Bannière

Log in

Affaire Stéphane Kipré poursuit Serge Koffi, alias Srouckou Trèmè Trèmè (STT) Un serpent de mer juridique avec la complicité de Gbagbo ? ( Par Bakary Cisse )

Spécial Affaire Stéphane Kipré poursuit Serge Koffi, alias Srouckou Trèmè Trèmè (STT) Un serpent de mer juridique avec la complicité de Gbagbo ? ( Par Bakary Cisse )

De quoi s'agit-il.

1- Plainte pour diffamation Stéphane Kipré poursuit Serge Koffi, alias Srouckou Trèmè Trèmè (STT), ancien secrétaire général de la FESCI, réfugié politique au Canada pour diffamation parce que STT aurait dit que c'est Stéphane Kipré qui aurait imité la signature de Gbagbo dans le fameux courrier dactylographié et signé parvenu à Abidjan qui proviendrait de Gbagbo pour faire acte de candidature à la présidence du FPI en 2014.

2- Affaire FESCI organisation terroriste

Dans la foulée de la plainte pour diffamation, de fil en aiguille, selon les éléments contenus dans la plainte et les recoupements de la justice canadienne, le procureur de la république ouvre une autre affaire contre STT dans laquelle il (le procureur) demande que le statut de réfugié politique de STT soit révoqué parce qu'il a été secrétaire général de la FESCI, une organisation terroriste, et que des informations qui avaient échappées à l'état canadien lors de l'octroi du statut de réfugié ont fait surface. Compte tenu de ces informations qui viennent d'être mises devant l'état canadien, le procureur engage la poursuite contre STT.

3- STT engage deux avocats pour répondre aux deux affaires qui courent contre lui en justice, la première affaire est la plainte de Stéphane Kipré pour diffamation et la seconde affaire est la plainte du procureur de la république du Canada pour appartenance à une organisation terroriste.

STT pense que les deux affaires sont liées et que c'est le contenu de la plainte de Stéphane qui a permis à la justice canadienne d'emprunter la piste de FESCI, organisation terroriste.

4- STT bat le rappel des anciens fescistes. Étant donné que l'accusation du procureur canadien vise toute la FESCI et non lui seul STT, les conséquences pourraient être très graves pour tous ceux qui ont appartenu ou appartiennent à la FESCI, où qu'ils soient, si le procureur canadien gagne son procès. Les conséquences vont même au delà des fescistes, beaucoup de personnes dans la classe politique ivoirienne seront éclaboussées, et les répercussions sur les procès à la Haye seront dramatiques.

 5- Suite à l'appel lancé par STT, Martial Ahipeaud, ancien secrétaire général de la FESCI se porte témoin pour STT et va au Canada pour témoigner lors du procès contre STT pour l'affaire de FESCI organisation terroriste. Entre temps, l'autre affaire en diffamation est mise en veilleuse, la justice canadienne veut régler d'abord le problème de FESCI organisation terroriste.

6- Après sa brillante plaidoirie, qui a duré 3h de temps alors que la justice ne prévoyait que 30 minutes pour le témoin, Martial Ahipeaud a battu en brèche tous les éléments contenus dans la plainte du procureur. Le juge a demandé du temps pour délibérer.

7-Le lendemain, alors que Martial Ahipeaud s'apprêtait à reprendre son vol pour Abidjan via Londres, il est arrêté à l'aéroport par la police canadienne sous prétexte qu'il aappartient à une organisation terroriste dénommée FESCI. Il est conduit en prison.

8- informé, STT prend un avocat et une nouvelle bataille juridique est engagée pour sortir Martial Ahipeaud de prison après un jour passé sous les verrous. Il a été demandé à Ahipeaud de signer un document où il promet de ne plus revenir au Canada parce qu'il appartient à une organisation terroriste, ce que Martial a refusé de faire.

9- Le juge donne son verdict et déboute le procureur, mais requalifie l'accusation. En somme, le juge dit que certes la FESCI n'est pas une organisation terroriste, mais c'est une organisation qui a des pratiques terroristes. 10- STT n'est pas d'accord avec cette requalification des charges et fait appel à la décision du juge. STT poursuit l'affaire dans la Cour fédérale en appel. L'affaire est donc toujours pendante, les avocats de STT continuent de travailler en attendant la date du procès en appel.

11- c'est dans l'attente de l'appel dans l'affaire de FESCI organisation terroriste que la première affaire de diffamation est réveillée.

Le juge qui est en charge de l'affaire en diffamation informe STT qu'un nouvel élément vient d'être versé au dossier. Quand STT prend connaissance du nouvel élément, il découvre qu'il s'agit d'un courrier, lettre, qui proviendrait du président Gbagbo à la Haye dans lequel il confirme que c'est bel et bien lui qui avait signé le document de candidature en 2014 et un notaire était témoin. Cette nouvelle lettre de Gbagbo est encore signée et le document est contre-signé par un avocat hollandais, jusque là inconnu comme avocat du président Gbagbo. Ce n'est ni maître Altit, ni un des avocats connus dans l'affaire Gbagbo et Blé Goudé à la CPI. C'est un nouveau personnage.

12- Les avocats de STT prennent acte du nouvel élément et demandent du temps pour mener leurs propres enquêtes sur la fiabilité de cette lettre qui proviendrait du président Gbagbo. Il faut noter que ce n'est pas la justice canadienne qui a demandé au président Gbagbo de produire quoi que ce soit. C'est un élément apporté volontairement par le plaignant Stéphane Kipré. Voici donc les faits. Les deux procédures judiciaires engagées contre STT sont en cours. Le jeune homme a abandonné ses études pour faire face à ces batailles juridiques. Il n'a même pas les moyens financiers pour y faire face et Il est acculé de toutes parts. Questions légitimes !

1-Pourquoi le président Gbagbo déciderait de se mêler d'une affaire de diffamation? Une affaire civile qui peut s'arranger en parlant à ses enfants?

2- Sachant déjà que STT est poursuivi par le procureur canadien pour quelque chose de plus grave, c'est là que le président Gbagbo va l'acculer dans une affaire de diffamation? La justice canadienne n'a rien demandé au président Gbagbo, c'est inconcevable de penser un seul instant que Gbagbo va se donner tout ce mal à rassembler des preuves pour soutenir Stéphane Kipré contre STT, à quelle fin?

3- Que STT soit reconnu coupable ou non de diffamation sur cette question, cela apporte quoi à Gbagbo? Cela ne change rien du tout dans le problème du FPI en Côte d'Ivoire.

4-Comment concevoir que Gbagbo, sachant que STT est aux prises avec la justice canadienne sur une affaire sérieuse de FESCI organisation terroriste, il va vouloir enfoncer STT?

5- Comment dans le background, les deux affaires sont-ils liées? Encore d'autres questions ?.

Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px