Bannière

Log in

FORUM DE LA DIASPORA - 07 et 08 MAI 2015 : NON ET NON ... LE FORUM DE LA DIASPORA NE DOIT PAS SE TRANSFORMER EN UN FORUM POLITIQUE.

La diaspora ivoirienne, si elle existe vraiment, puisqu'en pleine construction, reste fragile, beaucoup trop fragile, à l'image de la Côte d’Ivoire qui continue de recoller les fragments de la crise fratricide qu’elle a traversée ces 15 dernières années dont le comble a été atteint après les élections présidentielles de 2010. 

Inutile de rappeler que c’est suite à l’instabilité politique, accentuée par une crise sociale et économique majeure, que la Côte d’Ivoire a connu depuis la fin des années 90, un mouvement massif de sa population vers l’extérieur.

Ainsi, autrefois terre d’immigration, la Côte d’Ivoire s’est transformée en terre d’émigration ; avec des ivoiriens peuplant les pays voisins et autres pays d’Afrique (Mali, Burkina Faso, Sénégal, Ghana, Maroc), pour des raisons d’études, ou d’exil ; les plus « chanceux » étant parvenus à regagner le continent européen (France, Allemagne, Espagne, Italie, Angleterre), ou américain (Etats-Unis et Canada). Ce sera d’ailleurs pour la première fois que l’on comptera des ivoiriens candidats à l’immigration clandestine empruntant des bateaux de fortune pour accomplir leurs rêves Européens.

Tous ceux qui côtoient les ivoiriens à l’extérieur savent qu’il y a encore beaucoup de travail à faire en terme de dépassement de soi pour rapprocher les cœurs et constituer ainsi une vrai communauté ivoirienne à l’extérieur, autrement dit une diaspora ivoirienne, c’est-à-dire une dispersion de la population ivoirienne dans les différents pays d’accueil mais dont le leitmotiv restera l’accomplissement d’actions en faveur du développement de la patrie d’origine, la Côte d’Ivoire.

De nombreuses tentatives ont été effectuées dans ce sens, avec la création de fédérations d’associations communautaires (Béra, Cowefe, etc.), de regroupements de compétences (Binkelen, afiprci, etc.), de fédérations plus larges d’associations (Fadiv, Cogid, etc.) ou même de tentatives de désignation de représentants d’ivoiriens dans des pays hôtes, organisées par les représentations diplomatiques et consulaires (États unis, Allemagne, etc.). Mais force est de constater que malgré tout, la question de la représentation de la diaspora subsiste et de nombreuses voix s’élèvent même sur la représentation politique de cette diaspora. Opportune ? Inopportune ?

L’occasion est donnée aux ivoiriens de l’extérieur de venir débattre des questions les concernant ; afin que l’état ivoirien en tienne compte dans la définition d’une politique nationale de gestion des ivoiriens de l’extérieur.

Cependant, il faudra faire attention … très attention … à ne pas transformer cet évènement inédit, en un forum politique politicien, dont les conclusions ne feraient aucunement l’unanimité, puisque personne ne s’y reconnaîtrait finalement.

Oui à un forum de la diaspora, pour débattre de toutes les questions économiques, sociales et politiques de la diaspora.

Non à un forum de la diaspora, avec des concepts tous cuits, déjà connus et largement diffusés sur les réseaux sociaux.

Ouvrons le débat … Creusons la question … Et sortons des recettes innovantes pour une meilleure prise en compte de nos problématiques et l’intégration de la diaspora dans l’atteinte de l’émergence voulue par le Chef de l’État.

Dr DIABY Moussa Abdoul Kader

Ministère de l'Intégration Africaine et des Ivoiriens de l'Extérieur Direction Générale des Ivoiriens de l'Extérieur

Extrait de l'appel de S.EM Alassane Ouattara Président de la République de Côte d'Ivoire prononcé le 26 Mai 2011, à Paris L'Appel du President S.E.M Alassane OUATTARA Président de la République de Côte d'Ivoire Je vous demande de vous remettre au travail et avant toute chose je vous demande de rentrer massivement au pays...Je vous le demande parce que vous avez acquis ici de l'expérience et nous avons besoin de votre expérience. Revenez au pays et vous verrez un pays en pleine expansion où il y aura du travail pour tous...Je voudrais que vous sachiez qu'avant la fin de mon mandat (de cinq ans), la Côte d'Ivoire retrouvera sa place...Ma deuxième ambition c'est qu'à l'orée de 2020, la Côte d'Ivoire sera un pays émergent." https://docs.google.com/forms/d/11-CLlN5YuzBhQWRe7xSD9py9_p0UF4ZtnsiPBZh1s4Y/viewform?edit_requested=true# Participation gratuite Lien / M. Ally COULIBALY Ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur Mes chers compatriotes Ivoiriens résidant à l’extérieur, cette nouvelle demeure dont nous vous ouvrons largement les portes, est la vôtre. Elle sera ce que vous voudrez bien en faire. Toutes les filles et tous les fils e la Côte d’Ivoire qui vivent hors des frontières nationales y ont leur place. Nul ni personne n’en sera exclu. Elle sera à l’image de notre cher pays dont la commune volonté des populations de partager le même destin, au-delà des clivages politiques, ethniques, religieux ou sociaux, est plus forte que ce qui les divise.

