Bannière

Log in

UN IVOIRIEN RAPPEUR QUI A VENDU PLUS DE 100 000 DISQUES, DEVIENT L’UN DES MEILLEURS AVOCATS AU BARREAU DE FRANCE

Du rap au Barreau de Paris, on ne peut pas dire qu’il n’y a qu’un pas. 

Afficher l'image d'origine

Ce sont même d’énormes marches qu’a dû gravir Serge Money, arrivé de Côte-d’Ivoire à Ivry à 1 an et qui n’en est jamais reparti. À 40 ans, l’homme au fort charisme est l’un des avocats pénalistes qui monte sur la place de Paris. Même si une partie de sa clientèle vient encore des liens avec la carrière de rappeur qu’il a vécu pendant dix ans au sein du collectif Mafia Trece, il plaide dans de gros dossiers, comme celui très actuel de la sextape du footballeur Mathieu Valbuena. C’est bien sa carrière de rappeur qui lui vaut d’être l’invité ce soir d’une soirée spéciale organisée à Fontenay.

Ses études. Arrivé à Ivry à l’âge d’un an, Serge Money y a fait toutes ses études, jusqu’à son entrée à la fac de droit. Son Deug en poche, il se laisse accaparer par sa carrière dans le rap et reprendra la fac à l’âge de 30 ans. «Ca a été l’une des périodes les plus dures de ma vie, c’était très infantilisant comme système, il fallait bosser dur, mais j’ai toujours voulu être avocat.»

Une vraie vocation. «Enfant, je relevais toutes les injustices, comme le racisme ordinaire, et surtout le fait de voir mon père travailler comme un fou pour gagner pas grand-chose. C’est notamment grâce à la série télé Perry Mason que j’ai voulu devenir avocat (rires). Le pénal, ça allait de soi, je ne savais même pas qu’on pouvait être avocat d’autre chose !»

Sa carrière dans le rap. Avec un groupe de copain, Serge Money se met à rapper «pour s’amuser, jamais avec l’envie de faire carrière». Quand ils créent ensemble la Mafia Trece, ils se retrouvent autour de thèmes d’écritures, se corrigent les textes l’un l’autre. «J’ai toujours vu le rap comme un moyen de dénoncer une réalité qui existe, je voulais donc qu’on nous comprenne, on choisissait des rimes riches, on s’exprimait en articulant…», se souvient celui dont le nom de scène était Cochise Autant de qualités qui font de Mafia Trece (auquel ont participé Diam’s ou Yannick) un collectif qui marche et signe avec la maison de disques Sony. L’expérience se terminera selon la volonté de Serge Money 10 ans et 100 000 disques plus tard.

Résultat de recherche d'images pour "serge money avocat"

L’écriture. Pour Serge Money, c’est une activité essentielle. L’ancien rappeur continue à écrire des textes pour d’autres chanteurs, écrit un livre sur son expérience dans le rap… Il est même «très très fier» d’être devenu secrétaire de la conférence du barreau de Paris grâce à un concours d’éloquence.

L’implication à Ivry. Il n’a jamais habité ailleurs : chez ses parents, dans un studio cité Gagarine, en centre-ville. Serge Money ne cache pas son attachement à sa ville. «J’y ai tout fait : travailler dans les cantines, animateur au service jeunesse, encadrer des colos et surtout animer des ateliers d’écritures. C’est sans doute la plus belle expérience de ma vie.»

Son avenir en politique. Fidèle à sa commune, Serge Money compte s’y investir davantage. «Je suis en contact avec Europe Ecologie les Verts, ils savent que mes convictions sont les mêmes que les leurs. Quand ce sera le bon moment, je voudrais faire de la politique au niveau local. À force de refaire le monde avec les copains d’Ivry, autant s’impliquer.»

