Bannière

Log in

Présidentielle 2020 : Vers la fin d’un cycle en Côte d’Ivoire

Spécial Présidentielle 2020 : Vers la fin d’un cycle en Côte d’Ivoire

La prochaine élection présidentielle pourrait marquer une rupture. Puisque ce sera la première fois , depuis plus de trois décennies, que ni Henri Konan Bédié, ni Laurent Gbagbo, encore moins Alassane Ouattara ne seront dans les starting-blocks. Le fait est suffisamment remarquable pour être souligné.

 C’est en 1990 que, pour la première fois, Laurent Gbagbo entre en lice pour la présidentielle. C’était face au père de la Nation, l’emblématique Félix Houphouet Boigny qui le surclassa, comme on pouvait s’y attendre. Mais, le Woody de Mama venait de prendre date avec l’histoire, puisque depuis, il sera présent, sauf en 1995, dans la course au Graal.

En 1995, Henri Konan Bédié qui avait déjà accédé au ‘’trône’’ par le truchement de l’article 11 de la Constitution d’alors, qui faisait de lui le successeur légal et légitime du Vieux, se soumet, pour la première fois, au suffrage universel direct. Il triomphera, sans panache et sans gloire, face à un candidat sans aura et sans charisme, le célèbre constitutionnaliste Francis Wangah Wodié dont il fait ‘’une bouchée’’. Avant qu’il ne chute à quelques mois de la fin de son mandat.

 Quant à Alassane Ouattara, c’est en 2010 qu’il entre aussi en lice, après le ‘’faux départ’’ de 1995 et se jette dans le grand bain. Cette année-là, les trois ‘’poids lourds’’ de la scène politique se sont mesurés et jaugés. Chacun a alors vu ce qu’il valait et pesait en terme ‘’électoral’’.

En gros, depuis plus de trois décennies, la vie politique ivoirienne est dominée par ces trois personnalités qui drainent la majeure partie de l’électorat. De sorte, que ceux qui ont aujourd’hui au moins 30 ans ne connaissent que ces trois-là qui ont tous goûté aux joies de la magistrature suprême. En 2020, chacun d’eux aura plus de 70 ans. De quoi songer à se retirer de la scène politique pour jouir d’une retraite bien méritée. Si, pour Bédié et Gbagbo, la chose semble entendue, il reste que Ouattara entretient encore le suspense sur une (probable) candidature. Et pourtant, il serait inspiré de songer à passer la main à plus jeune pour assurer le nécessaire renouveau générationnel. La logique le commande, la raison l’exige.

Il est vrai que la nouvelle Constitution ne lui interdit pas de briguer un autre mandat (le 3ème), mais, tout ce qui est permis est-il utile ? A l’évidence, il gagnerait à quitter la scène maintenant. Il le ferait avec les honneurs du public et les félicitations du ‘’jury’’. Nul ne sait ce que demain lui réserve. Visiblement, un 3ème mandat serait soumis à tellement d’aléas, les ‘’opposants’’ à une telle éventualité se recrutent un peu partout, y compris au sein de la coalition au pouvoir où la question de l’alternance en 2020 semble avoir réveillé les ‘’vieux démons’’, que ce serait ‘’tenter le diable’’ que d’y succomber.

En clair, les échéances de 2020 se présentent comme la fin d’un cycle pour les trois ‘’ogres’’ de la vie politique nationale. De toute évidence, ils ont déjà donné ! Personne ou presque ne les regrettera donc. Acta est fabula ! 

La générale de presse12 avril 2018 /phttp://www.lageneraledepresse.net/presidentielle-2020-vers-fin-dun-cycle-cote-divoire/

Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px