Bannière

Log in

Vie de Couple (12)

Le Ministre Bruno Nabagne Kone s’est marié (civil) à Masséré Touré la nièce et Conseillère en Communication du président ADO

Le Ministre de la poste et de l’Economie numérique, porte-parole du gouvernement de côte d’ivoire bruno Nabagné Kone épouse Masséré Toure la nièce et conseillère en communication du président de la république de côte d’ivoire. Le mariage coutumier et religieux avaient eu lieu en 2014 et cette fois-ci s’était autour du mariage civil. Un mariage riche en personnalité et en émotion. Le président de la république a brillé de sa présence ainsi que tous les membres du gouvernement et chefs d’institutions en passant par les familles et amis.Un deuxième mariage pour le ministre charmeur car le divorce du premier a été prononcé, il y’a peu. Les chanteurs josey et o’rentchy y étaient de la partie sans oublié le mythique orchestre djarabikan. Excellent mariage au couple Kone. http://5minutesinfos.net/le-ministre-bruno-

 

 

 

L'excision, le cauchemar des Africaines / « L’excision ? C’est une abomination, Madame. Je n’en dirai pas plus. Comprenez-moi.» (Par Nicole SUZIS)

La pratique de l'excision est en baisse en Afrique, mais n'a pas disparu. Synonyme de souffrance, elle plonge dans la détresse de nombreuses femmes.Mise à jour du 28 novembre 2012: l'Assemblée générale de l'ONU a adopté le 26 novembre sa première résolution dénonçant les mutilations génitales féminines qui affectent quelque 140 millions de femmes dans le monde.Ces pratiques, dont l'excision, sont illégales dans une vingtaine de pays africains et en Europe ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada notamment, mais elles n'avaient encore jamais fait l'objet d'une condamnation à un tel niveau dans les instances de l'ONU. Plus de 110 pays, dont une cinquantaine africains, ont soutenu conjointement ce texte qui demande aux Etats membres de «compléter les mesures punitives par des activités d'éducation et d'information».

***** La femme africaine est pétrie des différentes facettes de sa culture. Elle y est naturellement attachée, qu’elle le veuille ou non.L’une des facettes de cette culture est l’excision. Certaines femmes l’acceptent malgré elles. Mais elles représentent une minorité. Ces femmes veulent tout simplement respecter les décisions des parents. Ne pas le faire est un sacrilège.D’autres femmes la rejettent de toutes leurs forces, au grand dam des lourdes conséquences dans les relations familiales.La majorité des femmes qui subissent l’excision sont de confession musulmane, une infime partie est chrétienne ou animiste. Les femmes en souffrent terriblement dans leur corps et dans leur cœur au quotidien.

Comment est-elle pratiquée?

Résultat de recherche d'images pour "La pratique de l'excision"La pratique de l’excision diffère selon les pays, les villages ou les ethnies. L’âge de la jeune femme varie tout autant: certaines femmes sont excisées avant leur puberté, alors que d’autres le sont après.L’excision se fait en trois phases: la première est l’ablation du clitoris seul, la deuxième consiste en l’ablation du clitoris et des petites lèvres et enfin la troisième phase, la plus sévère on enlève le clitoris, les petites lèvres et les grandes lèvres. Il ne lui reste qu’un orifice…Certains témoignages sont édifiants en Côte d’Ivoire où j’ai commencé mon enquête. L’excision est pratiquée chez les Yacouba, les Guéré, les Wobè  et surtout dans le nord. Mais elle est pratiquée aussi dans plusieurs autres ethnies.Au Bénin, au Mali, en Indonésie ou dans plusieurs pays arabes, les mutilations sexuelles aux femmes sont monnaie courante.

Pour l'honneur de la famille / L'excision a été instituée dans les us et coutumes prétendument pour le salut de la femme. Une femme excisée ne ressent pas de désir sexuel. Son homme peut s’absenter du foyer pendant des années: dix, vingt ans et parfois plus, il est assuré qu'elle ne le trompera jamais. Ce serait pour préserver l’honneur de la femme, de son couple et de sa famille car, une femme divorcée fait la honte à ses parents et toute sa communauté.

K.T est excisée depuis l’âge de 10 ans:  «Un matin, ma mère m’a dit, tu vas être une vraie femme maintenant. Mes tantes et mes parents m’ont offert des friandises et plusieurs autres cadeaux. Puis, on m’emmena chez une vieille femme. Son regard profond et froid m’a fait comprendre que quelque chose de grave allait se passer. Elle donna l’ordre qu’on me tienne fermement, les jambes écartées. J’ai cru que j’allais mourir. Je n’avais jamais eu autant mal… J’ai vu du sang et un pansement. Elle m’a tout enlevé. Le clitoris, les petites lèvres et les grandes lèvres. A 18 ans, je me suis mariée. Ma vie sexuelle est un cauchemar. Je suis mère de quatre enfants, après 15 ans de mariage. Pourtant, pour préserver mon couple, je simule l’orgasme...»

Mme D, imposante femme catholique et professeure d’anglais, mère de trois enfants n’en veut pas à ses parents. Elle fait partie de ces femmes qui ont accepté l’excision pour respecter la tradition. Mais elle a promis de protéger ses filles de cette pratique et son mari la soutient dans son combat:  «Je suis excisée du clitoris et des petites lèvres. A chaque accouchement c’est le calvaire. Pendant les menstrues, les petits morceaux de chair se fragilisent de plus en plus et je suis obligée parfois de mettre un pansement. Lors des rapports avec mon mari, je n’ai aucun plaisir. Lorsque mes copines et moi parlons de l’orgasme, je donne aussi mon avis. Pourtant, je ne sais pas ce que c’est. Pardonnez-moi, mais j’aime mes enfants et je refuse que mon mari prenne une seconde épouse, si je me plains. Je ne fais pas l’amour, je subis l’acte sexuel. A certains moments, mon époux pense que je pleure de plaisir.»