À Fontenay, une soirée sur l’histoire du rap

À peine lancée, l’université populaire de Fontenay, Univpop, propose ce mardi soir, de s’initier à l’histoire du rap. «Nous allons aborder l’histoire du rap en France, mais avec en plus des références au Val-de-Marne», vante Régis Pio, conseiller municipal EELV à l’initiative de cette soirée, organisée en partenariat avec Musique au comptoir. Rendez-vous à la Halle Roublot, 71 rue Roublot à Fontenay, à 20 heures. Les échanges seront animés par Karim Hammou, sociologue et auteur d’« Une Histoire du Rap en France », Karim Madani, journaliste spécialisé et auteur et Serge Money, ancien rappeur. La soirée se poursuivra en concert avec Rocé, rappeur originaire du Val-de-Marne et un DJ. Entrée libre.

leparisien.fr

 

  • 0

"Ca fait débat" Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud rediffusions: Dimanche : 13h Lundi : Présenté par Adile Farquane TELESUD

Les débatteurs: Adama Diomandé: Président de l'ADDL / Christian Vabé: Président du RPCI/AC Nicole Suzi: Journaliste Ibou Ba: Journaliste politique Programme des débats :

Photo

1-Le mandat d’amener de Paris contre Guillaume Soro levé Guillaume Soro échappe t-il à la justice française? Pourquoi Soro est-il recherché par la justice française Télésud est disponible: Orange: canal 551, SFR: canal 556,Bbox: canal 660, Free: canal 167, Numericable: canal 414, et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons) Diffusion Numéro 23 TNT France Dimanche: 6h

Les débatteurs: Adama Diomandé: Président de l'ADDL (association pour la défense de la démocratie et des libertés) Christian Vabé: Directeur d'Ivoirebusiness et Président du RPCI/AC Nicole Suzi: Journaliste Ibou Ba: Journaliste politique Programme des débats : 1-Le mandat d’amener de Paris contre Guillaume Soro levé 1- Guillaume Soro échappe t-il à la justice française? Pourquoi Soro est-il recherché par la justice française ? 2- La magistrate a en effet reconnu que Guillaume Soro était l’un des représentants officiels de la Côte d’Ivoire à la conférence COP21 sur le climat et qu’il bénéficiait du statut diplomatique, précisent ses avocats dans un communiqué.

Qu'en pensez-vous? 3- Un mandat émis contre Guillaume Soro suite à une plainte de Michel Gbagbo, le fils de l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo. Michel Gbagbo, qui possède la nationalité française, avait été arrêté le même jour que son père, le 11 avril 2011 à Abidjan, et incarcéré à Bouna, dans le nord du pays, jusqu’en août 2013. 4- la question de savoir si Guillaume Soro pourrai rentrer en Cote d’Ivoire sans être inquiété par la justice française est donc visiblement réglée? oui? non? 5- Une contre-attaque de Soro ? possible? 6- Les avocats français de Guillaume Soro ont protesté contre cet acte estimant qu’il avait été « délivré en méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus » 2-Assassinat de Sankara : Diendéré inculpé de complicité, en attendant... Compaoré ? 1- Le général Gilbert Diendéré, auteur du putsch manqué au Burkina Faso, est inculpé pour « complicité » dans l’assassinat de Thomas Sankara. L’information a été livrée par Me Mathieu Somé, avocat de l’ex-chef d’état-major par ailleurs homme de main de Blaise Compaoré. 2- Diendéré risque t'il la peine de mort? 3- Probable inculpation de l’ancien Président Blaise Compaoré. 4- L’heure est elle venue de rendre des comptes pour les auteurs du coup d’Etat du 16 septembre, qui a ébranlé, pendant plusieurs semaines, le Burkina Faso? 3-

l’ONG Transparency International a publié son dernier rapport sur la corruption en Afrique 1- Il dénonce le « fardeau inacceptable » que représente la corruption pour la population africaine. Réactions. 2- 75 millions de personnes ont payé des pots-de-vin au cours de l’année écoulée, parfois pour pouvoir accéder à des services aussi élémentaires que la santé, l’éducation ou même l’eau. • 58% des Africains interrogés estiment que la corruption s’est aggravée dans leur pays. • 47% disent que la police est l’entité la plus corrompue sur tout le continent, devant le monde des affaires pointé du doigt pour la première fois par 42% des sondés • 38% estiment que la société civile africaine est totalement désarmée face à la corruption Qu'en pensez-vous? des pots-de-vin pour pouvoir accéder à des services essentiels ? 3- Quelles mesures anti-corruption sont-elles efficaces ? 4- Renforcer les législations permettant de lutter efficacement contre la corruption,

  • 0

"Ca fait débat" sur Télésud et Numéro23. Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud Présenté par Adile Farquane 1-Mali : Quels sont les véritables auteurs des attentats de Bamako à l’hôtel Radisson ?

