Bannière

Log in

Murielle Ahouré célèbre sa victoire au 200 m / Le sprint ivoirien rattrape ses concurrents

En Afrique, le Nigeria n’est plus seul sur les pistes rouges. Depuis quelques années, le sprint ivoirien brille sur la scène continentale. L’année dernière, il s’est particulièrement illustré à Marrakech lors des championnats d’Afrique d’athlétisme : Wilfried Koffi devenant double champion d’Afrique sur 100 et 200 m. Battue sur le fil par la Nigériane Blessing Okagpare dans l’épreuve reine, Murielle Ahouré s’est rattrapée dans le 200 m en finissant sur la plus haute marche.

Résultat de recherche d'images pour "murielle ahouré 2015"

Sa compatriote Marie-Josée Ta Lou a décroché l’argent sur le 200 m et le 4 x 100 m, et le bronze sur le 100 m. « Ces trois athlètes sont déjà qualifiés pour les championnats du monde de Pékin [qui se dérouleront du 22 au 30 août] », indique fièrement Dramane Djiguiba, le directeur technique national (DTN) de l’athlétisme ivoirien. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce succès. Expérience internationale S’entraîner à l’étranger est un atout non négligeable pour un athlète ivoirien. Pilier de la discipline dans son pays, Murielle Ahouré a découvert le sprint aux Etats-Unis, une nation qui a longtemps dominé la discipline. A Miami, la championne a notamment eu la possibilité de se frotter à des futures stars du sprint dans les compétitions universitaires. Résultat, l’Ivoirienne est actuellement vice-championne du monde en 100 et 200 m. « C’est un modèle », déclare Wilfried Koffi.

Contrairement à Murielle Ahouré, le double champion d’Afrique a commencé l’athlétisme en Côte d’Ivoire, à l’Institut national polytechnique de Yamoussoukro. Mais depuis 2010, il s’entraîne à l’étranger. L’athlète est parti faire son master d’économie appliquée à Shanghai. « Partir en Chine m’a aidé dans mon développement. Dans ce pays, le sport est très important. J’ai pu concilier les études et les entraînements », raconte t-il. Pour s’entraîner, le sprinter a aussi décidé de travailler avec un étranger : l’Allemand Iwan Knut. Médaillé de bronze aux championnats d’Afrique de 2012, l’Ivoirien a travaillé ses points faibles pour finalement s’imposer en 2014. « Les années précédentes, mes départs étaient mauvais sur 100 m. Le coach a également beaucoup insisté sur l’endurance et la vitesse, analyse le sprinteur. Ça vraiment payé dans ces championnats d’Afrique. »

Si le départ de Koffi pour la Chine lui a permis d’évoluer, ce dernier estime qu’il aurait également pu progresser en Côte d’Ivoire. Pour Anthony Koffi, coach de la sprinteuse Marie-Josée Ta Lou, vice-championne d’Afrique du 200 m et du 4x100 m (elle courra également le 100 m du Meeting Areva), on peut s’entraîner sur le continent et gagner des titres. « La Botswanaise Amantle Montsho, que j’ai entraînée en Afrique est devenue championne du monde du 400 m en 2011. » Il travaille actuellement avec Marie-Josée Ta Lou au centre international d’athlétisme de Dakar.

Résultat de recherche d'images pour "murielle ahouré 2015"

« On peut réussir en Afrique tant que l’on fait un bon entraînement suivi d’un bon programme de compétition. » Derrière Ahouré, Koffi, et Ta Lou, une nouvelle génération de potentiels talents commence à éclore. « Ces trois dernières années, il y a eu un gros développement du sprint ivoirien. Les autorités du pays se sont investies dans les sports individuels comme l’athlétisme et le taekwondo. Cela me réjouit de voir tous ces jeunes se donner afin d’obtenir de bons résultats pour notre pays », salue Wilfried Koffi. Le renouveau Pour comprendre les origines du renouveau du sprint ivoirien, il faut remonter à 2008. A cette époque, la direction technique nationale constate des insuffisances chez les entraîneurs. « Nous avons fait appel à l’Allemand Ralph Mouchbahani pour animer un séminaire de deux semaines à Abidjan », se souvient le DTN Dramne Djiguiba.

La fédération ivoirienne a organisé l’événement et convoqué tous les techniciens de régions. « Les domaines sur lesquels nous devions surtout travailler sont la technique, la coordination et la vitesse, explique le DTN. Avant, nous mettions l’accent sur les capacités physiques. Nous nous sommes rendu compte que même avec la force et l’endurance, on ne peut rien faire sans une bonne technique et une bonne coordination. »

Au niveau de la formation, la direction technique nationale s’est davantage focalisée sur les enfants de 13-14 ans (15 ans maximum). Des compétitions régionales ont été organisées pour repérer des talents. « Nous prenons trois filles et trois garçons par région », explique Dramane Djiguiba. Ces jeunes espoirs ont ensuite participé à une finale nationale et les meilleurs éléments ont intégré le centre national inauguré fin 2013. Mais pour se hisser au plus haut niveau, l’athlétisme ivoirien doit encore progresser dans certains domaines spécifiques.

Résultat de recherche d'images pour "murielle ahouré 2015"

« Nos infrastructures ne sont pas de très haute qualité comme en Europe. Nos pistes ont une trentaine d’années, rappelle Dramane Djiguiba. La Côte d’Ivoire devrait bientôt procéder à une rénovation de ses équipements en vue des Jeux de la francophonie qu’elle organisera en 2017. Malgré ce retard, les efforts fournis depuis 2008 apportent déjà des résultats.Objectifs ambitieux Moins de deux ans après l’ouverture du centre national, la Côte d’Ivoire a gagné dans les jeunes catégories. « En mars dernier, Arthur Gué Cissé s’est imposé en finale du 100 m (10 s 63) des championnats d’Afrique juniors, à Addis Adeba », affirme Dramane Djiguiba. Brillant sur la scène continentale, la Côte d’Ivoire espère maintenant s’imposer au niveau mondial. Pour Wilfried Koffi, « l’objectif est de faire une finale en 100 et 200 m aux championnats du monde.

Résultat de recherche d'images pour "murielle ahouré 2015"Si j’y parviens, je viserai une médaille aux Jeux olympiques de Rio. » Le sprinter, dont le record personnel est de 10 s 05 sur 100 m, entend également passer sous la barre des 10 secondes cet été. Anthony Koffi se montre plus prudent au sujet de Marie-Josée Ta Lou. « C’est sa première expérience au très haut niveau. Notre objectif est d’arriver en demi-finale. Ensuite tout est possible. » Comme Wilfried Koffi, Djiguiba Dramne, confiant sur les chances de podium d’Ahouré aux mondiaux, a le regard tourné vers les Olympiades de 2016. Grâce aux athlètes formés dans le nouveau centre, les Ivoiriens espèrent progresser sur le plan collectif. « Pour les JO, en plus du relais 4 x 100 m femmes, nous comptons aligner un relais 4 x 100 m masculin. Aux championnats d’Afrique, nous avions des blessés, nous n’avons pas pu présenter d’équipe masculine. » Avant les JO, les sprinters ivoiriens ont, cet été, la possibilité de franchir une nouvelle étape.

