Logo
Imprimer cette page

Le président ivoirien Alassane Ouattara défend le CFA. La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est l’Institut d’émission commun aux huit (8) États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

Spécial Le président ivoirien Alassane Ouattara défend le CFA. La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est l’Institut d’émission commun aux huit (8) États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

28 octobre 1988 Nomination de M. Alassane Dramane OUATTARA aux fonctions de Gouverneur de la BCEAO 

« Je voulais vous dire une chose, le FCFA est une monnaie solide gérée par la BCEAO et uniquement par les Africains. 

C’est une monnaie qui est en circulation non seulement dans les 8 États membres de l’UEMOA mais dans toute l’Afrique de l’Ouest y compris la Mauritanie, le Ghana, le Nigeria, la Sierra Leone, le Liberia, la Gambie… qui sont des États non membres de l’UEMOA. 

Dans tous ces pays, les populations acceptent et utilisent le franc CFA.

La Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est un établissement public international dont le siège est fixé à Dakar, au Sénégal. Elle est l’Institut d’émission commun aux États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA).

A sa création le 12 mai 1962 elle réunissait les Républiques de la Côte d’Ivoire, du Dahomey, de la Haute-Volta, du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Sénégal et la République Togolaise.

Si cette monnaie était autant décriée pourquoi voulez-vous que des pays qui ne sont pas membres du franc CFA que populations iraient chercher des francs CFA ?» La BCEAO jouit du privilège exclusif de l’émission monétaire sur l’ensemble des États membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine. Elle émet des signes monétaires, billets et pièces de monnaie, qui ont cours légal et pouvoir libératoire dans l’ensemble des États membres de l’Union. La création, l’émission et l’annulation des signes monétaires sont décidées par le Conseil des Ministres. Nonobstant le développement des moyens de paiement scripturaux, l’utilisation de billets et pièces de monnaie continue d’occuper une place relativement importante dans les transactions des agents économiques. Les mouvements de billets entre les États sont favorisés par l’unicité des signes monétaires. En matière d’impression, la Banque Centrale mène des recherches permanentes relatives à l’authentification des signes monétaires, en vue de renforcer la sécurité des billets qu’elle émet.

 La gestion de la politique monétaire des États membres de l’Union par la Banque Centrale consiste à ajuster la liquidité globale de l’économie en fonction de l’évolution de la conjoncture économique, pour assurer une stabilité des prix, d’une part ; et promouvoir la croissance économique, d’autre part. La Banque Centrale définit la réglementation applicable aux banques et établissements financiers et exerce à leur égard des fonctions de surveillance. Dans ce cadre, la Commission Bancaire de l’UMOA, créée le 24 avril 1990 et présidée par le Gouverneur de la BCEAO, est chargée de veiller à l’organisation et au contrôle du système bancaire dans l’UMOA. La BCEAO assure le Secrétariat Général de la Commission Bancaire. 

La Banque Centrale assiste, à leur demande, les Gouvernements des États membres de l’Union dans leurs relations avec les institutions financières et monétaires internationales et dans les négociations qu’ils entreprennent en vue de la conclusion d’accords financiers internationaux. Elle peut être chargée de l’exécution de ces accords dans les conditions fixées par les conventions approuvées par le Conseil d’Administration. S’agissant en particulier des relations des États avec le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale assure le rôle d’agent financier, en vertu des dispositions de la Convention du 24 septembre 1981, signée entre elle et les États membres.

L’Institut d’émission assiste aussi les États dans les domaines de la définition et du suivi de l’exécution des programmes d’ajustement ainsi que de la gestion de la dette.

En particulier, il assiste les Gouvernements dans les négociations de rééchelonnement de leur dette extérieure. L’Institut d’émission apporte également son concours dans la conception, l’harmonisation et l’application de textes relatifs à la réglementation des relations financières extérieures. C’est dans ce cadre notamment qu’il assure, pour le compte des États, l’établissement de leurs balances des paiements.

19 septembre 1989 Le Conseil des Ministres de l’UMOA adopte les « Nouvelles Directives de Politique Générale de la Monnaie et du Crédit », ainsi que les règles d’intervention de la Banque Centrale ::: 10 juin 1989 Inauguration de l’Avenue Abdoulaye FADIGA à Dakar 

22 décembre 1988 Prestation de serment de M. Alassane D. OUATTARA, Gouverneur de la BCEAO 11 octobre 1988 Décès du Gouverneur Abdoulaye FADIGA 15 septembre 1988 A la suite de la Conférence des Chefs d’État, tenue les 7 et 8 août 1988 à Cotonou, le Conseil des Ministres de l’UMOA décide de modifier les Statuts de la BCEAO.