Une vie dans la souffrance

Afficher l'image d'origineLe cas de M.K, un jeune mannequin de 28 ans est plus triste. Elle pense souvent au suicide, sa vie n’a plus de sens, selon elle. Pas d’histoires d’amour ni de projets. Elle est introvertie et souffre de son état. Elle a failli mettre fin à ses jours en se tailladant  les veines des deux poignets. Sa sœur l’a retrouvée inanimée, alors qu’elle se vidait de son sang. Aujourd’hui, elle en parle encore les larmes aux yeux: 

«Je n’ai connu que trois hommes dans ma vie, pourtant je suis très courtisée. Les hommes me trouvent très belle. Mes collègues pensent que je suis imbue de ma personne et orgueilleuse. Une femme qui attend l’homme parfait, quoi. Mais non, ce n’est pas le cas. J’ai simplement honte que des hommes s’aperçoivent que je suis excisée. Alors je souffre en silence. Je les éconduis, alors que je suis parfois follement amoureuse.»

Advertisement

Certaines femmes n’ont pas le choix. Elles essayent de trouver ce fameux plaisir dans les bras d’autres hommes tout en préservant leur couple. C’est l’histoire vécue par S.B.,  mariée depuis dix ans: «Un jour, j’ai franchi malheureusement le pas. J’ai rencontré un homme dans un avion alors que j'allais à Paris pour affaires. Je me suis dit pourquoi pas? J’ai pour la première fois de ma vie connu la jouissance dans les bras d’un homme. Une semaine plus tard, il a su me rendre heureuse. Son épouse est excisée aussi. Il pouvait m’aimer pendant deux ou trois heures. Depuis, je trouve toujours une excuse d’être à Paris. Mon métier me sauve, je suis commerçante. Mes voyages me permettent de retrouver mon amant. Cette relation m’a équilibrée dans ma vie de femme, je me sens plus épanouie. J’aime mon mari et pour rien au monde je ne le quitterais.»

L'excision, «une abomination»

Résultat de recherche d'images pour "La pratique de l'excision"Ces témoignages m’ont poussée à aller plus loin dans ma quête d’informations. J’ai discuté avec Ali, un directeur de banque de 45 ans, marié et père de quatre garçons: «Ma femme et moi avions beaucoup souffert pendant trois ans. Je n’arrivais pas à lui donner du plaisir. Alors que  moi j’y parvenais à chaque rapport. J’ai donc commencé à pratiquer la retenue: pendant nos rapports, au moment où je sentais que j’allais jouir, je me bloquais volontairement quelques secondes et reprenais de plus belle mon acte d’amour. Un jour, au bout de deux heures, elle y est arrivée. Il faut beaucoup d’amour et de patience pour y arriver. Et surtout de l’endurance. Depuis, notre couple se porte à merveille.» J’ai poussé mes investigations au Ghana, pays qui a pratiquement les mêmes traditions que le sud de la Côte-d’Ivoire.Là-bas, quelles que soient les ethnies et les confessions religieuses, l'excision est un sujet tabou. J’étais parfois regardée avec curiosité et servie par un mutisme total. Un jour, j’ai croisé John, pasteur depuis bientôt cinq ans, et lui ai demandé ce qu’il pensait de l’excision: «L’excision ? C’est une abomination, Madame. Je n’en dirai pas plus. Comprenez-moi.» Pas un mot de plus.

Vers un bannissement?

C’est finalement par le truchement d’un notable à Accra, qui a bien voulu m’expliquer ce mutisme des Ghanéens sur l’excision que j’ai pu savoir qu’elle était  pratiquée au nord du Ghana. Les femmes en ont beaucoup souffert et certaines gardent encore psychologiquement des séquelles. A l’instar de plusieurs pays, elle a été interdite depuis plusieurs décennies. Au point qu'aujourd'hui dans ce pays, l’excision ne fait plus partie des conversations. Pour le peuple du Ghana, ce n’est plus qu’un mauvais souvenir. Un très mauvais souvenir…Dans certains pays africains tel que le Mali, où l’on pratique l’excision, en dehors de la fidélité évoquée comme raison primordiale, j’ai voulu savoir ce qu’on faisait du clitoris. J’ai eu droit à un mutisme total. C’est un secret, m’a-t-on répondu.  Les gouvernants ont pris des résolutions fermes, l’excision est interdite dans leurs différents pays. Les récidivistes sont emprisonnées. Ces femmes ont finalement accepté de ne plus l’exercer en recevant l’aide de leurs Etats pour qu’elles gagnent leur vie autrement. L’excision tend à disparaître progressivement mais sûrement. Ce qui est souhaitable c’est qu’elle disparaisse à jamais.Chantal Compaoré, épouse du président du Burkina Faso en a fait son combat. En effet, dans son pays, les mutilations sexuelles faites aux femmes persistent encore.A la tribune des Nations-unies à New-York, elle a demandé qu’une résolution soit prise très rapidement, afin de convaincre tous les pays où malheureusement l’on note encore des poches de résistance, de la bannir totalement.  Par Nicole Suzis /http://www.slateafrique.com

Luttre contre la pratique de l’excision: la diva coumba gawlo tire la sonnette d’alarme

Photo Coumba GawloLa journée internationale contre la pratique de l’excision a été célébré le Samedi 6 Février 2016. En effet, cela est une occasion permettant à Coumba Gawlo de se joindre à la communauté internationale et tirer la sonnette d’alarme. L’international musicienne sénégalaise réitère son engagement à mener des campagnes de sensibilisation pour l’éradication de ce phénomène qui persiste encore au niveau de certains pays Africains et au moment où on sait qu’il existe bien des lois interdisant l’observation de ce rituel.

