Bannière

Log in

Le Salon du Chocolat à Paris porte de Versailles.

La Cote d’Ivoire est en bonne place ! Mais l’absence de la marraine, Dominique Ouattara est ressentie. Absence bien justifiée car elle ne peut être partout. Bravo à notre chère première DAME de Cote d’Ivoire. Dominique Ouattara a demandé le Takokélé pour le Président Alassane Ouattara, le message a été entendu car les Ivoiriens vienne de le plébiscité pour  un deuxième mandat de 5 ans afin qu'il puisse achever son travail.

« Allons seulement ! » ** Nous on avance pour l’Émergence de notre Pays en 2020 ! **

Paris, Porte de Versailles. C’est en ces lieux que la 21ème édition du Salon mondial du Chocolat et du cacao a une fois de plus installé ses quartiers.

  • 0

La fondation de l'IVOIRIEN NOUVEAU fait appel à de nouvelles habitudes qui cadrent avec cet idéal sociétal. Par:*Docteur Pascal ROY*

"Cette volonté politique doit revêtir indéniablement un intérêt particulier pratique... "Allons vers une autre gouvernance pour faire l'Histoire...

Monsieur Alassane OUATTARA, posez les premières pierres de la fondation de l'IVOIRIEN NOUVEAU...maintenant!

Notre pays est-il en train de se normaliser, de prendre les bonnes habitudes des pays qui veulent vraiment aller vers la démocratie ? Osons le croire.

Tout mon dessein ne tendait qu'à m'assurer et à rejeter la terre mouvante et le sable, pour trouver le roc ou l'argile. Ces mots de René Descartes dans "Discours de la Méthode" (Troisième partie) sont d'une actualité retentissante, au regard du contexte socio-politique post-électoral en Côte d'Ivoire, en ce qu'ils nous invitent à nous atteler à découvrir, à promouvoir des certitudes et des vérités, des méthodes et des actions, c'est-à-dire du dur sur lequel s'appuyer, tout comme le roc et l'argile pour "construire" l'IVOIRIEN NOUVEAU et, partant, la Côte d'Ivoire du développement accompli, des valeurs et des pratiques modernes.

Il est alors essentiel, pour Monsieur Alassane OUATTARA, de passer de la théorisation des promesses de la campagne politique à la pratique de la réalisation du projet de société promis aux ivoiriens, dès les premières  semaines de ce second mandat. Oui toute réalité vivante est embarquée dans un mouvement se traduisant par le passage du virtuel au réel, de la « puissance » à l’« acte », selon les termes aristotéliciens. Place donc à une nouvelle gouvernance !

La cloche des butins gras de fidélités, des récompenses sans compétences ou avec des compétences molles doit arrêter de sonner. Le défi de l'émergence passe par l'acquisition de nouvelles valeurs, l'adoption de nouveaux comportements et le choix politique d'une gouvernance qui facilitent le développement. N'est-ce pas aussi cela la sculpture de l'IVOIRIEN NOUVEAU ? Inutile de rappeler à monsieur Alassane OUATTARA qu'il a promis placer son second mandat sous le sceau de l'ivoirien nouveau et de l'emploi des jeunes et des femmes.

En politique, l'homme nouveau fait référence au résultat théorique des utopies concernant l'humanité entière. Dans cette expression, l'idée centrale qui se dégage c'est "la prise de conscience". Cette prise de conscience est présentée comme un changement des mentalités devant aboutir à une société où les individus et l'état agissent ensemble pour protéger les valeurs républicaines, citoyennes, démocratiques et de développement. L'homme nouveau est supposé bon, intègre, fraternel, patriote, solidaire et égal aux autres. Cela suppose l'existence d'une conscience collective dépassant celle des intérêts individuels, particuliers, régionalistes, partisans, claniques et égoïstes. L'ivoirien nouveau est alors une expression qui appelle à un changement de vision socio-politique. C'est un appel à une prise de conscience de la chose commune, une invitation à connaître et à promouvoir les valeurs de la république, une méditation de la citoyenneté.

La raison et le bon sens commandent que ce changement de cap structurel, moral, technique et pratique commence au plus haut sommet de l'État. Que le chef de l'État envoie courageusement des signes forts à l'opinion dès ces premiers instants de l'exercice de son second mandat. La construction de l'ivoirien nouveau et la bonne conduite du chantier de l'émergence ont besoin que chaque citoyen soit vrai et honnête avec lui-même, pour ensuite être vrai et honnête avec les autres et la patrie. Et c'est au Président OUATTARA d'incarner cette dynamique.

Chacun peut faire tourner et développer la Côte d'Ivoire grâce à ses mains ou à son ingéniosité. C'est à tous les citoyens de construire le développement et donc l'émergence à travers leurs comportements et leurs œuvres : les encombrements administratifs, les tapages sociologiques ridicules et les médiocres récompenses politiques ne suffiront pas. Il y a besoin également de lémergence de nouveaux comportements citoyens, de nouveaux acteurs politiques, de nouveaux acteurs techniques et de nouveaux conducteurs de certaines parcelles des affaires publiques.

L'édification  de l'IVOIRIEN NOUVEAU exige une nouvelle équipe gouvernementale en Côte d'Ivoire, plus resserrée, davantage rajeunie, avec une bonne représentation féminine et des talents de la diaspora. L'activité gouvernementale n'est pas un métier; c'est une mission de haut service public qui doit être réservée, pour l'essentiel, aux plus dynamiques et aux plus brillants des enfants de la Côte d'Ivoire. On n'y va pas pour faire carrière. C'est non productif et ce n'est pas moderne de mener une responsabilité ministérielle, de façon continue : 6, 7, 10 ans et même plus.