Objectif : rattraper les grandes nations du sprint.  Jacques-Alexandre Essosso/http://www.lemonde.fr/

  • 0

Côte d'Ivoire - Cinq candidatures de sélectionneurs retenues

Cinq dossiers de candidature au poste de sélectionneur de la Côte d'Ivoire ont été retenus, a-t-on appris lundi auprès de la Fédération ivoirienne de Football (FIF). Les cinq postulants retenus sur une liste de 59 candidats sont les Français Patrice Neveu, Michel Dussuyer et Frédéric Antonetti, le Portugais Paulo Duarte et le Polonais Henryk Kasperczak. Quatre d'entre eux connaissent bien le terrain africain. Neveu a dirigé la Guinée, la RD Congo, la Mauritanie. Dussuyer était le sélectionneur de la Guinée à la CAN-2015, il a aussi exercé au Bénin. Duarte a entraîné le Burkina Faso et le Gabon. Kasperczak était également à la CAN-2015 avec le Mali. Mais c'est avec la Côte d'Ivoire qu'il a connu sa première expérience africaine en 1994, avec à la clé une 3e place à la CAN disputée en Tunisie. Il a été ensuite finaliste de la CAN-1996 avec la Tunisie, et a également dirigé les sélections du Maroc et du Sénégal. Une dernière liste de trois noms sera publiée dans les prochains jours pour le choix final.

La Côte d'Ivoire est sans sélectionneur depuis le départ le 22 mai du Français Hervé Renard, désormais entraîneur de Lille (1re div. française). La FIF a accepté, à la demande d'Hervé Renard, de mettre fin de "façon anticipée" à son contrat. Renard, 46 ans, avait signé en août 2014 un contrat de 2 ans renouvelables avec la FIF. Il a remporté avec "Les Eléphants" la CAN-2015 disputée en Guinée équatoriale. Il s'était révélé en 2012 en remportant une première fois la compétition africaine, avec la Zambie, à la surprise générale.

(AFP 30/06/15)

Primes de la CAN : Sidy Diallo, président de la FIF, auditionné par la police économique

Suite à la plainte déposée par Kadiatou Ly Sangaré, agent judiciaire du Trésor de Côte d'Ivoire, le président de la Fédération ivoirienne football (FIF) était entendu mercredi par la police économique dans l'affaire de la disparition des primes de la CAN. L’affaire du scandale des primes disparues des Éléphants lors de la CAN 2015 a encore enregistré un nouveau développement. Selon nos informations, Kadiatou Ly Sangaré, l’agent judiciaire du Trésor de Côte d’Ivoire, qui est membre de la Commission indépendante électorale (CEI) a porté plainte pour détournements de 2 milliards de F CFA auprès du parquet d’Abidjan-Plateau qui l’a transmise aux services du commissaire Timité Namory, le directeur général de la police économique pour une enquête préliminaire.

Le 16 juin, certains collaborateurs d’Alain Lobognon, l’ancien ministre des Sports démissionnaire, ont été longuement entendus. Parmi eux, Fulbert Beugré Foh, le chef de cabinet, ainsi que le chauffeur et l’assistante de l’ancien ministre. La police devrait entendre au cours des prochains jours Jean Patrice Ouolly Koné, un proche de Gaston Ouassenan, général de gendarmerie à la retraite et actuel vice-président de l’Assemblée nationale, dépêché à l’époque pour récupérer les fonds alloués à cinq députés de la coalition au pouvoir invités par le gouvernement à Malabo pour la CAN 2015 (1 500 euros chacun). Pas d’arrestation Aucune arrestation formelle n’a été opérée. Cependant, Patrick Yapi, le cadre du Trésor public qui était la cheville ouvrière de la gestion des fonds alloués aux compétitions internationales jusqu’à son limogeage en mai dernier, reste introuvable.

Mercredi 24 juin, Sidy Diallo, le président de la Fédération ivoirienne football (FIF, un des bénéficiaires des fonds disparus), a été convoqué pour être entendu par la police économique avec plusieurs membres de la délégation en charge de la gestion de la CAN. Le rapport officiel rédigé par l’Inspection générale du Trésor évoquait un montant de primes disparues estimé à 835 millions de F CFA. Celui de 2 milliards de F CFA dont il est question dans la plainte question concerne le total des fonds sortis des caisses sans aucune justification.

(Jeune Afrique 24/06/15)

L’affaire du scandale des primes disparues des Éléphants lors de la CAN 2015

Kadiatou Ly Sangaré, l’agent judiciaire du Trésor de Côte d’Ivoire, a porté plainte pour détournements de 2 milliards de F CFA auprès du parquet d’Abidjan-Plateau...

www.jeuneafrique.com- Côte d’Ivoire – Primes de la CAN : une plainte pour détournement déposée à Abidjan L’affaire du scandale des primes disparues des Éléphants lors de la CAN 2015 a encore enregistré un nouveau développement. Selon nos informations, Kadiatou Ly Sangaré, l’agent judiciaire du Trésor de Côte d’Ivoire , qui est membre de la Commission indépendante électorale (CEI) a porté plainte pour détournements de 2 milliards de F CFA auprès du parquet d’Abidjan-Plateau qui l’a transmise aux services du commissaire Timité Namory, le directeur général de la police économique pour une enquête préliminaire.

Le 16 juin, certains collaborateurs d’Alain Lobognon, l’ancien ministre des Sports démissionnaire, ont été longuement entendus. Parmi eux, Fulbert Beugré Foh, le chef de cabinet, ainsi que le chauffeur et l’assistante de l’ancien ministre. La police devrait entendre au cours des prochains jours Jean Patrice Ouolly Koné, un proche de Gaston Ouassenan, général de gendarmerie à la retraite et actuel vice-président de l’Assemblée nationale, dépêché à l’époque pour récupérer les fonds alloués à cinq députés de la coalition au pouvoir invités par le gouvernement à Malabo pour la CAN 2015 (1 500 euros chacun).

Aucune arrestation formelle n’a été opérée. Cependant, Patrick Yapi, le cadre du Trésor public qui était la cheville ouvrière de la gestion des fonds alloués aux compétitions internationales jusqu’à son limogeage en mai dernier, reste introuvable. Pour le moment, aucun membre de la Fédération ivoirienne football (FIF), l’un des bénéficiaires des fonds disparus, n’a encore été convoqué à la police économique. Pourtant, le rapport officiel rédigé par l’Inspection générale du Trésor évoquait un montant de primes disparues estimé à 835 millions de F CFA. Celui de 2 milliards de F CFA dont il est question dans la plainte question concerne le total des fonds sortis des caisses sans aucune justification.

www.jeuneafrique.com

Côte d’Ivoire : Didier Drogba, reviens !

Didier Drogba fera-t-il son retour en sélection... pas en tant que joueur, mais en qualité de conseiller ? C'est ce que souhaite la fédération ivoirienne. Malgré ses critiques acerbes contre les dirigeants du football ivoirien, Didier Drogba est sollicité avec insistance pour revenir en équipe nationale, non comme joueur (il a 37 ans) mais comme conseiller de l’équipe nationale des jeunes. Sidy Diallo, le président de la Fédération ivoirienne, a demandé à l’ancien international Cyrille Domoraud de se rendre à Londres pour tenter de convaincre son ancien coéquipier. Sans succès pour l’instant, mais Drogba n’a pas complètement fermé la porte.