Toutefois, en partenariat avec les organes du système des Nations Unies que sont l’UNFPA et l’UNICEF, la Diva à la voix d’or lance un cris de cœur en la direction des populations, de la société civile, des chefs religieux, des acteurs culturels et des gouvernants Africains pour une union sacrée autour de l’urgence qu’il y a à abandonner cette pratique aux conséquences désastreuses. « La première déclaration de l’abandon de l’excision au Sénégal a été faite en 1997 et paradoxalement, 26 % des femmes souffrent encore des séquelles inhérentes aux mutilations génitales féminines. Au même moment, 13 % des filles excisées concernent la tranche d’âge comprise entre 0 et 14 ans », précise-t-elle.

Ainsi, Coumba Gawlo Seck invite les autorités Africaines à prendre à bras le corps ce phénomène dangereux et demande à la communauté internationale de réviser les textes d’interdiction de l’excision. Aussi, elle demande à ce qu’on applique des mesures plus contraignantes en vue d’éradiquer définitivement ce fléau qui hypothèque l’épanouissement de la couche féminine en Afrique.

M.BADJI / allodakar.sn

 

 

 

 

La grève du sexe, un acte politique vieux comme le monde /Popularisée par Aristophane il y a 2400 ans, la grève du sexe a été ces dix dernières années régulièrement utilisée comme arme politique.

ETATS-UNIS DONALD TRUMP SEXUALITÉ KENYA LIBERIA TOGO COLOMBIE

Afficher l'image d'origine

Aux Etats-Unis, un couple a lancé un appel à la grève du sexe pour faire barrage au candidat républicain Donald Trump.  La méthode n’est pas nouvelle, elle était déjà employée dans l’œuvre d’Aristophane il y a 2400 ans et à plusieurs reprises ces dernières années dans le monde entier. Avec plus ou moins de réussite. Les partisans de Donald Trump sont avertis. « Pas de sexe. Pas de rencards. Aucune chance », ont prévenu Chandler et Blake Smith sur leur site internet baptisé « Vote Trump get dumped ». Ce qu’on pourrait traduire par : « Vote Trump, fais-toi jeter ». Au début du mois de mars, ce couple de l’Ohio a lancé un appel à la grève du sexe contre les partisans de Donald Trump afin de stopper son irrésistible ascension.

Chandler et Blake Smith reprochent au candidat républicain qui enchaîne les victoires dans les primaires américaines ses positions ouvertement sexistes. « Si Donald Trump traite les femmes comme des objets, il traite 50,8 % de la population américaine comme un objet. Et ce n’est pas cool », justifiait Chandler Smith sur le site internet du bimensuel américain National Review.

La grève du sexe comme moyen de pression politique : l’idée pourrait paraître farfelue. Elle est pourtant éprouvée depuis longtemps. En 411 avant J.-C., le dramaturge Aristophane raconte ainsi dans sa comédie éponyme l’histoire de Lysistrata, une belle Athénienne qui convainc les femmes de toutes les cités grecques à se refuser à leurs maris pour mettre fin à la guerre du Péloponnèse. Depuis, la réalité a rejoint la fiction. Et parfois même avec succès.

■ 2003, Liberia : mettre fin à la guerre civile

A la tête de son association Women of Liberia Mass Action for Peace qui rassemble chrétiennes et musulmanes, Leymah Gbowee milite pour la fin de 14 ans de guerre civile. Elle organise des manifestations réunissant plusieurs milliers de personnes afin que la parole des femmes soit écoutée dans le processus de paix. En vain. Leymah Gbowee passe alors à la vitesse supérieure et incite les Libériennes à observer une grève du sexe.

Verdict : succès. Le président Charles Taylor finit par céder et rejoindre la table des négociations. Il quitte le pouvoir, ouvrant la voie à une période de transition qui aboutit deux ans plus tard à l’élection d’Ellen Johnson Sirleaf. En 2011, Leymah Gbowee obtient le prix Nobel de la paix.

■ 2006, Colombie : faire cesser la guerre des gangs

Dans une ville ravagée par une guerre des gangs qui a fait 480 morts l’année précédente, des dizaines de femmes de Pereira lancent la « grève des jambes croisées » pour faire taire les armes. Elles entendent faire comprendre aux gangsters que, contrairement à ce qu’ils peuvent penser, commettre des violences ne les rend pas sexy.

Verdict : succès. Du moins si l’on en croit des chiffres rapportés par le Guardian qui rapportait une chute du taux de criminalité de 26,5 % en 2010.

■ 2009, Kenya : pousser l’exécutif à s’entendre

Afficher l'image d'origineEn mai 2009, un collectif d’associations féminines décrète la « semaine de l’abstinence » pour forcer le président Mwai Kibaki et le Premier ministre Raila Odinga à oublier leurs différends et agir contre la pauvreté. Dès son lancement, Ida Odinga, l’épouse du Premier ministre, se dit solidaire de l’initiative. Les organisatrices promettent même des dédommagements aux prostituées pour obtenir leur soutien et empêcher aux hommes toute échappatoire.

Verdict : échec. Un article du Monde de l’époque rapporte que le mouvement a été peu suivi. A défaut d’avoir atteint son objectif, le collectif se félicite tout de même d’avoir pu faire entendre ses idées.