Ca fait débat" Présenté par Adile Farquane/ Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud

Adile Farquan "Ca fait débat" Reçois Samedi 19h30 sur Télésud / Adama Diomande: Président ADDL (Association pour la défense de la democratie et des libertés) Willy Bla: Président du (CRI Panafricain) Makaila Nguebla: Blogueur Loic Mpango : Présidente du Think Tank Kameroun Initiatives Télésud est disponible: Orange: canal 551, SFR: canal 556, Bbox: canal 660, Numericable: canal 414, et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons) Diffusion Numéro 23 TNT France Dimanche: 6h Programme des débats : 1- Côte d’Ivoire : "Personne n’ira à la CPI", selon Alassane Ouattara 1- Le Président ivoirien Alassane Ouattara a assuré, dimanche, que toutes les personnes responsables de crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 seront jugées en Côte d’Ivoire. Réactions? 2- Alassane Ouattara en a profité pour lancer un message à l’opposition : il n’y aura de grâce que si l’ancien régime de Laurent Gbagbo demande pardon aux Ivoiriens. 3- Le chef d’Etat ivoirien Alassane Ouattara va être investi candidat officiellement pour la prochaine élection présidentielle, le 25 avril prochain. 4- Le Président sortant apparaît largement favori à l’approche de la Présidentielle. Favori? 5- Il est soutenu par une coalition de quatre partis, alliés à celui dont il fait partie, le Rassemblement des Républicains. Il s’agit du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le Mouvement des forces d’avenir (MFA) ainsi que l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI). 6- L’imposition de la candidature unique d’Alassane Ouattara au RHDP n’a pourtant pas été facile. Une scission est même en cours au sein du PDCI à l’initiative de quatre cadres de ce parti qui contestent « l’appel de Daoukro » lancé par leur président Henri Konan Bédié pour un soutien au Président sortant. 7-Face à une opposition elle aussi en crise, notamment au sein du Front populaire ivoirien (FPI) qui se déchire entre le camp de Pascal Affi N’Guessan et celui d’Abou Drahamane Sangaré 2- Tchad : Idriss Déby malade, sa succession en question! 1- La santé du Président tchadien Idriss Déby se détériore. Après un énième malaise, le fils d’Idriss Déby ambitionne de prendre la place de son père. Qu'en pensez-vous? 2- Capacité à diriger le pays? 3- Son fils Mahamat Kaka, interessé par le pouvoir, a sécurisé la Présidence et retiré le passeport du président de l’Assemblée nationale afin d’éviter qu’il se proclame président par intérim. conserver le pouvoir? 4- le pouvoir ne peut échapper à son fils? 5- Qui pour gouverner? 3- Manifestations en Guinée ou querelle entre pouvoir et opposition 1- Cette querelle entre le pouvoir et l’opposition en Guinée s’estompera un jour? 2- L’opposition réclame l’organisation d’élections législatives libres et démocratiques. 3- La police a tiré à balles réelles sur les manifestants de l’opposition à Conakry. 4- Peine à présenter une véritable alternative au Président Condé? 5- Président Condé: autoritarisme? refusant de répondre aux requêtes de l’opposition. Seconde Partie de l'émission: Invité: Monsieur Oswald Homéky -Président du Front pour l'Alternance au Bénin (FAL). Programme des débats :Télésud est disponible: Diffusion Samedi 19h30 sur Télésud (Orange: canal 551,) (Bbox: canal 660,) (Bbox: canal 660,)(Free: canal 167,) Numericable: canal 414, et en Afrique, canal 33 sur Canalsat (Horizons) rediffusions: Dimanche : 13h Lundi:00h00 :

AGRO-INDUSTRIE Côte d'Ivoire : Olam inaugure sa deuxième usine de transformation du cacao

