Bannière

Log in

(Lettre ouverte à Bédié ) Par : Paul Maurice Dogbo Pépé Militant du PDCI-RDA / Excellence M. le Président de quelle base parle t-il ?

Spécial (Lettre ouverte à Bédié ) Par : Paul Maurice Dogbo Pépé  Militant du PDCI-RDA  /  Excellence M. le Président de quelle base parle t-il ?

« Il convient de reverser sur le seul compte de Guikahué, la violence qui prévaut actuellement dans le parti ». Le débat sur le parti unifié, au lieu de nous permettre d’entrevoir des perspectives heureuses pour la Côte d’Ivoire, a créé au sein du PDCI-RDA une ambiance délétère, crispée et malsaine. Elu député grâce à la somme des voix des militants des partis membres du RHDP, le S. E. en Chef voudrait faire croire que la base n’en veut pas, tout en manœuvrant pour que les prochaines élections locales se fassent en RHDP.

De quelle base parle t-il ?

De la base de Korhogo, Didievi, Aboisso, Grand-bassam,  Bondoukou, Bongouanou, Bouaflé, Abengourou ou de sa seule base à lui ?

Quand et par quel moyen a-t-il mesuré l’opinion de la base ?

La base du PDCI-RDA était-elle d’emblée d’accord avec la candidature unique du Président Alassane Ouattara en 2015 ?

 Quand a-t-il expliqué à la base le projet du parti unifié ?

Mais alors, pourquoi le Chef du S. E. feint-il de ne pas savoir que l’opinion des militants à la base peut-être radicalement modifiée par une bonne campagne d’explication ?

Si les militants du PDCI-RDA ont accepté de porter la candidature du Président Alassane Ouattara en 2010 et 2015 pourquoi n’accepteraient-ils pas que l’on aille plus en avant dans l’alliance ? » »

Lettre ouverte d’un militant PDCI à Bédié :

« La base du PDCI-RDA était-elle d’emblée d’accord avec la candidature unique du Président Alassane Ouattara en 2015 ? ».

 

 Lettre ouverte à Bédié ) Par : Paul Maurice Dogbo Pépé Militant du PDCI-RDA

Excellence M. le Président Le débat sur le parti unifié, au lieu de nous permettre d’entrevoir des perspectives heureuses pour la Côte d’Ivoire, a créé au sein du PDCI-RDA une ambiance délétère, crispée et malsine. En lieu et place des débats contradictoires et civilisés nécessaires à l’enracinement de la démocratie à l’intérieur du parti, nous assistons à une foire à la désinformation, aux injures et au dénigrement systématique de ceux qui auraient vendu leurs âmes à Bacchus. Sur la toile, des militants encagoulés pour les besoins de la mauvaise cause, ne se gênent pas pour tenir à l’endroit des Judas des propos injurieux, mettant gravement à mal la cohésion du parti. Le PDCI-RDA, jadis parti de dialogue, est en train de devenir, sous nos yeux ahuris, un parti  intolérant et violent.

Au-delà des militants des partis membres du RHDP, ce sont tous les Ivoiriens qui attendent avec impatience vos directives, relativement à la nature des relations que le PDCI-RDA voudrait entretenir avec le parti unifié en création. Si l’opposition rêve de voir notre parti s’engager dans une entreprise périlleuse de reconquête solitaire du pouvoir c’est parce qu’elle espère s’engouffrer à nouveau dans la brèche des incompréhensions entres les héritiers politiques d’Houphouët pour se hisser au pouvoir.

 Excellence Monsieur le Président Si ce n’était que pour dépeindre la situation qui prévaut actuellement dans le parti, je ne me serais pas donné autant de mal pour vous écrire, car l’état des lieux, vous ne le connaissez que trop ; la dessus, personne ne peut vous abuser. Par contre, sur l’origine et la raison de cette agressivité, des ‘‘esprits malins’’ peuvent tenter de distordre votre compréhension de la situation afin de vous entraîner sournoisement sur une voie opposée à celle dans laquelle vous vous êtes déjà engagé.