Publié le 18 juin 2015 à 12h25 Par Jeune Afrique

Fifa : Blazer reconnaît avoir reçu des pots-de-vin pour le Mondial 1998 Nouvelle avancée dans le scandale de corruption présumée qui éclabousse la Fifa.

 Un rapport de justice américain publie les aveux de Chuck Blazer, ancien président de la Concacaf, qui reconnaît avoir reçu des pots-de-vin pour les Mondiaux 98 et 2010 notamment. Alors que Sepp Blatter vient de démissionner de la présidence de la Fifa, pris dans la tempête d’un scandale de corruption présumée, Chuck Blazer a admis avoir reçu des pots-de-vin pour l’attribution des Mondiaux 1998 et 2010. Ancien membre du comité exécutif de la Fifa et président de la Concacaf, il est depuis trois ans la taupe du FBI au sein de l’institution mondiale. Dans un témoignage réalisé en 2013 et qui vient d’être publié par le Ministère de la justice américain, il reconnaît que « lui et d’autres membres du comité exécutif ont reçu des pots-de-vin ». « Je suis tombé d’accord avec d’autres personnes autour de 1992 pour faciliter l’acceptation d’un pot-de-vin en rapport avec l’attribution du pays hôte du Mondial 1998. Ensuite, de 2004 à 2011, moi et d’autres membres du comité exécutif avons également accepté des pots-de-vin en rapport avec l’attribution du Mondial 2010.

De 1993 au début des années 2000, on a aussi accepté des pots-de-vin au sujet des droits de diffusion des Gold Cup 1996, 1998, 2000, 2002, et 2003. » En 1998, des pots-de-vin déposés… pour le Maroc En lisant le rapport de justice, on comprend que les pots-de-vin concernant le Mondial 98 ont en fait été versés par le Maroc, finaliste face à la France pour l’attribution définitive. Le rapport, déterminé à partir du témoignage de Blazer, décrit les faits comme suis : « Quelques mois avant le vote d’attribution, Blazer a voyagé au Maroc avec le « co-conspirateur numéro 1 », dont l’identité est connue uniquement du procureur américain (mais qui semble n'être autre que Jack Warner, ndlr). Il s'agit d'une personne ayant des hautes fonctions à la Fifa et à la Concacaf. Durant le voyage, un représentant du comité marocain a offert un pot-de-vin en échange de son vote pour le Maroc. Et le « co-conspirateur 1 » a accepté l’offre. Après le voyage, le « co-conspirateur 1 » a demandé à Blazer de contacter les représentants du comité marocain pour déterminer quand le payement serait fait. Il a ensuite parlé à différents membres du comité marocain, via des coups de téléphone passés depuis les bureaux de la Concacaf à New-York.

Le payement a bien été réalisé mais la France a été élue. Les détails du payement n’ont pas filtré au sein de la Fifa et de la Concacaf. » 10 millions pour le Mondial 2010 La déposition de Blazer revient également sur l’attribution à l’Afrique du Sud de la Coupe du monde 2010. Quelques mois avant la désignation du pays hôte, Blazer et le « co-conspirateur n°1 » se sont rendus au Maroc (également candidat à l’organisation de ce Mondial) comme ils l’avaient fait en 1992. Un représentant du comité de candidature marocain a alors offert un million de dollars à « co-conspirateur n°1 » en échange de son vote.

Peu après, Blazer a appris de ce dernier que des représentants de la Fifa, du gouvernement sud-africain et du comité de candidature sud-africain étaient prêts à arranger un don de 10 millions de dollars du gouvernement sud-africain en faveur d’une organisation contrôlée par le « co-conspirateur n°1 » en faveur du soutien à la diaspora africaine. Blazer a compris que cette offre était en contrepartie de son vote et de ceux de « co-conspirateur n°1 » et « co-conspirateur n°3 » (dont le nom est connu de la justice US et qui était alors un officiel haut placé de la Fifa et de la Concacaf). « Co-conspirateur n°1 » a alors indiqué à Blazer qu’il avait accepté l’offre et qu’il donnerait à ce dernier un million sur les 10 du paiement. Les trois individus en cause - Blazer et les deux « co-conspirateurs » - ont indiqué avoir voté pour l’Afrique du Sud.

Blazer a ensuite appris que le paiement ne pourrait pas être fait directement par le gouvernement sud-africain et qu’il serait pris sur des fonds prévus par la Fifa pour l’Afrique du Sud en vue de l’organisation du Mondial. 03/06/2015 à 23h04 "Je suis soulagée... Il est libre" Corinne Blatter Exclusivité RMC Sport. Coup de théâtre à la Fifa ! Quatre jours après sa quatrième réélection, Sepp Blatter a annoncé ce mardi qu'il démissionnait de son poste, appelant à l'organisation d'un congrès extraordinaire pour élire son successeur. Corinne Blatter, la fille unique de Sepp, réagit.

Joseph Blatter a 79 ans : Le mandat de trop qui fait déborder la vase FIFA / Blatter désormais dans le viseur du FBI, selon la presse américaine

La une de L'Équipe - mercredi 3 juin

DIRECT. Fifa : le prince Ali et David Ginola candidats à la succession de Sepp Blatter Sepp Blatter a annoncé, mardi, sa démission de la présidence de la Fifa. Son poste attise déjà les convoitises. Mis à jour le 03/06/2015 | 08:58 , publié le 03/06/2015 | 07:47 Fifa, le jour d'après. Au lendemain de l'annonce de la démission surprise de Sepp Blatter, mardi 2 juin, le monde du football s'agite en coulisses pour préparer la succession du président de la Fédération internationale de football. Plusieurs candidats se sont déjà déclarés. Dans le même temps, sur le front judiciaire, les ennuis se précisent pour Sepp Blatter.

Suivez les derniers événements sur francetv info. • Guerre de succession. L'élection du nouveau président doit avoir lieu lors d'un congrès exceptionnel prévu entre décembre 2015 et mars 2016. Le prince jordanien Ali est d'ores et déjà candidat, tout comme l'ancien footballeur David Ginola. Et bientôt Michel Platini ? • Les derniers mois de Blatter. Président de la Fifa jusqu'à la prochaine élection, Sepp Blatter assure qu'il va se "concentrer sur la mise en œuvre des ambitieuses et profondes réformes" rendues nécessaires par le récent scandale de corruption touchant l'institution.

• L'enquête se poursuit. Des médias américains font état d'une enquête du FBI visant directement Sepp Blatter. Les autorités "espèrent obtenir la coopération de certains des responsables de la Fifa inculpés" pour resserrer l'étau autour de lui, selon le New York Times. Retrouvez ici l'intégralité de notre live #FIFA 08h58 : Asthe best #FIFA15 player on my block, I'd like to formally nominate myself to replace Sepp Blatter 08h58 : Alors que les candidats à la succession de Sepp Blatter commencent à se déclarer, l'acteur Verne Troyer a décidé lui aussi de se présenter.

Une candidature pour plaisanter : il estime qu'il peut se présenter parce qu'il est le meilleur joueur à Fifa 2015... le jeu vidéo. 08h28 : France 2 fait le point sur les dernières informations.

Après la démission de Sepp Blatter de la tête de la Fifa, qui va lui succéder ?

