Bannière

Log in

« Le RHDP est un beau cadeau qu’offre le destin à Bédié » Par (Pr Dibi, pro-RHDP unifié)

Spécial « Le RHDP est un beau cadeau qu’offre le destin à Bédié »  Par (Pr Dibi, pro-RHDP unifié)

LE RHDP COMME LE PDCI EN SON ESSENCE ACCOMPLIE

Le Bureau Politique du PDCI, en sa réunion du lundi 24 septembre 2018, à Daoukro, vient de confirmer que ce parti se retire définitivement du RHDP. Il est souligné qu’il envisage la « mise en place d’une plate-forme de collaboration avec les forces vives de la nation » et toute formation politique partageant « sa vision d’une Côte d’Ivoire réconciliée et pacifique ». Au plan formel, l’on peut dire que par son retrait, le PDCI vient de rejoindre l’opposition : en effet, il se pose en s’opposant au RHDP, à ce noble projet de construction de notre être-ensemble, se recueillant dans le ressouvenir du premier bâtisseur de notre pays, pour répondre aux exigences de la modernité, en réunissant ce qui est épars. Que l’opposition politique dans notre pays puisse voir la venue au jour d’une autre formation pour se renforcer, qui le pourrait refuser ? N’est-il pas d’ailleurs souhaitable au plus haut point pour la santé éthique d’une nation que ne soit pas étouffée l’opposition, que celle-ci soit vivante pour, sans cesse, par le regard critique, aider à lever la tête, à ne pas nous déposer, en un mot, à travailler à l’avènement d’un lendemain davantage humain ? 

Les grandes nations ne se sont-elles pas construites sur cette base, soucieuses que la pluralité caractérise l’existence et que c’est par aiguisement et affinement des divers points de vue que peut fleurir une société épanouissante ? 

Sur ce point, ne faut-il pas se demander ce qui réellement, essentiellement, oppose le PDCI au RHDP ? Nous ne voyons pas le PDCI s’opposer à partir d’un projet de société, d’une vision du monde, de l’homme, d’une conception de la vie historique ! Pascal souligne que toute la dignité de l’homme consiste dans la pensée. Les débats d’idées, exercice par lequel les hommes rejoignent ce qu’il y a de plus haut et de plus noble en eux, sont comme en sommeil dans le champ politique de notre pays. Le sommeil de la raison engendre des monstres. En nous contentant des préjugés, des opinions boiteuses et contingentes, notre raison tourne sur elle-même, à vide et glisse nécessairement vers ce que Platon désigne comme étant la partie bestiale de l’âme qui, déchaînée, ose tout. L’avènement d’une nation démocratique n’est possible que si nous nous exercions à aller vers des idées, à les construire et à les soutenir dans un examen parallèle, « un frottement analogue à celui de deux allume-feux », selon l’expression de Platon, afin que jaillisse une lumière susceptible d’éclairer chacun de nous, en révélant que le vrai n’est ni à moi, ni aux autres, mais qu’il est entre nous, au milieu.

Le PDCI tel qu’il est conduit actuellement, comme il va, ne gagnerait-il pas à établir conceptuellement ce qu’il vise, ce qu’il est en soi et que ne serait pas le RHDP, afin que son opposition actuelle ait un sens ? Autrement, son acte de s’opposer ressemble à cette « dispute de jeunes gens têtus » dont parle Hegel, dont « l’un dit A quand l’autre dit B, pour dire B quand l’autre dit A », et qui, par la contradiction avec soi-même, se payent la satisfaction de demeurer en contradiction l’un avec l’autre ! Dans les discours prononcés à Daoukro, il a été entendu les phrases qui suivent : « je ne sais pas ici en Côte d’Ivoire et particulièrement en cette salle qui peut souhaiter la disparition du PDCI-RDA. Peut-être que je me trompe ; si tel est le cas, que ces personnalités présentes se lèvent pour donner leurs raisons profondes ». Le Président Bédié sait bien que les partis constituant le RHDP ne veulent pas la disparition du PDCI. L’avènement du RHDP auquel lui-même de tout son cœur, de toute sa force, de toute son âme, il a contribué, ne signifie nullement la réduction à néant, la mise à mort du parti fondé par le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Il est simplement à rappeler que ce parti a connu une détente et une contradiction en soi pour laisser être des formations politiques n’ayant jamais renié leur source, l’âme substantielle de leur provenance. Nourries par le temps et des expériences diversement vécues, elles veulent désormais s’unifier afin de porter plus loin et plus haut l’œuvre initiée par celui qui, ami de la veuve, de l’orphelin et de l’étranger, en grand dialecticien, a poursuivi, toute sa vie durant, une synthèse élégante de la tradition et de la modernité. Cet homme était vraiment ouvert sur l’Universel, entendu comme « ce qui, unique, verse pourtant dans tous les sens », selon Michel Serres.