Vu l’importance de la décision que prendra le prochain Bureau Politique sur l’avenir de notre parti et vu le poids de votre opinion personnelle dans cette décision j’ai estimé qu’il était nécessaire de partager avec vous ma modeste position sur la question qui nous divise.

 Excellence M. le Président, Tout a commencé quand, sur Facebook, un groupuscule de jeunes militants de notre parti, se réclamant ouvertement du S.E. en Chef et se faisant passer pour des sachants, ont taclé, en violation flagrante du respect dû aux aînés, aux dignitaires du parti et aux grands commis de l’Etat, le Doyen Lambert Kouassi Konan, le Vice-président de la République, le Président du Sénat, le Président du CESC, l’Inspecteur Général d’Etat et les Ministres K. Kouassi Adjoumani, Pascal Abinan, R. Goudou Coffie, Fofana Siandou, Amédée Kouassi, Patrick Achi, et J.C. Kouassi au motif pris qu’ils seraient favorables au parti unifié.

Sûrs de leur fait, ils ont obstrué, sans coup férir, la tenue de la réunion du comité de haut niveau, mis en place par vos soins pour plancher sur la création du parti unifié, qui devait se tenir au siège du parti.

 Qui n’a pas été choqué de lire, prétextant que vous auriez vendu le PDCI au RDR, l’appel lancé par un de ces jeunes à ‘’l’esprit’’ du Président Houphouët de venir vous chercher ?

 Qui ne se souvient des attaques en règle, à la fois gratuites, inutilement provocatrices et opportunistes lancées contre le Chef de l’Etat, au cours d’une manifestation organisée pour soit disant vous ‘’célébrer’’ ?

Pour sa proximité avec ses jeunes, pour leur avoir donné l’impression qu’ils étaient dans la vision du parti et pour n’avoir pas traité précocement le mal, il convient de reverser sur le seul compte du S.E. en Chef l’irrévérence et la violence qui prévalent actuellement dans le parti.

 Totalement englué dans le débat sur le parti unifié, malgré la consigne que vous nous avez donné de laisser cette matière à votre discrétion, embrouillant les militants en se présentant les jours impaires comme le chef de file des anti RHDP et les jours paires comme son porte-étendard, les dressant les uns contre les autres et dressant vos plus fidèles compagnons contre vous, le S.E. en Chef a élargi et approfondi le fossé entre anti et pro RHDP, y a versé du combustible et y a mis le feu.

 A fond dans le combat de positionnement, donnant l’impression que le candidat du parti à la prochaine élection présidentielle a déjà été choisi, il a entreprit de museler et de combattre ceux qu’il suspectait de ne pas aller dans le même sens que lui. Contre son souffre-douleur, le Ministre Adjoumani, il a trouvé dans le Ministre Billon un antidote, créant ainsi la cacophonie au sommet du parti. Pour mesurer le degré de fidélité des hauts fonctionnaires militants du PDCI-RDA à votre personne, par rapport à leur loyauté au Chef de l’Etat, il n’a rien trouvé d’autre que d’organiser ici et là des manifestations en votre honneur sans tenir aucun compte de leurs agendas professionnels.

 Elu député grâce à la somme des voix des militants des partis membres du RHDP, le S. E. en Chef voudrait faire croire que la base n’en veut pas, tout en manœuvrant pour que les prochaines élections locales se fassent en RHDP.

De quelle base parle t-il ?

De la base de Korhogo, Didievi, Aboisso, Grand-bassam,  Bondoukou, Bongouanou, Bouaflé, Abengourou ou de sa seule base à lui ?

Quand et par quel moyen a-t-il mesuré l’opinion de la base ? La base du PDCI-RDA était-elle d’emblée d’accord avec la candidature unique du Président Alassane Ouattara en 2015 ?

Quand a-t-il expliqué à la base le projet du parti unifié ? Mais alors, pourquoi le Chef du S. E. feint-il de ne pas savoir que l’opinion des militants à la base peut-être radicalement modifiée par une bonne campagne d’explication ? Si les militants du PDCI-RDA ont accepté de porter la candidature du Président Alassane Ouattara en 2010 et 2015 pourquoi n’accepteraient-ils pas que l’on aille plus en avant dans l’alliance ? Excellence M. le Président

 A plusieurs égards, le RHDP est une idée lumineuse, à approfondir et à pérenniser. Sa création témoigne de la capacité des Ivoiriens à se pardonner et à prioriser la Côte d’Ivoire. Dans le cadre du RHDP, les héritiers politiques d’Houphouët fraternisent et travaillent de nouveau ensemble.

