le gouvernement les accusant de s’être rendus en RDC pour y préparer des "actes de violence".

Les autres personnes ont été relâchées au compte-goutte à l’exception de deux militants congolais, aujourd’hui poursuivis devant la justice. Le climat politique en RDC est particulièrement tendu à l’approche d’une série d’élections devant mener à la présidentielle de novembre 2016, à laquelle la Constitution interdit au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se représenter. L’opposition soupçonne néanmoins le chef de l’État de chercher à tout faire pour se maintenir en place au-delà du terme de son mandat, et demande, en vain, à M. Kabila de déclarer publiquement son intention d’abandonner ses coctions fin 2016. Habitué a dénoncer dans ses chansons les souffrances et l’injustice dont souffrent des millions d’Africains, Tiken Jah Fakoly avait donné un concert mi-février à Goma, dans l’Est de la RDC.

Il avait alors mis en garde les dirigeants du continent africain qui tenteraient de s’accrocher au pouvoir, les appelant à entrer dans l’Histoire par "la grande porte" en cédant leur place démocratiquement à la fin de leur mandat, plutôt que de s’exposer au mécontentement d’une jeunesse "consciente" comme celle qui a chassé le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en octobre. Le 12 juin, le chanteur belge Stromae avait annulé le concert qu’il devait donner le lendemain au Théâtre de verdure, le même amphithéâtre en plein air d’environ 4.000 places où devait se produire Tiken Jah Fakoly.

La veille de l’annulation, les promoteurs de l’événement à Kinshasa avaient indiqué que le chanteur était retenu à Brazzavile (en face de Kinshasa, sur l’autre rive du fleuve Congo) à cause d’un problème de visas concernant certains membres de son équipe. Finalement, les producteurs du chanteur ont annoncé que celui-ci annulait tous ses concerts jusqu’au 2 août après avoir fait une mauvaise réaction au traitement antipaludéen qu’il prenait pendant sa tournée africaine.

str-mj/sba

  • 0

À Abidjan, l’université Félix Houphouët Boigny se convertit au numérique

La start-up Whaller, filiale de Bolloré, vient de lancer le campus virtuel de l’Université Félix Houphouët Boigny, en Côte d’Ivoire. Cette plateforme destinée à renforcer le lien entre étudiants et enseignants ambitionne de devenir un réseau universitaire transnational. L’université Félix Houphouët Boigny (UFHB) à Abidjan, en Côte d’Ivoire, possède désormais son propre campus virtuel. La semaine dernière, la start-up Whaller, filiale du groupe français Bolloré, a lancé une plateforme interactive proposant aux étudiants des espaces de discussion et de partage d’informations, ainsi qu’un ensemble d’outils numériques relatifs à la vie universitaire (annuaire, agenda de l’université, planning des cours, médiathèque).

Espace numérique Accessible gratuitement via un ordinateur ou sur smartphone, le campus digital de l’UFHB se veut un « prolongement des espaces d’enseignement », explique Thomas Fauré, le directeur général de Whaller, interrogé par Jeune Afrique. “Chaque unité de formation dispose d’un espace numérique dédié”, permettant aux étudiants “d’avoir un contact privilégié avec les professeurs”. Dans les prochains mois, les cours massifs en ligne (MOOCs) devraient également faire leur apparition sur la plateforme. « Ils seront alimentés par l’université FHB elle-même mais aussi par des universités ou écoles partenaires, notamment à l’étranger”, souligne Thomas Fauré dont l’ambition est de créer un vaste réseau universitaire interactif. Depuis son lancement à l’UFBH, près d’un millier d’étudiants se sont déjà inscrits sur la plateforme proposée par Whaller, sur les 20 000 étudiants officiellement recensés par l’université (en réalité, précise Thomas Fauré, ils seraient 40 000 à 50 000 étudiants à y suivre un cursus). Réseaux universitaires Si la plateforme de Whaller a nécessité « cinq ans de développement », « nous sommes maintenant en capacité d’ouvrir des réseaux d’universités en quelques jours, explique son directeur général. Nous aimerions convaincre toutes les universités d’Afrique de l’Ouest”.

Si le projet n’en est qu’à ses débuts, il pourrait prochainement voir le jour dans d’autres universités d’Afrique subsaharienne francophone notamment Yaoundé 1 et Yaoundé 2 au Cameroun. Fondée en 2013, Whaller permet de créer des réseaux sociaux privatifs à destination des grandes structures (entreprises, collectivités, associations ou institution). Depuis son démarrage, la plateforme indique avoir convaincu 300 organisations et entreprises – parmi lesquelles Autolib’, le service de véhicules en libre service de la ville de Paris – et enregistré 40 000 utilisateurs.