Et comment interpréter cette démission surprise ? (FRANCE 2) 08h28 : "Les rumeurs qui existaient sont peut-être fondées." Noël Le Graët, président de la Fédération française de football (FFF), est actuellement interviewé sur iTélé. Il revient sur l'annonce de la démission du président de la Fifa. "Sepp Blatter est un personnage fort, très compétent", estime-t-il. Mais pour le remplacer, "il faut un candidat européen", ajoute-t-il, en se prononçant en faveur de Michel Platini.

07h47 : "En termes de football, Michel Platini c'est le joueur absolu et c'est un homme de grande qualité." Laurent Fabius, invité des "4 Vérités" sur France 2, se dit favorable à une candidature de l'actuel président de l'UEFA, l'ancien footballeur français Michel Platini, pour succéder à Sepp Blatter, président de la Fifa démissionnaire.

07h39 : @anonyme : Oui, Sepp Blatter est désormais dans le viseur du FBI, selon la presse américaine. D'après ABC News, le patron de la Fifa serait directement concerné par les faits de corruption et de pots-de-vin qui ont mené aux arrestations de la semaine dernière. Vous trouverez des précisions sur cette enquête dans notre article.

07h22 : Il y aurait une enquête sur Blatter ? 07h08 : "Acculé", "il quitte la scène"... et pour Sud-Ouest, Sepp Blatter "jette l'éponge". Abonnement Sud Ouest Pas Cher avec BOUQUET INFO ePresse.fr 07h40 : L'annonce de la démission de Sepp Blatter, coup de théâtre survenu hier soir, se retrouve également à la une de plusieurs quotidiens aujourd'hui. Sans surprise, c'est notamment le cas de L'Equipe.

La une de L'Équipe - mercredi 3 juin 06h47 : La candidature d'un Ginola qui a dansé, commenté le foot, fait du vin mais qui n'a jamais dirigé me fait sourire. Il me fait penser à une expression de léon zitrone "Qu'on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L'essentiel, c'est qu'on parle de moi !".

Cela résume la raison de sa candidature. 06h46 : Au vu des déclarations de Blatter, je crains qu'on ne fasse fausse route. S'il démissionne, ce n'est pas parce que quelque chose a changé depuis vendredi, c'est car c'était d'ores et déjà prévu. Le vote n'a servi qu'à gagner du temps, pour trouver un dauphin qui conviendra aux 60% de fédérations ayant choisi M.Blatter. 06h45 : Dans les commentaires, l'annonce de la démission de Sepp Blatter vous fait toujours réagir, tout comme les noms avancés pour lui succéder et les candidatures spontanées.

David Ginola, par exemple, a finalement annoncé qu'il serait candidat.

07h41 : "Si la démission du président de la Fifa – moi je ne connais pas, au fond, le dossier, je respecte les procédures judiciaires – permet de régénérer le football international, ça sera une bonne chose. (...) Le football a besoin de règles, a besoin de respect." Manuel Valls a tenu lui aussi à réagir à la décision de Sepp Blatter. Le chef du gouvernement s'est confié à des journalistes à Evry (Essonne), à l'issue d'un dîner de travail avec plusieurs responsables sociaux-démocrates européens.

06h35 : Après l'annonce de la démission de Sepp Blatter de la présidence de la Fifa, les réactions se succèdent. Le "roi" Pelé a demandé aux "honnêtes gens" de nettoyer le football mondial.

La démission de Sepp Blatter est "regrettable", a déclaré le triple champion du monde brésilien à la BBC (en anglais) à Cuba. Pour Pelé, la Fifa traverse désormais une période critique et cherche à rebâtir son image. Fifa : Blatter désormais dans le viseur du FBI, selon la presse américaine Selon ABC News, le patron de la Fifa serait directement concerné par les faits de corruption et de pots-de-vin qui ont mené aux arrestations de la semaine dernière.

La nouvelle pourrait donner un autre éclairage à sa démission surprise. Joseph Blatter, le président de la Fifa, ferait l'objet d'une enquête de la justice américaine dans le cadre du scandale de corruption qui secoue l'instance mondiale du football, ont révélé mardi 2 juin des médias américains.

Le New York Times (en anglais) affirme que Sepp Blatter "a tenté depuis des jours de prendre ses distances vis-à-vis du scandale", mais que les autorités "espèrent obtenir la coopération de certains des responsables de la Fifa inculpés" pour corruption afin de resserrer l'étau autour de lui.

Le quotidien new-yorkais ainsi qu'ABC News (en anglais) ont fait état d'une enquête du FBI visant directement Sepp Blatter en citant des responsables anonymes des forces de l'ordre ainsi que des sources proches du dossier, mais sans donner de détails. Un porte-parole du FBI s'est refusé à tout commentaire, renvoyant à l'annonce, la semaine dernière, de l'inculpation de quatorze élus et partenaires de la Fifa.

"Tout le monde essaye de sauver sa peau" Selon ABC News, Sepp Blatter se trouve dans le collimateur du FBI et de procureurs américains pour les faits de corruption et de pots-de-vin qui ont mené aux arrestations mercredi dernier. "Au moment où tout le monde est en train d'essayer de sauver sa peau, il y a sûrement une course à celui qui retournera sa veste le premier", a déclaré une source à la chaîne ABC. "Nous ne sommes peut-être pas en mesure de renverser toute l'organisation, mais il n'y en a peut-être pas besoin", a déclaré une autre source, se référant aux techniques d'interrogatoire qui poussent les accusés à dénoncer leurs supérieurs. Jusqu'ici, le président de la Fifa n'a pas été directement inquiété par les enquêtes menées aux Etats-Unis et en Suisse sur le scandale de corruption qui a ébranlé le monde du football et qui portait sur des faits qui ont duré plus de vingt ans.

Mais la mise en cause directe du bras droit de Sepp Blatter, Jérôme Valcke, numéro 2 de l'instance, a précipité sa démission. Par Francetv info avec AFP Mis à jour le 03/06/2015 | 08:01 , publié le 03/06/2015 | 06:33 Sepp Blatter démissionne de son poste de président de la Fifa FIFA - Après avoir été réélu pour son cinquième mandat malgré le scandale de corruption qui ébranle la Fifa, Sepp Blatter a annoncé sa démission lors d'une conférence de presse tenue ce mardi 2 juin en fin de journée. "Je vais organiser un congrès extraordinaire pour mon remplacement comme président. Je ne me représenterai pas", a-t-il assuré depuis le siège de l'instance à Zurich. "Même si j'ai été réélu, je n'avais pas le soutien de tout le monde du foot", a-t-il ajouté.

Le ministre des Sports Patrick Kanner a lui salué la démission de Joseph Blatter et a évoqué "une sage décision". "C'est un bon jour pour la Fifa et le Football. Le changement arrive enfin", a écrit pour sa part l'ancien capitaine de la Seleçao Luis Figo, qui s'était retiré de la course à la présidence de la Fifa une semaine avant l'élection de vendredi. Sepp Blatter, 79 ans, en poste depuis 1998, a indiqué qu'il convoquait un congrès extraordinaire "dans les mois à venir" où il remettra en jeu son mandat et au cours duquel son successeur sera élu. "La Fifa a besoin d'une profonde restructuration", a-t-il par ailleurs affirmé. Ce congrès se tiendra "entre décembre 2015 et mars 2016 pour élire un nouveau président".»