Le PDCI du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY trouve en le RHDP son essence accomplie, sa vérité intrinsèque, le lieu où il est véritablement auprès de soi. Il trouve en ce rassemblement sa vie déployée en vives scintillations. La « disparition du PDCI » ne consisterait-elle pas plutôt en sa fétichisation, à dire qu’il est l’essentiel de l’héritage laissé ? L’essentiel ne saurait être un parti, quel qu’il soit, mais ce que vise ce parti, la flamme en lui appelée à se transmuter en un réservoir de vie d’où pourront s’élancer sans cesse des jets, des œuvres. Le parti n’est pas une fin en soi, mais un moyen afin de se mettre en route, quelque part dans l’inachevé. L’essentiel est dans ce qui est éternité de vie et de mouvement, non éternité d’immutabilité.

En bonne logique, si l’on tenait à tout prix à perpétuer le souvenir du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, pourquoi se retirerait-on d’une formation politique dont le nom porte le terme "Houphouétistes" ?

Ne nourrirait-on pas le désir secret qu’en lieu et place de ce terme, il fût fait mention d’un autre mot ? Le Bureau Politique du PDCI-RDA conclut son communiqué en rassurant ses militantes et ses militants de sa « détermination à reconquérir le pouvoir d’État en 2020 ». Que le dernier mot soit cette visée n’est pas un hasard, nom qu’emprunte Dieu quand il veut rester anonyme, selon Einstein ! Qui n’aura pas compris que seule cette visée est à l’origine du retrait du plus vieux parti de notre pays du RHDP ! L’Évangile du dimanche 23 septembre 2018, un jour avant la réunion de Daoukro, nous rappelle une vérité élémentaire selon laquelle c’est ce que nous nourrissons à l’intérieur de notre être qui afflue vers l’extérieur pour devenir une nourriture indigeste : « Vous désirez quelque chose, mais vous ne pouvez pas l’avoir, et alors vous êtes prêts à tuer ; vous avez envie de quelque chose, mais vous ne pouvez pas l’obtenir, et alors vous avez des querelles et des luttes ».

Il est seulement heureux de constater que l’opposition au RHDP n’aille pas jusqu’au boycott des élections du 13 octobre 2018. C’est le signe que la bonne graine du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY n’est pas perdue et qu’au bout de la nuit, surviendra une aube nouvelle, « pacifique, douce et bienveillante ».

DIBI Kouadio Augustin Professeur Titulaire de Philosophie Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody

A lire aussi : Le regard du Professeur Dibi Kouadio Augustin, Professeur titulaire de Philosophie à l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody sur la situation politique du Pdci-Rda

Ne sentons-nous pas depuis quelques années une embellie des choses ? Pourquoi changer d’attitude et trouver subitement des vertus à des personnes que l’on a rejetées, au point de penser à initier avec elles une plateforme de collaboration ? L’ami, habitué à notre pays et venu ces jours de l’étranger pour nous rendre visite, ne manquera pas, en nous quittant, de garder au plus profond de lui-même, le sentiment suivant : ce pays, manifestement, affectionne de vivre dans l’indifférence du temps sans se soucier une seule seconde des leçons que lui donne, dans le silence et le recueillement des choses, son passé même le plus récent.

Quel est en effet ce peuple qui, lorsque tout semble le conduire à un lieu de synopse, de convergence et de rassemblement du divers, préfère effacer, de très brutale manière, ce que, dans la patience, la douleur et la persévérance, il a su construire, remettant ainsi en cause sa propre œuvre, comme s’il avait choisi d’avoir pour compagne fidèle l’obscurité ? Après tout ce que nous avons vécu et qui a profondément défiguré notre pays, comment comprendre que nous ne fassions pas l’effort de nous saisir de l’heureuse occasion de reconstruction, de restitution et de réconciliation en cours depuis quelques années ?

« POURQUOI, UNE FOIS DANS LE TRAIN, CETTE HABITUDE DE SOMNOLER ET DE NOUS ENDORMIR POUR NE NOUS RÉVEILLER QU’AU MOMENT DE LA COLLISION ? »

De l’encre noire des épreuves, pourquoi ne pas nous exercer à tirer les plus belles couleurs afin de poursuivre le chemin en le polissant et en le consolidant ? Pourquoi, une fois dans le train, cette habitude de somnoler et de nous endormir pour ne nous réveiller qu’au moment de la collision ? Dans la presse, nous avons pu lire que le PDCI RDA a décidé de se retirer du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, et qu’il « se réserve le droit de promouvoir une nouvelle plateforme de collaboration avec d’autres personnes » !