Les débatteurs: Adama Diomandé: Président de l'ADDL (association pour la défense de la démocratie et des libertés)

Loic Mpanjo: Président du think tank Kameroun Initiatives 

Carinne Loubanzadio: Journaliste indépendante

Dreyfus Louyebo: Auteur/Enseignant/Conférencier

Vous pouvez aussi voir l'émission en live depuis le site, ( http://www.telesud.com/). Vous trouverez ci-joint la photo du plateau et je vous fais parvenir le lien du replay dès qu'il est à ma disposition,

Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud rediffusions: Dimanche : 13h Lundi:00h00

Télésud est disponible:Orange: canal 551,SFR: canal 556,Bbox: canal 660,Free: canal 167, Numericable: canal 414,  et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons)

Diffusion Numéro 23 TNT France Dimanche: 6h

Programme "Ca fait débat"

Présenté par Adile Farquane

Les débatteurs:

Adama Diomandé: Président de l'ADDL (association pour la défense de la démocratie et des libertés)

Loic Mpanjo: Président du think tank Kameroun Initiatives 

Carinne Loubanzadio: Journaliste indépendante

Dreyfus Louyebo: Auteur/Enseignant/Conférencier

Programme des débats :

1-Mali : Quels sont les véritables auteurs des attentats de Bamako à l’hôtel Radisson ?

1- La question est ouverte puisque l’attaque avait d’abord été revendiquée par le groupe armé al-Mourabitoune de l’Algérien Mocktar Belmocktar, avant que ce dernier ne décide de retirer sa revendication dans un enregistrement sonore en arabe diffusé dimanche soir par la chaîne de télévision Al-Jazeera, et repris par le site mauritanien al-Akhbar, assurant que les assaillants étaient uniquement au nombre de deux et laissant entendre qu’ils étaient Maliens.

Même combat?

2-  Maintenant, c’est au tour des groupes terroristes Ansar Dine et le Front de libération du Macina (FLM) d’affirmer d’être à l’origine de l’attaque du Radisson. Les deux groupes auraient travaillé de concert pour mener l’attaque, affirmant qu’en plus des deux assaillants tués, trois ont pu s’échapper lors de l’assaut des forces spéciales maliennes, accompagnées des forces spéciales françaises.

3-Comment dénoncer et combattre ce fléau djihadiste? 

4- Bamako dans le viseur des groupes terroristes?

5- Peut-on parler de « Cellules dormantes » prêt à agir ? 

6- Autre groupe présent : Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui subit de plein fouet la présence de l’opération Barkhane dans sa zone d’influence, au nord de Tombouctou et autour de Tessalit. En perte d’influence ?

7- Deux ans après l'intervention française, l'attaque de Bamako illustre que le pays reste à la merci d'attaques djihadistes meurtrières ?

8- Bamako désormais dans la peur? 

9- François Hollande ne déclarait-il pas que le Mali devait être "un exemple" ? Il expliquait que l'opération Serval, lancée par la France en janvier 2013, avait permis de vaincre le terrorisme, de favoriser la réconciliation des Touareg du Nord avec le pouvoir central, de permettre au pays de retrouver la voie du développement.

10- Une armée en sous effectifs ? 

2-Terrorisme : "La jeunesse est victime d’un endoctrinement et d’un détournement de conscience", selon Macky Sall

1- Le Président sénégalais Macky Sall a décidé de décréter trois jours de deuil national suite aux attentats de Bamako, perpétrés à l’hôtel du Radisson Blu. Selon lui, la jeunesse est "victime d’un endoctrinement et d’un détournement de conscience", êtes vous d'accord? 

2- Quelles perspectives d’avenir aux jeunes sur le continent pour lutter contre le terrorisme?

3- Quelle mobilisation internationale contre le terrorisme?

4- Face au terrorisme, Macky Sall a également préconisé l’adoption « d’une posture permanente de veille de nos forces de défense et de sécurité, tant au niveau régional qu’international. Qu'en penses-vous?

5- Toutes les dispositions doivent être revues en fonction des risques que génère le terrorisme », a-t-il indiqué avant de suggérer un échange d’informations et une collaboration à l’échelle mondiale en vue de barrer la route à ce fléau.

Comment? quel moyen? 

6- La réponse militaire, dans le Sahel ou ailleurs, est-elle la seule adéquate face au terrorisme ?

7- Les défis de la jeunesse africaine? 

8- Le chômage des jeunes une menace pour la stabilité ? 

