Bannière

Log in

« Alassane Ouattara est partisan d'une dissolution et d'une fusion rapide des deux partis  »

Spécial « Alassane Ouattara est partisan d'une dissolution et d'une fusion rapide des deux partis  »

Parti unifié: Ce qui oppose Bédié et Ouattara, le plan B du chef de l'Etat
Ouattara et Bédié n'auraient pas totalement soldé leurs divergences, notamment sur le parti unifié, qui les oppose

Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié sont parvenus à décrisper l'ambiance refroidie entre eux depuis quelques mois. Mais, les choses ne semblent pas totalement acquises entre les deux hommes opposés sur la question du parti unifié tel que le révèle le bimensuel panafricain, La Lettre du Continent, dans son édition en ligne depuis ce mercredi 8 novembre 2017.

Le chef de l'Etat ne devrait pas se représenter en 2020. Sa place n'est pas pour autant vacante. Explication. Alassane Ouattara s'active à la création d'un parti unifié qui engloberait sa formation, le Rassemblement des Républicains (RDR), et le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), les deux mastodontes du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Leadership. Malgré sa décision de ne pas briguer un troisième mandat en 2020, cette stratégie vise, pour le chef de l'Etat, à contrôler de bout en bout l'évolution de cette coalition pour mieux peser sur le scrutin. Une vision qu'Alassane Ouattara partage régulièrement avec sa garde rapprochée réunie à déjeuner ou à dîner à la présidence, dans le quartier des affaires du Plateau où dans sa résidence du quartier Cocody Riviera Golf d'Abidjan. Outre le premier ministre et dauphin putatif Amadou Gon Coulibaly, ce premier cercle est composé de la directrice de la communication présidentielle et nièce du président, Mas-séré Touré, du ministre d'Etat chargé des affaires présidentielle et frère cadet d'Alassane Ouattara, Birahima Téné Ouattara, des ministres Hamed Bakayoko (défense), Marcel Amon Tanoh (affaires étrangères) et Aly Coulibaly (intégration africaine); du conseiller spécial chargé des affaires juridiques au palais, Ibrahim Cissé Bacongo. Toutefois le patron du PDCI, Henri Konan Bédié alias "HKB", est loin d'être convaincu par ce scénario.

Divergence et résistance. Si son tête-à-tête avec le chef de l'Etat, le 31 octobre, a permis de lancer officiellement un "comité de haut niveau chargé de travailler sur la création du parti unifié", l'ancien président ivoirien semble aux antipodes de celle de son interlocuteur. Alors qu'Alassane Ouattara est partisan d'une dissolution et d'une fusion rapide des deux partis - entendez au bénéfice du seul RDR "HKB" évoque plutôt, pour sa part, un parti bicéphale, où chacune des entités pourrait préserver son identité. Henri Konan Bédié, qui veut pousser son propre candidat en 2020, souhaite en outre l'implication des députés sur ce projet. En cas de réticence trop marquée de son aîné, Alassane Ouattara a, selon nos sources, d'ores et déjà concocté un plan B : la création d'un nouveau parti éloigné du PDCI et calqué sur La République en marche (LREM) d'Emmanuel Macron. Ce mouvement viserait à fédérer l'ensemble de ses soutiens, qu'ils appartiennent au RDR, au PDCI ou à d'autres partis satellites. Les statuts et le règlement intérieur de cette nouvelle formation seraient déjà fin prêts.

Dernière modification lejeudi, 09 novembre 2017 13:09
Adama Diomande

Président de l'Association pour la défense des libertés.

Site internet : www.addl-association.info
Connectez-vous pour commenter

30°C

Abidjan

Partiellement nuageux

  • 11 Avr 2016 32°C 27°C
  • 12 Avr 2016 32°C 27°C

Banner 468 x 60 px