Par conséquent, les ministres qui totalisent une dizaine d'années de séjour gouvernemental ne doivent plus être reconduits sous le deuxième mandat de monsieur Alassane OUATTARA: ils peuvent servir la République autrement et ailleurs. Ce sont, entre autres, monsieur Patrick Achi, monsieur Moussa Dosso, monsieur Mabri Toikeuse, monsieur Cissé Bacongo, etc. Les trois quarts de l'actuel cabinet gouvernemental doivent être mis en vacances pour diverses raisons : incompétence ou insuffisance de rendement, cupidité ou corruption, long séjour d'exercice ministériel. Le gouvernement devra être piloté par un nouveau premier ministre d'une cinquantaine d'années et qui a les énergies physiques et intellectuelles suffisantes pour relever le défi de l'ouvrage de l'IVOIRIEN NOUVEAU et de l'émergence. Ce qui passe par le renforcement de l'apaisement du climat socio-politique, l'enrayement du grand banditisme dont la prolifération des coupeurs de route et le phénomène des microbes, l'opérationnalité de la réinsertion socio-professionnelle des ex-combattants, la conduite du chantier de la reconstruction infrastructurelle de la Côte d'Ivoire, la mise en place d'un système de sécurité sociale qui réhabilite et modernise les actions des assistants sociaux pour qu'elles touchent le cœur des quotidiens des ivoiriens plongés dans les détresses et les misères et la réalisation de l'assainissement fonctionnel et financier de l'administration ivoirienne. C'est un impératif catégorique de solder toutes les affaires judiciaires relatives au dernier contentieux électoral de 2010 afin de donner une chance d'accélération et d'épaisseur au processus de réconciliation.

Ici, l'émergence prend la connotation de processus de formation de nouveaux degrés d'organisation. Faire évoluer les mentalités et les comportements des citoyens vers des réflexes développementaux et donc des attitudes qui favorisent et propulsent le développement socio-économique. L'émergence socio-économique d'un État a une double fondamentation liée aux comportements des citoyens et aux projets institutionnels. La quête de l’émergence exige des changements de pratiques économiques, administratives, politiques et sociales à l’œuvre et s'adaptant au processus. La fondation de l'IVOIRIEN NOUVEAU fait appel à de nouvelles habitudes qui cadrent avec cet idéal  sociétal. Cette volonté politique doit revêtir indéniablement un intérêt particulier pratique.

Les mutations politiques, économiques et sociales profondes générées par la mondialisation à léchelle planétaire nont pas épargné nos différents pays qui doivent redoubler leurs efforts non seulement pour leur émergence économique mais également et surtout pour répondre efficacement et avec efficience aux attentes et aspirations légitimes et de plus en plus croissantes de leurs populations. Ainsi, lémergence de nouvelles valeurs universelles liées à la bonne gouvernance de lEtat de droit doit imposer la remise en cause de la conception classique du rôle de lEtat et ses modes dorganisation et dintervention dans les différentes sphères politique, économique et sociale et la nécessité pour lEtat de se doter dune administration moderne, performante, impartiale, capable de sadapter en permanence à son environnement et à sa société.

En effet, les règles de la bonne gouvernance de lEtat moderne et la démocratisation de la vie publique à travers une plus grande ouverture sur la société civile imposent non seulement dassocier le citoyen à la gestion publique mais également et surtout de considérer le citoyen comme enjeu stratégique de tout processus de réforme. À ce propos, la confiance et la satisfaction du citoyen sont considérées comme des indicateurs de bonne gouvernance. Cest pourquoi, ladministration et le service public doivent impérativement être fondés sur les principes dégalité devant la loi, dimpartialité, de continuité et de transparence afin de préserver les droits fondamentaux du citoyen. Cette exigence est de nature à contribuer au rétablissement de la confiance du citoyen dans ladministration et partant dans lEtat ; ce qui ne peut que garantir les chances de la réussite de toute action de réforme engagée.

Concernant la Côte d'Ivoire, il est nécessaire de souligner que notre pays sest engagé, depuis la sortie de la crise post-électorale de 2010, dans un processus de réforme globale qui a touché lensemble des secteurs dactivité de lEtat ; processus assez timide, timoré et qui doit être redynamisé et approfondi par l'introduction de nouvelles actions audacieuses et opérantes, sous ce deuxièmement mandat de monsieur Alassane OUATTARA. Il nous faut favoriser lémergence de nouveaux et vigoureux talents sur la scène gouvernementale, administrative, économique et sociale, mettre en place une économie de marché, la consécration de nouvelles libertés liées à la citoyenneté, la généralisation des nouvelles technologies de linformation et la communication devront induire des mutations profondes au sein de lEtat et de la société. Enfin, nous devons être capables d'ériger progressivement la concurrence compétentielle en une dimension nodale dans lorganisation et l'animation de l'administration, de léconomie mais aussi de la politique.