■ 2011, Belgique : sortir de huit mois de crise politique

Huit mois après les dernières élections législatives, la Belgique est en février 2011 toujours privée de gouvernement. Lassée de voir son pays s’engluer dans une crise politique, la sénatrice belge Marleen Temmerman reprend l’initiative kényane à son compte et appelle les femmes à se refuser à leurs maris jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

Verdict : échec. L’appel de Marleen Temmerman a fait sourire, mais n’a pas suscité l’enthousiasme. « Il faudrait vraiment que le pays soit au bord du génocide pour que je participe », avait ainsi réagi une jeune Belge sur sa page Facebook.

■ 2011, Colombie : faire reconstruire une route

En juin 2011, 300 femmes de Barbacoas, dans le sud-ouest de la Colombie, lancent une grève du sexe pour que la route qui relie leur petite ville reculée au reste du pays soit rénovée. Il en va de leur propre vie, disent-elles, car il leur faut compter 14 heures pour rejoindre l’hôpital le plus proche.

Verdict : succès. Un succès en deux temps. Après 112 jours de grève du sexe, les femmes de Barbacoas obtiennent du gouvernement la promesse de débloquer des fonds pour la réfection de la route. Il leur faudra néanmoins mener une seconde manifestation pour que cette promesse soit mise à exécution.

■ 2011, Philippines : mettre fin à 70 ans de conflits / Voilà plus de quarante ans que leur village est miné par des conflits familiaux et financiers meurtriers. En 2011, les habitantes de Dado, aux Philippines, décident donc de se prendre en main en se refusant à leurs maris. Verdict : succès. Après quelques semaines de grève du sexe, le Haut Commissariat aux réfugiés, présent sur place, rapporte que les combats à Dado ont cessé (article en anglais).

■ 2012, Togo : pousser aux réformes et Faure Gnassingbé à la démission

En août, le collectif Sauvons le Togo appelle toutes les femmes togolaises à observer une semaine de grève du sexe. Après des manifestations sévèrement réprimées, l’objectif est d’inciter les hommes à s’investir davantage dans le mouvement de contestation et pousser le président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, à démissionner.

Verdict : échec. Non seulement le président Gnassingbé n’a pas démissionné, mais il a été réélu en mai 2015 pour un troisième mandat avec 58,77 % des voix.

■ 2014, Soudan du Sud : mettre fin à dix mois de guerre civile

Alors que les partisans du président Salva Kiir et de son rival Riek Machar s’entretuent depuis plus de dix mois, des militants pour la paix lancent en octobre une grève du sexe pour contraindre les belligérants à cesser les combats.

Verdict : échec. En février dernier, après plus de deux ans de guerre civile, le président Salva Kiir a nommé Riek Machar au poste de vice-président, en vertu de l’accord de paix signé en août 2015. Mais la méfiance reste de mise. Car l’accord de paix n’avait pas fait cesser les violences au Soudan du Sud.

Par François-Damien Bourgery RFI /Getty Images/Rapid Eye

 

 

 

Eto’o vs Koah : « Cette affaire me donne envie de devenir féministe ! » le Cameroun est une société où l’on prône d’un côté les valeurs et la vertu et où l’on encourage le vice de l’autre.

"Nathalie Koah est-elle cette « grande femme » ? Je ne pense pas. Mais elle a eu le courage de s’exposer, d’assumer son histoire d’amour « adultère » et de se défendre, au risque de recevoir plus de coups encore. Et elle en a reçus vidéo https://www.facebook.com/sharer/sharer.php?u=https%3A%2F%2Fdg7k.net%2Fqsvm03

Afficher l'image d'origine

« Nous apprenons aux filles à se diminuer, à se sous-estimer. Nous leur disons : tu peux être ambitieuse, mais pas trop. Tu dois viser la réussite sans qu’elle soit trop spectaculaire, sinon tu seras une menace pour les hommes. » C’est cet extrait de l’essai Nous sommes tous des féministes de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai lu les insultes, majoritairement proférées par des femmes, après la diffusion sur Internet des épreuves du livre de Nathalie Koah, Revenge Porn. Un livre dont la publication a été interdite, mardi 16 février, par le tribunal de grande instance de Paris à la demande de Samuel Eto’o.

Je ne suis pas féministe, je ne l’ai jamais été et, à vrai dire, je ne suis même pas sûre de savoir ce que cela veut dire. Mais, en voyant ces mots à la « une » de la presse camerounaise et sur les réseaux sociaux : « pute », « erreur de la nature », « pourriture de la société, « laide », « idiote »… j’ai eu l’impression que c’était la femme que je suis que l’on agressait, j’ai bondi telle une « lionne indomptable ».

Que reproche-t-on à Nathalie Koah ? Avoir rédigé son livre dans le seul but de ternir la réputation de la légende du football, Samuel Eto’o fils. La jeune femme a été durant sept ans l’amante du joueur. Une relation tumultueuse qui s’est achevée devant les tribunaux : lui l’accuse de l’avoir escroqué de plusieurs milliers d’euros, elle d’avoir publié ses photos intimes sur Internet. Dans son livre Revenge Porn l’ancienne maîtresse raconte la face cachée de l’international camerounais.

Symptômes

Les attaques des uns et des autres sont symptomatiques de la société dans laquelle j’ai grandi, un Cameroun patriarcal, misogyne et sexiste. Dans cette histoire, trois personnages se disputent la scène : Samuel Eto’o, l’icône du Cameroun, Nathalie Koah, l’amante, et surtout Georgette, l’éternelle figure de la femme humiliée. Après plus de dix ans de vie commune, cette dernière a épousé le footballeur le 24 novembre 2014. Un mariage célébré quelques mois seulement après la diffusion en ligne des photos nues de Nathalie Koah.