AGRO-INDUSTRIE Côte d'Ivoire : Olam inaugure sa deuxième usine de transformation du cacao Le géant singapourien de l'agro-industrie Olam a inauguré une usine de transformation du cacao, à San Pedro. L'unité, qui a nécessité 75 millions de dollars d'investissement, dispose d'une capacité de 75 000 tonnes. Le groupe Olam a inauguré le 7 mars une usine de transformation de cacao à San Pedro, en Côte d'Ivoire. Baptisée Olam Cocoa Processing, cette unité de 75 000 tonnes est le 12e broyeur du pays et le 6e dans cette ville portuaire. Elle a demandé 75 millions de dollars d'investissements et emploie 450 salariés. Cette ouverture permet à Olam de doubler ses capacités de production à San Pedro. Le groupe singapourien, qui a racheté l'activité cacao de l'américain ADM en décembre, devrait également récupérer l'usine de ce dernier à Abidjan, d'une capacité de 86 000 tonnes, si l'opération est confirmée par les autorités de régulation de la concurrence, devenant n°1 du broyage de Cacao en Côte d'Ivoire. Avantages fiscaux Avec cette nouvelle unité, les capacités de broyage du cacao installées en Côte d'Ivoire dépassent désormais les 700 000 tonnes selon les chiffres du ministère de l'Industrie, soit près d'un tiers de la production cacaoyère. Cette usine est un plus pour la Côte d'Ivoire qui compte transformer 50 % de sa production de cacao d'ici à 2020. Cet objectif est toutefois contrarié par les hésitations des industriels, qui demandent le rétablissement d'avantages fiscaux accordés pour la transformation de cacao supprimés durant la campagne 2012-2013. "Nous ne sommes plus vraiment incités à investir dans la transformation puisque nous sommes taxés au même niveau que les exportateurs de fèves", regrette un industriel qui a requis l'anonymat. Jean-Claude Brou, le ministre de l'Industrie et des Mines, prévoit d'organiser une grande rencontre avec les broyeurs de cacao en avril pour réfléchir aux moyens de relancer l'industrialisation de cette filière stratégique. Malgré l'embellie des cours mondiaux du cacao, la sécheresse devrait entraîner une baisse d'environ 10 % de la production des deux leaders mondiaux du cacao cette année, la Côte d'Ivoire et le Ghana. Baudelaire Mieu, à San Pedro/http://www.jeuneafrique.com Chacun de leur côté, deux opérateurs boursiers américains s'apprêtent à lancer de nouveaux marchés libellés dans la monnaie unique européenne. mardi 27 janvier 2015 14:04 PAR EMIKO TERAZONO www.jeuneafrique.com Et les négociants de fèves, qu'en disent-ils ? En s'exportant en Europe, la bataille pour le contrôle du marché du cacao, qui oppose deux opérateurs boursiers américains, devrait avoir une conséquence inattendue : la fève, qui s'échangeait jusqu'à présent en dollars (à New York) et en livres sterling (à Londres), pourra bientôt l'être en euros. Car l'un des deux protagonistes, Intercontinental Exchange (ICE), qui détient déjà les marchés américain et londonien, entend en lancer un troisième en avril, toujours à Londres mais avec des contrats libellés dans la monnaie unique européenne, via sa filiale ICE Futures Europe. Le groupe basé à Atlanta entend ainsi rattraper - et devancer - son concurrent de Chicago, CME Group, qui avait annoncé en juin 2014 son intention de lancer cette année en Europe un projet identique. Pour Olam, le négoce ne suffit pas Parmi les géants de la transformation de la fève, il y a bien sûr l'américain Cargill et le suisse Barry Callebaut. Désormais, il y a aussi le singapourien Olam. En pleine stratégie de recentrage, le groupe asiatique a annoncé, le 16 décembre, le rachat des activités cacao de l'américain Archer Daniels Midland (ADM), l'un des leaders historiques dans ce domaine. Montant de l'opération : 1,3 milliard de dollars (environ 1 milliard d'euros). Sont concernés des usines de transformation de fèves dans sept pays (Pays-Bas, Allemagne, Brésil, Singapour, Canada, Côte d'Ivoire et Ghana), pour une capacité totale de 600 000 tonnes par an, dix entrepôts, quatre centres d'innovation, les marques deZaan et Unicao, ainsi qu'un réseau de commercialisation dans seize pays. Olam, qui opérait déjà dans le négoce de cacao et plus marginalement dans sa transformation (poudre, beurre et liqueur), porte ainsi sa capacité totale de transformation à 700 000 tonnes par an et sa part de marché à environ 16 %. Convaincant Alors que le marché à terme de New York est notamment porté par des fonds spéculatifs et des financiers, celui actuellement opérationnela à Londres est un marché physique où les traders négocient directement leur cacao en Afrique de l'Ouest pour les pays importateurs. L'objectif d'ICE, en lançant ce nouveau projet, est d'empêcher un mouvement de ces négociants de cacao vers le futur marché en euros de CME Group. Il faut dire qu'en juin Tim Andriesen, le directeur général de CME Group, s'était montré convaincant lorsqu'il avait martelé à Reuters que l'actuel marché de Londres pouvait être amélioré. "Avec beaucoup de contrats livrés physiquement, il s'agit de trouver le bon timing entre la livraison et le stockage. C'est un marché difficile, mais nous avons cent soixante ans d'expérience aux États-Unis", avait-il expliqué à l'agence. Voyant son marché en livres sterling menacé par la concurrence, David Peniket, le directeur général d'ICE Futures Europe, a pris les devants. "En nous appuyant sur une vaste consultation du marché, nous estimons qu'il y a une réelle demande, portée par une nécessité commerciale, pour que les contrats de cacao soient libellés en euros", a-t-il estimé. L'Europe étant la plus grande zone de consommation de chocolat et de confiseries, un marché libellé dans la monnaie unique peut effectivement attirer les négociants et les fabricants qui cherchent à couvrir leurs positions. D'ailleurs, les grandes entreprises de transformation de la fève telles que Cargill, Barry Callebaut et Archer Daniels Midland (ADM) semblent soutenir l'idée de ce nouveau marché, car il les aiderait à réduire leurs coûts de couverture de change. D'autant que le franc CFA - qui a notamment cours en Côte d'Ivoire, premier producteur de cacao avec 1,4 million de tonnes en 2014 - est arrimé à l'euro. Pour les acteurs du cacao basés dans les pays producteurs d'Afrique centrale et d'Afrique de l'Ouest membres de la zone CFA, "l'introduction du contrat à terme libellé en euros sera donc bénéfique", indique Jean-Marc Anga, directeur de l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Attentisme Reste que le projet ne fait pas l'unanimité. Le cacao est un marché de niche (estimé à moins de 13 milliards d'euros par an) avec, à la différence des opérations à terme d'autres produits agricoles comme le maïs et le soja, de faibles niveaux de liquidité. D'après les négociants, les volumes ne peuvent pas supporter trois marchés en Europe. Derek Chambers, chargé du cacao chez Sucres et denrées (Sucden), à Paris, affirme : "Le marché est absolument partagé sur la question." D'après lui, la plupart des commerçants ont la capacité de couvrir leur exposition aux devises, et nombre d'entre eux auront une approche attentiste et observeront l'attractivité qu'exercera l'initiative d'ICE. www.jeuneafrique.com

