Bannière

Log in

Affaire d'apartheid c'est comme affaire de CFA. On crie sur tous les toits qu'on a besoin d'être libre.

Spécial Affaire d'apartheid c'est comme affaire de CFA. On crie sur tous les toits qu'on a besoin d'être libre.

On nous libère et on finit par devenir la risée des autres. À cause des mêmes sud-Africains noirs qu'on savait attachés, opprimés et martyrisés hier, l'Afrique a fait son possible et à contribuer à la libération des zulus. Aujourd'hui, Zulu n'est plus Africains, ne se sent plus noir jusqu'à aller assassiner son semblable noir. Le blanc dans sa méchanceté ne s'est jamais attaqué aux étrangers même noirs durant la ségrégation raciale. Eux ils le font à la machette comme nos patriotes locaux comme ci "machette", "gourdin" sont les premiers mots du dictionnaire du panafriconisme! 

Et ce sera ce manque de vision, de sérieux, de consistance et de planification qui nous rattrapera après quelques années de la création d'une monnaie sous fond de crise, dans l'hystérie générale. Ce qui se passe en Afrique du Sud n'arrive qu'à ceux qui ont privilégié une politique revancharde à une politique objective orientée sur les priorités qui valent. L'Africain (le noir) vit au jour le jour et au gre de ses intérêts. Le blanc lui vit avec le futur en tête. Depuis la libération de Mandela, à sa gouvernance, la gestion de Thabo à Zuma, aucun d'eux n'a accepté envisagé ce cas présent: celui de La déconfiture de la société Sud Africaine supposée ou vraie.

Or pourtant, vu La difficulté de la lutte, fallait savoir que toute victoire publique ferait lieu et place à une lutte en sourdine d'avec le même adversaire. Parce que s'ils l'avaient fait, ils auraient compris que tout n'est pas d'avoir le pouvoir politique mais il est important d'associer à la force politique, le pouvoir économique sans oublier de veiller à ce que le pulse social reste à son plus bas niveau consistant à faire en sorte que les fondamentaux d'un peuple ne vole en éclat comme c'est le cas au pays de Mandela. Tous les présidents ont travaillé sur les acquis des blancs en oubliant de redistribuer stratégiquement le pouvoir de chacun sans compromettre l'unité nationale et garder un niveau de vie acceptable pour tous. 

Et donc, pour le blanc, De génération en génération, l'objectif essentiel, reste la domination du monde et des autres peuples. C' est enseignée avec intelligence et comportements exemplaires sans grandes déclarations, dans la discrétion source d'efficacité. Oui, ils consolident leurs avancées avec méthode. Nous nous accentuons notre retard avec idiotie. Aucune continuité dans les objectifs majeures mais assez d'énergie dans les actions qui nous séparent et nous séparerons.

Des pères de l'indépendance à aujourd'hui, il y a aucune cohérence dans notre politique économique et sociale. Dans nos politiques tout court et l'Afrique du Sud en est une illustration parfaite. L'objectif ici était de prouver que ce pays ne peut se passer de ceux qui ont mis en place l'ancien système et ils sont en train de rafler la mise devant ce noir qui a dansé hier, qui danse à présent et qui dansera demain tout le corps trempé de sueur ne sachant que pour lui, sa victoire réside à faire mieux que ceux qui ont bâtit le système précédent tout en faisant en sorte que Mandela même de sa tombe garde le sourire! 

"Les grands hommes (femmes) se reconnaissent dans l'anticipation bien avant l'action"

Par / Tieba Nakouzon Coulibaly

Le Ministre-Conseiller...

 

 

Dernière modification lelundi, 27 mars 2017 12:51
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px