L'intervention de Sepp Blatter en vidéo ci-dessous: "Je vais continuer à exercer mes fonctions d'ici là, et je suis désormais libre des contraintes d'une élection. Je vais me concentrer pour engager des réformes ambitieuses". La Fifa fait "face à des défis qui ne s'arrêtent pas et a besoin d'une profonde restructuration", a ajouté Sepp Blatter. Par ailleurs, cette démission n'a pas d'incidence sur la procédure pénale" en cours, a annoncé mercredi le procureur général suisse, soulignant que Sepp Blatter n'avait à ce stade "pas le statut de prévenu".

Résultat de recherche d'images pour ""Une décision "courageuse" pour Michel Platini Alors qu'il lui avait demandé de quitter la présidence de la Fifa, Michel Platini a salué ce mardi "une décision difficile" et "courageuse" précisant qu'il s'agit néanmoins d'une "bonne décision". Lors de l'élection mouvementée de la semaine dernière, le président de l'UEFA avait appelé à voter pour l'adversaire de Sepp Blatter, le prince jordanien Ali. À ce propos, l'entourage du prince Ali a fait savoir que ce dernier sera candidat à de nouvelles élections. "Le prince Ali est prêt à prendre la tête de la Fifa à tout moment, si on lui demande", a indiqué Salah Sabra, vice-président de la Fédération jordanienne de football. Cette démission intervient quelques heures à peine après de nouvelles accusations du New York Times visant cette fois le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa et bras droit de Sepp Blatter.

Le quotidien américain a accusé Jérôme Valcke d'être le responsable d'un virement de 10 millions de dollars sur des comptes gérés par l'ancien vice-président de l'organisation Jack Warner, mis en cause par la justice américaine dans un scandale de corruption. Le président de la fédération française de football Noël Le Graët a estimé mardi sur RTL que la démission du patron de la Fifa Joseph Blatter n'était "pas plus mal". "Oui, c'est une surprise parce que la semaine dernière il paraissait plutôt solide. c'est vrai que les réactions depuis, dans le monde entier, n'ont pas été très favorables à cette réélection", a déclaré Noël Le Graët qui a lui-même voté vendredi pour Sepp Blatter. "Je suis un peu étonné mais finalement ça n'est pas plus mal, ça va permettre de repartir sur de bonnes bases avec des vrais candidats", a-t-il ajouté. Dans un communiqué mardi matin, la Fifa avait tenté de dégonfler ces accusations en affirmant que Jérôme Valcke n'était en rien en cause dans ce virement et qu'il ne s'agissait que d'un projet d'aide à la diaspora africaine dans les Caraïbes, au nom de l'Afrique du Sud.

Le discours complet de démission de Joseph Blatter "J'ai profondément réfléchi sur ma présidence et sur ces quarante dernières années de ma vie qui ont été inextricablement liées à la FIFA et à ce magnifique sport qu’est le football. Je chéris la FIFA plus que tout et je ne souhaite faire que le meilleur pour le football et pour cette institution. J'ai décidé de me représenter à la présidence car je suis convaincu que c'était la meilleure option pour l’organisation.

Les élections sont terminées mais les défis qui se posent à la FIFA ne le sont pas. La FIFA a besoin d’une profonde restructuration. Bien que les membres de la FIFA m'aient conféré ce mandat, ce mandat n'a pas le soutien de l'intégralité du monde du football, j'entends par-là des supporters, des joueurs, des clubs et de tous ceux qui vivent, respirent et aiment le football autant que nous tous à la FIFA.

C'est pourquoi je remettrai mon mandat à disposition lors d’un Congrès électif extraordinaire. Cette décision prendra effet le plus tôt possible, à savoir à la date à laquelle un nouveau président pourra être choisi par le Congrès de la FIFA pour me succéder. Je continuerai d’exercer mes fonctions en tant que président de la FIFA jusqu'à l'organisation de ces prochaines élections. Le prochain congrès ordinaire de la FIFA aura lieu le 13 mai 2016 à Mexico mais cette échéance ne ferait que retarder inutilement l'entrée en vigueur de ma décision.

C'est pourquoi je demanderai au comité exécutif d'organiser le plus tôt possible un congrès extraordinaire pour l'élection de mon successeur. Cette procédure devra être effectuée conformément aux statuts de la FIFA et suffisamment de temps devra être accordé aux meilleurs candidats désireux de se présenter pour qu'ils puissent faire campagne. Puisque je ne serai pas candidat et que je suis donc désormais libre des contraintes qu'impose inévitablement une élection, je serai en mesure de me concentrer sur la mise en œuvre des ambitieuses et profondes réformes qui transcenderont nos premiers efforts en la matière. Depuis des années, nous travaillons d’arrache-pied pour mettre en place des réformes administratives mais il est évident à mes yeux que celles-ci doivent être poursuivies car elles ne suffisent pas.

Le comité exécutif de la FIFA compte des représentants des confédérations sur lesquels nous n’avons aucun contrôle mais dont les actions relèvent de la responsabilité de la FIFA. Nous avons besoin d’un changement structurel profond. La taille du comité exécutif doit être réduite et ses membres devraient être élus par le congrès de la FIFA. Les enquêtes d'habilitation qui s’appliquent à tous les membres du comité exécutif doivent être organisées de manière centrale, au niveau de la FIFA, et non à travers les confédérations. Nous avons aussi besoin d'une limite des mandats non seulement pour le président mais aussi pour tous les membres du comité exécutif. Je me suis battu pour ces changements et, comme chacun le sait, mes efforts ont été contrés. Cette fois-ci, j'y parviendrai. Mais je ne peux pas y arriver tout seul. J'ai demandé à Domenico Scala de superviser la présentation et la mise en œuvre de ces mesures et d'autres initiatives.

Élu par le congrès de la FIFA, M. Scala est le président indépendant de notre commission d’audit et conformité. Il est également le président de la commission électorale ad hoc et, à ce titre, il supervisera l’élection de mon successeur.

M. Scala jouit de la confiance d'un large nombre de personnes au sein de la FIFA et en dehors, et il dispose des connaissances et de l'expérience nécessaires pour contribuer à la mise en œuvre de ces importantes réformes. Mon profond attachement à la FIFA et à ses intérêts, qui me sont très chers, m'a amené à prendre cette décision. Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont toujours soutenu de manière constructive et loyale en tant que président de la FIFA et qui ont tant fait pour le football que nous aimons tous. Je répète: ce qui compte le plus pour moi, c'est l'institution FIFA et le football".

Rédaction du HuffPost avec AFP Publication: 02/06/2015 18h52

Sport /Football / Platini-"J'ai dit à Blatter qu'il devait partir":"J'ai dit à Sepp Blatter: 'il faut que tu partes' "La FIFA est la mère du foot"...

Platini furieux après les soupçons de corruption à la FIFA / Corruption à la Fifa: Chuck Blazer, le repenti qui a tout balancé au FBI Le président de l'UEFA a exprimé son souhait de voir le président de la FIFA Joseph Blatter démissionner de son poste, après les récents scandales de corruption. "Je suis dépité, je suis écoeuré, trop c'est trop". Visiblement Michel Platini a mal vécu le scandale qui agite le monde du football depuis mercredi. Lors d'une conférence de presse donnée en début d'apès-midi ce jeudi, le président de l'UEFA, la branche européenne de la FIFA, a appelé Sepp Blatter à démissionner.