C'est pourquoi je propose la création d'un ministère délégué auprès du Président de la République chargé des réformes du service public, des missions et des structures de lEtat et du contrôle de la qualité de l'action gouvernementale. Ce ministère devra être animé par des experts et des personnalités de haut niveau, d'une grande vigueur morale et physique, justifiant dune maîtrise avérée dans leurs différents domaines, qui auront pour mission de procéder à un diagnostic détaillé et précis du service public, des missions et structures de l'État en préconisant de véritables programmes de réformes stimulatrices de développement ou d'émergence politico-socio-économique et acter leur mise en œuvre. Dans ce cadre, un arsenal juridique et réglementaire doit être mis en place pour permettre lencadrement des différentes activités politiques, économiques et sociales, pour être en phase avec les mutations modernisantes et permettre ainsi lémergence dun Etat moderne répondant aux exigences de la bonne gouvernance et de la démocratisation de la vie publique et en mesure de répondre aux besoins et aspirations légitimes et de plus en plus croissants de la société, avec efficacité et efficience.

Rappelons, à toutes fins utiles, que la mission de lEtat, à travers ladministration et le service public doit consister exclusivement à satisfaire les besoins des citoyens dans le respect de lEtat de droit. Cette exigence requiert de la part de ladministration et des services publics un fonctionnement impartial et transparent qui trouve son fondement dans les principes dégalité des citoyens devant la loi, dimpartialité du service public. Par ailleurs, les institutions de lEtat et la société civile déterminent en grande partie les potentialités de la croissance économique et de la lutte contre toute forme dexclusion ou dinégalités sociales et / ou régionales ainsi que contre la pauvreté, lanalphabétisme... Par conséquent, les mesures qui améliorent le fonctionnement de ces institutions stimulent la croissance et favorisent léquité, la solidarité et légalité des chances.

Il est bon de repréciser que lobjectif recherché à travers ce ministère chargé des réformes du service public, des missions et des structures de l'État et du contrôle de la qualité des actions gouvernementales consiste essentiellement, d'une part, dans laccroissement de la capacité de ladministration à sadapter aux changements de son environnement et dautre part, que la modernisation de ladministration et du service public ne peut se faire sans lamélioration de leurs relations avec les citoyens qui se sont transformées dadministrés à usagers puis à clients, ce qui impose à ladministration et au service public de revoir leur comportement avec eux en tenant compte de leur nouvelle qualité. En clair, La réforme de lEtat sous tous ses aspects ne pourra accomplir sa finalité que si elle parvient à rétablir des relations saines et confiantes entre lEtat et le citoyen. Ce ministère devra, dans cette perspective, placer le citoyen au cœur de la problématique de la réforme de l’État et donc des efforts déclencheurs du développement, de l'émergence et donc de l'IVOIRIEN NOUVEAU. Ce qui dénotera de la volonté du Chef de l'État de réhabiliter le service public et dassurer son renouveau en vue de lui permettre de répondre convenablement aux attentes et préoccupations des citoyens.

En effet, la démocratisation de la vie publique et son ouverture sur la société civile devront favoriser une nouvelle vision des rapports du citoyen avec lEtat et lAdministration ainsi que le besoin dassocier plus activement le citoyen à la gestion publique, notamment par la promotion de sa participation et de sa contribution à lévaluation du service public et à lamélioration de la qualité de ses prestations, en favorisant le développement de ladministration électronique par lintroduction et la généralisation des nouvelles technologies de linformation et de la communication.

Enfin, un observatoire national du service public doit être créé, placé sous la responsabilité de ce Ministre et composé de représentants de ladministration, des organisations syndicales et patronales et de la société civile; cet observatoire, qui est un organe consultatif, sera chargé, dans le cadre des programmes visant la réforme du service public, notamment de : - la concertation sur toute action de réforme susceptible de permettre lamélioration de lorganisation et du fonctionnement du service public; - la proposition de toutes mesures pouvant avoir un impact direct sur lamélioration de la qualité des prestations du service public ; - la contribution à lévaluation des programmes de reforme du service public et de leur mise en œuvre. Il est nécessaire de souligner, néanmoins, au regard des attentes et des préoccupations multiples et urgentes du citoyen dune part et afin de permettre à celui-ci de ressentir rapidement la volonté et la détermination fermes du gouvernement dopérer le renouveau et la réhabilitation du service public, à travers notamment le changement qualitatif de ses modes dorganisation et de fonctionnement, garants de lamélioration de la qualité de ses prestations dautre part, des mesures concrètes et immédiates doivent être prises.

En définitive, le processus d'émergence d'un État exige daméliorer le climat dinvestissement, laccès aux services financiers et non-financiers, la qualité de service de lAdministration (véritable handicap du processus ivoirien). Pour guérir ce marasme administratif, des axes stratégiques et mesures prioritaires portant sur lautomatisation des procédures administratives et l'assainissement du service public doivent être diligentés afin d'améliorer leur niveau dattractivité, de compétitivité et de rentabilité pour accompagner la marche vers l'émergence et hâter sa réalisation. Laspiration de la Côte d'Ivoire à atteindre lémergence est certes conditionnée par une solidité de la croissance économique à travers le développement du Secteur privé en vue daccroître les revenus et le bien-être des Ivoiriens, mais aussi et fondamentalement par l'acquisition des valeurs imbriquées dans l'IVOIRIEN NOUVEAU et par une administration développementale fortement liée à la qualité des prestations de ses agents et de lenvironnement du travail.

J'ai la conviction profonde que lAdministration, dune manière générale, est un véritable levier du développement économique et social et devrait accroitre sa performance. Lautomatisation des procédures administratives constitue le premier axe stratégique. Elle vise à doter les administrations de procédures dématérialisées efficaces tout en assurant la sécurité et la confidentialité des transactions. La généralisation des procédures automatiques doit être actée. Parallèlement à la dématérialisation des procédures administratives, les réformes structurelles et sectorielles doivent être prises pour inculquer des comportements de développement aux agents administratifs en y injectant des ressources humaines jeunes, féminines et qualifiées.