Depuis le début de ce qui pourrait être le scénario d’un film nollywoodien, le débat tourne autour des deux personnages féminins. Tout oppose Nathalie Koah, la fille légère, briseuse de ménages, à Georgette, la parfaite épouse. Selon les bien-pensants de la société camerounaise et, pourrait-on dire, de toute l’Afrique, une « bonne » femme s’occupe de la maison, de la cuisine, des taches ménagères, du bien-être de la famille et, surtout, supporte contre vents et marées les tromperies de son « mari ». Chez nous, plus la femme endure, plus elle est considérée comme forte.

La star nationale du bikutsi, musique camerounaise, Lady Ponce chantait : « Le ventre et le bas-ventre, et le tour est joué ! » Cette expression signifie que pour garder son homme, une femme doit savoir cuisiner et faire l’amour. Le 8 février, la chanteuse postait sur sa page Facebook un message de soutien à Georgette, devenue Madame Eto’o : « Tu vis effacée, concentrée et même absorbée par ces œuvres caritatives. (…) Pour moi, tu es l’exemple même de la femme parfaite, ou sinon la meilleure femme au monde. Ange gardien tu l’es, car si Samuel Eto’o ton mari a pu aller si haut, c’est parce que tu as toujours su le couvrir telle une mère poule. Comme qui dirait : “Derrière un grand homme se cache une grande femme”. »

« Diviser pour mieux régner »

Oui, le Cameroun est une société où l’on prône d’un côté les valeurs et la vertu et où l’on encourage le vice de l’autre. Il est très courant de voir des femmes attaquer d’autres femmes. Depuis des décennies, le patriarcat nous conditionne à être en compétition avec d’autres femmes. C’est la politique du « diviser pour mieux régner ». C’est ainsi que l’on impose aux femmes d’apprendre à se taire, à s’effacer, à subir, à être discrètes afin de mettre en avant les hommes et, surtout, à savoir pardonner leurs erreurs, quitte à s’oublier soi-même. « Derrière un grand homme se cache une grande femme. » Et si c’était l’inverse ?

Nathalie Koah est-elle cette « grande femme » ? Je ne pense pas. Mais elle a eu le courage de s’exposer, d’assumer son histoire d’amour « adultère » et de se défendre, au risque de recevoir plus de coups encore. Et elle en a reçus. Lorsqu’une femme choisit de s’affirmer, cela chamboule toutes nos croyances sociales et notre société crie au scandale. Il faut du courage pour redresser la tête après un tel lynchage médiatique. Aujourd’hui, Nathalie Koah veut croire qu’elle se reconstruit en se consacrant à son commerce de lingerie féminine, une activité qui la rend « fière ».

Chimamanda Ngozi Adichie dit dans Nous sommes tous des féministes : « Voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement. » Il est temps de faire comprendre aux deux sexes que la femme ne se réduit pas à ce vieux diptyque : la maman ou la putain. D’autres voies sont ouvertes.

Par Diane-Audrey Ngako Le Monde.fr 

Lire aussi : Les femmes, l’avenir du continent africain En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique

Blaise Compaoré a désormais la nationalité ivoirienne Et Blaise Compaoré devint Ivoirien !

L’éventualité d’une extradition de l’ancien président du Faso serait peu probable à en croire notre confrère La Lettre du Continent. Car le mari de Chantal Compaoré aurait officiellement pris depuis quelque temps, la nationalité de son épouse ivoirienne. Cette mesure lui aurait été recommandée par son avocat, l’ancien bâtonnier français Pierre-Olivier Sur, bien connu des Burkinabè pour être le défenseur de la famille Compaoré dans plusieurs dossiers. Comme l’explique notre confrère, « cette procédure permet à Alassane Ouattara d’afficher sa ferme volonté de ne jamais renvoyer le « Beau Blaise » dans son pays, la Côte d’Ivoire n’extradant pas ses ressortissants ». Une solution qui arrange tout le monde ? Affaire à suivre. On le sait, dans le cadre du dossier Thomas Sankara, un mandat d’arrêt a été lancé, le 21 décembe2015, contre Blaise Compaoré qui s’est réfugié en Côte d’Ivoire depuis la chute de son régime en octobre 2014. La justice militaire, qui gère le dossier, a annoncé avoir soumis une demande d’extradition à la Côte d’Ivoire. Depuis lors, les Burkinabè s’interrogent si Blaise Compaoré sera extradé ou pas. L’exposé sur la responsabilité pénale des anciens chefs d’Etat a relevé la question sur l’extradition de l’ancien Président du Faso, Blaise Compaoré. Pour le Pr Soma, il y a des difficultés d’ordre juridique, politique et diplomatique par rapport à cette extradition. Il explique, par exemple, que les difficultés d’ordre juridique sont fondées sur un texte car il faudra qu’il existe un accord sur lequel l’on peut se fonder pour l’extradition d’une personne déterminée. L’extradition, à entendre Abdoulaye Soma, est aussi réglée par un certain nombre de principes appelés principes extraditionnels. Et un de ces principes est la non-extradition des nationaux. Blaise Compaoré ayant la nationalité ivoirienne est considéré comme un ivoirien. La Côte d’Ivoire pourrait donc se fonder sur ce principe pour ne pas extrader Blaise Compaoré. Il y a aussi les considérations politiques qui existent entre Blaise et certains dirigeants ivoiriens, en plus des relations diplomatiques que la Cote d’Ivoire tendrait à accorder à Blaise Compaoré contre sa responsabilité au Burkina, qu’il faudra, souligne le Pr, dépasser pour aboutir au jugement. Les journées de réflexion de la SBDC ont connu un engouement à Bobo-Dioulasso, ce mercredi 30 décembre. Fin janvier, l’ensemble des 12 exposés seront publiés dans l’annuaire de la SBDC et sera mis à la disposition des burkinabè. En 2016, rappelle le Pr, la SBDC dégagera un thème général sur la transition pour les journées de réflexion. L’insurrection, les reformes, les responsabilités pénales des autorités de la transition, etc feront ainsi l’objet d’exposés.

