Bannière

Log in

Interview / Le grand retour du Docteur Saraka Konan Adolphe, PCA de l’ARRE et par ailleurs, Membre Fondateur, Membre du Conseil Politique et Coordonnateur Régional Associé du RHDP du Gbèkè, EX DEPUTE

Spécial Interview / Le grand retour du Docteur Saraka Konan Adolphe, PCA de l’ARRE et par ailleurs, Membre Fondateur, Membre du Conseil Politique et Coordonnateur Régional Associé du RHDP du Gbèkè, EX DEPUTE

« J’ai toujours été Alassaniste bien que non militant du Rdr et je suis heureux de militer activement aujourd’hui au Rhdp à ses côtés, lui qui aspire au rassemblement de tous les Houphouétistes de manière inclusive. » Le challenge du LION sur le terrain politique a BEOUMI dans le pays du peuple Kodè

**Depuis un moment, on vous voit beaucoup sur le terrain ici à Béoumi. Est-ce le grand retour du vieux "lion"? 

La vie politique est comme une sinusoïde, elle a des hauts et des bas. Le silence n’est pas la mort politique mais plutôt un retrait stratégique dans la chambre noire pour méditer et reprendre des énergies nouvelles afin de mieux faire. Contrairement à ce que vous dites je suis le cadre politique de Béoumi qui connaît le mieux le terrain politique tant géographiquement que sociologiquement pour l’avoir parcouru énormément. Aussi, plus régulier que moi à Béoumi, sans vantardise aucune, je peux affirmer que je ne suis pas le dernier sinon que le tout premier.

**Béoumi est réputée être un des bastions du PDCI-RDA. Croyez-vous en la percée du RHDP ? 

Je ne sais pas si Béoumi est le bastion du PDCI tant depuis plus d’une décennie les élus de Béoumi sont quasiment tous indépendants tant les candidats PDCI sont tous battus. Il est vrai que le peuple de Béoumi est fermement Houphouetiste bien que Béoumi ait malheureusement toujours été délaissé par les animateurs du Pdci dans son développement. Figurez-vous que jamais le Pdci-Rda n’a décoré un seul militant de Béoumi de son vivant. Incroyable ! Je dis cela sans animosité aucune pour des politiques mais la vérité est têtue. J’ai été battu aux élections législatives dernières à Béoumi par une coalition PDCI-RDR-Udpci fortement soutenue par les dirigeants de mon parti d’alors, le PDCI-RDA ; c’est dire que ma popularité est réelle et vivante puisque non altérée. Cela s’est constaté lors de mes récentes tournées à travers tous les villages du pays Kodè. A terme ce serait idiot pour nous cadres de Béoumi de ne pas vouloir conduire nos populations paysannes vers un mieux-être égoïstement par dogmatisme politique et ethnique. J’ai confiance au peuple Kodè qui a pris conscience lui-même de ce que son développement est au Rhdp et nulle part ailleurs. Mon retour en politique au niveau local s’explique par ma volonté de contribuer d’une part à recréer un vrai climat de paix observé jadis à Béoumi dans le respect des différences et la considération des us et coutumes. D’autre part, à apporter ma pierre à l’édification d’une Côte d’Ivoire inclusive et rassemblée pour transformer ensemble notre pays.

***Béoumi, votre "fille ainée" se meurt. Quel regard portez-vous sur la cité du Goli et comment comptez-vous vous y prendre pour la sortir de ce coma? 