C'est la mobilisation des énergies populaires par l’émergence citoyenne, par l'édification de l'IVOIRIEN NOUVEAU, à travers une véritable réfondation institutionnelle,  qui est la condition sine qua non de l’émergence économique !

Il est également impérieux de créer un ministère délégué auprès du Président de la République exclusivement dédié aux populations de la diaspora. Rendre rapidement effective la mise en place d'un Haut Conseil des Ivoiriens de l'Extérieur avec un statut délibératif et une autonomie financière et d'actions. Ces deux structures doivent être pilotées par des connaisseurs des problématiques diasporiques. Elles s'attèleront, entre autres, à organiser un transfert réussi, efficace et bénéfique des diverses compétences des populations diasporiques au service socio-économique de la Côte dIvoire et mettre en synergie des pratiques innovantes nécessaires pour la modernisation des mentalités, de notre administration et des divers services étatiques.

La modernité ivoirienne en construction et qui serait centrée sur la satisfaction des besoins du peuple et des individus doit encore relever plusieurs défis majeurs. Les diasporas ivoiriennes, à travers le monde, pourront, par le canal de leur ministère et du Haut Conseil, sinvestir davantage en Côte dIvoire pour apporter leurs différentes expertises et construire ensemble une Nation réconciliée, paisible et émergente, dans sa diversité cosmopolite. Ce qui permettra de connaître, reconnaître, valoriser et vulgariser les bonnes pratiques des diasporas ivoiriennes, acquises dans les grandes nations du monde, au sein du tissu "Ivoire" pour le co-développement Côte dIvoire-Europe, Côte dIvoire-Asie, Côte dIvoire-Amérique, ... , lune des clés du développement propulsif et surtout dans la conception, le suivi et la mise en œuvre du projet de l'IVOIRIEN NOUVEAU. La Diaspora ivoirienne est un vivier important de cadres compétents et dexperts dans le secteur informel. Ils ont fait leurs preuves ailleurs et méritent confiance. Le référendum constitutionnel prévu en 2016 doit prendre en compte l'exercice juridique de la double nationalité et ouvrir une circonscription législative pour les ivoiriens de la diaspora.

Il faut éviter d'étouffer le sens de la politique et de la démocratie en rejetant les idoles des contraires. La politique c'est la promesse d'un possible, une folle espérance pour un monde plus juste, un monde où les richesses seraient partagées, où l'on ne souffrirait plus ni de la faim, ni de la guerre, ni de l'indifférence, ni de la solitude, un monde où tous les citoyens, jeunes et adultes auraient droit à la parole, à la dignité et au respect. Mais cette promesse, elle ne peut advenir rien qu'en claquant des doigts. Pour se réaliser, elle a besoin de moi, de toi, de vous, de nous. Le bonheur démocratique, ce n'est pas de la magie. Ou alors c'est la magie de la responsabilité politique et de la conscience citoyenne.

C'est pourquoi, la Haute Autorité pour la bonne gouvernance conduite par monsieur Seydou Diarra doit changer de direction si le Président Alassane OUATTARA attend des résultats escomptés. Monsieur Seydou Diarra n'a plus les énergies physiques et intellectuelles suffisantes pour mener une telle bataille.

Personne ne veut vivre dans une société où la règle de droit cède la place à la loi du plus fort, des plus nuls et à la corruption. Ce nest pas la démocratie, cest de la tyrannie, même si de temps en temps on y sème une élection ça et là. Il est temps que ce style de gouvernement disparaisse, pour parodier OBAMA lors de son séjour de premier mandat au Ghana.

Le monde entier observe avec grande curiosité et beaucoup d'attention ce que sera ce second mandat de monsieur Alassane OUATTARA, mandat sensé se placer sous le sceau de l'IVOIRIEN NOUVEAU et de l'emploi des jeunes et des femmes. Ce qui ne pourra se réaliser sans un sursaut intransigeant, rigoureux et de haute responsabilité du Premier des Ivoiriens, le Président Alassane OUATTARA.

Lhistoire est du côté de ces courageux Africains qui,  par leurs actions, leurs idées et leurs plumes, essaient de remettre l'Afrique sur le curseur des étendards de gouvernance, de développement, des valeurs et de démocratie. Le verdict de l'Histoire n'échappera à personne...! Ses décisions bouleverseront même les bunkers sanctuarisés des dictateurs les plus cyniques et avec eux, leurs sonneurs de cloches.

Allons vers une autre gouvernance pour faire l'Histoire...      *Docteur Pascal ROY*

 Philosophe-Juriste-Politiste-Coach politique-Analyste des Institutions, expert des droits de l'Homme et des situations de crises-Médiateur dans les Organisations-Enseignant à l'Université-Consultant en RH-Écrivain-Chroniqueur 

  • 0

Alpha Blondy : « Grâce à Ouattara, la Côte d’Ivoire va beaucoup mieux »Lu dans Jeune Afrique/ voir vidéo en bas de l'article

"Pour vous c’est donc Ouattara ? Oui c’est bien lui. Et « Tako kélé », d’un coup KO !… Comme ça, il n’y aura rien à dire, pas de bagarre possible. De toute façon, les gens sont fatigués de la guerre, ils veulent la paix.(Par François-Xavier Freland)

À quelques jours du premier tour de la présidentielle ivoirienne du 25 octobre, Alpha Blondy est en tournée en France, où il jouera notamment près de Paris, le 31 octobre. Autrefois soutien inconditionnel de Laurent Gbagbo, l’icône du reggae africain a accepté de se confier à Jeune Afrique. Et cette fois, c'est « tako kélé » pour Ouattara. Interview. Alpha Blondy : Moi, je suis pour que les politiques se parlent, au lieu que ce soit les armes qui parlent. J’encourage tout processus électoral qui se fait dans les règles du jeu. Or c’est le cas, la campagne s’est bien passée. La paix est sauvegardée. En tant qu’ambassadeur ivoirien pour la paix de la Cedeao, je suis évidemment pour le respect de la démocratie. Et là, je suis plus que confiant.

