Bannière

Log in

CIV/Dominique Ouattara : DISCOURS LORS DE LA SIGNATURE D’UN ACCORD ENTRE LE CNS ET NORC DE CHICAGO (Publications Officielle)

Spécial CIV/Dominique Ouattara : DISCOURS LORS DE LA SIGNATURE D’UN ACCORD ENTRE LE CNS ET NORC DE CHICAGO (Publications Officielle)

Mesdames et Messieurs,

C’est avec beaucoup de plaisir que je vous retrouve aujourd’hui, à l’occasion de cette cérémonie de signature de l’accord de collaboration entre la Côte d’ivoire et l’Institut de recherche NORC de l’Université de Chicago.

Je voudrais tout d’abord saluer la présence de Madame Clarisse DUNCAN, Epouse de Monsieur le Vice-Président, ainsi que toutes les personnalités et les Epouses de Ministre ici présentes. ::::::: Mes salutations vont également à Monsieur Sangafowa COULIBALY, Ministre de l’Agriculture et du développement rural, et à Madame Mariétou KONE, Ministre de la Femme, de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité et Vice-Présidente du Comité Interministériel.

Je salue également Monsieur Kevin HONG, Chargé des Relations Internationales au Département du Travail des Etats-Unis d’Amérique (USDOL) ; et Monsieur Kareem KYSIA, Directeur de recherche principale et chef de projet de l’enquête de NORC, ainsi que les membres de la délégation qui les accompagnent à Abidjan dans le cadre de cette signature d’accord.

Je souhaiterais aussi saluer tous les ambassadeurs et les membres du corps diplomatique, qui ont répondu présents à notre invitation, particulièrement Monsieur David MOSBY, Premier Secrétaire, Chef de la section politique et économique de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire, qui sont en charge de ce dossier.

Je voudrais enfin, adresser mes salutations au Conseil du Café Cacao ; plus particulièrement son Directeur Général Monsieur Yves KONE, ainsi qu’à l’ensemble de nos partenaires des organisations du Système des Nations Unies, des ONG Nationales et Internationales, de l’industrie du cacao et du chocolat, et des organisations d’employeurs et de travailleurs, qui sont engagés à nos côtés dans cette lutte.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, depuis la création en 2011 du Comité National de Surveillance et du Comité Interministériel, et grâce au soutien de ses partenaires, la Côte d’Ivoire est résolument engagée pour l’élimination de la traite, l’exploitation et les pires formes de travail des enfants dans notre pays.

 Dans cette optique, de gros investissements ont été réalisés en vue d’améliorer le niveau de vie des producteurs de cacao et d’importants budgets ont été alloués à la construction d’écoles dans les régions cacaoyères. D’autre part, des campagnes de sensibilisation ont été menées, afin d’informer et de sensibiliser les populations quant à la lutte contre les pires formes de travail des enfants.

Toutes ces actions ont pu être soutenues par le renforcement du cadre légal et règlementaire, qui permet de combattre et réprimer avec plus d’efficacité, la traite, l’exploitation et le travail des enfants.

En outre, la coopération sous régionale a été renforcée grâce à la signature, de plusieurs accords sous régionaux, et tout dernièrement, en octobre 2017 la conférence des Premières Dames qui s’est tenue à Abidjan, s’est penchée sur cette importante question et a permis d’avoir un cadre formel de concertation et de coopération sur la lutte contre la traite transfrontalière.

J’ai la ferme conviction que l’ensemble de ces actions contribue grandement à faire évoluer les mentalités et les pratiques en ce qui concerne la lutte contre l’exploitation et les pires formes de travail des enfants dans notre pays.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, les Gouvernements de Côte d'Ivoire et du Ghana, l’USDOL, le Sénateur américain Tom Harkin, le Congressman Eliot Engel et l'Industrie internationale du cacao et du chocolat, ont signé une déclaration d'action commune pour soutenir la mise en œuvre du Protocole Harkin-Engel. Cette déclaration a été assortie d’un plan d'action pour réduire les pires formes de travail des enfants dans le secteur du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana à l’échéance 2020.

C’est dans ce contexte que l’Université de Chicago à travers l’agence NORC, mènera en Côte d’Ivoire et au Ghana pour la période 2018 - 2019, des recherches sur l’incidence du travail des enfants dans les zones de production cacaoyère. Il s’agit de la troisième enquête financée par l’USDOL pour la lutte contre le travail des enfants. Je tiens à cet effet, à saluer l’engagement des États-Unis d’Amérique aux côtés de la Côte d’Ivoire, qui témoigne d’une ferme volonté d’agir durablement en faveur de la réduction des pires formes de travail des enfants d’ici 2020. Et je me félicite de ce partenariat fort entre nos deux pays.

Mesdames et Messieurs,

En vue de mener à bien cette recherche, le Comité National de Surveillance et l’Institut NORC ont décidé de définir un cadre formel de collaboration pour la réalisation de cette nouvelle étude d’évaluation. A travers cet accord, les parties conviennent de travailler conjointement sur tous les aspects de la méthodologie de l’enquête, et d’apporter leur expertise commune à chacune des étapes. Je me réjouis de la signature de cet accord de coopération, qui permettra d’impliquer nos experts nationaux dans cette enquête, tout en respectant les normes internationales en vigueur.

Cette enquête permettra également d’évaluer tous les efforts réalisés par notre pays, pour éliminer le travail des enfants. A cet effet, j’invite les parties prenantes à tenir compte des normes ivoiriennes, particulièrement les deux arrêtés autorisant les enfants dont l’âge varie entre 13 et 16 ans, à effectuer des travaux légers dit socialisants. Ces arrêtés nous ont été recommandés par le BIT et, il est important d’en tenir compte dans le dénombrement des enfants travailleurs.

Je reste convaincue que grâce à cet accord, nous parviendrons à travailler dans un cadre de collaboration clairement défini, qui permettra d’obtenir une représentation plus fidèle de la prévalence des enfants encore victimes des pires formes de travail des enfants dans la cacaoculture. Les résultats de cette recherche, ses conclusions et ses recommandations, pourront ainsi nous aider à orienter nos campagnes de sensibilisation en direction des parents, afin de leur expliquer que les enfants sont autorisés à faire des travaux légers dits socialisants, et non des travaux dangereux qui mettent en péril leur santé et leur survie.

Je voudrais pour terminer, réitérer mes remerciements à l’USDOL et à NORC, ainsi qu’à nos partenaires institutionnels parmi lesquels, l’UNICEF, le BIT, la WCF, la Fondation ICI, pour le soutien significatif qu’ils nous apportent dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants dans notre pays.

Je vous remercie.

  (1) Dominique Ouattara Page Officielle - Publications 

 

Dernière modification lesamedi, 17 février 2018 12:17
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px