"J'ai dit à Sepp Blatter: 'il faut que tu partes' " a-t-il précisé. L'ancien capitaine et sélectionneur de l'Équipe de France a appelé toutes les associations à soutenir le Prince Ali, l'adversaire de Blatter à l'élection au poste de président de la FIFA qui aura lieu vendredi. Depuis un an déjà Michel Platini se positionne publiquement contre Sepp Blatter.

"La FIFA est la mère du foot" "Je regrette de ne pas être candidat" a-t-il poursuivi. "La FIFA est la mère du football, et on ne parle pas de sa mère comme ça" a lancé Platini, qui a assuré que Blatter pouvait être battu. Le futur de Sepp Blatter à la tête de la FIFA semble donc s'obscurcir d'heure en heure.

Sport Par LEXPRESS.fr Corruption à la Fifa:

Chuck Blazer, le repenti qui a tout balancé au FBI

Chuck Blazer: One of the Fifa high rollers under scrutiny. Picture: GETTY IMAGES / SEBASTIAN DERUNGSFOOTBALL- Contraint de coopérer et de porter des micros, l'ancien grand argentier de la Concacaf a joué un rôle de premier plan dans l'enquête pour corruption qui a abouti à l'arrestation de sept dirigeants de la Fifa. Avec sa bedaine triomphante, ses cheveux bouclés et sa barbe fournie, Chuck Blazer aurait pu jouer les Père Noël de centre-commercial. L'homme appréciait d'ailleurs beaucoup les soirées costumées. Derrière l'allure bonhomme se cache pourtant un champion de la fraude. Mais en rédemption: Blazer, miné actuellement par un cancer du côlon, a retourné sa veste.

En novembre dernier, le New York Daily News révélait son entière coopération dans l'enquête menée par le département de la Justice des Etats-Unis sur la Fifa. La même enquête qui vaut ce mercredi à plusieurs dirigeants de la Fifa d'avoir été arrêtés et d'attendre leur extradition. Le grand argentier de la Concacaf Blazer, membre du puissant Comité exécutif de la Fifa de 1996 à 2013 et secrétaire général de la Concacaf (équivalent de l'UEFA pour l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale et les Caraïbes) de 1990 à 2011, n'a pas vraiment eu le choix.

Le FBI l'a contraint à jouer les informateurs dès 2011, menacé par des arriérés d'impôts portant sur les millions de dollars qu'il avait détourné. Le genre d'affaires qui peut se traduire par des années de prison aux Etats-Unis. Comme dans les films, Blazer a accepté de porter un micro sous son costume, en essayant de faire avouer leurs fautes à ses anciens camarades de la Fifa. Il a également levé le voile sur le système de corruption à l'oeuvre sur les deux continents américains, révélant notamment la machine à cash, pour ses dirigeants, que constitue la sulfureuse Concacaf.

Chuck Blazer a ensuite plaidé coupable le 25 novembre 2013 pour racket, fraude, blanchiment et évasion fiscale. Il a remboursé déjà 1,9 million de dollars et sait qu'il va devoir sortir à nouveau son chéquier lors d'un procès qu'il espère clément au regard de sa coopération. Alliance fructueuse avec Jack Warner Pendant 20 ans, ce natif du Queens, commercial visionnaire, a été l'homme le plus puissant du football nord-américain. Il n'y a pourtant jamais joué. Son entrée dans le monde du "soccer" a débuté avec l'inscription de son fils dans un club de New York en 1976.

Pris au jeu et décelant un potentiel de croissance fou à ce sport sur son continent, Chuck grimpe tous les échelons jusqu'à devenir en 1984 vice-président de la Fédération des Etats-Unis, en charge du développement international. Qu'importe qu'une élection lui fasse perdre son poste en 1986, il vient de faire la rencontre la plus importante de sa vie: Jack Warner, président de petite Fédération de Trinidad and Tobago. En verrouillant la majorité des votes détenus par les fédérations des îles de la Caraïbe, les deux hommes se hissent à la tête de la Concacaf.

Warner en prend la présidence et la partie représentative et Blazer le secrétariat général et la gestion économique. L'organisation ne pèse alors rien financièrement. Blazer débute par deux changements radicaux: il déménage l'administration de la Concacaf à New York, dans la tour Trump où il prend également domicile; et il s'assure, par le biais d'un contrat léonin, 10% des revenus générés sur certains droits sportifs pour la zone Concacaf. Blazer y gagne le surnom de "Monsieur 10%". De nouveaux formats de compétitions et le développement des retransmissions TV dans la zone Concacaf font sa richesse et son succès dans les années 90 et 2000. Une partie des sommes détournées se retrouvent sur des comptes off-shore. L'homme est gourmand et n'aime pas les impôts. Il faut de toute façon soutenir ce train de vie de multimillionnaire et il utilise la carte bleue de la Concacaf comme s'il s'agissait de la sienne: un appartement à 18 000 dollars par mois, des fêtes, les restaurants les plus chers, les palaces, les jets et les vols en première classe.

L'alliance entre les meilleurs amis Blazer et Warner, un champion de la corruption, prospère jusqu'en 2010. La chute De la rupture entre Blazer et Warner découle leur chute mutuelle, appelée à se prolonger dans les tribunaux américains. Blazer ne digère pas que son compère ait voté pour le Qatar plutôt que pour les Etats-Unis lors de l'attribution de la Coupe du Monde 2022. Il se venge en dénonçant une distribution d'enveloppes à des dirigeants des Caraïbes par le challenger qatari de Sepp Blatter, Mohamed Bin Hammam, pour l'élection présidentielle de la Fifa en 2011. Et met en cause Jack Warner pour ces versements. Les révélations de Blazer précipitent sa propre fin. Les successeurs de Warner à la Concacaf lui signifient son congé du poste de secrétaire général. Ils lancent une enquête qui rend public en avril 2013 les agissements du gourmand duo, contraignant l'Américain à céder sa place au Comité exécutif de la Fifa. Ils ne savent pas alors que la collaboration de Blazer avec les FBI va aboutir à l'arrestation de certains d'entre eux, comme le président de la Concacaf depuis 2012, Jeffrey Webb. Par Clément Daniez, publié le 28/05/2015 Chuck Blazer, à Zurich, lors 61e congrès de la Fifa.

REUTERS/Arnd Wiegmann

http://www.dailymotion.com/video/k48tUu8r5G3Nl0blk4M Corruption / Fifa: Blatter doit »se retirer « selon Transparency

Scandale à la Fifa : Adidas demande de la transparence après les soupçons de corruption /La Fifa est dans la tourmente avec les arrestation de ce mercredi.

FOOTBALL - Après l'arrestation de neuf hauts responsables de la Fifa ainsi que cinq partenaires pour corruption, Adidas a demandé une transparence totale à l'instance mondiale du football. L’organisation Transparency International estime de son côté que Sepp Blatter doit "se retirer" de son poste.

La Fifa est dans la tourmente avec les arrestation de ce mercredi.

Si tout s'est déroulé dans le plus grand calme, l'arrestation a fait l'effet d'un petit séisme. Mercredi matin, des membres de la Fifa ont été arrêtés à Zurich, où la fédération internationale tient son assemblée générale.

Ils sont une grosse douzaine, selon le New York Times, à l'origine des révélations. Six selon la justice suisse, qui a coopéré sur l'affaire. Tous sont soupçonnés de corruption, blanchiment d'argent et extorsion.