 

  • 0

Je me prononce pour une coalition universelle car c’est l’humanité universelle qui est mise en cause.: “Liberté, Égalité, Fraternité”. Pas : “PNR pour tout le monde

Intervention de Jean-Luc Mélenchon au Parlement européen le 25 novembre 2015 :

« Merci aux collègues et aux institutions qui se sont joints à nous, Français, dans l’épreuve. La France, mes chers collègues, a toujours vaincu ses agresseurs et elle le fera une fois de plus à cette occasion. Sans se perdre dans les fantasmes sécuritaires et, je l’espère, sans perdre de vue les principes qui animent le meilleur de son Histoire républicaine. Dans le moment que nous vivons, la vertu principale, me semble-t-il, est le discernement. Nous gagnerions, ici comme ailleurs, à ne pas parler de « guerre de civilisations » car ce que nous vivons n’est pas une guerre de civilisations pour la raison que Daech n’est pas une civilisation mais un totalitarisme.

Ce n’est pas une guerre de civilisations car ce ne sont pas des guerriers que nous affrontons mais de lâches assassins qui agressent des gens sans défense et par surprise. Discernement : l’islam n’est pas plus impliqué dans cette affaire que n’importe quelle autre croyance. Une fois de plus, le fondamentalisme religieux est le masque d’une guerre pour l’argent et par l’argent. Il faut aussi renoncer à stigmatiser la pauvreté comme source du crime. Le crime n’a pas d’origine sociale ! Le crime a une origine idéologique et humaine. Il part de tous les milieux. Il serait bon que l’on n’aille pas montrer du doigt de façon si grossière tel ou tel quartier quand les enfants des riches comme ceux des pauvres peuvent être emportés par la folie de la mort. Et s’il faut faire un point ici, souvenons-nous de la responsabilité qui a été prise par tous ceux qui ont voulu l’affaiblissement des États dans leurs missions régaliennes. Dans mon pays, il y a 12 000 policiers de moins, 20% de moins dans les effectifs des armées.

Et tout cela est une des causes qui a contribué au manque de moyens pour parer les coups que nous allions prendre. Il faut en finir avec ces politiques d’affaiblissement des services publics. Comme il faut en finir, on l’a dit, avec ces cécités et amnésies bienveillantes à l’égard de tels ou tels pays qui ne font que pratiquer en grand et avec les institutions de l’État ce que font des groupes comme Daech et autres, la cause du terrorisme est dans les guerres entre les puissances pour contrôler une zone du monde où se contrôle et où se produit une richesse immense. C’est donc en faisant cesser la guerre que l’on fera cesser le terrorisme. Ce n’est pas en fichant toute la population de l’Europe que l’on apprendra quoi que ce soit de plus que ce que l’on sait déjà sur les risques qu’elle contient. La cause du terrorisme est dans la guerre ; c’est la guerre qu’il faut faire cesser.

La cause du terrorisme est dans l’argent ; c’est ses circulations qu’il faut faire cesser. Je me prononce pour une coalition universelle car c’est l’humanité universelle qui est mise en cause. Une coalition universelle sous l’autorité et l’égide du seul organisme qui ait une compétence universelle : l’ONU. Dans ce moment, mettons en partage la devise des Lumières appropriée par ma patrie et proposée à l’humanité toute entière : “Liberté, Égalité, Fraternité”. Pas : “PNR pour tout le monde

Parler est une action

  • 0

Fatiguée parce que ceux qui parlent ne savent pas, n'étudient plus, ne lisent jamais ! Idem pour ceux qui les gouvernent.... Dieu nous voit tous ! ( Par Fatyma KABA)

Un peu fatiguée de ce monde, de sa face ténèbreuse et de ses êtres sombres...

Les manifestations du 11 janvier "ont été confisquées par des pompiers pyromanes qui n’ont aucune vergogne à s’y refaire une santé sur le cadavre des victimes". Les 500 officiers de sécurité assurent la protection d'une soixantaine de dirigeants étrangers et de la plupart des responsables politiques français.