Pourtant, certains candidats réunis dans la Coalition nationale pour le changement (CNC) dénoncent « un scrutin biaisé », ne font pas confiance à la Commission électorale indépendante (CEI), et fustigent encore des moyens médiatiques disproportionnés en faveur de Ouattara…

C’est très africain, il y aura toujours quelque chose à redire. Mais moi je constate une chose : l’opposition s’oppose, le parti au pouvoir joue son rôle…

L’opposition a battu campagne, elle peut s’exprimer, dénoncer. C’est déjà bon signe. C’est une démocratie naissante. Elle prend forme dans les cerveaux. On revient de loin, souvenez-vous, on était au bord du précipice, ce n’était pas évident. Dans sa convalescence, après la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3 000 morts, le pays est seulement en train de se relever. À mon sens, on est sur la bonne voie… Tant qu’il n’y a pas de violence, c’est parfait. Si les manifestations sont prévues avant, respectent la loi, je pense que tout se passera bien. La machine démocratique est en marche…

Vous pensez que le pays est réconcilié ?

Il est en train de se retrouver. Laissez-lui le temps, mais la croissance est là et c’est elle qui va ramener la paix définitive. Quand tout le monde en profitera, tout ira. Vous faites partie de ceux qui veulent que l’ancien président Laurent Gbagbo incarcéré à La Haye rentre au pays ?

Je ne suis pas pour qu’il soit libéré. Je ne m’immisce pas dans les affaires de la justice. Je pense juste qu’en tant qu’Ivoirien, je préférerais qu’il soit jugé ici, en Côte d’Ivoire. Je suis peiné de le voir à La Haye. Mais même M. Ouattara aujourd’hui n’y peut rien, ce n’est plus lui qui décide, mais la justice internationale. Ouattara est, avec Bédié, le fils spirituel d’Houphouët-Boigny. Il essaye de mettre en pratique les idées du Vieux.

C’est son meilleur élève, c’est tout. Vous avez gardé des contacts avec le clan Gbagbo ?

J’ai essayé, mais à chaque fois que je leur ai fait des propositions notamment pour faire revenir l’ancien président Gbagbo, ils m’ont volé dans les plumes…

Peut-être qu’ils savent que vous avez rejoint le camp Ouattara ?

Effectivement, je le soutiens car je pense que c’est le meilleur pour mon pays, c’est mon droit. On est en démocratie. Je trouve que grâce à lui, la Côte d’Ivoire va beaucoup mieux. J’ai fait beaucoup de tournées et j’ai pu constater que tout mon pays était en chantier. C’est ça qui m’importe. Je ne suis pas d’un bord politique, ni de droite, ni de gauche, je suis pour la paix. Je vote pour ce que je vois. Ouattara est, avec Bédié, le fils spirituel d’Houphouët-Boigny. Il essaye de mettre en pratique les idées du Vieux. C’est son meilleur élève, c’est tout.

L’opposition emmenée par Pascal Affi N’Guessan dit que tout le monde ne profite pas de ce développement…

C’est justement pour ça qu’il faut donner un deuxième ticket à M. Ouattara afin qu’il mène à bien tous ses projets. Toute son équipe s’attèle à faire profiter le peuple de cette croissance. Ils ont conscience du tissu social et des difficultés qui les attendent. Affi est un homme courageux et j’ai beaucoup de respect pour lui. Il y a un proverbe qui dit : « Le plus difficile, ce n’est pas de tomber, c’est de pouvoir se relever ». C’est ce qu’il fait, c’est tout à son honneur. Il est combatif, il aime profondément la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens. Vous avez des chansons qui rendent hommage à des présidents, on peut en imaginer une pour Ouattara ?

Pour l’instant non. Celles que j’ai écrites sont sur de grands présidents qui ont marqué l’histoire, Houphouët-Boigny, Sankara. Pour Ouattara, attendons de voir. Quel est votre pronostic pour dimanche ! Que le meilleur gagne ! Pour vous c’est donc Ouattara ?

Oui c’est bien lui. Et « Tako kélé », d’un coup KO !… Comme ça, il n’y aura rien à dire, pas de bagarre possible. De toute façon, les gens sont fatigués de la guerre, ils veulent la paix

Par François-Xavier Freland

RHDP FRANCE invite la Diaspora ivoirienne de France à la formation au vote pour Alassane OUATTARA ce mercredi 21 octobre 2015

Horaire : 18 h - 22h Adresse : Porte d'Ivry 14 Rue Patay 75013 PARIS Tramway T3 - Arret : Maryse Bastie

Chers parents ! Chères militantes ! Chers militants ! En prévision de l'élection présidentielle du 25 Octobre 2015, la direction de campagne France pour la réélection du Président ALASSANE OUATTARA, vous invite à une grande cérémonie de mobilisation et de formation qu'elle organise à l'adresse suivante Date : Mercredi 21 Octobre 2015 Horaire : 18 h - 22h Adresse : Porte d'Ivry 14 Rue Patay 75013 PARIS Tramway T3 - Arret : Maryse Bastie

MR DOSSO Bakary Direction de campagne IDF GSM : 06 35 34 60 80 8 mentions J’aime

  • 0

Par Venance KONAN **Il faut voter** /"Suivre nos Boko Haram reviendrait à renoncer à son droit souverain de participer au choix de ses futurs dirigeants, sans que l’on ne sache pour quel gain...