La fédération internationale s'est expliquée lors d'une conférence de presse extraordinaire à 11 heures. Cette dernière, bien que "victime dans cette affaire" s'est félicitée que ces informations aboutissent, "car elle permet de nettoyer" l'institution de la corruption.

"On peut nettoyer jusqu'à un certain point mais nous avons besoin de l'assistance des autorités. On ne peut pas enquêter comme des policiers. Voilà pourquoi nous coopérons totalement", a indiqué Walter De Gregorio, directeur de la communication de la Fifa. Et de jurer : "C'est une bonne journée pour la Fifa."

Qui voit neuf de ses membres (plus cinq partenaires) inculpés pour corruption. "Sepp Blatter est relax" Et pour son président ?

"Il est relax", a d'abord lâché le porte-parole, avant de se rattraper quand un journaliste a relevé cette phrase. "Il ne danse pas dans son bureau. Il sait que c'est la conséquence du travail que nous faisons en interne, il est surpris que ça sorte maintenant, mais pas surpris que notre travail aboutisse.

" Blatter n'est en tout cas "pas impliqué" dans les affaires, pas plus que le Français Jérôme Valcke, secrétaire général de la Fifa.

Le Suisse briguera d'ailleurs toujours un cinquième mandat ce vendredi, lors de l'élection pour la présidence qui l'oppose au prince Ali. Les personnes arrêtées pourraient être suspendues de leur fonction selon les résultats de l'enquête.

Les Coupes du monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar), qui font l'objet d'une enquête (il y aurait eu blanchiment d'argent et rétrocommissions dans le cadre de leur attribution) sont également maintenues à ce jour.

Live FIFA 16h45 Le président de la Fifa, Sepp Blatter, doit “se retirer” et l’élection à la présidence de la fédération internationale de football être “suspendue”, a estimé mercredi l’organisation Transparency International, spécialisée dans la lutte contre la corruption.

16h44 Transparency Int'l@anticorruption#FIFA scandal: read our statement on why Blatter should step down and presidential elections should be suspended: anticorru.pt/1HL3XR2 16h40 Partenaire de la FIFA, Adidas a demandé à ce que la FIFA fasse preuve d'une totale transparence à la suite des soupçons de corruption qui pèsent sur l'instance :

"Après les nouvelles d'aujourd'hui, nous ne pouvons qu'encourager la FIFA à continuer d'établir et de respecter des normes de conformité et de transparence dans tout ce qu'ils font". 13h12 Le président de la LFP Frédéric Thiriez, invité sur Europe 1, se dit quant à lui "profondément choqué". "J'ai fait de la corruption l'un de mes chevaux de bataille.

Si les faits de corruption sont avérés, c'est extrêmement grave et je souhaite que la police et la justice aillent jusqu'au bout". 13h09 Michel Platini a également réagi en son nom de président de l'UEFA (Union européenne).

Il se dit "surpris et attristé" après les arrestations de Zurich. Surtout, le Français a annoncé une réunion extraordinaire du comité exécuti de l'UEFA dès mercredi. 13h05 "C'est un jour triste pour le football", a commenté mercredi le Prince Ali, seul candidat opposé au dirigeant sortant Joseph Blatter à la présidentielle de la Fifa.

"L'affaire connaît ses développements actuellement, des détails émergent, il ne serait pas approprié de faire d'autres commentaires pour l'heure", poursuit le Jordanien, qui a fait sa campagne sur le thème de l'intégrité à restaurer à la Fifa, dont il est un des vice-présidents.

12h54 Le Département de la Justice a inculpé pour corruption neuf élus de la Fifa, ainsi que cinq fonctionnaires de l'instance mondiale du football, pour des faits s'étalant sur les 24 dernières années, a annoncé le ministère américain.

12h13 Des perquisitions ont actuellement lieu au siège de la Concacaf (confédération de football d'Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes), à Miami. annonce le département de la Justice américain.

11h56 La conférence de presse est terminée, on n'en sait donc pas beaucoup plus si ce n'est que rien ne change dans le calendrier prévu cette semaine par la Fifa. 11h48 Il y aura d'éventuelles suspensions pour les membres arrêtés en fonction des informations qui ressortiront de l'enquête.

11h45 "On peut nettoyer jusqu'à un certain point mais nous avons besoin de l'assistance des autorités. On ne peut pas enquêter comme des policiers. Voilà pourquoi nous coopérons totalement.

" 11h44 Sepp Blatter "est relax", lâche le responsable comm. Mais il corrige vite : "Il ne danse pas dans son bureau. Il sait que c'est la conséquence du travail que nous faisons en interne, il est surpris que ça sorte maintenant, mais pas surpris que ça sorte.

" 11h42 Courrier inter@courrierinter[Vu de Suisse] Sepp Blatter, pas coupable mais responsable bit.ly/1FCRlYQ pic.twitter.com/pRmcs4aw2D 11h36

"Nous sommes aussi surpris que vous" quant aux modalités de l'arrestation, à 6 heures ce matin à l'hôtel.

11h34 Les questions de l'assemblée concernent essentiellement Sepp Blatter (est-il toujours l'homme idoine pour la présidence?) et les Coupes du monde 2018 et 2022 (Seront-elles jouées ailleurs?). La Fifa balaye ces réponses, "je ne peux pas faire de spéculation".

11h31 "Cette affaire est bonne pour la Fifa. Pas pour son image, mais par le fait qu'elle permet de "nettoyer". C'est une bonne journée pour la Fifa." 11h28 "Je ne peux ni confirmer les noms des gens arrêtés, ni leur nombre", jure le communiquant.

Et les deux Coupes du monde en question (Russie 2018 et Qatar 2022) ne sont pas remises en cause à l'heure actuelle. 11h27 Sepp Blatter et le prince Ali se départageront donc vendredi pour savoir qui sera le président de la Fifa. 11h26 "Nous continuons sur notre agenda, l'élection aura lieu comme prévu, ces faits n'ont rien à voir" avec le processus.

11h25 Il y aura davantage d'informations données dans la journée ou jeudi. "Nous n'avons pas plus d'informations pour le moment", assure la Fifa. 11h24 "C'est un moment difficile pour nous", admet le responsable communication. 11h24 La Fifa va coopérer du mieux possible, jure De Gregorio. 11h23 "Le secrétaire général et le président ne sont pas touchés par cette enquête", assure la Fifa. 11h21

"Le timing n'est pas idéal mais la Fifa appuie cette démarche", assure Walter De Gregorio, le responsable communication de l'institution.

11h20 metronews@metronewsDIRECT - Arrestations à la Fifa : la fédé internationale entend "clarifier la situation" à… dlvr.it/9zr2t1 pic.twitter.com/9CMYyb37ZY 11h20 La Fifa n'a pas communiqué sur le sujet, jusqu'à une conférence qui démarre tout juste.

11h19 Le parquet suisse, qui collabore sur cette affaire, a ouvert une procédure pénale contre X pour soupçon "de blanchiment d'argent et gestion déloyale" entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022 et a saisi mercredi des documents électroniques au siège de la Fifa à Zurich, a annoncé un communiqué officiel.

"Les enrichissements illégitimes se seraient déroulés en partie au moins en Suisse", précise le ministère de la Justice, ajoutant que cette procédure pénale est ouverte depuis le 10 mars 2015.

