Bannière

Log in

On peut pardonner à nos enfants et petits frères de moins de quarante ans de ne pas savoir où ils mettent les pieds en engageant aujourd'hui ce débat nauséabond, mais certainement pas toi, Bédié !

Spécial On peut pardonner à nos enfants et petits frères de moins de quarante ans de ne pas savoir où ils mettent les pieds en engageant aujourd'hui ce débat nauséabond, mais certainement pas toi, Bédié !

Par Venance KONAN /

En avril 2011, c'est-à-dire il y a environ huit ans, prenait fin ce qui ressemblait à une guerre civile dans notre pays. Au finish, l'Onu a dénombré trois mille morts. Je ne sais plus combien de blessés il y a eu, combien de maisons ont été détruites, et quelle est l'ampleur des blessures psychologiques. Sur le plan économique, nous savons tous que notre pays a fait un formidable bond en arrière à cause de cette crise qui avait duré plus de dix ans. 

Aujourd'hui nous avons oublié comment toute cette histoire est arrivée et nous avons recommencé à agiter des foulards rouges pour exciter des sots. Essayons de faire un devoir de mémoire. A la mort de Félix Houphouët-Boigny, le premier président de notre pays, M. Henri Konan Bédié devint son successeur. 

On prêta à M. Alassane Ouattara qui était le Premier ministre d'Houphouët-Boigny d'avoir voulu conserver le pouvoir en dépit de la constitution qui prévoyait qu'en cas de décès c'était au président de l'Assemblée nationale, en l'occurrence M. Bédié, que devait revenir le pouvoir. M. Ouattara partit travailler au Fonds monétaire international (FMI) en faisant toutefois savoir qu'il pourrait revenir briguer le pouvoir plus tard. M. Bédié fit alors adopter une loi qui réservait la présidence aux Ivoiriens nés de père et de mère eux-mêmes Ivoiriens de naissance. M. Ouattara était soupçonné d'avoir un de ses parents originaire d'un autre pays. 

Dans le même temps se développa un concept appelé ivoirité qui se voulait un concept culturel pour désigner ce qui était spécifiquement ivoirien. Mais ce concept, et cette loi se télescopèrent, se fondirent, se mélangèrent pour donner quelque chose qui fit que nous commençâmes à nous distinguer entre « vrais » et « faux » Ivoiriens, entre Ivoiriens de « souche multiséculaire » et Ivoiriens « de circonstance », entre Ivoiriens « 100% » et autres Ivoiriens, etc. Et de fil en aiguille, on en vint à faire la chasse aux populations du nord, accusées globalement de venir d'ailleurs, mais surtout de soutenir M. Ouattara.

On les accusa d'avoir des papiers falsifiés, d'avoir fraudé sur la nationalité. Ils étaient harcelés à tous les barrages de police et certains virent leurs papiers déchirés par des policiers. Il y eut des conflits intercommunautaires un peu partout, dans les zones forestières, sur les lacs Kossou et Ayamé. On parla de ces étrangers qui voulaient voler notre belle nationalité et nos si riches terres.

Chacun sortit son anecdote sur tel pan de notre économie occupé par tel groupe d'étrangers, et sur tel pays où l'Ivoirien n'avait même pas le droit de conduire un taxi. On parla de ces gens que l'on enrôlait pour fausser notre élection, et aussi de ces hommes armés que l'on convoyait chez nous. Dans la région de Tabou, l'on chassa des dizaines de milliers de paysans Burkinabé, Lobi et d'autres ethnies assimilées à des Burkinabés, au motif que l'un des leurs aurait tué un autochtone. Et qu'une loi tribale prescrivait le bannissement du coupable pendant sept ans. Là, on choisit de punir toute une collectivité pour un crime imputé à une seule personne, et l'Etat ne réagit pas. 

C'est à cette époque que l'on connut les mots autochtone, allogène, allochtone. Notre pays se trouva divisé. Des amis arrêtèrent de se parler parce que l'un soutenait l'ivoirité et l'autre pas. La haine se répandit dans tout le pays. De nombreuses personnes nous mirent en garde contre la destruction de notre nation que nous étions en train d'orchestrer ; mais nous étions devenus sourds et aveugles. Et un jour de Noël, il y a vingt ans, un coup d'Etat balaya le pouvoir de M. Bédié. Il n'y eut pas grand monde à l'extérieur pour le regretter. Le général Guéï qui prit le pouvoir fustigea l'ivoirité dans un premier temps, puis l'endossa lorsqu'il décida de conserver le pouvoir. Nous avons oublié tout cela aujourd'hui.

Laurent Gbagbo balaya le général Guéï en 2000, mais continua d'appliquer l'ivoirité sans employer le mot. Deux ans après son avènement, une rébellion éclata au nord. De nombreux jeunes gens qui s'estimaient exclus par l'ivoirité la rejoignirent. Elle dura huit longues années et s'acheva après l'élection présidentielle de 2010 qui fut suivit d'une guerre. Une guerre qui nous coûta au moins trois mille morts. Nous avons oublié tout cela ! Ô peuple amnésique, quel sera ton châtiment ? Celui qui ne tire aucune leçon de sa propre histoire se condamne à la revivre. Oui, plus de vingt ans après, nous voici en train de rééditer la même histoire. Le même Bédié, celui qui inventa l'ivoirité, nous parle à nouveau de hold-up sur la Côte d'Ivoire.

Il nous parle sans avancer le moindre élément de preuve, de personnes à qui l'on confectionnerait des papiers dans la commune d'Abobo, certainement pour fausser notre future élection. Il nous parle également de ces étrangers que l'on a fait venir dans nos plantations et qui se sont installés à leur propre compte et agressent même les planteurs ivoiriens à qui ils disputent la propriété des terres. Et il conclut en affirmant que l'on fait en sorte que l'Ivoirien soit étranger chez lui, ce que les Ivoiriens « n'accepteront jamais ».

Pauvre peuple de Côte d'Ivoire qui ignore que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Les mêmes débats d'il y a plus de 25 ans ont refait leur apparition sur les réseaux sociaux.

On nous ressort les mêmes vieilles histoires pour nous démontrer que les autres pays sont pires que nous en matière de xénophobie. Notre pays est à nouveau en train de se diviser, et la haine pointe encore une fois le bout de son nez.

Des conflits intercommunautaires éclatent à nouveau un peu partout. Pauvres de nous !

On peut pardonner à nos enfants et petits frères de moins de quarante ans de ne pas savoir où ils mettent les pieds en engageant aujourd'hui ce débat nauséabond, mais certainement pas toi, Bédié !

On peut pardonner à ceux qui avaient mené ce débat il y a vingt-cinq ans de n'avoir pas su où il allait conduire le pays. Aujourd'hui personne ne peut dire qu'il ne le sait pas.

Venance Konan

Dernière modification lemercredi, 12 juin 2019 04:58
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px