Source: lefaso.net jeudi 14 janvier 2016

EXCLUSIF. Bernard Tapie au JDD : "Je reviens en politique"/Mme Dominique Tapie : "Je ferai tout pour le dissuader" de revenir en politique

"Il y a quelques mois, dans l’émission Un jour un destin (diffusé en 2009, Ndlr), de Laurent Delahousse, un journaliste interrogeait le procureur Montgolfier, qui avait demandé et obtenu de la prison ferme contre mon mari dans l’affaire OM-VA. Celui-ci a déclaré mot pour mot :

Photo

"S’il ne s’était pas appelé Tapie, il est vrai qu’il n’aurait pas fait un jour de prison. Les faits ne le méritaient pas. Il a payé pour d’autres raisons." Ça ne choque personne? Mais ça veut dire quoi? C’est quoi les autres raisons? Parce qu’il est issu de la banlieue? Parce qu’il ne sort pas des grandes écoles? Parce qu’il a gagné beaucoup d’argent? Parce qu’il n’a pas caché sa réussite, ou son bonheur? 

Clamant vouloir reprendre son «combat» en la matière, l'ex-ministre de la Ville «affirme qu'en capitalisant intelligemment tout ce qui est dépensé à tort et à travers, on aurait de quoi donner un travail à tous les jeunes qui le souhaitent et qui devront l'accepter», via notamment «des formations pour des métiers dont le marché du travail a besoin».

«Que Raffarin et Ayrault se mettent à cogiter, c'est sympathique...» Il dit vouloir «mettre sur pied, d'ici à fin janvier, un premier projet pour la remise en activité de tous les 18 à 25 ans» et remettre ce «plan aux chefs de groupe de l'Assemblée nationale, du Sénat, et aux ministères concernés». François Hollande et Manuel Valls pourraient-ils mettre en place un «plan Tapie»? «Bien sûr s'il est bon !», rétorque l'intéressé, notant qu'«ils ont demandé, à juste titre, l'union nationale sur ce sujet».

«Que les anciens Premiers ministres Raffarin et Ayrault se mettent à cogiter ensemble pour résoudre le problème, c'est sympathique, mais s'ils savaient comment résoudre le problème ils l'auraient fait lorsqu'ils étaient au pouvoir...», cingle Bernard Tapie.

A la question de savoir s'il sera candidat à la présidentielle, Bernard Tapie réplique: «Chaque chose en son temps. La politique, ce n'est pas seulement être élu. La seule élection qui me faisait envie, c'était celle de la mairie de Marseille en 1995, pour laquelle on s'est dépêché de me rendre inéligible». Défait devant la justice, menacé de ruine par Bercy, Bernard Tapie décide de replonger dans le chaudron politique. Il prépare un "plan" pour "interdire le chômage des jeunes". Et risque de s'inviter à la table de 2017…Bernard Tapie rappelle ses "succès passés face au FN". (Bernard Bisson pour le JDD)

"Oui, je reviens en politique", confie Bernard Tapie en exclusivité dans le JDD. "Le résultat des régionales est incontestablement un signal d’alarme qui doit alerter tous ceux qui ont l’envie et la compétence d’apporter des réponses aux problèmes du pays." "Personne ne peut contester mes succès passés face au FN, notamment aux européennes de 1994, quand je l’avais ramené, comme je l’avais promis, à 10% des voix. C’est toujours faisable à condition d’adopter les bonnes méthodes", poursuit celui qui a tout connu. La fortune des affaires. La gloire en politique. Le succès au théâtre. Le triomphe en sport. Puis les mises en examen et les séjours en prison. Il a été vendeur de téléviseurs, patron d’Adidas, ministre de la Ville, président de l’OM.

Un "plan Tapie 2016" Aujourd’hui, il est ruiné au terme de vingt ans d’un bras de fer judiciaire qu’il a successivement un peu gagné, un peu perdu, beaucoup gagné, et finalement entièrement perdu. Une ardoise à 404 millions d’euros… Dont le règlement se décidera à Bercy et à l’Élysée. À 72 ans, comme un boxeur compté sur le ring, Bernard Tapie promet une contre-attaque au prochain round. Cette fois-ci, il change de gants et remet son maillot des années Mitterrand. Son "plan Tapie 2016", qu’il dévoile dans le JDD, propose, ni plus ni moins, "d’interdire le chômage des jeunes", et de l’éradiquer à coût constant, "en réinvestissant tous les fonds actuellement engloutis dans des formations et programmes inefficaces", dit-il. Vaste programme… Certains vont hausser les épaules, d’autres lui tomber dessus. Tapie, devenu insomniaque, "les attend", et se dit "convaincu qu’il faut faire quelque chose face au FN". Jusqu’où espère-t-il aller? Sa musique des années 1980 peut-elle prendre à nouveau? C’est l’inconnue du pari que tente celui qui de toute façon n’a plus grand-chose à perdre si ce n’est son splendide hôtel particuliers de la rue des Saints-Pères… Lui qui a déjà grandement contribué à "tuer Rocard" aux européennes de 1994, puis Jospin à la présidentielle de 2002, puis Royal en 2007, sait de quoi il parle quand il parle de meurtre en politique. En ce début 2016, son message s’adresse à François Hollande. Tout le monde l’aura bien compris.