LE DISCOURS DE LA PREMIÈRE DAME LORS DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2015 A SAN PEDRO

8 mars 2015, 17:52 Je suis particulièrement heureuse d'être avec vous aujourd’hui à San Pedro, pour célébrer, comme chaque année, la journée internationale de la femme en compagnie de mes sœurs. Avant tout propos, je voudrais remercier mon cher époux, le Président Alassane OUATTARA, et monsieur le Premier Ministre Daniel KABLAN DUNCAN qui nous font l’honneur de fêter cet évènement avec nous aujourd’hui. En effet, mes chères sœurs, le Président de la République a demandé que la visite d’Etat dans le Bas Sassandra soit prolongée d’une journée, afin que le Gouvernement soit à nos côtés aujourd’hui. Cela mérite tous nos applaudissements. Je remercie également les membres du Gouvernement présents avec nous ce matin et plus particulièrement nos sœurs Ministres que je vous demande d’applaudir aussi bien fort.

Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 04 Mars 2015

Le mercredi 04 mars 2015, un Conseil des Ministres s’est tenu de 17h00 à 19h30 à San Pedro, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat. L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants: A/-Mesures Générales -Projets de décrets B/-Mesures Individuelles C/-Communications D/-Divers A/ - MESURES GENERALES PROJETS DE DECRETS 1-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Infrastructures Economiques ; Le Conseil a adopté un décret portant ratification de l’Accord de prêt n°1632P d’un montant total de huit millions cinq cent mille (8 500 000) dollars US, soit environ quatre milliards huit cent quatre-vingt-dix millions (4 890 000 000) de francs CFA, conclu le 10 février 2015 entre le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) et la République de Côte d’Ivoire, en vue du financement du Projet d’approvisionnement en eau potable de la ville d’Aboisso dans la Région de l’Est de la Côte d’Ivoire. Le projet permettra d’améliorer l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Aboisso. Il comprend la construction d’infrastructures hydrauliques, dont des unités de traitement d’eau, des réservoirs de stockage, des conduites de transport, des réseaux de distribution et des stations de pompage. 2-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances, le Ministère de l’Industrie et des Mines et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté un décret portant reconnaissance de l’Organisation Interprofessionnelle Agricole de la filière Palmier à Huile. Ce décret reconnait, conformément à la règlementation en vigueur, l’Association Interprofessionnelle de la filière Palmier à Huile, en abrégé AIPH, comme organisation interprofessionnelle agricole de la filière palmier à huile. 3-Au titre du Ministère de l’Industrie et des Mines, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté quatre (04) décrets portant attribution de permis de recherche minière valables pour le nickel et le cobalt à la Société Nickel de l’Ouest de la Côte d’Ivoire (NOCI):
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°587 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Touba et Biankouma ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°588 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Touba et Biankouma ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°585 au registre spécial de la conservation minière, dans le Département de Sipilou ;
• un décret portant attribution d’un permis de recherche minière, inscrit sous le n°586 au registre spécial de la conservation minière, dans les Départements de Sipilou et Touba. Ces permis de recherche minière sont délivrés pour une période de quatre (04) ans. B/- MESURES INDIVIDUELLES Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ;

Le Conseil a donné son accord en vue de la nomination de deux Ambassadeurs :
• Monsieur Andrzej DYCHA, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République de Pologne près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Abuja au Nigéria;
• Madame Caroline GUDENUS, en qualité d’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République d’Autriche près la République de Côte d’Ivoire, avec résidence à Dakar au Sénégal. C/- COMMUNICATIONS 1-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ;