La démocratie, dans sa définition basique, est l’exercice du pouvoir par le peuple, pour le peuple. Dans les faits, de nos jours, le pouvoir est exercé par un groupe de personnes que l’on appelle les élus, qui sont choisies par le peuple pour exercer le pouvoir en son nom, durant un temps déterminé. L’élection est donc le moyen privilégié par lequel le peuple exerce son pouvoir en choisissant ses dirigeants. Dans les démocraties modernes, le pouvoir du peuple s’exerce en plusieurs autres occasions, durant le mandat des élus. Dans un pays comme la Suisse par exemple, plusieurs sujets d’intérêt national sont soumis à ce que l’on appelle là-bas la votation. Ailleurs, il y a les référendums, les sondages d’opinion, la presse, les manifestations démocratiques, qui servent aussi aux électeurs à exprimer leurs sentiments sur la façon dont ils sont gouvernés, ou à l’infléchir.

Résultat de recherche d'images pour "vote en cote d'ivoire"

Mais le moment le plus crucial pour le peuple, et par conséquent, pour chaque élément de ce peuple, c’est-à-dire chaque citoyen, d’exercer sa souveraineté, réside dans l’acte de voter. C’est le moment où l’on choisit ou sanctionne ceux qui gouvernent par les urnes. Le pouvoir du peuple est alors fractionné entre tous les éléments de ce peuple, entre tous les citoyens, et chacun, pris individuellement, détient une fraction de ce pouvoir.

Croire que sa seule voix, ou son seul vote ne représente rien est une illusion. C’est l’ensemble de toutes les voix exprimées à travers le vote qui donne son pouvoir au peuple, et de ce fait, chaque voix est aussi importante que l’ensemble de toutes les voix. Croire aussi que tout est joué d’avance, que tel candidat est déjà donné gagnant, et que son vote n’y changerait rien est une autre illusion. Notre histoire nous a démontré que des candidats à des élections qui se croyaient gagnants d’avance, en raison de sondages favorables ou de visions prétendues divines, avaient fini par perdre, du fait de la mobilisation de leurs adversaires. Si ces derniers s’étaient dit que tout était joué d’avance, que leurs seules voix individuelles ne serviraient à rien, les choses n’auraient pas changé. Aussi, chers compatriotes, le moment d’exercer votre pouvoir est arrivé. Il vous faut aller voter, et cela commence par le retrait de vos cartes d’électeurs. Une autre raison pour aller voter est que le vote donne aux citoyens leur légitimité pour exiger de leurs élus d’être correctement gouvernés, même si les gouvernants ne sont pas ceux pour qui ils ont voté.

Dès lors que les citoyens ont voté, celui qui exerce le pouvoir en leur nom est tenu de le faire dans l’intérêt de tout le monde et chacun a le droit d’être exigeant envers lui. Mais celui qui ne s’est pas senti concerné par le choix des dirigeants n’a aucune légitimité pour revendiquer quoi que ce soit. En choisissant de ne pas participer au vote, ils auront décidé de subir tout ce que les dirigeants leur imposeront.

Résultat de recherche d'images pour "vote en cote d'ivoire"

La troisième raison pour aller retirer sa carte d’électeur est que la présidentielle n’est que la première d’une série d’élections à venir. Il y aura les législatives, les municipales, et les régionales. Autant de scrutins pour lesquels la carte d’électeur est indispensable. Depuis la fin de la crise qui a suivi l’élection présidentielle de 2010, certains acteurs politiques qui se disent orphelins de leur leader charismatique ont décidé de se mettre en marge de notre processus démocratique en boycottant toutes les élections. Ils ne réalisent sans doute pas qu’en se comportant ainsi ils se sont totalement marginalisés, et sont vus comme les Boko Haram de notre politique.

Résultat de recherche d'images pour "vote en cote d'ivoire"D’eux, on ne connaît que le côté malfaisant, nuisible, sans que l’on ne comprenne ce qu’ils veulent vraiment. Leur seul programme politique est que rien ne doit marcher dans le pays, tout comme le seul programme des djihadistes nigérians est de nuire au maximum sans que l’on ne sache réellement l’objectif visé par ce groupe. Suivre nos Boko Haram reviendrait à renoncer à son droit souverain de participer au choix de ses futurs dirigeants, sans que l’on ne sache pour quel gain. Aucune élection au monde n’a jamais été invalidée parce qu’une partie de l’électorat a choisi de ne pas y participer.

Venance Konan

  • 0

Pascal RoY / J'appelle au civisme démocratique ... ! La sérénité d’un peuple, la stabilité d'un État, c’est aussi l’affaire de tous ses citoyens.

Si tout le monde prend les dispositions intellectuelles, culturelles et morales pour ne pas dégrader l’environnement socio-politique, la République sera plus belle et ça s'appelle le civisme démocra-tique. Le civisme démocratique fait appel à un certain nombre de notions: l'intérêt public, le res-pect, la tolérance, la liberté de conscience, la morale, le citoyen, la citoyenneté, la collectivité, la civilité. 

