Bannière

Log in

Interpellé sur le cas Michel Gbagbo – Jean-Philippe Kaboré, « Je n'ai pas d'influence sur des décisions de justice ou de police en Côte d'Ivoire » / « Cas Michel Gbagbo : Blé Goudé interpelle Henriette Diabaté et Jean Philippe Kaboré »

Spécial Interpellé sur le cas Michel Gbagbo – Jean-Philippe Kaboré, « Je n'ai pas d'influence sur des décisions de justice ou de police en Côte d'Ivoire » / « Cas Michel Gbagbo : Blé Goudé interpelle Henriette Diabaté et Jean Philippe Kaboré »

L’interpellation de Charles Blé Goudé sur le silence de la Grande Chancelière Henriette Dagri Diabaté et son fils Jean-Philippe Kaboré, au sujet de l’interdiction de sortir du territoire national de Michel Gbagbo le fils de l’ex-dirigeant ivoirien, fait réagir les mis en causes. Ce vendredi 11 mai, Jean-Philippe Kaboré répond à l’ex-leader de la galaxie patriotique.

 « Je ne suis pas un politique. Je n’ai pas l’intention de me laisser instrumentaliser à des fins politiques. Je ne vois pas l’influence que je pourrais avoir sur des décisions de justice ou de police en Côte d’Ivoire, notamment sur la situation de Monsieur Michel Gbagbo que, par ailleurs, je ne connais pas », réagit le fils de la Grande Chancelière, joint par Poleafrique.info.   Pour Jean-Philippe Kaboré, l’interpellation de Charles Blé Goudé, depuis sa cellule de la CPI à La Haye est une « surprise ».

Dans un courrier rendu public par voie de presse nationale dernièrement, Charles Blé Goudé en détention à la CPI interpelle l’actuelle présidente du RDR, Pr Henriette Dagri Diabaté et son fils Jean-Philippe Kaboré. Il dénonce « un silence complice » de ces derniers sur le cas Michel Gbagbo, qui est interdit de sortir du territoire ivoirien alors qu’il souhaite se rendre à la Haye pour visiter son père Laurent Gbagbo, en procès pour crime contre l’humanité.

Charles Blé Goudé, brandit comme preuve une rencontre fructueuse qu’a eue Jean-Philippe Kaboré en 2009 avec Laurent Gbagbo au palais présidentiel. « Je n’aurais jamais évoqué cette histoire si Jean-Philippe et sa maman ne se rendaient pas coupable d’un silence complice face à l’interdiction de sortir du territoire que le pouvoir Ouattara impose à Michel Gbagbo », explique l’ex-leader de la galaxie patriotique.

« La rencontre avec le Président Gbagbo en 2009, dont parle Monsieur Blé Goudé a bien eu lieu. Elle s’est faite dans un cadre strictement professionnel. Je venais, en tant que directeur général de la chaîne de télévision sur le satellite, Télé sud, informer le chef de l’Etat ivoirien, es-qualité, qu’un documentaire sur la Côte d’Ivoire allait être réalisé par mes équipes, et solliciter son appui. Rien de plus, rien de moins. La même démarche que j’avais engagée au Congo Brazzaville, au Gabon, en Guinée, et j’en passe », réplique le fils de Dagri Diabaté.

En revanche, le mis en cause Jean-Philippe Kaboré interpelle à son tour Charles Blé Goudé sur des sévices qu’il a subis en 2000 alors que sa mère était responsable politique de l’opposition. « Enfin, je n’ai aucune affinité particulière avec ceux qui, en 2000, m’ont arrêté et torturé pendant des jours et des jours, uniquement parce que je suis le fils d’une personnalité politique qui était dans l’opposition au Président Gbagbo. J’en porte encore aujourd’hui les séquelles. Je ne crois pas, alors, avoir beaucoup entendu Charles Blé Goudé. Il a dit quoi, il a fait quoi, quand ses amis me tapaient dessus? », conclut-il à Poleafrique.info.  ::::::: Richard

Yasseu Source : rédaction Poleafrique.info  - Pole Afrique.info 

A lire aussi 

Cas Michel Gbagbo : Blé Goudé interpelle Henriette Diabaté et Jean Philippe Kaboré

« Le temps passe, repasse et s’efface, les souvenirs restent ! ». Ainsi chantait le célèbre Julio Iglésias.

2008-2018, cela fait 10 bonnes années. Le temps est passé, et pourtant, le souvenir de ma rencontre avec Jean Philippe Kaboré, le fils de la chancelière Henriette Diabaté, Présidente du RDR me revient. C’était dans la salle d’attente du palais Présidentiel au Plateau, à Abidjan. Nous nous sommes salués et avons échangé quelques mots de courtoisie, pour briser le silence. C’était la première fois que je le voyais, je pense que lui aussi. Ce jour-là, le fils d’Henriette Diabaté était venu voir le Président Laurent Gbagbo, son tonton, l’ami de sa mère, pour solliciter son aide dans le cadre de ses activités à la chaîne de télévision panafricaine Télé-Sud. Jean Philippe a été reçu et bien reçu par le Président Laurent Gbagbo. Il est sorti de cette rencontre satisfait et bien heureux. En Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo est connu pour son humanisme et sa générosité, il ne confond pas adversaire politique et ennemi.

Je n’aurais jamais évoqué cette histoire si Jean Philippe et sa maman ne se rendaient pas coupable d’un silence complice face à l’interdiction de sortie du territoire que le pouvoir Ouattara impose à Michel Gbagbo. En effet, alors que Michel Gbagbo a manifesté à plusieurs reprises son désir de visiter son père en prison à La Haye, le pouvoir Ouattara dont Henriette Diabaté est une personnalité importante et influente, l’en a toujours empêché. Ce qui me révolte, c’est l’indifférence de la chancelière Présidente du RDR et de son fils Jean Philippe vis-à-vis de Michel Gbagbo, le fils du bienfaiteur d’hier. Priver Michel Gbagbo de son droit élémentaire de visiter son père en prison procure peut-être au pouvoir Ouattara du bonheur, mais cela ne lui fait guère honneur. Le temps passe, repasse et s’efface, les souvenirs restent.

Fait à La Haye, le 09 Mai 2018 Charles Blé Goudé, Homme politique en transit à La Haye

Dernière modification ledimanche, 13 mai 2018 19:00
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px