Par Clémentine Pawlotsky @clempawlotsky Abonnez-vous à Jeune Afrique

  • 0

Côte d'Ivoire: le plus grand lycée français rouvrira ses portes ce mardi

Le plus grand lycée français d'Abidjan, pillé et incendié à la suite de violentes manifestations antifrançaises, rouvrira officiellement ses portes mardi, après onze ans de fermeture et 15 millions d'euros de travaux de réhabilitation, a annoncé lundi son proviseur Jean-Christophe Deberre. "C'est une renaissance pour le lycée international français Jean Mermoz", "le doyen et le plus important" des établissements d'enseignement français conventionnés d'Abidjan qui assurait la scolarisation de près de 3.000 enfants de la maternelle au baccalauréat, s'est réjoui M. Deberre auprès de l'AFP. La cérémonie d'inauguration se déroulera mardi en présence de Mme Dominique Ouattara, l'épouse du Président ivoirien Alassane Ouattara.

Le gouvernement ivoirien qui voulait "cette ouverture dans le plus bref délai" a "avancé" 15 millions d'euros pour la réhabilitation de ce lycée créé dans les années 1960, un montant qui sera "remboursé". La réouverture du lycée Mermoz, qui a dès avant la fin des travaux accueilli 800 élèves de la maternelle à la première cette année, a "énormément pesé" dans le retour à Abidjan de la Banque africaine de développement (BAD), annoncé fin août, après une décennie de délocalisation à Tunis, en raison de l'instabilité politique en Côte d'Ivoire.

"Le lycée Mermoz permet de restaurer la capacité économique (...) et la polarisation sur Abidjan d'un nombre croissant d'entreprises internationales, notamment la BAD" a salué M. Deberre. En novembre 2004, des "jeunes patriotes", partisans de l'ex-président Laurent Gbagbo, avaient déferlé dans les rues d'Abidjan pour dénoncer la destruction par l'armée française de l'aviation ivoirienne, en riposte à un bombardement d'un camp militaire à Bouaké (centre) dans lequel neuf soldats français et un civil américain avaient été tués. Outre Jean Mermoz, l'école Jacques Prévert et le lycée Blaise Pascal qui assuraient la scolarisation de près de 4.000 enfants avaient alors été détruits.

Le lycée Blaise Pascal a rouvert le 2 septembre 2008. Les manifestations anti-françaises avaient aussi dégénéré en pillages de domiciles et d'intérêts français à Abidjan et dans plusieurs villes du pays, entraînant l'évacuation en catastrophe de plus de 8.000 ressortissants étrangers, surtout des Français. La Côte d'Ivoire a renoué avec la stabilité après une décennie de crise politico-militaire ayant culminé avec la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts

(AFP ) 

  • 0

Côte d’Ivoire : début de la vulgarisation de la tablette numérique éducative Qelasy

L’école primaire publique (EPP) Clouétcha d’Abobo (Nord/ ) est la première bénéficiaire du projet de vulgarisation de la tablette numérique « Made in Côte d’Ivoire » inventée par l’Ivoirien Thierry N’doufou. L’école s’est dotée d’une salle numérique équipée d’une cinquantaine de tablettes de la société Qelasy . La cérémonie s’est déroulée vendredi dans la capitale ivoirienne. En attendant que le projet pilote s’étende à d’autres établissements scolaires, la ministre ivoirienne de l’éducation a exprimé sa fierté de voir un Ivoirien inventer une tablette numérique et collaborer avec son pays afin de moderniser l’éducation nationale. Selon la ministre Kandia Camara « le socle de l’émergence de la Côte d’Ivoire repose sur une éducation de qualité ».

De son côté Thierry N’doufou, directeur de Qelsay a réaffirmé son engagement d’accompagner le gouvernement dans la modernisation de l’éducation en Côte d’Ivoire. En septembre 2014, le jeune entrepreneur de 36 ans avait déjà exposé ses ambitions. « Notre ambition est d’arriver à dématérialiser entièrement tout le cycle d’apprentissage et d’évaluation afin de rendre plus performant le système éducatif (…) Un Etat qui veut se construire, se développer doit avoir une main-d’œuvre, une population bien éduquée et bien dans sa tête », poursuit-il en ajoutant que Qelasy est conçue à l’image d’un « cartable numérique permettant d’apprendre partout et à tout moment », avait-il déclaré. Qelasy est dotée d’un écran de 8 pouces, d’un microprocesseur 4 cœurs 1Ghz et d’une mémoire de 16Go avec une autonomie de 8 heures. Le projet qui participera à l’amélioration du système éducatif ivoirien est salué par l’Etat qui promet œuvrer pour sa divulgation.

Roger ADZAFO/(Africa Top Success 01/06/15)

africatime.com

  • 0
S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px