Le civisme est un attachement à sa cité tel que les droits y sont subordonnés aux devoirs. L’histoire de Cincinnatus, racontée par l’historien romain Tite-Live puis reprise par Rousseau et Montesquieu de même que par les pères de la Constitution américaine, est la parfaite illustration du civisme. Tite-Live raconte l'histoire de Cincinnatus, le patricien paysan qui a sauvé sa patrie, sans rien lui demander en retour. Un jour (~ 485), une délégation de sénateurs est venue le rencontrer alors qu'il labourait ses terres; elle lui proposa d'être dictateur de Rome pendant quelques semaines, le temps de vaincre les Eques. Cincinnatus remplit sa mission puis revint à sa charrue sans songer à conserver le pouvoir et sans demander de récompense.

Le citoyen a d'abord des devoirs. Sa liberté c'est sa responsabilité. Jean-Jacques Rousseau, qui ap-prit le latin chez les Jésuites, et Montesquieu qui fréquenta un collège oratorien, furent tous deux élevés dans le culte du vieux modèle romain. Le premier en tira les bases de son contrat social de même que l'idée que l'homme naît bon et qu'il est corrompu par la société (quand elle est trop évo-luée). Le second en tira sa célèbre définition de la vertu tout en demeurant un défenseur des privi-lèges de la noblesse dont il était issu, et il proclama que la démocratie était le meilleur des gouver-nements. Ces idéaux romantiques combinés avec le réalisme des colons anglo-saxons d'outre-Atlantique donnèrent la constitution américaine.

Peu après la déclaration de l'indépendance, un groupe d'officiers français et américains formèrent un club: les Cincinnati. Ce mouvement aura assez d'importance pour qu'une ville de l'État de New-York lui emprunte son nom. Le président Kennedy a tenté d'enrôler tous les Américains dans ce club en leur disant: «Ne vous demandez pas ce que l'État peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour lui.».

L’histoire de la démocratie athénienne et celle de la République romaine, telle que nous la présente Tite-Live, sont exemplaires. À l’origine des démocraties, les citoyens sont les parents de l’État, ils sont disposés à payer de leur temps et de leur vie pour le protéger et assurer sa croissance; à la fin, ils en sont les enfants gâtés. Ils ne se donnent même plus la peine de voter aux élections et il est exclu qu’ils paient de leur temps et de leur personne: c’est tout juste s’ils acceptent de payer des taxes.

La plupart des démocraties occidentales en étaient à ce stade à la fin de la décennie 1920. Plu-sieurs ont disparu, celles d’Allemagne et d’Italie notamment, d’autres ont été ébranlées, celle de la France, par exemple. La guerre de 1939-45 devait ramener tous ces pays à l’esprit de l’origine des démocraties. Puis le balancier repartit en direction de la démagogie, provoquant une surenchère du côté des droits.

Aux élections législatives de juin 2002 en France, 40% des électeurs se sont abstenus de voter. Au premier tour des présidentielles, quelques mois auparavant, le taux d’abstention avait aussi été très élevé et le candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen, avait obtenu 17% des voix, devançant ainsi le candidat socialiste Lionel Jospin et passant au second tour. Le taux d’abstention est égale-ment à la hausse aux États-Unis: «Le droit de vote est l’élément central du système de gouverne-ment. Il y un siècle, 80% de tous les électeurs exerçaient leur droit de vote lors des élections prési-dentielles. Aujourd’hui le taux est de 50%. Les États-Unis, le phare et le rempart de la démocratie moderne, se classent maintenant derrière la plupart des autres pays libres pour ce qui est de l’exercice du droit de vote. […] La politique est devenue un sport de spectateurs.» (Lee Hamilton, représentant de l’Indiana au Congrès américain, décembre 1998). L'appel au civisme devient né-cessaire dans ces conditions, mais il est un symptôme avant d'être un espoir.

À quelles conditions l'appel au civisme peut-il être entendu? Où trouver les mobiles permettant de remplir ses devoirs de citoyen? Il est, hélas, plus facile de les trouver dans une religion et un patrio-tisme fanatiques que dans une inspiration élevée qui permet de servir son pays sans exiger en retour l'ivresse du pouvoir individuel ou collectif.

En effet, le civisme désigne le respect, l'attachement et le dévouement du citoyen pour son pays ou pour la collectivité dans laquelle il vit. Cela s'applique en particulier à l'institution qui représente cette collectivité, à ses conventions et à ses lois. Plus généralement, le civisme est le dévouement pour l'intérêt public, pour la "chose publique". Le civisme nécessite une "conscience politique" et implique la connaissance de ses droits en tant que citoyen ainsi que de ses devoirs vis-à-vis de la collectivité.

Le civisme, qui est l'état du citoyen respectueux de ses devoirs et des principes collectifs, se dis-tingue de la citoyenneté qui n'est que la condition de citoyen et de la civilité qui relève du respect des autres dans les rapports privés. 

Le civisme, c'est également l'attitude d'attachement à la communauté nationale et à ses institutions et de participation régulière à ses activités, notamment par l'exercice du droit de vote. Dans le ci-visme, la priorité est donnée par le citoyen aux intérêts de la nation sur ses intérêts particuliers. 

Ainsi l'intérêt national correspond à l'intérêt de la Nation selon la formule d'Ernest Renan: « Avoir fait de grandes choses ensemble et vouloir en faire encore ». Cette notion est au cœur des débats politiques, économiques. Elle est abondamment citée pour justifier l'existence de services publics, des actions publiques, des lois et règlements d'ordre public, ainsi que des réglementations touchant aux droits fondamentaux ( par exemple dans le cadre du Droit de propriété pour fixer le régime des expropriations et des nationalisations). Elle met en jeu la finalité même de l'ensemble des collecti-vités publiques (depuis le niveau des collectivités locales jusqu'aux échelons les plus élevés de l'État).