Toute cette barbarie, cette haine entretenue, cette suffisance, ce mepris, cette irresponsabilité, cette cupidité, ces mensonges, ces dénis, cette ignorance, cette paresse de culture-d'apprentissage- de savoir.....ce mélange de genres, tout cela c'est notre responsabilité ! Quant aux musulmans..... ces musulmans du dehors et non du dedans, incultes, suiveurs aveugles..... ignorants de l'esprit qui prient à se perforer le front sans parfaire leur esprit et illuminer notre coeur, Dieu nous voit !!!! Mais Dieu voit encore plus nos imams peureux, lâches, cupides, escrocs, matérialistes et irresponsables..... Dieu les voit ! Quant aux musulmaneux, "dogmatistes" aveugles pour qui Seyydina_Abraham aurait été considéré comme un fou selon la limite et la bêtise de leur conception religieuse.... Dieu les voit ! Quant aux analphabètes lettrés qui croient que le simple fait de reconnaître les symboles de l'alphabet dans un mot fait d'eux des érudits aussi.... sans références, sans curiosité, sans goût de l'apprentissage, sans lecture..... Dieu les voit ! Quant aux occidentaux.... blancs pâles... de plus en plus incultes, absorbés par leur soif d'or noir, égoïstes même dans le deuil terroriste, lâches dans le souvenir de la shoah, irresponsables dans l'infanticide palestinien, méprisants dans la famine africaine....... Dieu les voit !!! Fatiguée parce que ceux qui parlent ne savent pas, n'étudient plus, ne lisent jamais ! Idem pour ceux qui les gouvernent.... Dieu nous voit tous !

(Puisse-t-Il prendre le relais ! ) FK dans la place !

Photo-Les manifestations du 11 janvier "ont été confisquées par des pompiers pyromanes qui n’ont aucune vergogne à s’y refaire une santé sur le cadavre des victimes". Les 500 officiers de sécurité assurent la protection d'une soixantaine de dirigeants étrangers et de la plupart des responsables politiques français. REUTERS/© Yves Herman/Reuters En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/15/non-a-l-union-sacree_4557288

 

  • 0

Ecole obligatoire: adhésion massive dans le Nord ivoirien, mais les infrastructures font défaut (APA)

Après l'adoption de la loi faisant de l'école une obligation en Côte d'Ivoire, les populations du Centre-Nord ivoirien adhèrent "massivement" à cette politique du gouvernement ivoirien, mais elles dénoncent par la même occasion "l'inexistence" des infrastructures scolaires qui doivent accompagner cet "important" projet. Marius Kpangni est le Directeur de l'école primaire publique (EPP) Kolokaha dans le département de Niakaramandougou (Centre-Nord). Selon lui, l'effectif de son école a évolué. L'on part de 25 élèves en 2007 à 162 élèves ( 2013-2014) , et 187 élèves pour cette année scolaire 2015-2016. Ce qui démontre à l'en croire, que le message du gouvernement faisant de l'école, une obligation a été bien perçu par les populations du village de Kolokaha.

"Les nombreuses campagnes de sensibilisation que nous avons menées portent enfin leur fruit" a fait remarquer M. Kpangni, ajoutant que "dans une de mes classes ici les filles dominent même les garçons, ce qui était inimaginable dans le Nord du pays avant la promulgation de cette loi". "Toujours à la faveur de cette loi, j'ai même inscrit pour cette année scolaire une dizaine d'enfants bouviers" a-t-il encore relevé. Regrettant par la suite que "pour cet effectif d'élèves je ne dispose que de trois salles de classes fonctionnelles qui viennent d'ailleurs de nous être livrées par le Conseil régional du Hambol après avoir été réhabilitées". Pour lui, les classes de CE1, CE2 et CM1 de son établissement, qui sont construites en paillotes ne respectent pas les normes établies par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco). Aussi, soutient-il "nous avons également un déficit criard en table bancs et la situation des instituteurs bénévoles n'est toujours pas clarifiée".

Même son de cloche au village de Ponon dans le département de Dabakala (Centre-Nord) où le chef de village, Soména Fofana a soulevé des problèmes similaires au cas de Kolakaha, à savoir les effectifs pléthoriques constatés dans les salles de classes et le manque de table bancs nécessaires à des conditions optimales d'étude. Le même décor est planté par Mme Blandine Koné, parente d'élèves dans la ville de Niakaramandougou où 100 élèves ont été inscrits dans une seule classe de CP1 à l'EPP résidentiel 2 pour l'année scolaire 2015-2016. Le gouvernement ivoirien a adopté, au mois de juillet dernier, un projet de loi qui prévoit des sanctions contre des parents qui vont refuser d'inscrire leurs enfants en âge d'aller à l'école. La tranche d'âge concernée est de 6 à 16 ans.