 A l’épreuve de la gestion du pouvoir, le RHDP a montré son efficacité. Pour ce qui concerne le partage du pouvoir, le PDCI n’a aucune raison de se plaindre : la Vice-présidence de la République, les Présidences du Sénat et du CESCE, l’Inspectorat d’Etat, 8 postes ministériels et de nombreux postes de PCA et DG sont tombés dans son escarcelle, du fait de cette plateforme politique.

En moins de 7 ans d’exercice commun du pouvoir, la Côte d’Ivoire est à la porte de l’émergence économique. La sécurité des personnes et des biens s’améliore de jour en jour, les exilés reviennent au bercail et le difficile dossier de la réconciliation se traite aussi rapidement que le peuvent le Gouvernement et la justice. Les Ivoiriens comprennent, contrairement à ce que l’on a voulu leur faire croire, que vous n’êtes ni rancunier ni ‘’ivoiritaire’’ et apprécient votre rôle tampon dans la stabilité des institutions de la République.

 Excellence M. le Président, le retour à l’unité ne sera pas aisé car il implique une réduction drastique du personnel politique. Là où coexistaient au 4 à 5 responsables politiques locaux, il faut désormais en prévoir 1 seul. Il en est de même pour les structures spécialisées. Au plan national, le personnel politique sera également réduit dans les mêmes proportions.

 Nous comprenons donc les motivations des uns et n’ignorons pas les ressentiments des autres, à l’égard du Chef de l’Etat. Pour autant, nous ne pouvons accepter que les intérêts de quelques uns entravent la volonté de la très grande majorité des Houphouëtistes de retrouver une famille politique réconciliée avec elle-même et apaisée. La réconciliation nationale que nous appelons de tous nos vœux doit prendre racine dans notre famille politique avant de s’étendre à l’ensemble de la population Ivoirienne.

Soutenir qu’œuvrer pour que le PDCI prenne sa place dans le parti unifié revient à brader l’héritage politique du Président Houphouët n’est rien d’autre qu’un misérable cache-sexe ; c’est un lamentable prétexte qui vise à préserver des strapontins ou à régler des comptes mais qui a l’inconvénient de perpétuer la division de notre famille politique. Car nul n’ignore qu’il n’y a pas meilleure preuve de notre attachement à son œuvre intemporelle que de nous rassembler à nouveau, 25 ans après son décès, et de donner à notre rassemblement son nom. Excellence M. le Président

 L’enjeu du combat pour l’unité est considérable ; il s’agit de donner à notre pays la chance d’expérimenter à nouveau une longue période de stabilité et de développement socioéconomique. Pour gagner ce combat nous devons désintoxiquer ceux qui ont été dressés contre le RDR et qui ne rêvent que d’en découdre avec ses militants, leur expliquer que l’entreprise est périlleuse, que nous ne sommes pas plus Houphouëtistes qu’eux et qu’il y va de l’intérêt de tous de renforcer notre union et de demeurer ensemble.

Il s’agit in fine d’expliquer à ces camarades que le soutien des autres partis membres de la coalition à la candidature d’un militant du PDCI ne pourra pas s’obtenir au forceps, dans l’arrogance et en dehors du parti unifié. Bâtir un parti ayant la taille et la même composition sociologique que celui que nous laissa le Père avant de partir, voilà un projet noble qui ne s’accommode pas de petits calculs politiciens et qui relève de votre responsabilité, en votre qualité d’aîné et de gardien de l’héritage.

 En espérant avoir fait œuvre utile en amplifiant l’opinion largement partagée par de nombreux militants, je vous prie de croire, Excellence M. le Président, en l’expression de ma très haute considération.

 Paul Maurice Dogbo Pépé Militant du PDCI-RDA

Dernière modification lejeudi, 14 juin 2018 13:03
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px