A vrai dire, l’observateur avisé sentait la chose venir, depuis que cette formation politique, à travers plusieurs voix dans les journaux et des textes écrits, parle de l’Alternance comme « reconquête du pouvoir », invite à libérer le pays en nous mettant en rang de bataille, note une dictature et une « dérive autoritaire » de l’actuelle gouvernance dont il assure pourtant intimement la cogestion ! Un enfant dont l’intelligence est éveillée pourrait poser à ses parents les questions suivantes : le pouvoir actuel conduit-il mal les affaires du pays ? Ne sentons-nous pas depuis quelques années une embellie des choses ? Pourquoi changer d’attitude et trouver subitement des vertus à des personnes que l’on a rejetées, au point de penser à initier avec elles une plateforme de collaboration ?

« LE PRÉSIDENT BÉDIÉ NE PEUT OUBLIER QU’IL A CONTRIBUÉ À L’ENFANTEMENT DU RHDP DONT IL EST LE GARANT MORAL »

On aura compris que rien ne justifie pareille attitude, sinon le désir du pouvoir, loin de tout débat d’idées susceptibles de proposer une vision autrement enrichissante et épanouissante. Ce désir du pouvoir se nourrit de l’idée assez obscure que l’autre par sa réussite nous fait ombrage, qu’il aurait bien fait de ne pas être là parce qu’il boucherait notre horizon ! Le prophète Habacuq révèle que « la puissance est dangereuse : les hommes orgueilleux ne sont jamais en repos, ils sont gloutons comme le monde des morts, comme la mort ils veulent toujours plus ». Après le retrait du RHDP et le ton de tous les discours utilisés pour l’accompagner, ne paraît-il pas difficile et contradictoire de se réclamer « gardiens du temple », de la maison bâtie par le président Félix Houphouët Boigny ?

Lorsque nos gestes, nos mots, nos engagements donnent la preuve de ne pas porter, comme il convient, les valeurs incarnées par le Président Félix Houphouët Boigny, comment pouvons-nous prétendre être dans son temple et en assurer la garde ? Ne serait-on pas plutôt devant le temple, ce qui se traduit par le terme profanum qui donne le mot « profane » ? L’observateur a plutôt l’impression que les gardiens manifestement sont ailleurs, si le mot temple a un sens ! Temple renvoie à un espace sacré où sont organisées des activités rituelles. Rituel vient de ritus qui signifie « action correcte ». Pour avoir accès au temple, il importe de se tenir droit, de rectifier ses pas, en un mot, d’apprendre à marcher vers un orient constant. 

Le ballet incessant des personnalités de tous ordres se rendant à Daoukro donne l’impression que le temple du PDCI RDA est certes garni d’ornements variés, mais manifestement privé de sanctuaire, d’un lieu secret le sacralisant, car y défilent des individus apparaissant comme des intrus, en terre étrangère, seulement désireux de se couvrir du manteau protecteur d’une formation politique qui a contribué à édifier notre pays et à nous nourrir utilement. 

« QUI NE GARDERAIT ENCORE DE L’APPEL DE DAOUKRO QUI A SAUVÉ NOTRE PAYS D’UN ENSABLEMENT ET D’UN OBSCURCISSEMENT, UN SOUVENIR VIVANT ? »

Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara se sont entretenus ce mercredi 8 août 2018 Le trésor du temple mérite hautement et autrement d’être entretenu : le RHDP n’en offre-t-il pas l’heureuse opportunité ? Ce ne serait point faire injure au président Bédié que de dire que le RHDP est un beau cadeau que lui offre le Destin pour rassembler les morceaux dispersés, sous son règne, de la maison du président Félix Houphouët-Boigny. Il nous a montré à un certain moment qu’il a de la hauteur, qu’il tient à voir son pays briller en myriades de scintillations, afin de devenir comme une étoile au ciel du monde. Qui ne garderait encore de l’Appel de Daoukro qui a sauvé notre pays d’un ensablement et d’un obscurcissement, un souvenir vivant ? Le Président Bédié ne peut oublier qu’il a contribué à l’enfantement du RHDP dont il est le garant moral. Il sait que la beauté d’un tapis provient de la diversité de ses couleurs et qu’il nous faut ensemble tisser la trame des choses afin de pouvoir offrir à une nouvelle génération un horizon qui, loin de rétrécir, d’enchaîner et d’obscurcir, élargit, libère et éclaire. La colombe retrouvera un beau matin le chemin du colombier afin de n’avoir pas à trahir sa propre essence, son « Ethos »

Par : Dibi Kouadio Augustin Professeur Titulaire de Philosophie Université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan.

Dernière modification lemardi, 25 décembre 2018 12:43
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px