  • 0

Tiken Jah Fakoly-Il Faut Se Lever/Des êtres chers viennent de s'en aller à la suite de ces actes ignominieusement barbares et lâches perpétrés contre la république du Mali.

Comment exprimer par de simples mots la grande émotion et l'infinie tristesse qu'au fond de notre cœur nous ressentons. Nos premières pensées ne vont pas seulement aux familles et aux proches des victimes de ces actes de barbarie insensée mais aussi à tout le peuple malien. Nous tenons à présenter nos condoléances les plus émues et à exprimer notre immense chagrin et notre solidarité. Il faut se lever pour changer tout ça.

Message du gouvernement ivoirien à l'occasion de la Journée Nationale de la Paix

La Côte d’Ivoire commémore, ce dimanche 15 novembre 2015, la Journée Nationale de la Paix, instituée en mars 1996 et faisant écho à la Journée Internationale de la paix, fixée au 21 septembre de chaque année, par les Nations Unies. Déclaration du Gouvernement. Mesdames et Messieurs, Chers concitoyens,

La Côte d’Ivoire commémore, ce dimanche 15 novembre 2015, la Journée Nationale de la Paix, instituée par décret n 96-205 du 07 mars 1996 et faisant écho à la Journée Internationale de la paix, fixée au 21 septembre de chaque année, par la Résolution 55/282 du 28 septembre 2001 de l’assemblée de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Cette Journée, consacrée à la promotion des idéaux de paix, vise à célébrer les valeurs de ce patrimoine universel commun, si précieux et si indispensable, pour la stabilité au sein des Etats, des Nations, des Communautés et des familles. L’Edition 2015 dont le thème est « Un Ivoirien nouveau, pour une paix durable », sera commémorée à Agboville, chef-lieu de Région de l’Agnéby-Tiassa, le dimanche 15 novembre 2015. Ivoiriennes, Ivoiriens, Chers concitoyens,

La Côte d’Ivoire, notre pays, sort d’une élection présidentielle dont la bonne qualité de l’organisation et l’environnement, avant, pendant et après le scrutin, nous ont éloignés à bien des égards, de souvenirs douloureux et tristes.

Le récent scrutin présidentiel, parce que totalement apaisé, par l’attitude des candidats et par celle des électeurs, après la proclamation du résultat final, a achevé de nous convaincre et de rassurer la communauté internationale, sur notre sens élevé du dépassement, notre capacité de résilience et notre ferme volonté de favoriser les conditions d’une cohésion sociale inclusive, préalable à une paix durable. Cher peuple de Côte d’Ivoire,

Vous conviendrez assurément avec moi que l’atteinte de ce résultat, qui nous réconcilie avec notre terre d’espérance et notre pays d’hospitalité, est une œuvre de longue haleine dont les éléments constitutifs ont été consolidés avec les ingrédients du pardon, de la tolérance et de la fraternité, utilisés à forte dose par nos concitoyens dans leurs localités respectives. Le Chef de l’Etat, son Excellence Alassane Ouattara et le Gouvernement tout entier se félicitent de cette nouvelle option cohésive qui offre aux Ivoiriens, l’agréable saveur du vivre ensemble.

Le choix de la cité d’Agboville, capitale historique de la région de l’Agnéby-Tiassa, située à mi-distance d’Abidjan et de Yamoussoukro, capitale économique et politique de notre pays, m’offre l’agréable occasion, d’exprimer au nom du Président de la République et du Gouvernement, toute ma gratitude aux acteurs locaux, hommes, femmes, jeunes, responsables politiques, autochtones, allochtones, allogènes. Mesdames et Messieurs.

Chères concitoyennes, Chers concitoyens, Notre engagement commun doit être fortement pénétré des valeurs d’intégrité, de rigueur, de discipline, de tolérance, de pardon, de non-violence, et de paix. Notre engagement commun doit être l’avènement de l’Ivoirien nouveau, Je voudrais, en conséquence, nous exhorter à poursuivre dans cette dynamique nouvelle du dialogue inclusif et fraternel, qui permettra à chacune et à chacun de nous d’écrire avec fierté l’agenda de la paix de notre chère Patrie. Excellente fête commémorative de la paix. Je vous remercie.!

Date parution: Lundi, 16 Novembre, 2015 - 08:30 Source du communiqué: Gouvernement

S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px