Le Conseil a adopté une communication relative au relevé de conclusions des revues sectorielles de projets du 1er Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Les revues sectorielles des projets du 1er C2D se sont déroulées du 12 au 15 janvier 2015. A l’occasion de ces travaux, les ministères techniques ont présenté l’état d’avancement des projets et programmes d’activités du 1er C2D relevant de leurs compétences. Il apparait que la mise en œuvre des projets du 1er C2D, au cours de l’année 2014, a connu une avancée globalement satisfaisante avec la mise en route de la quasi-totalité des programmes. Ainsi, l’année 2015 consacrera la fin et l’inauguration des premiers grands projets du C2D. Ces réalisations devraient porter à environ 300 milliards de francs CFA, soit près de 75% du montant du 1er C2D, le cumul des ressources du C2D directement injectées dans l’économie ivoirienne à fin décembre 2015. Dans le cadre du 2e C2D signé en décembre 2014, les missions d’instruction ont commencé et se poursuivent pour la signature des conventions d’affectation des projets du 1er C2D reportés sur le 2e C2D. 2-Au titre du Premier Ministre, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’Africa CEO Forum 2015, du 15 au 18 mars 2015, à Genève (Suisse). Le Premier Ministre, Ministre de l’Economie, des Finances et du Budget, se rendra, du 15 au 18 mars 2015 à Genève, en Suisse, en vue de prendre part à l’Africa CEO Forum. Créé en 2012 par la Banque Mondiale, en partenariat avec le magazine international « Jeune Afrique », l’Africa CEO Forum est une plateforme de rencontre et d’échanges qui a la particularité de réunir les entrepreneurs et les dirigeants politiques africains. Cette édition de l’Africa CEO Forum qui a pour thème: « l’Entreprise, Moteur de la Croissance Africaine », met la Côte d’Ivoire à l’honneur. Aussi diverses activités seront-elles entièrement consacrées à notre pays. Il s’agit notamment des sessions « Investir en Côte d’Ivoire » et « Quelles opportunités pour investir en Côte d’Ivoire ». Ces sessions présenteront la dynamique de l’économie ivoirienne et les opportunités d’affaires dans notre pays. 3-Au titre du Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative aux stratégies et aux diligences concernant l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au Programme du Millenium Challenge Corporation (MCC). Après trois années d’efforts soutenus, et en récompense des gains de compétitivité qu’il a réalisés, notre pays a été admis au programme seuil ou Threshold du MCC. En effet, de cinq indicateurs en 2012, la Côte d’Ivoire est passée en 2014 à dix indicateurs satisfaisants, dont l’indicateur obligatoire «Contrôle de la corruption» pendant deux années consécutives (2013-2014) et l’indicateur éliminatoire «Libertés civiles». Pour l’année 2015, en vue d’assurer son éligibilité au programme Compact du MCC, la Côte d’Ivoire entend réaliser des niveaux de performances plus importants aux plans de la bonne gouvernance, de la santé de l’enfant et de l’éducation primaire. 4-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’exécution des réformes « Doing Business » 2015. La Côte d’Ivoire est engagée depuis trois ans dans le processus de réforme « Doing Business » pour l’amélioration de son environnement des affaires. Depuis lors, notre pays n’a cessé de progresser dans le classement des pays les plus réformateurs au monde. Le rapport « Doing Business » 2015 indique que la Côte d’Ivoire a été classée, pour la deuxième année consécutive, parmi les dix premiers pays les plus réformateurs et qu’elle a été le seul pays à avoir réalisé cette performance. Le Conseil, tout en se félicitant de cette performance, a exhorté le Ministre chargé de l’Economie et des Finances et l’ensemble des ministres concernés à redoubler d’effort dans la poursuite des réformes en vue d’améliorer significativement le rang de notre pays au classement général et de le faire figurer ainsi parmi les meilleures performances mondiales au classement « Doing Business » 2016. 5-Au titre du Ministère de l’Agriculture, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère du Plan et du Développement, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, le Ministère des Eaux et Forêts et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à la création de deux Centres de Formation Professionnelle Agricole Intégrée à San Pedro et à Korhogo. Dans le cadre du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA), destiné à améliorer la productivité et la compétitivité du secteur agricole, le Gouvernement a engagé une réforme du système de formation agricole qui intègre la mise en place de ces centres de formation. Ceux-ci seront implantés dans les zones agro-écologiques Sud, Nord, Centre, Ouest et Est de notre pays. Ces centres auront la mission de moderniser progressivement les exploitations agricoles de leurs aires d’intervention, en prenant appui sur l’ensemble de la chaîne de production et de transformation, la recherche appliquée et les besoins des consommateurs. Chaque centre aura un lien fonctionnel avec les fermes expérimentales, les centres et les stations de recherche, les structures d’encadrement, les complexes agro-industriels et les organisations professionnelles agricoles. Le Conseil a donné son accord pour la mise en place du centre de formation professionnelle agricole intégrée de la zone Sud, qui sera implanté à San-Pedro et de celui de la zone Nord, à Korhogo. Ces deux centres pilotes accompagneront les réformes des principales filières agricoles du Sud que sont le café et le cacao et celles du Nord constituées par le coton et l’anacarde. Les travaux de construction de ces centres qui, à terme, visent le renouvellement de la classe paysanne avec des agriculteurs formés aux techniques modernes, débuteront en septembre 2015. Les activités de ces centres sont prévues pour démarrer en janvier 2016. 