La civilité désigne donc l'ensemble des règles et des comportements de la vie en communauté tels que la politesse, la courtoisie, le savoir-vivre. La civilité est l'affichage du caractère pacifique d'une personne dans ses relations à autrui, notamment dans la façon d'entrer en contact, et du respect que l'on a pour son interlocuteur. Elle montre également l'appartenance à une même communauté, communauté humaine au minimum. Le mot civilité est cependant peu utilisé, tandis que son con-traire, incivilité, est de nos jours d'un usage beaucoup plus fréquent. 

L'appel au civisme devient une nouvelle forme d'expression démocratique.

Allons vers plus de démocratie pour plus de civisme....et le monde sera meilleur.

Docteur Pascal ROY

Philosophe-Juriste-Politiste-Coach politique-Analyste des Institutions, expert des droits de l'Homme et des situations de crises-Médiateur dans les Organisations-Enseignant à l'Université-Consultant 

 

VIDÉO / Alpha Blondy appelle à des élections apaisées en Côte d’ivoire

Présidentielle 2015/ Alpha Blondy reçoit M. Bemitian Ouattara /- Ils sont nombreux ceux de nos stars qui ont décidé d’associer leur image en vue des élections apaisées en Côte d’ivoire. Parmi eux, la star mondiale du reggae, Alpha Blondy. Ambassadeur de la Cedeao et messager de l’Onu pour la paix en Côte d’ivoire, Alpha Blondy a reçu le mardi 29 septembre 2015 à sa résidence privée de Courbevoie, près de Paris, M. Cissé Dramane, opérateur économique et M. Bemitian Ouattara, l'ami des associations, par ailleurs superviseur général, chargé des mouvements, associations et clubs de soutien du candidat du RHDP, le Dr. Alassane Ouattara en France.

 VIDÉO / Alpha Blondy appelle à des élections apaisées en Côte d’ivoire //www.youtube.com/watch?v=Smd6M40hrsc&feature=share

 

  • 0

Tabaski: les ivoiriens prient pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire

La prière de la Tabaski à la Grande Mosquée de la Riviera Golf, ce jeudi 24 Septembre 2015, en présence du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA.

Abidjan - Les populations musulmanes de la Côte d’Ivoire ont célébré, jeudi, la fête de l'Aid-El-Kébir communément appelée la Tabaski, en priant pour un climat apaisé à l'élection présidentielle du 25 octobre prochain.

Au cours de la célébration officielle en présence du chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara et de plusieurs membres du gouvernement et du corps diplomatique, El Hadj Mamadou Traoré, Imam de la grande mosquée de la Riviera Golf d'Abidjan Cocody , a invité dans son sermon les acteurs politiques à privilégier l'intérêt supérieur de la nation . 

 

« Je profite de cette occasion pour lancer un appel pressant aux appels politiques de notre pays ainsi qu'a leurs équipes respectives à privilégier l'intérêt supérieur de la nation», a insisté l'Imam Mamadou Traoré par ailleurs vice-président du Conseil supérieur des Imams en Côte d'Ivoire (COSIM).

Le guide religieux a par ailleurs, exhorté tout le monde à « bannir de leur propos et actes tout ce qui incite à la haine, à la division à la violence».

Le Chef de l'Etat Alassane Ouattara a quant à lui rassuré que « tout est fait pour qu'elles (les élections) soient totalement transparentes et démocratiques ». « Que les ivoiriens partent voter dans le calme, la discipline et la sérénité», a-t-il invité.

 

L' Aid-El-Kébir ou la Tabaski, est la deuxième plus grande fête de l'Islam. Elle se déroule dans le mois lunaire de Zoul Hidja , mois du pèlerinage musulman (Hadj) , que de nombreux fidèles accomplissent en Arabie Saoudite. 

SY/ls/APA 

 

 

  • 0

Les artistes vivants en EUROPE, pour une élection apaisée libre et démocratique avec les participations de tous les Ivoiriens au vote

En FRANCE Sans exception les artistes se sont donné rendez-vous pour la première table ronde placée sous le parrainage de l'ami des associations Bemitian, superviseur général chargé des Mouvements, Associations et Clubs de soutien de la campagne du président Dr Alassane Ouattara en France... Prenant la parole, Mr Bemitian Ouattara, a tenu un discours d'union, de fraternité pour des élections apaisées en Côte d'ivoire et en France. Il a appelé, enfin les artistes à aller prôner ce discours de réconciliation partout où ils seront.

  • 0

Départ des premiers ivoiriens à La Mecque - Abidjan (Côte d'Ivoire) . Une dizaine de rotations sont prévues pour transporter près de 4500 pèlerins du contingent étatique

Quelque 450 pèlerins ivoiriens, ont quitté Abidjan dans la nuit de jeudi à vendredi pour La Mecque où ils devront accomplir le cinquième pilier de l'Islam, constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. C'est à bord d'un avion de la Compagnie Fly Nasr affrétée par air Côte d'Ivoire que les pèlerins ont prise place. Une dizaine de rotations sont prévues pour transporter près de 4500 pèlerins du contingent étatique. Les APAÈLERINS ivoiriens à La Mecque

Publié le vendredi 28 août 2015 | APA

  • 0
S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px