Le Gouverneur est assisté désormais par deux Vice-Gouverneurs dont les mandats sont renouvelables 19-21 octobre 1987 Commémoration du 25e anniversaire de la BCEAO 17 février 1984 Signature de l’Accord d’adhésion du Mali à l’UMOA

12 mai 1982 Commémoration du 20e anniversaire de la BCEAO 1er juillet 1979 Création de la Caisse de Retraite par Répartition des Agents d’Encadrement de la BCEAO (CRRAE-BCEAO), devenue CRRAE-UMOA en janvier 1985, puis Caisse de Retraite par Répartition avec Épargne de l’UMOA, en février 2006

26 mai 1979 Inauguration à Dakar du Siège de la BCEAO en présence des Chefs d’État et de Gouvernement des pays de l’Union 4 avril 1979 Signature de l’Accord entre le Gouvernement de la République Française et la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest relatif à l’établissement à Paris d’un Bureau de la BCEAO et à ses privilèges et immunités sur le territoire français

18 mai 1978 Début des opérations de transfert du Siège de la BCEAO de Paris à Dakar qui s’achèveront le 1er juillet de la même année.

5 août 1977 Par Décision n° 32/77 du Gouverneur de la BCEAO est créé le Centre Ouest Africain de Formation et d’Études Bancaires (COFEB) qui ouvre ses portes le 3 octobre 1977, à Dakar 21 mars 1977

Signature à Dakar de l’Accord de Siège entre le Gouvernement du Sénégal, représenté par M. Assane SECK, Ministre d’État chargé des Affaires Étrangères et M. Abdoulaye FADIGA, Gouverneur de la BCEAO 14 mai 1976 Pose de la première pierre de la Tour du Siège de la BCEAO à Dakar par M. Abdou DIOUF, Premier Ministre du Sénégal 1er octobre 1975 Entrée en vigueur du Statut du personnel de la BCEAO

2 mai 1975 Le Conseil des Ministres de l’UMOA, réuni à Dakar, adopte les « Directives de politique générale de la monnaie et du crédit » qui entreront en vigueur le 1er juillet 1975 10 février 1975 Prestation de serment et installation officielle du Gouverneur Abdoulaye FADIGA

15 décembre 1974 Nomination de M. Abdoulaye FADIGA aux fonctions de Gouverneur de la BCEAO 4 décembre 1973 Signature à Dakar d’un nouvel Accord de Coopération et d’une nouvelle Convention de Compte d’opérations par les Ministres chargés des Finances de l’UMOA

28 novembre 1973 Signature du Traité de l’UMOA par le Président Gnassingbé EYADEMA du Togo 14 novembre 1973 Signature d’un nouveau Traité de l’UMOA 30 mai 1973 Retrait de la Mauritanie de l’UMOA et de la Zone franc avec la création de la Banque Centrale de Mauritanie et d’une monnaie nationale (l’Ouguiya)

1er décembre 1972 Mise en place du Comité ministériel, sous la présidence de M. Tiémoko Marc GARANGO, chargé d’étudier les aménagements nécessaires au fonctionnement de l’UMOA 1er novembre 1972 Commémoration du 10e anniversaire de la BCEAO Octobre 1971

Le Centre de formation de la BCEAO à Abidjan a été complété par le Centre d’Application Technique et de Perfectionnement (CATEP) devant former en deux ans des agents d’encadrement de la Banque 2 juin 1967 Signature d’un avenant à la Convention de Compte d’opérations du 20 mars 1963 12 mai 1967 Commémoration du 5e anniversaire de la BCEAO

22 novembre 1965 Ouverture de la première session du Centre de formation de la BCEAO, créé à Abidjan à la fin de l’année 1963 27 novembre 1963 Signature à Nouakchott (Mauritanie) de la Convention d’adhésion du Togo à l’UMOA qui entrera en vigueur le 17 décembre 1963 20 mars 1963 Établissement d’une Convention de Compte d’opérations entre le Trésor français et la BCEAO

1er novembre 1962 Entrée en vigueur du Traité de l’UMOA 28 septembre 1962 Première réunion du Conseil d’Administration de la BCEAO au cours de laquelle M. Robert JULIENNE a été nommé Directeur Général de l’Institution 30 juin 1962 Adoption de la loi portant réforme monétaire en République du Mali.

Le Mali quitte la Zone Franc CFA en créant sa monnaie, qui sera mise en circulation le 1er juillet 1962, ainsi que son Institut d’Émission.

12 mai 1962 Signature du Traité instituant l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) par les représentants de sept États ouest africains, en l’occurrence la Côte d’Ivoire, le Dahomey (Bénin), la Haute-Volta (Burkina Faso), le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal.

4 avril 1959 Transformation de l’Institut d’Émission de l’Afrique Occidentale Française et du Togo en Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest

Dernière modification lemardi, 26 mars 2019 11:25
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
ADDL Association © V.D. Réalisation. Tout droit réservé.