6-Au titre du Ministère de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à la consolidation du secteur de la Téléphonie Mobile et à l’optimisation de l’utilisation des ressources spectrales. Le secteur de la téléphonie mobile a connu, au cours des dernières années, une forte expansion avec l’habilitation par l’Etat de neuf (09) opérateurs de téléphonie. Toutefois, la quasi-totalité de l’offre du marché est assurée par trois opérateurs (Orange-CI, MTN-CI et MOOV-CI). Les abonnés de ces trois opérateurs, qui représentent 94% du parc ne disposent que de 50% des ressources spectrales, et 34% des bandes GSM sont réservées à l’utilisation de seulement 1,59% des abonnés. Aussi, en vue de corriger ce déséquilibre et d’optimiser l’utilisation des ressources spectrales, le Conseil a-t-il autorisé la consolidation du marché de la téléphonie mobile autour d’un maximum de quatre (04) opérateurs, suivant l’expérience de nombreux pays européens et africains. Cette réforme permettra au Gouvernement de relever la qualité technique de l’offre de téléphonie et de relever la valeur économique du marché de la téléphonie mobile en Côte d’Ivoire. 7-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget ; Le Conseil a adopté une communication relative à la gestion des marchés publics à fin décembre 2014 . Les prévisions budgétaires de l’exercice 2014 ont identifié, sur un budget initial de 4407,5 milliards de francs CFA, 3979 lignes éligibles à la procédure des marchés publics pour un montant total de 1907,1 milliards de francs CFA. A fin décembre 2014, le nombre total de marchés approuvés s’élève à 3776 pour une valeur totale de 985,4 milliards de francs CFA, ce qui représente une hausse de 42,3% par rapport à l’exercice budgétaire 2013. Dans le détail, les marchés passés par appels d’offres ouverts représentent 58,7% en nombre et 61,1% en valeur des marchés approuvés. Les marchés passés par appels d’offres restreints représentent 8,8% en nombre et en valeur. Quant aux marchés de gré à gré, ils représentent 5,6% en nombre et 23% en valeur. Le Conseil note que la gestion des marchés publics en 2014 est satisfaisante. Le recours à l’appel d’offres redevient le principe d’acquisition des biens et services et les délais de passation des marchés connaissent une réduction importante par rapport aux années précédentes. 8-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’exécution du budget à fin décembre 2014. Le Budget de l’année 2014 a été adopté initialement en ressources et en dépenses à 4248,3 milliards de francs CFA. Les bonnes tendances observées au niveau de la conjoncture économique et financière et les ajustements indispensables à la bonne conduite de la gestion ont amené à l’adoption d’un collectif budgétaire qui a porté le niveau du budget à 4407,5 milliards de francs CFA. L’exécution de ce collectif budgétaire a bénéficié d’un contexte socio-économique apaisé et d’un environnement social progressivement décrispé. Ainsi, à fin décembre 2014, les ressources de l’Etat mobilisées se chiffrent à 4731,6 milliards de francs CFA pour une prévision de 4750,4 milliards de francs CFA, soit un taux de réalisation de 99,6%. Ce niveau de réalisation est sous-tendu par la progression de la mobilisation des ressources intérieures et le succès de la Côte d’Ivoire sur les marchés financiers internationaux. Les dépenses programmées pour l’année 2014 ont été exécutées à hauteur de 4243,5 milliards de francs CFA pour un objectif de 4367,2 milliards, soit un taux de réalisation de 97,2%. En effet, les mesures d’encadrement de la gestion budgétaire ont permis de contenir les charges de fonctionnement dans les limites des objectifs. Toutefois, un accent particulier a été mis sur la lutte contre la pauvreté, avec des dépenses pro pauvres qui se sont élevées à 1622 milliards de FCFA pour un objectif de 1521 milliards de FCFA, en progression de 21,3% par rapport à 2014. 9-Au titre du Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, en liaison avec le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères ; Le Conseil a adopté une communication relative à l’adhésion de la Côte d’Ivoire à l’Initiative Africaine Concertée sur la Réforme Budgétaire (Collaborative Africa Budget Reform Initiative : CABRI). Le CABRI ou l’Initiative Africaine Concertée sur la Réforme Budgétaire est un réseau d’acteurs de haut niveau en matière budgétaire des ministères africains des finances ou de la planification. Ce réseau de professionnels a été créé en 2007 en Afrique du Sud dans le but de promouvoir une gestion plus efficace des finances publiques, de façon à stimuler la croissance économique et à renforcer les prestations de services en Afrique. Le Conseil a donné son accord en vue de l’adhésion de la Côte d’Ivoire à cette plate-forme de partage et d’échange d’expériences. D/-DIVERS Au titre du Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ; Le Préfet de la Région de San Pedro, Préfet du Département de San Pedro a présenté, à la demande du Chef de l’Etat, une communication relative à la situation administrative et socio-économique dans la Région de San Pedro. Cette communication a, dans un premier temps, présenté les données géographiques et l’organisation administrative de la Région de San Pedro. Le Préfet de Région a ensuite dressé un état des lieux des infrastructures et des activités socio-économiques de la région avant d’évoquer les difficultés auxquelles la Région est confrontée, ainsi que les attentes des populations. Le Conseil a noté avec un grand intérêt ces préoccupations et s’est engagé à y apporter les réponses appropriées dans les meilleurs délais. Ainsi, des mesures importantes ont été prises qui contribueront à la redynamisation de l’activité économique dans la région, à l’amélioration sensible du niveau des infrastructures ainsi que du cadre de vie des populations. Ces mesures seront annoncées par le Chef de l’Etat lors des échanges qu’il aura avec les populations de la région au cours des prochains jours.