INTERVIEW - Elle est "madame Tapie" depuis 42 ans et a tout connu à ses côtés. Elle qui n’a jamais parlé confie son amertume au JDD. Dominique Tapie préférerait que son mari ne replonge pas dans le chaudron politique…

Dominique Tapie * A paraitre dans leJDD Bernard Tapie dit qu’il veut revenir en politique… Si c’est revenir en participant à des élections, je trouve que c’est une très mauvaise idée, et je ferai tout pour l’en dissuader. Mais si c’est pour qu’il fasse des propositions pour aider le pays, notamment sur le chômage des jeunes, alors là bien sûr j’y suis favorable. Nous sommes ensemble depuis 42 ans et j’affirme toujours que sa seule erreur a été d’entrer en politique. J’étais d’ailleurs contre mais à l’époque il ne m’a pas écoutée. Il y a quelques mois, dans l’émission Un jour un destin (diffusé en 2009, Ndlr), de Laurent Delahousse, un journaliste interrogeait le procureur Montgolfier, qui avait demandé et obtenu de la prison ferme contre mon mari dans l’affaire OM-VA. Celui-ci a déclaré mot pour mot : "S’il ne s’était pas appelé Tapie, il est vrai qu’il n’aurait pas fait un jour de prison. Les faits ne le méritaient pas. Il a payé pour d’autres raisons." Ça ne choque personne? Mais ça veut dire quoi? C’est quoi les autres raisons? Parce qu’il est issu de la banlieue? Parce qu’il ne sort pas des grandes écoles? Parce qu’il a gagné beaucoup d’argent? Parce qu’il n’a pas caché sa réussite, ou son bonheur? Le président Mitterrand l’a pris pour ce qu’il savait faire. Or ce symbole, celui de l’envie de gagner, de l’ambition, qui était un modèle dans les années 1980, est devenu aujourd’hui un modèle rejeté et à détruire. Ce que l’on vit est dur, mais je ne veux pas me plaindre.

Retrouvez l’interview exclusive que Dominique Tapie a donnée au JDD en kiosques, sur iPad ou sur Internet. Découvrez également nos offres d'abonnement.

Bernard Tapie : "Ils veulent la guerre, ils vont l’avoir" Tapie : une candidature ou un divorce

 

Karine Lemarchand contre Lilian Thuram, vendredi au palais de justice de Paris, l’avocat de l’animatrice s’explique avant l’ouverture du procès en diffamation

L’affaire remonte au 17 octobre 2013. Invité du Grand Journal sur Canal+, Lilian Thuram avait réglé en direct ses comptes avec son ex-compagne Karine Lemarchand, qui avait déposé après leur séparation une plainte, retirée quelques jours plus tard, pour violences conjugales, expliquant notamment que l’animatrice l’avait menacé et exigé "une compensation." "Cette séparation est un peu surréaliste", déclarait à l’époque le recordman des sélections en équipe de France, précisant n’avoir "jamais été violent avec Karine Le Marchand. (…) Une femme avec qui je vivais me dit qu'elle veut partir, jusque-là il n'y a pas de problème. Elle me fait une demande, une demande de compensation par rapport aux années passées ensemble. J'ai dit non. Elle m'a envoyé un SMS (dont l'authenticité a été constatée par huissier, ndlr), m'a dit qu'elle allait me détruire, détruire mon image. Ces paroles ont été prononcées le 3 septembre, le 3 au soir elle dépose une plainte et le soir, je suis convoqué par la police". Des propos "parfaitement diffamatoires", selon l’avocat de l’animatrice, qui poursuit donc pour diffamation le champion du monde 1998 et demande un euro de dommages et intérêts. "Le fait de dire qu’il n’a jamais été violent avec Mme Le Marchand et qu’il y a une autre raison pour la plainte, c’était une opinion pour lui, nous a confié Maître Jean Ennochi. Mais ce n’est pas du tout une opinion, c’est une affirmation. Mme Le Marchand n’a jamais voulu porter plainte pour autre chose, elle a déposé plainte parce qu’il a été violent. Il est indéniable qu’il a été violent. Elle conteste formellement toutes les allégations de M. Thuram sur une prétendue compensation financière qu’elle aurait demandée." Un procès, évidemment très médiatisé, qui s’ouvrira vendredi, au palais de justice de Paris. (*) L'avocat de la partie adverse n'était pas joignable au moment de la publication de cet article.

Emmanuel Macron présente officiellement la femme de sa vie

Elle s'appelle Brigitte Trogneux et fut la professeure du jeune Emmanuel quand il était au lycée. Le couple, qui a toujours cultivé la discrétion, a fait sa première apparition publique le 2 juin à l'occasion du dîner officiel donné à l'Élysée en l'honneur du roi et de la reine d'Espagne, en visite à Paris.

Près de vingt ans les sépare, comme Pierre Moscovici et sa future femme, sauf que, chez les Macron, c'est monsieur qui est le plus jeune. Lorsqu'ils se sont rencontrés, Emmanuel Macron et Brigitte Trogneux étaient au lycée de la Providence à Amiens. Cette mère de trois enfants était professeur de français et lui, son élève de première. Qu'importe. Ils se marient douze ans plus tard, en 2007, au Touquet, où ils possèdent une villa.

Brigitte Trogneux, la femme du ministre de l'Économie, a fait sa première apparition officielle le 2 juin au palais de l'Élysée.

Brigitte Trogneux, 56 ans, et Emmanuel Macron, 36 ans, ont toujours voulu préserver leur vie privée de l'agitation médiatique. Depuis le mardi 2 juin, la mystérieuse femme du ministre de l'Économie a enfin un visage, qu'elle a dévoilé tout sourire à l'occasion du dîner donné en l'honneur du roi d'Espagne Felipe et de la reine Letizia au palais de l'Élysée.

Une chaîne de solidarité, une chaîne humaine est entrain d'être mise sur la place pour notre sœur Wassa Touré Epse Doumbia maman des quintuplés

Une chaîne de solidarité, une chaîne humaine est entrain d'être mise sur la place pour notre sœur Wassa Touré Epse Doumbia maman des quintuplés.