Votre image me fait être le père de Béoumi alors que je ne suis bien qu’un des dignes fils de Béoumi qui ne rêve que de son évolution et de sa transformation radicale. Depuis mon repli de la politique locale, très peu de choses ont été menées dans le sens du bien-être de nos populations. Il faut donc rassembler et taire nos égoïsmes et notre égo pour promouvoir nos cadres et aider nos parents. J’ai beaucoup souffert personnellement des événements communautaires de Béoumi qui ont opposé les Baoulés et les malinkés avec une récupération non moins politique des clans adverses des deux côtés pourtant supposés amis. En effet en 2011, j’étais en campagne électorales aux élections législatives dans un village et sur le chemin de retour de ma campagne, des jeunes ont été commis pour retirer les planches sur le pont en bois de la rivière pour que je ne puisse pas le traverser en voiture. J’ai dû abandonner mon véhicule pour enjamber la rivière. Première Violence politique à Béoumi ! En décembre 2016, aux élections législatives, des jeunes abreuvés et manipulés par mes adversaires politiques m’ont empêché de tenir meeting puis lapidé mes véhicules et brisé les vitres des véhicules 4x4 de mon cortège sans aucune réaction. Deuxième violence politique à Béoumi!! Ce n’est donc pas étonnant que des violences naissent en octobre 2018 après les élections municipales tant les ingrédients, les récipients et les cuisiniers étaient et réunis. Le reste n’est qu’une suite logique. 

**** Elu souvent sous la bannière indépendante et candidat malheureux aux dernières législatives, aujourd’hui, vous militez pour le Rhdp. Pourquoi ce changement de cap, est-ce un nouveau challenge ?

Je suis politiquement correct et reconnais ma défaite non moins inélégante et non probe aux précédentes élections législatives. En effet, une coalition circonstancielle, expéditive, vindicative du Pdci-Rda -Rdr-Udpci, comme je l’ai dit, m’a vaincu par tous les moyens et, élégamment, je me suis plié. J’ai toujours été Alassaniste bien que non militant du Rdr et je suis heureux de militer activement aujourd’hui au Rhdp à ses côtés, lui qui aspire au rassemblement de tous les Houphouétistes de manière inclusive. Paradoxalement, au moment où j’adhère à la volonté de mon parti, le Pdci-Rda, de venir au RHDP pour lequel il m’a vigoureusement et violement combattu, celui-ci quitte le bateau pour se réfugier au Fpi. Rires ! Moi, je me sens mieux au RHDP que m’a recommandé le Pdci-Rda et j’ai la conviction que dans l’union, nous ferons triompher le candidat du RHDP aux prochaines élections présidentielles partout en Côte d’Ivoire et particulièrement à Béoumi, c’est pourquoi, je demande aux acteurs locaux qui ont des agendas individuels cachés, de taire leurs ambitions afin de ne pas contrarier notre volonté forte de conquérir les militants du Pdci-Rda en grande majorité proches du mouvement sur les traces d’Houphouët-Boigny créé par le Ministre Adjoumani Kobenan Kouassi. J’entends dire qu’on va au RHDP pour se restaurer.

En fait, cela s’adresse à des personnes sans conviction sinon que j’ai été écarté du Bureau Politique du Pdci-Rda depuis 2016 tout simplement parce qu’élu indépendant, J’ai créé et présidé le groupe parlementaire Dialogue. Madame le député et ma sœur Aka Véronique, première vice-présidente de mon groupe parlementaire, élue dans les mêmes conditions que moi, n’a pas été écartée. Ce n’est donc pas une sélection discriminatoire. Seulement que je ne suis pas membre de la cour royale du Pdci-Rda tant bien même que, de sang je le sois au royaume des Baoulés Ashanti Oyoko. Pour achever cet acharnement, devenu simple militant de base, j’ai subi encore le courroux du chef par ma radiation inédite d’un parti dans lequel je n’étais plus qu’un simple sympathisant au motif que j’ai adhéré au Rhdp via le mouvement de Sur les Traces d’Houphouët-Boigny du Ministre Adjoumani. 

En conclusion, c’est un challenge pour moi et pour nous tous d’œuvrer ensemble pour une Côte d’Ivoire nouvelle, pluri ethnique, de dialogue, tolérante, pacifique et travailleuse. C’est pourquoi, je lance un appel solennel et filial à l’endroit du président Bédié pour lui dire que malgré tout son ressenti, qu’il reconsidère sa position pour la stabilité et la paix de sa chère Côte d’Ivoire et pour la philosophie de dialogue, de pardon et de tolérance prônée par le père fondateur Felix Houphouët-Boigny.

Propos receuillis par Noelle Glagla

Dernière modification ledimanche, 01 septembre 2019 04:51
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px