Fait à San Pedro, le 04 mars 2015
Bruno Nabagné KONE Ministre de la Poste et des TIC Porte-parole du Gouvernement Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Date parution: Vendredi, 6 Mars, 2015 - 15:30 Source du communiqué: Ministère

Trois Européens et deux Maliens abattus dans un restaurant de Bamako

Trois Européens, dont un Français et un Belge, et deux Maliens ont été abattus dans la nuit de vendredi à samedi dans une attaque contre un restaurant de Bamako, ont annoncé la police et une source hospitalière. Le président François Hollande a dénoncé "avec la plus grande force le lâche attentat" commis à Bamako et va "offrir l'aide de la France" au président malien Ibrahim Boubakar Keïta, a indiqué la présidence française dans un communiqué. Selon la police malienne, au moins un homme armé est entré peu après minuit heure locale dans le restaurant La Terrasse, situé dans un quartier de la capitale malienne apprécié des expatriés, et a ouvert le feu, selon la police. "C'est une attaque terroriste, même si nous attendons des précisions. Selon un bilan provisoire, il y a quatre morts: un Français, un Belge et deux Maliens", a déclaré un policier sur place à l'AFP. Mais une source à l'hôpital Gabriel Toure de Bamako a ensuite indiqué qu'un troisième Européen, dont la nationalité n'a pas pu être établie immédiatement, était mort lors de son admission dans cet établissement. De plus, huit personnes ont été blessées, selon cette source hospitalière. Paris a confirmé la probabilité du décès d'un Français. "ll y a très vraisemblablement un Français, en cours d'identification, parmi les cinq victimes ayant trouvé la mort. Il n'y aurait pas de Français, en revanche, parmi les blessés, mais des vérifications sont en cours", indique le communiqué de la présidence. Un quotidien privé de Bamako, Le Combat, a affirmé sur son site web qu'un homme et une femme avaient ouvert le feu avec des armes de gros calibre pendant qu'un troisième assaillant montait la garde à l'entrée du restaurant, mais cette information n'a pas pu être vérifiée immédiatement. Selon ce même quotidien, des témoins ont déclaré avoir vu les agresseurs s'échapper dans au moins deux véhicules, une Mercedes noire et une BMW. - "offrir l'aide de la France" - L'ambassade de France "a constitué une cellule de crise, averti les Français dès cette nuit et renforcé la sécurité de nos implantations en liaison avec les autorités maliennes", a indiqué la présidence française. M. Hollande "va s'entretenir avec le président du Mali Ibrahim Boubakar Keïta pour lui témoigner sa sympathie, son amitié et lui offrir l'aide de la France", déclare le communiqué. Selon un correspondant de l'AFP sur place, des pompiers ont sorti sur une civière le corps d'un Français tué dans l'établissement La Terrasse, un restaurant-nightclub situé dans le quartier très fréquenté de l'Hippodrome. Dans une rue voisine du bar, le corps d'un policier malien et celui du gardien d'un domicile privé gisaient au sol, alors qu'un peu plus loin le corps d'un ressortissant belge était également visible. Des dizaines de policiers ont bouclé le secteur, et les rares témoins directs de l'événement refusaient de témoigner par peur de représailles. L'ambassade de France à Bamako a adressé un message conseillant "la prudence" à tous les ressortissants français vivant dans la capitale malienne. Le Mali est le théâtre de rivalités ethniques et d'une insurrection islamiste et tente de retrouver la stabilité et la paix depuis un coup d'Etat en 2012. Des jihadistes liés à Al-Qaïda ont contrôlé une grande partie du territoire pendant plus de neuf mois jusqu'à ce qu'une intervention militaire française les chasse en partie de la région. (AFP 07/03/15) Au moins cinq morts dans une fusillade au cœur de Bamako Un commando armé a fait irruption dans un bar-restaurant et a déclenché une fusillade. Dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mars, un commando armé a fait irruption dans le bar-restaurant La Terrasse, à Bamako, et déclenché une fusillade. Au moins cinq personnes sont mortes, dont trois Européens et notamment un Français et un Belge, ainsi que deux Maliens. Il y a également de nombreux blessés. Peu après minuit, heure locale, un homme commence à lancer des grenades dans une rue du centre de la capitale malienne. Dans le quartier de l'Hippodrome, la rue « Princesse », comme elle est surnommée, abrite de nombreux bars et restaurants. Elle est très fréquentée, notamment par des Occidentaux, surtout le vendredi soir. Après avoir lancé plusieurs grenades, dont certaines n'ont pas explosé, l'homme s'engouffre dans l'établissement appelé La Terrasse, il monte à l'étage et commence à mitrailler à l'arme automatique, avant de prendre la fuite dans un véhicule conduit par un complice. Les deux hommes sont cagoulés. Peu après avoir quitté les lieux de l'attaque, ils croisent une voiture de police et tirent à nouveau. (RFI 07/03/15)