Sylvie Fofana SylfofDiak

Je suis heureuse et même plus qu'heureuse en voyant tout ça
Merci d'avance aux généreux donateurs.
Pour Abidjan prendre contact avec la chef d'équipe Hayat Hayat.
 
Par 
Sylvie Fofana SylfofDiak
 

Pour L'Angleterre Adja Diallo lien

Pour le Canada Marthe Meledje lien

Pour la France Delphine Krizoua lien
 
 

On a besoin de tous pour remplir la boîte magique des quintuplés de la palmeraie, Cocody. 
Faites parler vos cœurs svp. 
Merci.
La maman et les trésors vont bien par la grâce de Dieu

(.à voir aussi le lien de la vidéo) https://www.facebook.com/lesivoiriensontdutalent/videos/781133555325890/

LE HARCÈLEMENT SEXUEL SUR LE LIEU DE TRAVAIL, UN DÉLIT NÉGLIGÉ

Sur notre lieu de travail, nous collaborons très souvent avec des hommes. Pour être conviviale, souvent on se tapote les épaules, les petites tapes sur les fesses. Mais au fil du temps, ces genres de petits comportements anodins deviennent embêtants et virent dans certains cas au harcèlement sexuel. Mais avant toute définition, il faut exclure le fait que de manière consentante tu décides de gérer*un de tes collègues et comme il te plaque tu dis qu’il t’harcèle.

Ou bien comme tu veux promotion ou augmentation tu gères en douce le boss hein c’est différent. Les déclarations d’amour ou les propositions indécentes ne sont pas nécessairement du harcèlement sexuel au sens de la loi, même si vous sentez une pression forte ou si ces demandes sont insistantes et excessives.

Il ne faut pas mélanger les choses. Bon maintenant que c’est clair, on peut expliquer ce que veut réellement dire le harcèlement sur le lieu du travail. Ce que dit la loi sur de tels actes et comment faire quand de telles situations nous arrivent.

Le Code pénal français donne une double définition du harcèlement sexuel. I – Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante.

II – Est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l’auteur des faits ou au profit d’un tiers » (Code pénal français, art. 222-33).Cette loi est aussi valable pour les stagiaires et les personnes en formation, aux transsexuels…… Exemples : Actes répétés, comportement à connotation sexuelle (propos, gestes, courriers, attitudes, etc.) : personne qui importune quotidiennement son collègue avec des propos ou à des gestes sexistes, homophobes, obscènes…

Acte unique, pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle à son profit ou celui d’un tiers : un employeur qui exige une relation sexuelle, des contacts physiques destinés à assouvir un fantasme d’ordre sexuel, en échange d’une embauche, d’une augmentation, d’une promotion, etc. harcellement_1 Que nous dit la loi ivoirienne sur le harcèlement sexuel et comment réprime-t-elle de tels actes? Le code Pénal Ivoirien nous stipule que : ARTICLE 356

(NOUVEAU) Est puni d’un emprisonnement d’un à trois ans et d’une amende de 360.000 à 1.000.000 de francs, quiconque commet un attentat à la pudeur, consommé ou tenté sans violence, sur la personne d’un mineur de quinze ans de l’un ou l’autre sexe. Commet un harcèlement sexuel et est puni des peines prévues à l’alinéa premier, quiconque :

1°) subordonne l’accomplissement d’un service ou d’un acte relevant de ses fonctions à l’obtention de faveurs de nature sexuelle ;

2°) use de menaces de sanctions, ou effectives pour amener une personne placée sous son autorité à lui consentir des faveurs de nature sexuelle ou pour se venger de celle qui aura refusé de telles faveurs ;

3°) exige d’une personne des faveurs de même nature avant de lui faire obtenir, soit pour elle-même; soit pour autrui un emploi, une promotion, récompense, décoration, distinction ou tout autre avantage ;

4°) nonobstant les dispositions de l’article 382 du Code pénal, est puni des mêmes peines quiconque dénonce autrui de harcèlement sexuel, lorsqu’il résulte de la fausseté de la dénonciation que celle-ci tendait exclusivement à porter atteinte à l’honorabilité, à jeter un discrédit sur le mis en cause ou à lui causer un quelconque préjudice Les dispositions des articles 117 et 133 du présent Code ne sont pas applicables relativement au harcèlement sexuel. La tentative est punissable.

Que faire en cas de harcèlement sexuel ?

Dans un tel contexte, si vous pensez être victime de harcèlement sexuel, il est impératif de réunir des témoignages des personnes qui travaillent avec vous afin de corroborer la preuve des pressions exercées par votre supérieur hiérarchique. Il est par ailleurs impératif de conserver toutes les preuves des prises de contact initiées avec vous par votre supérieur hiérarchique, telles que lettres, copies d’e-mail, cadeaux, etc. Enfin, dès que vous pensez être victime de harcèlement sexuel, vous devez absolument ne pas vous isoler et, au contraire, faire appel à des personnes susceptibles, soit de vous soutenir dans l’introduction d’une défense psychologique et juridique, soit de témoigner en votre faveur : Les représentants du personnel ; Une collègue de bureau ; Une association de défense de victime ; La direction des ressources humaines ; Et enfin, un avocat. J’espère que c’est assez clair pour toutes. Désormais Mesdames et mesdemoiselles vous êtes prévenues oh. Avant de commencer les petits jeux de tape-tape ou à caractère sexuel avec vos collègues masculins, réfléchissez bien aux conséquences que cela pourrait vous causer. Une femme avertit en vaux deux.

A bon entendeur salut !

Published On 8 mai 2015 | By Strella | Femme et droit http://leblogdeahou.com

S'abonner à ce flux RSS

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px