Elle n'avait pas été révélée jusqu'à ce jour. 11h18 A deux jours de l'élection de son président, la Fifa est dans la tourmente avec cette affaire de corruption, une opération menée par le FBI. Ce que l'on sait de l'arrestation de sept responsables de la Fifa pour corruption présumée

Le "New York Times" révèle que les interpellations ont eu lieu, mercredi matin, à Zurich, alors que les dirigeants de la Fédération internationale de football se réunissaient pour leur congrès annuel. Un van de la police suisse devant l'hôtel zurichois (Suisse) où ont été arrêtés des responsables de la Fifa, le 27 mai 2015.

(ARND WIEGMANN / REUTERS)

Sept responsables de la Fédération internationale de football (Fifa) ont été arrêtés, tôt mercredi 27 mai, alors qu'ils devaient se réunir pour leur congrès annuel à Zurich (Suisse). L'information, révélée par le New York Times (en anglais), a été confirmée par la Suisse et les Etats-Unis.

La justice américaine réclame leur extradition pour des faits de corruption présumée. La Suisse a profité de ces arrestations pour officialiser, un peu plus tard dans la matinée, l'ouverture d'une enquête, en mars, sur l'attribution des Coupes du monde 2018 (Russie) et 2022 (Qatar).

Francetv info revient sur cette vague d'arrestations sans précédent dans l'univers feutré du football international.

Que s'est-il passé ? Les arrestations se sont faites dans le calme. Les policiers suisses se sont présentés à l'accueil du Baur Au Lac Hotel de Zurich, tôt, mercredi. Après avoir relevé les numéros de chambre des six personnes concernées, ils sont montés les arrêter, raconte un journaliste du New York Times. Les responsables interpellés ont quitté l'hôtel par une porte secondaire. Ils n'étaient pas menottés et ont pu emporter une valise.

Les employés de l'hôtel ont tenté de les mettre à l'abri des regards avec des draps, comme le montrent ces images de l'agence AP. (AP) Un septième a été arrêté un peu plus tard dans la matinée, dans des circonstances non précisées, indique le ministère de la Justice suisse. Qui sont les personnes arrêtées ? Le ministère de la Justice suisse indique que sept "fonctionnaires du football" ont été arrêtés "à la demande des autorités américaines".

Jeffrey Webb, vice-président du comité exécutif, représentant des Iles Caïmans et président de la Concacaf, la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes, figure parmi les interpellés. Le président de la Concacaf, Jeffrey Webb (à droite), à côté du président de la Fifa, Sepp Blatter (à gauche), le 16 avril 2015, aux Bahamas.

(DAVID LEAH / MEXSPORT / AFP)

On retrouve également l'Uruguayen Eugenio Figueredo, lui aussi vice-président du comité exécutif. L'actuel président de la Fifa, Sepp Blatter, qui doit être réélu vendredi pour un cinquième mandat, n'est pas concerné par cette vague d'interpellations.

Que leur reproche-t-on ?

Les accusations portent sur des faits de corruption présumée commis sur les vingt dernières années, essentiellement au sein de la Concacaf, l'une des six fédérations régionales de la Fifa. Au total, 14 personnes, dont des Américains et des Sud-Américains travaillant dans le marketing sportif, sont mises en examen dans cette affaire, selon le communiqué du ministère de la Justice américain.

Selon le ministère de la Justice suisse, des représentants des médias sportifs et de sociétés de marketing sportif auraient versé des pots-de-vin à des délégués Fifa en échange de "droits médiatiques et des droits de marketing de compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud".

Le montant de ces dessous-de-tables se chiffre en millions d'euros.

Pourquoi l'enquête est-elle menée par la justice américaine ?

Selon la demande d'arrestation américaine, citée par le ministère de la Justice suisse, les négociations autour de ces pots-de-vin "auraient été conclues aux Etats-Unis, où ont également eu lieu les préparatifs".

Des paiements auraient aussi transité par des banques américaines. Autant d'éléments qui expliquent la mobilisation de la justice américaine dans cette affaire. Selon le Wall Street Journal (en anglais), cette opération est l'aboutissement d'une enquête entamée il y a des années par le FBI.

Les policiers américains ont reçu un coup de pouce décisif en 2011, lorsqu'un Américain membre du comité exécutif, Charles Chuck Blazer, a accepté de collaborer avec eux. Sous la menace d'une enquête pour évasion fiscale, l'homme, qui a quitté la Fifa en 2013 après des accusations de corruption, a enregistré plusieurs conversations avec d'autres cadres de la fédération.

Après l'annonce des arrestations, un porte-parole de la Fifa a indiqué que cette dernière cherchait "à clarifier" la situation. "Nous ne ferons pas de commentaire à cette étape", a déclaré la porte-parole.

Hervé Renard officialise son départ et remercie le Président Ouattara

«Toute ambition pour un entraîneur, c’est de participer à la Ligue des champions (…) Ce n’est plus un secret. Ma prochaine destination, c’est Lille», précise-t-il. FIF : Hervé Renard officialise son départ et remercie le Président Ouattara C’est officiel. Hervé Renard n’est plus l’entraîneur de la sélection ivoirienne. Le technicien français l’a signifié lui-même ce vendredi 22 mai, lors d’une conférence de presse à Abidjan. "Il serait difficile de faire mieux sur le continent africain" « Il serait difficile de faire mieux sur le continent africain après mes passages au Ghana, en Zambie, en Angola, en Zambie et en Côte d’Ivoire.

Mon futur club me permettra de franchir un palier (…) Je reste reconnaissant au football ivoirien. Aux sportifs ivoiriens, au Président de la République de Côte d’Ivoire » a-t-il signifié non sans un brin de regret dans les propos. Il faut rappeler qu’Hervé Renard en poste depuis août 2014, avait signé pour un contrat de deux ans renouvelables. Le bail n’est pas arrivé à terme que le technicien français a souhaité, avec l’accord de la fédération ivoirienne, mettre un terme à son parcours avec les Eléphants. La victoire à la Can 2015 n’a pas fait fléchie le double champion d’Afrique (2012 avec la Zambie et 2015 avec la Côte d’Ivoire). Ses ambitions après la victoire à la Can 2015, lui fait gravir les échelons. Et c’est la France, son pays d’origine qu’Hervé Renard a choisi pour continuer sa carrière. Une manière pour lui de voir plus grand et rêver de participer aux compétitions prestigieuses d’Europe. ‘‘Ma prochaine destination, c’est Lille’’ «Toute ambition pour un entraîneur, c’est de participer à la Ligue des champions (…) Ce n’est plus un secret.

Ma prochaine destination, c’est Lille», précise-t-il. Une fin d’aventure qui laisse des regrets à la fédération ivoirienne. D’autant que le porte-parole de la Fif, Pierre Gondo, aux côtés d’Hervé Renard à la conférence de presse, a affirmé «Nous avons aussi analysé les ambitions nouvelles de Hervé Renard. Le Comité exécutif s’est donc réuni et lui a signifié son regret de le voir partir et de façon anticipée». Hervé Renard quitte la Côte d’Ivoire, ce vendredi soir pour la France avec l’espoir de laisser derrière lui une nouvelle et bon e équipe des Eléphants. Pour l’instant, la Fif n’a rien précisé sur le successeur d’Hervé Renard. Mais, a promis engager un entraîneur qui correspondrait à un bon profil conformément aux ambitions des Eléphants.

ADAM KHALIL vendredi, 22 mai 2015

S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px