Top Des 29 Milliardaires Africains En 2015/ Les milliardaires africains selon Forbes (2015)

Dans le classement Forbes 2015 des milliardaires dans le monde, on retrouve 29 africains. Le nombre des personnes disposant de plus d’un milliard de dollars n’a pas évolué (1191 milliardaires). Si le magnat sud-africain des mines Desmond Sacco et l’homme d’affaires marocain Anas Sefrioui (immobilier) ont quitté le classement, deux nouveaux africains ultra-riches font leur entrée dans la liste. Il s’agit du tanzanien Mohamed Dewji (39 ans) dont le groupe opère dans le textile et les biens de consommation et du nigérian Femi Otedola (50 ans) qui contrôle la compagnie pétrolière Forte Oil. Folorunsho Alakija (Nigeria) et Isabel dos Santos (Angola) sont les deux seules milliardaires femmes sur le continent. Le nigérian Aliko Dangote occupe toujours la tête de la liste avec 15,7 milliards de dollars. Il est suivi par le sud-africain Johann Rupert et famille avec 7,4 milliards de dollars. Notons que la liste contient 7 sud-africains, 5 nigérians, 8 égyptiens, 3 marocains. Un classement dominé par les anglophones. Voici la liste des milliardaires africains, selon Forbes : 1) Aliko Dangote: 15,7 milliards de dollars (Nigeria) 2) Johann Rupert et famille: 7,4 milliards de dollars (Afrique du Sud) 3) Nicky Oppenheimer et famille : 6,7 milliards de dollars (Afrique du Sud) 4) Christoffel Wiese: 6,3 milliards de dollars (Afrique du Sud) 5) Nassef Sawiris: 6,3 milliards de dollars (Egypte) 6) Mike Adenuga: 4 milliards de dollars (Nigeria) 7) Mohamed Mansour: 4 milliards de dollars (Egypte) 8) Nathan Kirsh: 3, 9 milliards de dollars (Swaziland) 9) Isabel Dos Santos: 3,1 milliards de dollars (Angola) 10) Issad Rebrab: 3,1 milliards de dollars (Algérie) 11) Naguib Sawiris: 3,1 milliards de dollars (Egypte) 12) Youssef Mansour: 2,9 milliards de dollars (Egypte) 13) Koos Bekker: 2,3 milliards de dollars (Afrique du Sud) 14) Othman Benjelloun: 2,3 milliards de dollars (Maroc) 15) Yasseen Mansour: 2,3 milliards de dollars (Egypte) 16) Patrice Motsepe: 2,1 milliards de dollars (Afrique du Sud) 17) Stephen Saad: 2,1 milliards de dollars (Afrique du Sud) 18) Mohamed Al Fayed: 2 milliards de dollars (Egypte) 19) Folorunsho Alakija: 1,9 milliard de dollars (Nigeria) 20) Onsi Sawiris: 1,8 milliard de dollars (Egypte) 21) Aziz Akhannouch: 1,7 milliard de dollars (Maroc) 22) Allan Gray: 1,6 milliard de dollars (Afrique du Sud) 23) Miloud Chaabi: 1,3 milliard de dollars (Maroc) 24) Mohammed Dewji: 1,3 milliard de dollars (Tanzanie) 25) Samih Sawiris: 1,1 milliard de dollars (Egypte) 26) Sudhir Ruparelia : 1,1 milliard de dollars (Ouganda) 27) Femi Otedola : 1 milliard de dollars (Nigeria) 28) Abdulsamad Rabiu: 1 milliard de dollars (Nigeria) 29) Rostam Aziz : 1 milliard de dollars (Tanzanie) 06 mar, 2015 Par OEIL D'AFRIQUE /http://oeildafrique.com
S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px